La vague des BD #32

lundi 6 juin 2022

005949426.jpg

Présentation de l'éditeur :

Que se passe-t-il si la cigogne qui apporte le bébé se casse l'aile ? Surtout si elle repasse le bébé à deux autres bras cassés : un lapin pas super malin et un canard encore moins futé. Heureusement, un petit cochon un peu grognon veille...

Il fallait oser, et Benjamin Renner l'a fait, il nous livre une histoire qui part dans tous les sens, sans aucune limite.
C'est débridé, déjanté et surtout désopilant.
Le coup de crayon est efficace, l'auteur croque ses personnages à merveille pour un résultat absolument jubilatoire.
Le récit qui ne suit en apparence aucun fil conducteur nous promène de page en page vers des idées plus folles les unes que les autres.
C'était délirant et ça fait drôlement du bien !

Un bébé à livrer
Benjamin Renner
Delcourt (Shampooing), 2018

couv_cqns.jpg

Présentation de l'éditeur :

On voulait faire un humain augmenté, on a créé l'humain assisté.
Nous sommes en 2113, Constant équipé d’un implant, représente la première génération « augmentée » à vivre avec un second cerveau totalement connecté au DataBrain Center. Ce projet mondial lancé il y a 30 ans pour les plus fortunés, détourne au passage la quasi-totalité de l’énergie mondiale produite. Pour ceux qui peuvent y prétendre, toutes les expériences extrêmes virtuelles mais aux sensations si proches du réel sont à portée de pilule à avaler ou de programme à télécharger.

Une histoire complète en un seul volume. Un récit de science fiction qui fait froid dans le dos mais semble douloureusement plausible. Des dessins époustouflants, l'impression d'être dans un film.
Cet album m'a fait grande impression. J'ai trouvé l'intrigue maîtrisée et captivante, les illustrations saisissantes. 
Une magnifique BD qui marque.

Ce que nous sommes
Zep
Rue de Sèvres, 2022

9782344042052-001-T.jpeg

Présentation de l'éditeur :

Un jour, une métamorphe tombe amoureuse d’un jeune homme nommé Ambroise. Elle peut changer de forme à volonté, mais des questions finissent par la hanter : quel visage doit-elle incarner pour se faire aimer ? Qui doit-elle être pour conquérir sa proie ? 
Inconscient de l’obsession dont il est l’objet, ignorant la vraie nature de la créature, Ambroise cherche à acquérir une légitimité au sein de l’orchestre qu’il vient d’intégrer en tant que harpiste. C’est alors qu’il rencontre Francesca Forabosco – cantatrice aussi excentrique que renommée – qui va le prendre sous son aile. Elle lui propose un marché. S’il veut obtenir la harpe de ses rêves, Ambroise devra relever 47 défis. Un seul échec, et l’instrument lui échappe...

Hypnotisant aussi, mais dans un tout autre genre, ce dernier album en date de Timothé Le Boucher. Un nouveau thriller psychologico-fantastique, à l'instar de ses autres ouvrages.
Les dessins sont magnifiques et dérangeants à souhait, le récit flirte en permanence avec une sorte de perversion mystérieuse. Il se dégage de ces pages un sentiment d'obsession malsaine, c'est incroyablement bien rendu.
Il s'agit de la première partie de l'histoire, j'ai très envie de lire la seconde tant cet album m'a happée.

47 cordes
Timothé Le Boucher
Glénat, 2022

9782205088168-couv.jpg

Présentation de l'éditeur :

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l'impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d'humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l'énergie et du changement climatique au cœur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s'avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d'Orsay" signé avec l'expertise d'un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Un ouvrage dense mais accessible, passionnant, édifiant, hautement didactique. J'ai appris quantité de choses sur le sujet du réchauffement climatique et de l'énergie. Cette BD tout public (mais néanmoins exigeante) permet de mieux comprendre l'évolution du climat et de l'humanité. C'est extrêmement bien fait, souvent drôle (pour faire passer les messages les plus sérieux), parfois effrayant, toujours bien expliqué et vulgarisé.
Un ouvrage incontournable sur ces sujets Ô combien d'actualité.

Le monde sans fin
Christophe Blain, Jean-Marc Jancovici

Dargaud, 2021

La vague des BD #31

mercredi 9 février 2022

9782702180662-001-T.jpeg

Présentation de l'éditeur :

" Le jour où j'ai découvert les soins palliatifs, j'ai su que je ne voudrais et ne pourrais plus faire que ça." 

En remontant le fil de ses souvenirs professionnels et personnels, l’Homme étoilé raconte la naissance de sa vocation de soignant.
Ce nouvel opus bouleversant confirme son talent et sa profonde humanité: il achève de nous convaincre qu’on peut aussi soigner avec ses mots et sa présence.

Quelle magnifique découverte que cette BD ! Le sujet n'est pas joyeux, pourtant, d'une certaine façon, cet album met du baume au cœur. Après cette lecture, je me suis renseignée sur l'auteur et j'ai pu voir quelques unes des interviews qu'il a données après la sortie de son livre. Une belle personne qui exerce un métier "utile" avec vocation et application. Voilà qui redonne foi en l'humanité.
Cette BD est touchante et enrichissante, elle m'a permis de comprendre que même dans les unités de soins palliatifs, c'est la vie qui est omniprésente.
Un beau témoignage.

Je serai là !
L'Homme Etoilé
Calmann-Lévy, 2021

Acheter Je serai là ! sur Les Libraires.fr

006947833.jpg

Cette BD est adaptée du roman éponyme de Susie Morgenstern. N'ayant pas lu ledit roman - d'ailleurs je me demande si j'ai bien fait de lire la bande dessinée en premier - je ne saurais dire si cette adaptation est fidèle ou même réussie. En revanche, je peux vous dire que j'ai passé un agréable moment de lecture, tendre et rafraichissant. Pourtant, l'histoire n'est pas nécessairement gaie, ni légère, mais elle est résolument optimiste.
Les traits de Thomas Baas sont irrésistibles et confèrent à l'héroïne un charme fou. 
Une jolie histoire tout en douceur.

Lettres d'amour de 0 à 10 
Thomas Baas
Rue de Sèvres, 2019

Acheter Lettres d'amour de 0 à 10 sur Les Libraires.fr

008957392.jpg

Une histoire en un volume, sucrée comme son titre.
Celle d'Eglantine, presque trentenaire, qui hérite de la boulangerie-pâtisserie familiale à la mort de son père, dont elle n'avait plus de nouvelles.
La voilà de retour dans son village natal avec l'envie de régler au plus vite cette succession pour pouvoir rentrer chez elle.
Les retrouvailles avec Gaël, son ami d'enfance, et la découverte du journal que tenait son père, vont changer la donne.
C'était très touchant et doux, une lecture-bonbon à savourer sous la couette. Très agréable.

Les jours sucrés
Loïc Clément, Anne Montel
Dargaud, 2016

Acheter Les jours sucrés sur Les Libraires.fr

008985091.jpg

009758410.jpg

La fête des ombres est une histoire en deux tomes.
Chaque année, dans le village de Naoko - une jeune japonaise -, les ombres de personnes récemment disparues viennent hanter les vivants. Ces derniers doivent guider les ombres pour les aider à retrouver leurs souvenirs et leur identité. Pour cela, ils disposent d'un an seulement, car au-delà les ombres disparaissent à jamais.
Cette histoire n'est pas sans rappeler les films d'animation des studios Ghibli. Entre fantastique et onirisme, on suit l'héroïne au fil des saisons. C'est beau, doux, contemplatif.
Beaucoup aimé ces deux volumes.

La fête des ombres
Atelier Sentō (Cécile Brun & Olivier Pichard)
Issekinicho, 2021

Acheter La fête des ombres sur Les Libraires.fr

La vague des BD #30

mercredi 17 novembre 2021

009123877.jpg

Présentation de l'éditeur :

Marketa et Clovis, amoureux fous, attendent un bébé. Mais l’accouchement signe la fin du conte de fées.
La naissance de Zoé ne s’est pas passée comme Marketa l’imaginait,  et l’instinct maternel tarde à se manifester.
Tandis qu’elle ne reconnaît plus son corps, Marketa se sent perdre pied face à ce bébé si vulnérable dont elle a désormais la responsabilité.
Réussira-t-elle à se sentir mère ?  A aimer son bébé ?  A cesser de penser qu’une remplaçante ferait mieux qu’elle ?

Voilà un album que toutes les femmes (et les hommes) devraient lire (de préférence après avoir eu un enfant !).
Il y est question de maternité, de post-partum, de la femme qui devient mère mais ne se sent pas mère, en gros de tous ces bouleversements qu'une femme qui vient d'accoucher peut vivre. Sans concession et sans tabou, les auteures abordent tous ces sujets et montrent que la maternité n'est pas forcément - et pas toujours - un moment idyllique comme on le décrit souvent. Emouvant, sincère, ce récit est écrit et illustré avec délicatesse et m'a énormément touchée.

La remplaçante
Sophie Adriansen, Mathou
First, 2021

Acheter La remplaçante sur Les Libraires.fr

009604532.jpg

Présentation de l'éditeur :

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, et autres mousquetaires. D’un côté, les idiotes et les épileptiques ; de l’autre, les hystériques, et les maniaques. Ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations du professeur Charcot, neurologue fameux qui étudie alors l’hystérie. Parmi ses patientes, Louise, Thérèse, ou Eugénie. Parce qu’elle dialogue avec les morts, cette dernière est envoyée par son propre père croupir entre les murs de la Salpêtrière. Mais la jeune femme n’est pas folle, et le Bal qui approche sera l’occasion d’échapper à ses geôliers.

Cette BD, adaptée du roman éponyme de Victoria Mas (que je n'ai pas lu), propose une fiction à partir de faits historiques. Le Bal des folles organisé par le célèbre neurologue Charcot laisse entrevoir la condition des femmes au XIXème dans une société dominée par les hommes. Le récit fait froid dans le dos, et en tant que femme, on ne peut s'empêcher de s'imaginer ce qu'aurait pu être notre condition il y a deux siècles. L'occasion de savourer la liberté dont nous bénéficions aujourd'hui, et d'éprouver une immense empathie pour celles qui ont vécu une existence privée de libertés.
Un témoignage passionnant.

Le Bal des folles
Arianna Melone, Véro Cazot, Victoria Mas
Albin Michel, 2021

Acheter Le bal des folles sur Les Libraires.fr

008753869.jpg

Présentation de l'éditeur :

Elfie et Magda vivent depuis la mort de leur mère chez une tante acariâtre. Mais un jour leur sœur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence !
Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancœurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu’elle a hérité des talents de sorcière de sa mère, et d’un grimoire qu’elle doit nourrir de ses écrits.
Étourdie, créative, déterminée, passionnée d’origamis et d’astronomie, Elfie est un personnage attachant qui utilise une magie douce pour modifier le cours des évènements. Mais ça ne marchera pas toujours, et il faudra parfois ruser contre la magie elle-même pour la faire fonctionner !

Sans faire de comparaison directe, cette bande dessinée m'a fait penser aux Carnets de Cerise
Un bus anglais transformé en librairie, trois frangines embarquées dans une aventure, une île bretonne, des mystères et de la magie, voilà d'excellents ingrédients pour une jolie histoire. Si on ajoute à cela des dessins agréables à regarder et un bel objet-livre, on a là la promesse d'un moment de lecture plaisant. Et ce fut le cas. J'ai beaucoup aimé ce premier tome et je me réjouis de lire la suite à paraître bientôt.

Le grimoire d'Elfie
Mini Ludvin, Christophe Arleston, Audrey Alwett
Drakoo, 2021

Acheter Le grimoire d'Elfie sur Les Libraires.fr


007228122.jpg

Présentation de l'éditeur :

Deja and Josiah are seasonal best friends.
Every autumn, all through high school, they’ve worked together at the best pumpkin patch in the whole wide world (not many people know that the best pumpkin patch in the whole wide world is in Omaha, Nebraska, but it definitely is). They say goodbye every Halloween, and they’re reunited every September.
But this Halloween is different – Josiah and Deja are finally seniors, and this is their last season at the pumpkin patch. Their last shift together. Their last goodbye.
Josiah’s ready to spend the whole night feeling melancholy about it. Deja isn’t ready to let him. She’s got a plan: what if instead of moping, they went out with a bang? They could see all the sights! Taste all the snacks! And Josiah could finally talk to that cute girl he’s been mooning over for three years ...
What if their last shift was an adventure?

Pour le moment, cette bande dessinée n'est pas traduite en français, mais elle est très abordable pour qui se débrouille correctement en anglais.
Cette lecture automnale m'aura fait passer un moment à la fois distrayant et instructif. J'ai ainsi pu découvrir ce que sont ces parcs à thème "citrouilles", les fameux Pumpkin Patch. C'était dépaysant et parfait pour la saison ! Dans ce joli récit on retrouve la sensibilité de Rainbow Rowell. J'ai aussi aimé le style des dessins de Faith Erin Hicks.
Bref, c'était une chouette lecture que je vous recommande, idéalement en automne à la période d'Halloween !

Pumpkin heads
Rainbow Rowell, Faith Erin Hicks
MacMillan Publishers, 2019

Acheter Pumpkin Heads sur Les Libraires.fr


La vague des BD #29

mercredi 21 juillet 2021

003111188.jpg

Présentation de l'éditeur :

1868. À bord de son ballon de haute altitude, la mère de Séraphin disparaît mystérieusement à la frontière de l'espace. Un an plus tard, une lettre anonyme révèle que son carnet de bord a été retrouvé... Séraphin et son père, échappant de justesse à un enlèvement, suivent la piste du carnet jusque dans les contreforts des Alpes. C'est là, à l'ombre d'un château de conte de fées, que le roi Ludwig de Bavière a entrepris la construction d'un engin spatial de cuivre et de bois qui s'apprête à changer le cours de l'Histoire.

Difficile de se faire une opinion objective avec ce premier tome qui pose les bases de l'univers de la série. Du point de vue de l'intrigue il ne se passe pas grand-chose, mais suffisamment tout de même pour m'avoir donné envie de lire la suite.
Les dessins sont beaux, bien que j'ai eu un peu de peine à me faire au style de l'auteur (qui me plaît dans l'absolu, mais me gênait légèrement pour cette histoire).
C'est un début prometteur dans un monde onirique et passionnant, inspiré par l'univers de Jules Verne. 

T1 - 1869 : La conquête de l'espace
Alex Alice
Rue de Sèvres, 2014

Acheter T1 - 1869 : La conquête de l'espace sur Les Libraires.fr

009249820.jpg

Présentation de l'éditeur :

Veuve depuis peu, Suzette repense à Francesco, son premier amour, perdu de vue il y a 60 ans. Sa petite-fille Noémie l'invite alors à partir à sa recherche. Sur la route de l'Italie, les deux femmes vont, du haut de leurs générations et de leurs expériences respectives, échanger sur la vie de couple, l'engagement et les histoires qui durent... Et s'il n'y avait pas d'âge pour vivre le grand amour ?

Après mon immense coup de cœur pour l'Odyssée d'Hakim, j'ai souhaité découvrir les autres albums de l'auteur. Ici, retour à la fiction après le titre autobiographique Ce n'est pas toi que j'attendais.
Encore une fois, l'écriture de Fabien Toulmé m'a énormément touchée. C'est un vrai conteur d'histoires, capable de nous faire pénétrer dans l'intimité des personnages. Le récit de Suzette est très beau et émouvant, porteur d'espoir. C'est un album intelligent, qui, sous couvert de légèreté, aborde des sujets essentiels, notamment la place de la femme dans le couple.
A travers la relation entre Suzette et sa petite-fille, l'auteur explore l'évolution de la condition des femmes au fil des générations.
Superbe.

Suzette ou le grand amour
Fabien Toulmé
Delcourt (Mirages), 2021

Acheter Suzette ou le grand amour sur Les Libraires.fr

004545475.jpg

Présentation de l'éditeur :

Baudouin est un trentenaire solitaire, enfermé dans un quotidien monotone. Son frère, Luc, est à l'inverse un esprit libre, voyageur et séducteur. Un jour, Baudouin se découvre une tumeur qui ne lui laisse que quelques mois à vivre. L'anti-héros décide alors de tout plaquer pour partir avec son frère. Un récit touchant sur les liens familiaux et sur le thème universel de la réalisation personnelle.

Je pourrais presque faire un copier-coller de ce que j'ai écrit ci-dessus au sujet de Suzette ou le grand amour. Fabien Toulmé m'a encore bluffée avec Les deux vies de Baudoin. L'écriture est assez incroyable, en lisant cette histoire, on traverse un large éventail d'émotions, et il est impossible de rester insensible au destin de Baudoin. C'est remarquable de compassion, d'empathie et d'humanité, d'amour. Un récit que j'ai lu d'une traite et qui m'a retournée.
Encore plus puissant que Suzette.

Les deux vies de Baudouin
Fabien Toulmé
Delcourt (Mirages), 2017

Acheter Les deux vies de Baudouin sur Les Libraires.fr

005462240.jpg

Présentation de l'éditeur :

Une jeune femme, en apparence calme et sans histoire, vient d'être arrêtée pour meurtre. Pour son mari, c'est la stupéfaction. Par l'entremise de l'avocat choisi pour la défendre, elle nous livre peu à peu l'histoire de sa vie.
C'est l'histoire de deux sœurs jumelles, d'un père absent et d'une mère abusive. C'est l'histoire d'un terrible secret de famille… Et celle d'une tragédie annoncée.

J'ai découvert les dessins d'Olivier Grenson avec la duologie La femme accident il y a maintenant une décennie. J'avais beaucoup aimé son style et c'est totalement par hasard que je me suis retrouvée à lire un autre album illustré par lui.
Les illustrations sont magnifiques, c'est un vrai plaisir pour les yeux. En revanche, pour ce qui est du scénario, difficile  de parler de beauté. Ce récit familial qui tourne au drame est prenant et glaçant. C'est bien écrit, on entre assez facilement dans le la vie de cette maman qui élève seule ses jumelles et on assiste, impuissant, à sa folie grandissante.
Un album réussi.

La fée assassine
Sylvie Roge, Olivier Grenson
Le lombard, 2021

Acheter La fée assassine sur Les Libraires.fr

La vague des BD #28

lundi 31 mai 2021

COUV-BECKY-STILLBORN.jpg

Présentation de l'éditeur :

1886 : Une vague d’assassinats_ tous aussi sanglants qu’inexpliqués_ frappe le Sud de l’Angleterre.
Endeuillée par ce fléau macabre, la jeune Becky Stillborn brûle de prendre part aux investigations mais doit composer avec le ténébreux Isaac Jack, inspecteur chargé de l’enquête. Un homme peu enclin à collaborer et visiblement rongé par des démons personnels.
Mais à chacun sa part d’ombre, n’est-ce pas, surtout quand il est question de vie ou de mort. Impossible de la changer, on peut juste l’éclairer.
Et ce n’est pas la belle et opiniâtre Becky _ elle-même en proie à ses propres fantômes _ qui prétendra le contraire. Oui, la règle est la règle… Et la règle fait le jeu.

Habituellement ce style de BD, ce n'est pas trop ma tasse de thé, mais là, comme l'auteur est un copain, je voulais tester et le soutenir dans son projet.
Et bien, je dois dire que j'ai été agréablement surprise (non pas par la qualité de l'œuvre dont je ne doutais pas, mais d'avoir apprécié cette lecture). Les dessins sont réussis, certaines scènes très visuelles font penser à des scènes de cinéma et sont assez incroyables. L'intrigue m'a bien plu, à ce stade on ignore évidemment vers où Arnaud Michel veut nous emmener et le mystère est bien entretenu. 
Au final j'ai passé un bon moment de lecture et je lirai la suite avec plaisir, curieuse de savoir comment la situation évolue.
Si vous aimez ce style, je vous recommande cet album.

Becky Stillborn
Arnaud Michel
Filidalo, 2021

Acheter Becky Stillborn sur Les Libraires.fr

les-chimeres-de-venus_t1-web.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

1874, les vaisseaux des puissances terrestres s’élancent dans l’éther pour conquérir les planètes du système solaire. L’actrice Hélène Martin débarque sur Vénus, monde sauvage couvert de brume, à la recherche de son fiancé, un poète évadé des bagnes de Napoléon III. Poursuivie par l’inquiétant duc de Chouvigny, entraînée dans la rivalité des empires, Hélène s’aventurera à travers des jungles infestées de dinosaures et sur des océans déchaînés jusqu’aux confins de l’astre, où se dressent les vestiges d’une mystérieuse civilisation.

Cet album est le premier tome d'un nouveau cycle dans l'univers du Château des étoiles, pour ceux qui connaissent. Pour ma part, je n'ai pas lu la série principale mais après cette découverte, j'ai très envie de le faire !
Les chimères de Vénus, c'est d'abord un bel écrin. Un superbe objet-livre, mais surtout, des dessins magnifiques avec une mise en couleur incroyable. Je serais bien incapable de qualifier le style graphique d'Etienne Jung, tout ce que je peux vous dire, c'est que je l'adore !
Et puis, il y a l'univers de l'histoire, et là, idem, je suis totalement fan. A la croisée des chemins entre Jules Verne, la SF et le steampunk, ce premier volume d'une trilogie avait tout pour me séduire.
Evidemment, comme tout premier tome, il pose les bases du récit et l'intrigue n'est pas encore bien perceptible, mais j'attends avec grande impatience le deuxième volet pour me plonger dans la suite de cette aventure.
Un petit bijou.

Les chimères de Vénus T1
Alain Ayroles, Etienne Jung
Rue de Sèvres, 2021

Acheter Les chimères de Vénus T1 sur Les Libraires.fr


008654976.jpg

Présentation de l'éditeur :

Tandis que ses parents explorent les territoires sauvages de l’Autre monde, Ewilan se retrouve prisonnière sur terre d’une sinistre institution. Au cœur de ce laboratoire clandestin, la Sentinelle félonne Elea Ril’Morienval fomente son retour en Gwendalavir, qu’elle cherche à conquérir. Privée de son don et réduite à l’impuissance par de terribles expériences, Ewilan ne pourra compter que sur le courage de Salim pour s’échapper…

Après la trilogie de La quête d'Ewilan, c'est au tour de celle des Mondes d'Ewilan d'être adaptée par Lylian. Je suis vraiment super contente que les trois cycles dans l'univers d'Ewilan (ces deux-là et Ellana) soient adaptés par ce scénariste car je trouve que c'est une vraie réussite. Pas évident de transposer pareille histoire sans la trahir un peu, et pourtant, le défi est relevé sans problème.
J'ai aimé retrouver Ewilan et Salim, me replonger dans leur histoire et retrouver les émotions qui m'avaient assaillie lors de ma lecture du roman.
Côté dessins, je dois avouer que je préfère le style de Laurence Baldetti, j'aime moins le trait de Cecilia Formicola, mais cela reste malgré tout un bel album. Hâte de lire la suite.

Les mondes d'Ewilan T1 - La forêt des captifs
D'après l'œuvre originale de Pierre Bottero
Lylian (scénario), Laurence Baldetti (story-board), Cecilia Formicola (dessin), Nicolas Vial (couleurs)
Glénat, 2021

Acheter Les mondes d'Ewilan T1 sur Les Libraires.fr

009114878.jpg

Présentation de l'éditeur :

Ellana est submergée par la haine et le découragement. L’apprentie Marchombre n’en finit plus d’être mise à l’épreuve et, après l’assassinat de Hurj et Lahira des mains du félon Salvarode, son ami et amant Nillem l’abandonne à son tour. Le traitre a choisi de devenir un mercenaire du chaos. Avant d’emprunter la route d’Al-Jeit pour retrouver son maître Jilano et achever sa formation, Ellana doit revenir à un état de quiétude et d’harmonie. Le temps de quelques précieuses journées, elle soigne ses plaies et retrouve les joies d’une vie simple et douce. Elle ne s’en doute pas, mais elle ne connaitra plus d’instants aussi doux et légers avant longtemps... Ellana devra bientôt faire face à de terribles épreuves. D’autant que son maître n’attend qu’une chose d’elle : qu’elle écrive son nom dans le grand livre des légendes. Certaines des blessures d’Ellana lui laisseront des cicatrices, mais l’héroïne fera tout pour suivre la Voie, devenir une véritable Marchombre et embrasser sa destinée.

Toujours dans l'univers d'Ewilan, donc, le dernier tome de l'adaptation d'Ellana. 
Un tome empreint de douceur et de nostalgie, très beau.
Encore une fois, Lylian a su restituer en BD l'esprit de Pierre Bottero et la magie qui habitait ses romans.
Visuellement, j'ai trouvé ce sixième opus particulièrement esthétique et j'ai apprécié encore davantage les dessins de Montse Martin. 
Une très jolie fin pour une superbe adaptation.

Ellana T6 - Rencontres
D'après l'œuvre originale de Pierre Bottero
Lylian (scénario), Montse Martin (dessin), Nicolas Vial (couleurs)
Glénat, 2021

Acheter Ellana T6 sur Les Libraires.fr

La vague des BD #27

mercredi 28 avril 2021

008657569.jpg

Présentation de l'éditeur :

Eddy Mitchell et la raclette sont-ils compatibles avec une vie intime amoureuse ? Peut-on assumer le fait d'avoir un père manager conseil ? Comment s'assurer que les parents resteront bien jusqu'à la fin de la kermesse de l'école ? Qui gagnera la compétition d'enfilage de housse de couette ? Des questions fondamentales auxquelles Fabcaro apporte une réponse implacable, surprenante et finalement évidente.

J'avais lu le premier volume il y a deux ans et beaucoup aimé cet humour caustique. Le deuxième est dans la même veine, c'est drôle et acide à la fois. J'ai beaucoup ri avec certains gags. Tout ne m'a pas amusée, mais la majeure partie de l'album. J'aime le côté fantaisiste/déjanté de l'auteur, son regard sur le quotidien, sa façon de détourner des moments ordinaires de la vie pour en donner une vision décalée.
Une bonne tranche de rire.

Open Bar 2
Fabcaro
Delcourt (Pataques), 2020

Acheter Open Bar 2 sur Les Libraires.fr

000628004.jpg

Présentation de l'éditeur :

Aujourd'hui, Philippe fête son anniversaire. 53 ans, déjà. Sa maison est confortable, ses enfants sont grands, sa mère est bavarde, son nouveau vélo est magnifique. Une belle tranche de vie, dans la simplicité, l'honnêteté. Mais celui qui empoisonne le gâteau, c'est le patron de Philippe quand il lui annonce son licenciement. Victime collatérale de la mondialisation, Philippe coule à pic. Perd tout, même son toit. Mais cette plongée au coeur de lui-même va lui permettre d'ouvrir son regard sur les autres. Les gens honnêtes n'ont rien d'ordinaire.

Chronique de la tragi-comédie du quotidien, Les gens honnêtes marque la rencontre entre deux auteurs réunis par la tendresse qu'ils éprouvent pour leurs personnages. Jean-Pierre Gibrat, au scénario, et Christian Durieux, au dessin, savent faire vibrer à l'unisson la parcelle indicible de la création romanesque: son humanité.

C'est une historie en quatre tomes. Certains sont, me semblent-ils, épuisés, mais la bonne nouvelle c'est qu'il existe une intégrale (Cf. ci-dessous). Je mets pour cette chronique la couverture et les références du premier tome, mais en réalité je vous parle dans ce billet de l'ensemble des tomes.
Une histoire douce-amère (on est quand-même davantage dans la douceur), une tranche de vie, des personnages attachants, des idées un peu folles... C'est un récit réconfortant, un peu doudou, dans lequel on plonge avec une certaine béatitude. J'ai beaucoup aimé cette série, son ambiance, les messages qu'elles véhiculent. Il y a de l'humour aussi, ça m'a rappelé par moments Les vieux fourneaux, mais avec un ton moins cynique.

Les gens honnêtes - Première partie
Durieux, Gibrat
Dupuis (Aire libre), 2008

Acheter Les gens honnêtes - Première partie sur Les Libraires.fr

Acheter Les gens honnêtes - L'intégrale sur Les Libraires.fr

004452115.jpg

Présentation de l'éditeur :

Né en 1978 d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile.

En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, Ter Maaleh, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins – il est blond, cela n’aide pas ! – le jeune Riad découvre les traditions, parfois brutales, de la vie à la campagne. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : son fils doit aller à l’école syrienne et devenir un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

- Même remarque que pour la série ci-dessus, dans ce billet je vous livre mes impressions sur les cinq tomes sortis à ce jour mais je mets la couverture et les références du premier tome uniquement. -

Je crois que je n'aurais jamais lu cette série sans les conseils de ma bibliothécaire préférée (merci Marie !). Déjà, parce que je ne suis pas fan du style des dessins, ensuite parce que je n'étais tout simplement pas tentée.
Finalement je me suis lancée, et j'ai lu les cinq tomes à la suite. 
Ce fut une lecture à la fois addictive et malaisante. Au fil des pages, je suis passée par un étrange panel d'émotions variées, entre dégoût et avidité d'en savoir davantage.
Clairement, cette autobiographie sonne comme une thérapie pour l'auteur et l'on se demande comment il a pu se construire en tant qu'adulte après une pareille jeunesse.
Ce qui est bluffant, c'est la distance qu'il met volontairement dans son récit, en adoptant certes une narration à la première personne, mais de l'enfant qu'il était. Il raconte ce qu'il a vécu à travers ces yeux juvéniles, sans jugement, de manière somme toute assez factuelle. Un sacré tour de force quand on pense à la violence de certaines situations.
Un témoignage glaçant, dérangeant, mais édifiant.
Chapeau bas pour le courage qu'il a dû falloir pour écrire cela et pour la qualité de l'écriture.

L'arabe du futur T1
Riad Sattouf
Allary, 2014

Acheter L'arabe du futur T1 sur Les Libraires.fr

Acheter L'arabe du futur T2 sur Les Libraires.fr

Acheter L'arabe du futur T3 sur Les Libraires.fr

Acheter L'arabe du futur T4 sur Les Libraires.fr

Acheter L'arabe du futur T5 sur Les Libraires.fr

008818192.jpg

Présentation de l'éditeur :

Nous sommes aux États-Unis à une époque proche de la nôtre. La commune de Blackwell est la seule de tout le pays à ne pas considérer la sorcellerie comme un acte criminel. Cela n’empêche cependant pas certaines sorcières à abuser de leur magie... Dans cette petite ville, Bucky Orson est un peu morose – qui ne l’est pas, à 15 ans ? Alors que sa meilleure amie l’a quitté pour traîner avec des gens bien plus cool, sa jeune sœur vient d’être kidnappée dans des circonstances troubles. Et face à l’impuissance de son père, shérif de la ville, Bucky décide de mener lui-même l’enquête. Finira-t-il par percer les mystères de la magie de Blackwell ?

Pour clore cette vague de BD, on termine sur une touche de légèreté.
Une histoire de sorcières, un album aux somptueux dessins dans un style gothico-romantique, voilà de quoi passer un agréable moment.
L'histoire n'est pas extraordinaire mais l'intrigue est sympa et plutôt bien menée. Et surtout, les illustrations sont magnifiques.
Un beau livre, une illustratrice à suivre.

Grimoire noir
Vera Greentea, Yana Bogatch
Glénat, 2021

Acheter Grimoire noir sur Les Libraires.fr

La vague des BD #26

mercredi 31 mars 2021

006938313.jpg

Présentation de l'éditeur :

En ces temps fort lointains habitait dans la ville de Solidor Illian, jeune apprenti sculpteur. Son habileté ravissait l'impitoyable Maître Koppel, délesté ainsi de la plupart des tâches de sculpture. Les habitants de Solidor avaient développé une passion pour les oiseaux exotiques, et chaque maison comportait au moins une cage en bois, avec au moins un oiseau. Les écouter enchantait Illian. Un soir, tandis qu'il fignolait un petit rossignol sculpté dans un rebut de bois, Maître Koppel surgit, furieux, avant d'être apaisé par sa fille, émerveillée par la sculpture. Une sculpture dont ils étaient, à cet instant, loin d'imaginer les répercussions sur toute la ville...

J'ai souhaité lire cet album parce que le scénariste était Hubert, auteur du génial Peau d'homme.
Le style et les illustrations de Gaëlle Hersent sont incontestablement un point fort dans cette BD, d'ailleurs l'objet-livre est superbe, mais le scénario est également de qualité. 
J'ai trouvé cette histoire originale et belle, ce premier tome donne envie de découvrir la suite. Malheureusement, le scénariste n'étant plus de ce monde, il faudra se contenter de cet opus. Cela dit, il forme déjà un récit en soi, et peut se lire pour lui-même. 
Le boiseleur possède un univers poétique et onirique, avec une teinte de médiéval-fantastique. J'ai particulièrement apprécié cette ambiance.
Une jolie découverte que je recommande.

Le boiseleur T1 - Les mains d'Illian
Hubert, Gaëlle Hersent
Soleil (Métamorphose), 2019

Acheter Le boiseleur T1 - Les mains d'Illian sur Les Libraires.fr

008719109.jpg

Présentation de l'éditeur :

En fermant une dernière fois les volets de sa maison, Yvonne, 80 ans, abandonne 40 ans de vie pour intégrer un EHPAD. Le changement est rude pour cette femme indépendante, d’autant qu’elle a encore toute sa tête. Elle a du mal à s’acclimater à cette nouvelle vie, qui la rapproche douloureusement de la mort. Prise dans le tourbillon inéluctable de la vie, l’octogénaire décide de s’offrir une dernière parenthèse enchantée.

J'ai déjà rencontré deux fois dans mes lectures le binôme Séverine Vidal/Victor L. Pinel, et une fois encore ce duo fonctionne à merveille.
Le plongeon, c'est une histoire douce-amère, à la fois triste et porteuse d'un peu d'espoir. Le sujet est difficile, pour ma part cette lecture s'est révélée douloureuse mais non moins belle. 
Il y a beaucoup de délicatesse et de pudeur dans l'écriture et de beauté dans les dessins.
Un récit touchant, poignant.
Un album magnifique.

Le plongeon
Séverine Vidal, Victor L. Pinel
Bamboo (Grand Angle), 2021

Acheter Le plongeon sur Les Libraires.fr

005596264.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

L'histoire vraie d'Hakim, un jeune Syrien qui a dû fuir son pays pour devenir « réfugié » . Un témoignage puissant, touchant, sur ce que c'est d'être humain dans un monde qui oublie parfois de l'être. L'histoire vraie d'un homme qui a dû tout quitter : sa famille, ses amis, sa propre entreprise... parce que la guerre éclatait, parce qu'on l'avait torturé, parce que le pays voisin semblait pouvoir lui offrir un avenir et la sécurité. Un récit du réel, entre espoir et violence, qui raconte comment la guerre vous force à abandonner votre terre, ceux que vous aimez et fait de vous un réfugié. 

Pas évident de vous parler de cette trilogie tant mon ressenti fut intense à sa lecture. Fabien Toulmé, au-delà d'un style graphique en apparence naïf, possède un vrai talent de conteur et parvient à nous faire vivre par procuration l'odyssée d'Hakim. Au fil des pages, on s'attache à lui, on devient lui. C'est totalement bouleversant  de découvrir les obstacles qu'il a rencontrés dans son périple incroyable, les événements dramatiques qu'il a traversés. Ca pourrait être vous ou moi, sauf que j'ai la chance de vivre dans un pays stable qui ne connaît pas la guerre. Néanmoins, le sentiment d'identification est puissant et j'ai été profondément touchée par cette histoire vraie.
A découvrir de toute urgence si vous ne connaissez pas encore Hakim. 

L'odyssée d'Hakim T1 - De la Syrie à la Turquie
Fabien Toulmé
Delcourt (Encrages), 2018

Acheter L'odyssée d'Hakim T1 - de la Syrie à la Turquie sur Les Libraires.fr

008647830.jpgL'odyssée d'Hakim T2 - De la Turquie à la Grèce
Fabien Toulmé
Delcourt (Encrages), 2019

Acheter L'odyssée d'Hakim T2 - de la Turquie à la Grèce sur Les Libraires.fr


008657548.jpgL'odyssée d'Hakim T3 - De la Macédoine à la France
Fabien Toulmé
Delcourt (Encrages), 2020

Acheter L'odyssée d'Hakim T3 - de la Macédoine à la France sur Les Libraires.fr

006060359.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

L'histoire vraie d'Hakim, un jeune Syrien qui a dû fuir son pays pour devenir « réfugié » . Un témoignage puissant, touchant, sur ce que c'est d'être humain dans un monde qui oublie parfois de l'être. L'histoire vraie d'un homme qui a dû tout quitter : sa famille, ses amis, sa propre entreprise... parce que la guerre éclatait, parce qu'on l'avait torturé, parce que le pays voisin semblait pouvoir lui offrir un avenir et la sécurité. Un récit du réel, entre espoir et violence, qui raconte comment la guerre vous force à abandonner votre terre, ceux que vous aimez et fait de vous un réfugié. 

Après mon immense coup de cœur pour L'odyssée d'Hakim, j'ai eu envie de lire d'autre titres de l'auteur et je me suis tournée vers ce récit autobiographique. Deuxième lecture, donc, de Fabien Toulmé, deuxième claque et deuxième coup de cœur.
Dans cet album, l'auteur se met à nu et livre ses pensées les plus intimes, cet élan de vérité est absolument bouleversant. 
Poignant de sincérité, d'humanité aussi. Comment ne pas éprouver d'empathie pour cet homme qui reçoit l'arrivée de sa fille trisomique comme une épée de Damoclès qui viendrait lui fracasser le crâne.
Fabien Toulmé a un talent incroyable pour raconter et exprimer à travers ses dessins une large palette d'émotions.
Un magnifique témoignage.

Ce n'est pas toi que j'attendais
Fabien Toulmé
Delcourt (Encrages), 2014

Acheter Ce n'est pas toi que j'attendais sur Les Libraires.fr

La vague des BD #25

mercredi 27 janvier 2021

008382140.jpg

Présentation de l'éditeur :

Mimile a eu l'idée du siècle : inviter ses vieux amis à le rejoindre en Guyane pour un séjour mystérieux. Antoine, qui n'a jamais voyagé, est aux anges. Pierrot, qui n'a jamais voyagé non plus, n'a pas l'intention de laisser l'exotisme et l'aventure saper sa proverbiale mauvaise humeur. 
Les voyages forment la jeunesse, pas les vieux, pense-t-il.
Il se trompe pourtant, car c'est bien l'enfance qui les attend au détour du fleuve Maroni. La jeunesse de Guyane, mais aussi la leur, celle des vertes années dans le Sud-Ouest, lorsque les trois amis jouaient...

Quel bonheur que ces retrouvailles avec la géniale série des Vieux fourneaux ! Ca démarre très fort avec une scène désopilante qui nous remet directement dans l'ambiance. C'était formidable de passer ce tome en compagnie de Pierrot, bougon au possible, d'Antoine, jovial et taquin, et Mimile que l'on voit cependant moins dans ce tome. Le scénario est sympa, l'esprit reste rigoureusement le même depuis le premier opus et on en redemande ! Le ton à la fois tendre et acide me plaît toujours autant.
Une série absolument incontournable.

Les vieux fourneaux T6 - L'oreille bouchée
Wilfrid Lupano, Paul Cauuet
Dargaud, 2020

Acheter Les vieux fourneaux T6 - L'oreille bouchée sur Les Libraires.fr

008284802.jpg

Présentation de l'éditeur :

En feuilletant les pages de cet album, nous sommes comme chaque fois incroyablement touchés par la délicatesse du trait, la subtilité et la mélancolie de l’esprit de Sempé. Se dégage aussi des dessins une forme d’élégance morale, discrète et toujours amusée.
La plume de Sempé traduit sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde. Dans ce livre, on retrouve le meilleur de l’humour fin, subtil et allusif, allié à un formidable sens du dérisoire, qui caractérise toute l’œuvre de Sempé.
Observateur incomparable de nos vies quotidiennes, Sempé réunit ici ses meilleurs dessins inédits.

Sempé, c'est un peu pour moi une Madeleine de Proust. J'ai découvert ses dessins alors que j'étais enfant, avant même d'en comprendre l'humour. Depuis cette époque, j'ai continué de le lire, de temps à autre. Et puis l'autre jour, j'ai découvert la sortie de ce nouvel album et je l'ai aussitôt acheté. Envie d'un retour aux sources... Et quel plaisir de retrouver ses traits délicats, la finesse de son humour. Garder le cap est d'abord un beau livre au format généreux, typiquement du genre qu'on a envie d'offrir en cette fin d'année. 
Sempé passe au crible de son regard malicieux et intelligent les travers de la société. C'est à la fois jouissif et subtil, bref, un excellent moment de lecture.
Un superbe ouvrage à déposer au pied du sapin.

Garder le cap
Sempé
Denoël/Martine Gossieaux 2020

Acheter Garder le cap sur Les Libraires.fr

008191332.jpg

Présentation de l'éditeur :

Pour échapper aux hommes de main du camp minier, Max et Baia se perdent dans la jungle. Qu'importe, Baia guide, nourrit et soigne Max. En s'enfonçant toujours davantage dans cette forêt tropicale, Baia arrive jusqu'à l'épave d'un avion écrasé il y a quelques années. À son bord, le squelette d'une enfant dont les poignets sont encore ligotés. Serait-ce l'épave de cette vieille histoire de kidnapping de la fille du patron de la mine ? De leur côté, Christelle et Charlotte prennent la fuite en direction de chez Corinne. Elles quittent le dispensaire où elles abandonnent un cadavre. Recherchées, les deux infirmières pourront compter sur l'aide de Rego, un vieux flic de la région au passé douteux. Croisant malfrats, chasseurs de trésors, et vieux secrets enfouis, chaque pas dans la jungle amazonienne semble réduire les chances de survie de nos héros.

Si j'avais apprécié le premier tome, j'étais alors bien en peine d'émettre un avis tranché sur ma lecture. En effet, Isabel jetait les bases de cette saga et j'ignorais comment serait la suite. En toute honnêteté, j'ai beaucoup aimé ce deuxième album. J'ai particulièrement apprécié les dessins, le trait d'Olivier Pont. J'ai aimé retrouver cet univers, l'Amérique du sud, la moiteur, la jungle... les personnages, hauts en couleurs, attachants. Et puis il y a énormément d'action dans ce tome 2, on ne s'ennuie pas une seconde.
Bref, une suite plus que réussie. Vivement le prochain volume !

Un putain de salopard T2 - O Maneta
Régis Loisel, Olivier Pont, François Lapierre
Rue de Sèvres, 2020

Acheter Un putain de salopard T2 - O Maneta sur Les Libraires.fr

008510548.jpg

Présentation de l'éditeur :

Kiku a 16 ans. Américano-japonaise, elle se sent déconnectée de son héritage japonais et en sait peu sur l’histoire de sa famille qui cultive le secret. Alors qu’elle est en vacances avec sa mère à San Francisco, elle se retrouve brusquement dans les années 1940, propulsée dans un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Parquée, Kiku partage le quotidien de sa jeune grand-mère et de 120 000 citoyens nippo-américains déchus de tous leurs droits civiques par leur propre gouvernement, car accusés d’être des ennemis de la nation… 

Ce récit autobiographique m'attirait car il traite d'un thème que je connais fort peu et que je n'avais encore jamais rencontré en littérature. Ce pan de l'Histoire est en effet méconnu et je n'en ai entendu parler pour la première fois que récemment. 
Ce fut donc une lecture instructive à partir d'un témoignage, certes, romancé, mais plutôt bien documenté. A travers les yeux de Kiku, on découvre ce qu'ont vécu ces milliers de citoyens d'origine japonaise dans ces camps de détention. Des hommes et des femmes, des enfants, qui, du jour au lendemain, ont été bannis de chez eux, incités à retourner au Japon, pays que la plupart ne connaissaient pas ou peu. Privation de liberté, rejet de la nation américaine, ces personnes ont beaucoup subi et il est bien de s'en souvenir.
Une BD à découvrir.

Les indésirables
Kiku Hughes
Rue de Sèvres, 2021

Acheter Les indésirables sur Les Libraires.fr

La vague des BD #24

vendredi 23 octobre 2020

007590380.jpg

Présentation de l'éditeur :

Un Irlandais bercé pendant toute sa jeunesse du rêve américain, se voit pour la énième fois expulsé des USA pour non renouvellement de sa carte de séjour.
Il va s’imposer, en guise d’exorcisme, le Pacific Crest Trail, un trail de 4 240 km qui coure de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, du désert à la glace en traversant 25 parc nationaux.
La manière la plus radicale de se confronter à soi et à l’Amérique loin de tous les fantasmes et les rêves d’enfance.
Une sorte d’Into the Wild « secure », mais qui n’en égratigne pas moins tous les paradoxes et les zones d’ombre de la société américaine contemporaine avant l’élection de Trump.

J'ai lu ce roman graphique sur la (judicieuse) recommandation de ma libraire, et ce fut une superbe découverte. D'autant que, de moi-même, je ne serais probablement pas allée vers cette BD. 
C'est un petit format compact (plus de 300 pages) avec une alternance de dessins dans des tons de bleu et de rose, et de textes. Un voyage par procuration, dans les pas de ce jeune auteur qui s'est lancé dans ce pari fou de faire le Pacific Crest Trail. Je n'avais jamais entendu parler de ce trail, à présent j'en sais davantage sur ce parcours difficile qui traverse trois états américains et une grande diversité de paysages. 
Ce récit de voyage à pied est tout-à-fait fascinant, et le temps de quelques heures, j'étais aux côtés de Luke Healy, je vivais sa soif et sa faim, sa peur, son épuisement physique, mais aussi son envie de continuer à marcher malgré tout, la beauté du décor, les rencontres humaines.
Comme une sorte de récit initiatique, un long sentier qui réconcilie (ou pas) avec soi-même, une parenthèse pour se mettre à l'épreuve et réfléchir.
Passionnant.

Americana
Luke Healy

Casterman, 2020

Acheter Americana sur Les Libraires.fr

006971066.jpg

Présentation de l'éditeur :

Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait dans votre vie ?
Au début c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…

Il s'agit ici de l'adaptation en BD du roman éponyme de Gilles Legardinier. Comme j'avais adoré Demain j'arrête !, lorsque j'ai découvert l'existence de cet album, j'ai eu envie de le lire et de me replonger dans l'histoire un peu folle de Julie. Et c'était très chouette !
J'ai beaucoup apprécié le style graphique de Laetitia Aynié qui me fait penser à celui de Margaux Motin. 
Ayant lu le roman il y a déjà un bye, je n'en avais plus grand souvenir, si ce n'est celui d'une lecture drôle et réconfortante. Cette adaptation est dans la même veine et restitue bien cet esprit de légèreté.
Un fort agréable moment.

Demain j'arrête !
Laetitia Aynié, Véronique Grisseaux

Michel Lafon, 2019

Acheter Demain j'arrête ! sur Les Libraires.fr

007780038.jpg

Présentation de l'éditeur :

Ys, est une ville d’une beauté merveilleuse avec son palais et ses jardins aux milieux des mers.
Leur souveraine, Malgven, « Reine du Nord » a utilisé sa magie pour maîtriser les monstres marins et ériger de grands murs qui protègent la cité des eaux tumultueuses. Après son inexplicable mort, ses filles s’éloignent l’une de l’autre. Rozenn, l’héritière du trône, passe son temps sur les landes à communier avec les animaux sauvages, tandis que Dahut, la plus jeune, jouit des splendeurs de la vie royale et tue sans regret ses amants au petit matin. Plus leurs destinées s’opposent et plus Ys se fragilise. Les écluses ne protègent plus la cité confrontée aux assauts de la mer, quel secret cachait la Reine ? Telle l’Atlantide, Ys est-elle condamnée à sombrer dans les abysses ?

Il existe une grande variété de versions de la célèbre légende de la Ville d'Ys et je me souviens, enfant, avoir été charmée par une version audio et fascinée par l'image de cette cité engloutie.
Dans Sœurs d'Ys, la légende est centrée sur les deux filles du roi Gradlon et de Malgven. Deux filles, qui après le décès de leur mère, vont suivre deux chemins distincts et s'éloigner l'une de l'autre. 
C'est une histoire sombre et somme toute effrayante, un conte fantastique comme je les aime. 
Le scénario est parfaitement réussi et l'ouvrage est de grande qualité, l'aspect esthétique est particulièrement soigné.
Malheureusement, je n'ai pas du tout apprécié le style graphique de l'illustrateur, ce qui a un peu gâché mon plaisir de lecture. 
Un très beau livre si l'on aime les dessins de Jo Rioux.

Soeurs d'Ys
M. T. Anderson, Jo Rioux

Rue de Sèvres, 2020

Acheter Soeurs d'Ys sur Les Libraires.fr

007468429.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s'affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l'amour et la sexualité. 

La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

À travers une fable enlevée et subtile comme une comédie de Billy Wilder, Hubert et Zanzim questionnent avec brio notre rapport au genre et à la sexualité… mais pas que. En mêlant ainsi la religion et le sexe, la morale et l’humour, la noblesse et le franc-parler, Peau d’homme nous invite tant à la libération des mœurs qu’à la quête folle et ardente de l’amour.

Le texte de l'éditeur présente bien mieux que je ne m'apprête à le faire cette sublime bande dessinée.
On assimile souvent ce genre littéraire à du simple divertissement, et bien ce titre à lui seul nous prouve, si cela était nécessaire, à quel point la BD mérite l'appellation de neuvième art.
Peau d'Homme est une superbe histoire rocambolesque, drôle, entraînante. Mais elle est bien plus que cela et questionne un thème essentiel de la vie : la sexualité. Au-delà du récit de Bianca et Giovanni, le lecteur découvre dans Peau d'Homme une réflexion quasi philosophie sur l'identité sexuelle, sur la liberté en la matière, sur la sexualité des femmes.
Concernant l'aspect esthétique, car il est important quand il s'agit de bande dessinée, je tiens à préciser que l'image de la couverture ne rend absolument pas justice à la beauté du livre.
Un ouvrage incroyable à lire et relire.

Peau d'Homme
Hubert, Zanzim

Glénat (1000 feuilles), 2020

Acheter Peau d'Homme sur Les Libraires.fr

La vague des BD #23

lundi 31 août 2020

006121497.jpg

Présentation de l'éditeur :

Mathias vit à 200 à l’heure. Jusqu’à ce que son médecin lui conseille de mettre le pied sur le frein. Sans ça, Mathias risque gros. Il décide alors de suivre un stage un peu particulier. Pendant dix jours, pas d’ordinateur, pas de téléphone. La nature à perte de vue. Un séjour pour retrouver ce qu’il est vraiment au fond de lui. Mais avec quoi occupe-t-on son cerveau quand on n’a pas à checker ses mails toutes les dix minutes ? Y a-t-il une vie sans la 4G ? Sans l’urgence, sans le trop-plein de tout qui nous prouve qu’on existe ?

Je m'attendais à un album drôle et décalé, à de la légèreté dans le traitement du sujet. En réalité, je n'ai pas bien saisi l'intention des auteurs et je crains être passée à côté de cette histoire. Le ton donné et l'ambiance du récit ne m'ont pas séduite et j'ai trouvé que c'était un peu glauque sans l'être tout à fait. A part cela, les dessins sont très beaux et le thème intéressant, mais c'est la façon dont est abordé ce dernier qui ne m'a pas convaincue. Je pense que je ne lirai pas la suite (il s'agit d'une duologie).

Détox
Jim, Antonin Gallo

Bamboo (Grand Angle), 2019

Acheter Détox sur Les Libraires.fr

006722488.jpg

Présentation de l'éditeur :

Doug vit seul dans les Highlands. Il chasse la solitude grâce à son appareil photo et partage ses images sur Twister.
Enfin, “ partageait ”... Car la vie à Castle Loch n’a pas grand-chose de spectaculaire et le public s’est vite lassé du quotidien de Doug.
Et Doug a fini par douter. De lui et de ses photos. Et par ne plus rien partager.
Mais lorsqu’il photographie une horrible créature translucide, Doug n’a qu’un seul réflexe : retourner sur Twister et en mettre plein la vue.
Il ignore qu’il est sur le point de déclencher une expérience inédite.
Une histoire participative.

L'avertissement  en préambule donne le ton, c'est une histoire totalement barrée ! Beaucoup d'humour dans #Nouveau contact qui écorne au passage  quelques symboles de la vie moderne et de la société. J'aime énormément le style graphique de Duhamel  - somme toute assez classique - et j'apprécie également sa vision des choses, son style piquant et drôle à la fois.
Un chouette album qui m'a fait passer un très bon moment.

#Nouveau contact
Duhamel

Bamboo (Grand Angle), 2019

Acheter #Nouveau contact sur Les Libraires.fr

005316271.jpg

Présentation de l'éditeur :

Troumesnil, Côte d’Albâtre, Normandie. La falaise, grignotée par la mer et le vent, recule inexorablement de plus d’un mètre chaque année, emportant avec elle les habitations côtières. Le maire du village parvient pourtant, tant bien que mal, à en protéger les habitants les plus menacés. Tous sauf une, qui résiste encore et toujours à l’autorité municipale. Madeleine, 95 ans, refuse de voir le danger. Et pour cause. Madeleine est aveugle de naissance.

Autre album de Duhamel (quand on aime on ne compte pas !) dans un genre différent. Coup de cœur pour cette mamie au caractère bien trempé. Le récit est en même temps drôle et tendre, on se surprend à s'inquiéter pour Madeleine, craignant qu'elle ne bascule avec sa maison de la falaise.
Décidément, Duhamel possède un grand talent, à la fois de dessinateur et de conteur. Chapeau l'artiste !

Jamais
Duhamel

Bamboo (Grand Angle), 2018

Acheter Jamais sur Les Libraires.fr

005456647.jpg

Présentation de l'éditeur :

Alors que ses meilleurs amis, Nina et Rafaël, filent le parfait amour, Charlotte se sent seule au collège. Pour se faire de nouveaux amis, elle a l’idée d’imiter Nina : elle ouvre son propre blog, mêlant billets d’humeur et recettes de cuisine autour du chocolat. 
Charlotte crée vite un lien particulier avec Sandro, un mystérieux adolescent. Leurs conversations virtuelles prenant de plus en plus de place dans sa vie, Charlotte s’isole encore davantage de son groupe d’amis.  Mais doit-elle vraiment relever les défis dangereux exigés par Sandro pour mériter son amitié ?  

Toujours aux éditions Bamboo, mais cette fois dans un registre jeunesse, Le blog de Charlotte est un joli album  qui traite d'un sujet important, à savoir le cyber harcèlement. D'un point de vue esthétique la mise en page est soignée et le style des illustrations rappelle un peu celui des Carnets de Cerise. Côté histoire, c'est assez simple, le scénario n'est pas bien complexe mais c'est sympa à lire. Et puis surtout, il faut saluer la thématique abordée. Un album à mettre dans les mains des grands enfants et jeunes ados, une façon ludique de les mettre en garde par rapport aux dangers du net.

Le blog de Charlotte
Beka, G. Mabire

Bamboo, 2018

Acheter Le blog de Charlotte sur Les Libraires.fr

- page 1 de 12