BIBLIOTHEQUE › Littérature générale

Fil des billets - Fil des commentaires

Maître Joker (Susie Morgenstern)

lundi 20 septembre 2021

009512518.jpgPrésentation de l'éditeur :

Hubert Noël n’aimait pas être à la retraite. Il mangeait et s’ennuyait beaucoup trop. Bien sûr, ses anciens élèves étaient contents de le croiser : comment oublier le professeur qui avait inventé le joker pour ne pas aller à l’école ou celui pour danser en classe ? Alors quand on lui propose de devenir directeur, Hubert reçoit la nouvelle comme un cadeau tombé du ciel. Il va enfin pouvoir créer l’école de ses rêves, même si cela ne semble pas plaire à tout le monde…

Il y a maintenant plus d'une décennie, j'ai eu un coup de cœur pour Joker de Susie Morgenstern. Ce petit roman m'avait enchantée. 
Aussi étais-je ravie de découvrir l'existence de cette suite.
D'un côté j'étais heureuse de retrouver cet instituteur génial et fantasque, cet univers foisonnant d'imagination et de fantaisie à la Roald Dahl. 
De l'autre je suis restée sur ma faim, car clairement, je l'ai réalisé en lisant Maître Joker, aucune suite ne pouvait se hisser à la hauteur de Joker. 
Maître Joker était plaisant à lire, mais je n'ai pas retrouvé la magie de l'histoire initiale.
Des retrouvailles en demi-teinte.

L'école des loisirs (Mouche), 101 pages, 2021

Acheter Maître Joker sur Les Libraires.fr 

Toi. Moi. Maintenant ou jamais / Ensemble. Maintenant. Pour toujours (Emily Blaine)

vendredi 27 août 2021

D'Emily Blaine, je n'ai pas lu grand chose, mais jusqu'à présent, j'ai plutôt aimé ce que j'ai lu d'elle, en particulier la romance de Noël All I want for Christmas.
Or, quand j'ai des envies de romance, je pioche généralement parmi les auteures dont j'aime la plume, je vais rarement vers l'inconnu, préférant des valeurs "sures". Raison pour laquelle j'ai jeté mon dévolu sur ces deux titres qui tournent autour des mêmes personnages sans nécessairement constituer une série.

008652179.jpgPrésentation de l'éditeur :

Peut-on vraiment tourner la page de son premier amour ? C’est en tout cas ce que pensait Charlotte. Jusqu’à ce que son passé resurgisse, bouleversant tous les repères de la vie qu’elle s’est efforcée de reconstruire. Un passé aux traits séduisants, au charme irrésistible et au sourire impertinent. Un passé qui s’appelle Jérémiah et qui, aujourd’hui encore, parvient à provoquer en elle des émotions qu’elle pensait disparues. Car il a été son premier amour, le plus sincère, le plus intense. Un amour qu’elle a choisi d’enterrer dix ans plus tôt. Mais aujourd’hui, Jérémiah est de retour, bien décidé à la reconquérir et à retrouver la jeune femme dont il est tombé amoureux. Et pour cela, il a un plan complètement fou : l’obliger à réaliser ses rêves de jeunesse avec lui, même si elle n’a gardé aucun souvenir des vœux qu’elle a formulés à l’époque.

Dans ce "premier" volume (encore une fois, on peut lire les deux indépendamment l'un de l'autre), curieusement, alors que les voitures, ce n'est pas spécialement mon truc, j'ai aimé la thématique autour des courses automobiles !
Jérémiah possède un tempérament fougueux, il aime l'adrénaline, il fonce souvent tête baissée sans réfléchir. Ce qui est chouette ici, c'est qu'Emily Blaine ne construit pas un personnage idéal, et que l'histoire doit composer avec cette personnalité forte. Pour que la relation de couple puisse s'épanouir, aucun des des deux protagonistes n'a besoin de renoncer à ses aspirations ni à ce qu'il est de manière intrinsèque. Au-delà de ça, bien entendu, c'est un schéma classique avec les clichés habituels, mais l'élément que je viens de souligner m'a plu et semblé digne d'intérêt.
Une jolie romance, un presque coup de cœur.

Harper Collins (Harper Poche Romance), 704 pages, 2020

Acheter Toi. Moi. Maintenant ou jamais sur Les Libraires.fr 

007448894.jpgPrésentation de l'éditeur :

Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie… S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut.

J'ai légèrement moins apprécié ce volume, mais j'ai tout de même passé un très agréable moment de lecture avec Ensemble. Maintenant. Pour toujours.
La relation entre Summer et Théo est extra, j'aime énormément la façon qu'ils ont d'interagir, leurs joutes verbales, leur amitié indéfectible. Il y a moins de légèreté que dans l'histoire de Jérémiah et Charlotte étant donné le vécu de Summer, mais l'ambiance n'est pas non plus plombante. Quelques allers-retours entre présent et passé permettent d'éclairer les choix et l'attitude de Summer sans toutefois s'appesantir sur son histoire personnelle.
Et puis, bien sûr, c'était chouette de retrouver les héros du tome précédent. 
A quand l'histoire de David et Gemma ?!

Ensemble. Maintenant. Pour toujours
Harper Collins (Harper Poche Romance), 304 pages, 2020

Acheter Ensemble. Maintenant. Pour toujours sur Les Libraires.fr 

Blackmoore (Julianne Donaldson)

lundi 9 août 2021

005302476.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

La liberté mérite-t-elle de sacrifier son cœur ? En raison d'un lourd secret que Kate Worthington détient depuis des années, celle-ci souhaite ne jamais se marier et rêve de partir pour les Indes. Malheureusement, sa mère a d'autres projets pour elle et l'oblige à conclure un marché : elle pourra y aller si elle parvient à refuser trois demandes en mariage. Kate se rend alors au manoir de Blackmoore où elle retrouve son ami d'enfance, Henry Delafield. Elle demande à ce dernier de l'aider afin de fuir cette vérité qui a, depuis toujours, maintenu son cœur captif.

***

Coup de cœur pour cette romance qui était un pur délice !

Les deux points forts de ce roman : 

Le personnage masculin
Henry est une belle personne qui ferait fondre n'importe quel cœur de lectrice ! Il est intelligent, drôle, prévenant, ami loyal et dévoué, bref ce jeune homme ne manque pas de qualités. J'ai été très touchée par sa façon d'être avec Kate, le fait qu'il respecte son envie de liberté et l'aide même à y parvenir. Son attitude est vraiment admirable. 

Les lieux
La majeure partie du roman se déroule dans la demeure de la famille Delafield, Blackmoore. Le manoir se situe sur la côte est de l'Angleterre, dans la baie de Robin Hood. Imaginez la mer, des landes à perte de vue et cette bâtisse ancienne qui cache des passages secrets et bien des mystères. Blackmoore est quasiment un personnage à par entière et contribue largement au charme du récit. 

J'ai adoré cette histoire tout en douceur. Bien entendu il y a des passages un peu difficiles où Kate est malmenée, mais ce que je retiens surtout de cette romance, ce sont les scènes d'émotion pure. Il y a une vraie sensibilité dans la plume de Julianne Donaldson qui m'a donné envie d'y revenir.
C'était beau, tout simplement. Un vrai baume pour le cœur.

Titre original : Blackmoore
Traduit de l'anglais par Alix Paupy
Hauteville, 352 pages, 2013 pour l'édition originale et 2015 pour l'édition française

Acheter Blackmoore sur Les Libraires.fr 

(Existe au format électronique.)

Plein gris (Marion Brunet)

lundi 2 août 2021

008746787.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Lorsque Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancœurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s’annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable...

De Marion Brunet, je n'avais lu jusqu'à présent que Dans le désordre, un roman que je n'avais pas particulièrement apprécié, et dont j'avais même oublié la lecture. C'est en consultant la bibliographie de l'auteure que je me suis rendue compte que j'avais déjà lu un livre d'elle.

Attention, Plein Gris est un livre coup de poing, un huis-clos à l'atmosphère prenante et étouffante. Le genre qu'on lit en apnée et d'une traite. Si vous souhaitez lire ce roman - et j'espère que ce sera le cas -, prévoyez de le faire en une fois.
Dans un perpétuel aller-retour entre passé et présent, l'auteure dévoile progressivement ce qui relie les cinq protagonistes. Comment se sont-ils connus ? Quelles sont leurs liens ? Que font-ils ensemble à bord de ce voilier ?
C'est subtil et étouffant. De manière insidieuse, on découvre que les rapports entre les personnages sont plus complexes qu'il n'y paraît et l'interrogation fait place à la stupeur. 
Ajoutez à ce roman psychologique le contexte nautique qui m'a énormément plu et vous aurez un récit hypnotisant et hautement addictif.
Plein Gris m'a bluffée et j'ai maintenant très envie de découvrir Sans foi ni loi, paru également chez Pocket Jeunesse.

Pocket Jeunesse, 196 pages, 2021

Acheter Plein gris sur Les Libraires.fr 

Souvenirs de Marnie (Joan G. Robinson)

mercredi 28 juillet 2021

009029251.jpgPrésentation de l'éditeur :

Sans cesse effrayée à l’idée d’être rejetée, Anna, petite orpheline solitaire du cœur de Londres, s’efforce de paraître la plus ordinaire possible et de ne jamais se faire remarquer. Ses parents adoptifs l’envoient profiter du climat salutaire d’un village côtier de l’est de l’Angleterre. Accueillie par un couple aussi bienveillant que rustique, elle laisse s’écouler le temps en rêvant dans les dunes qui s’avancent dans la mer, et fait la rencontre avec la mystérieuse Marnie, qui surgit toujours quand on ne s’y attend pas et devient sa toute première véritable amie. Seulement aussi subitement qu’elle est apparue, et avant même qu’Anna ne s’habitue à sa présence, Marnie disparaît.

***

Le film d'animation réalisé par le studio ghibli m'a tellement plu que j'étais très excitée à la perspective de pouvoir lire le roman dont il a été adapté. Notons au passage que c'est une édition française inédite, qui plus est chez Toussaint Louverture qui a encore fait un travail éditorial extraordinaire. Le livre est de toute beauté.
Pour ce qui est de la lecture, hélas, j'ai été déçue. L'histoire est bien écrite - le film d'animation est d'ailleurs très fidèle au texte - mais je suis restée en dehors. Le souci, c'est que Souvenirs de Marnie est avant tout un roman d'ambiance, et que, malheureusement, je n'ai pas réussi à y embarquer pleinement (alors que dans le film j'étais en totale immersion). C'est clairement un regard subjectif que je porte ici, ce n'est que l'expression de mon ressenti propre et je peux comprendre que ce livre ait enchanté bon nombre de lecteurs. C'est juste que ça n'a pas fonctionné avec moi et j'en suis bien attristée.

Titre original : When Marnie Was There
Traduit de l'anglais par Patricia Barbe-Girault
Monsieur Toussaint Louverture (Monsieur Toussaint Laventure), 356 pages, 1967 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

Acheter Souvenirs de Marnie sur Les Libraires.fr 

La fleur perdue du chaman de K. (Davide Morosinotto)

lundi 19 juillet 2021

008924016.jpgPrésentation de l'éditeur :

Pérou, 1986. Être admise dans une clinique neurologique ne faisait pas vraiment partie des projets de Laila… Mais si ses symptômes ne s’étaient pas manifestés, jamais Laila n’aurait rencontré El Rato. Et jamais ils n’auraient découvert un étrange journal, écrit en 1941 par un certain Dr Clarke, dans lequel le dessin d’une fleur allait changer le cours de leur existence. Utilisée par les chamans de la tribu de K., la Fleur Perdue aurait un grand pouvoir de guérison (encore faut-il la dénicher). Lorsque le diagnostic tombe pour Laila, et que l’espoir ne semble plus permis, les deux amis décident de tenter le tout pour le tout : trouver la fleur et ainsi guérir Laila. Mais pour cela, un long voyage des Andes à la forêt amazonienne les attend, un long voyage semé d’embûches…

***

J'ai découvert la plume de Davide Morosinotto il y a trois ans avec Le célèbre catalogue Walker & Dawn, une chouette lecture dépaysante à souhait.
L'aventure de La fleur perdue du chaman de K. se déroule également sur le continent américain, mais plus au sud, au niveau de l'Amazonie. 
Il n'est pas aisé de parler de ce roman à l'écriture si particulière. Particulière de part son style, mais également en ce qui concerne la mise en page du livre. En effet, un important travail éditorial a été réalisé pour ce roman dont le texte n'est pas présenté de manière classique. D'ailleurs, l'objet-livre, à l'instar du Catalogue Walker & Dawn, est très beau.
La fleur perdue du chaman de K. est un savant mélange entre récit d'aventure et conte initiatique. J'y ai retrouvé le style un peu décalé de l'auteur qui m'avait plu, flirtant entre le poétique et le loufoque. Le résultat est assez étonnant.
Cette histoire m'a fait voyager, vivre dans un pays imaginaire aux côtés de El Rato et Laila. La balade était belle.
Davide Morosinotto est décidément un auteur qui sort des sentiers battus et dont je suis curieuse de découvrir les autres titres.

Titre original : Il fiore perduto dello sciamano di K
Traduit de l'italien par Marc Lesage
L'école des loisirs (Médium +), 523 pages, 2019 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

Acheter La fleur perdue du chaman de K. sur Les Libraires.fr 

Waterloo Necropolis (Mary Hooper)

vendredi 16 juillet 2021

001009516.jpgPrésentation de l'éditeur :

Londres, 1861. Grace Parkes, presque 16 ans, embarque à bord de l’express funéraire Necropolis, en direction du cimetière de Brockwood, pour y dire adieu à un être cher. Elle fera là-bas une rencontre décisive en la personne de Mr et Mrs Unwin, entrepreneurs de pompes funèbres, qui lui proposent de devenir pleureuse d’enterrement. D’abord réticente, la jeune fille finit par accepter leur offre, et doit faire face aux manigances de cette famille peu scrupuleuse, prête à tout pour s’emparer d’un mystérieux héritage.

***

Cela faisait bien longtemps que ce roman me tentait avec sa couverture fascinante. Waterloo Necropolis est le premier que je lis de Mary Hooper mais certainement pas le dernier. Maintenant que je me suis frottée à sa plume, j'ai très envie de réitérer l'expérience et de découvrir ses autres titres.
Au-delà de l'aspect fictionnel, ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant, c'est que l'auteure bâtit son récit à partir de faits historiques. Ici, en l'occurrence, elle s'est inspirée de l'épidémie de choléra qui fit rage en Angleterre dans les années 1830, et du culte du deuil qui s'ensuivit dans la capitale londonienne en particulier. 
Fiction et Histoire s'emboîtent ainsi parfaitement pour former un roman bien écrit et original.
J'ai beaucoup aimé suivre cette aventure à l'époque victorienne. L'atmosphère était étrange et fort bien rendue, effet d'immersion total.

Titre original : Fallen Grace
Traduit de l'anglais par Fanny Ladd et patricia Duez
Les grandes personnes, 313 pages, 2010 pour l'édition originale et 2011 pour l'édition française

Acheter Waterloo Necropolis sur Les Libraires.fr 

Chère Mamie au pays du confinement (Virginie Grimaldi)

mercredi 19 mai 2021

008252594.jpgLors du confinement en mars 2020, Virginie Grimaldi a repris sa correspondance fictive avec sa mamie entamée en 2018
Durant 55 jours, elle a posté quotidiennement ses missives à la fois émouvantes et drôles. Son quotidien, ses angoisses, son ressenti, son expérience du confinement... elle a exprimé dans ces lettres ce que chacun de nous a vécu durant cette période d'hébétude collective.
J'avais beaucoup aimé Chère Mamie et je me suis régalée avec Chère Mamie au pays du confinement.
Je l'ai lu d'une traite, tour à tour souriant, gloussant et riant aux éclats. Parce que c'est franchement drôle ! L'auteure a un tel sens de l'autodérision et de l'humour en général que c'est absolument jubilatoire de la lire.

Le plus petit fêtait ses huit mois, pour l'occasion on a préparé des crêpes et on les a dégustées devant lui, pendant qu'il se tapait une purée de brocolis.

Un excellent moment en compagnie de ce petit livre dont les bénéfices sont reversés à la Fondation des hôpitaux de France.
Vous n'avez désormais plus aucune excuse pour ne pas vous le procurer illico !

Le livre de poche, 240 pages, 2020

Acheter Chère mamie au pays du confinement sur Les Libraires.fr 

Les enfants sont rois (Delphine de Vigan)

lundi 17 mai 2021

 008947762.jpgIl me semble que je n'avais encore jamais lu de roman de Delphine de Vigan jusqu'à présent. Celui-ci m'intriguait pour sa thématique. Comme tout le monde, je connais un peu l'univers des influenceurs, mais seulement côté adultes. Je n'ai jamais consulté de chaînes dédiées aux enfants influenceurs.
Les enfants sont rois est en quelque sorte un mix entre essai et fiction. Si l'histoire est totalement fictive, en revanche elle demeure très réaliste ; c'est ce qui la rend intéressante. Le fond est bien documenté et j'ai découvert dans ces pages un monde assez glaçant.
J'ai apprécié la relative neutralité du point de vue de Delphine de Vigan. Bien que son regard ne soit pas complètement impartial, elle ne juge pas pour autant, préférant donner à réfléchir.
C'est un sujet d'actualité qui pose de nombreuses questions et j'ai trouvé que ce roman était un bon support pour cela.
Un texte bien pensé, qui m'a plu.

Gallimard (Blanche), 352 pages, 2021

Acheter Les enfants sont rois sur Les Libraires.fr 

Le phare aux oiseaux (Michael Morpurgo et Benji Davies)

vendredi 14 mai 2021

009060583.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Une nuit de tempête, Ben, le gardien du phare de l'île aux Macareux, aperçoit un bateau malmené par les flots déchainés. Il saute dans sa barque pour porter secours aux passagers. Parmi eux, se trouve un petit garçon qui n'est pas près d'oublier qui lui a sauvé la vie.

Ce garçon, c'était moi, Allen, et cette rencontre allait être le début d'une incroyable aventure.

***

Coup de cœur pour cette histoire qui m'a énormément touchée. Une histoire de vie, d'amitié, d'amour des animaux. Difficile de dire ce qu'il y a de merveilleux dans ce livre. Michael Morpurgo est un conteur, il sait mettre en mots un récit et le rendre envoûtant. Il sait bouleverser avec quelques phrases, à partir de situations ordinaires. Quand il écrit, la magie opère, tout simplement. Sa plume, bien que différente, me fait penser à celle du génie Roald Dahl. Chacun d'eux, avec son style - l'humour et la fantaisie pour Roald Dahl, la poésie et la force d'évocation pour Michael Morpurgo -, sait émerveiller le lecteur, l'emporter dans ses histoires.
On a le sentiment, en lisant Le phare aux oiseaux, que son auteur s'est intégralement projeté dans son livre, il croit à ce qu'il raconte et cette force de conviction fait que l'on est convaincu à notre tour.
Je ne sais comment exprimer mon ressenti au sortir de cette magnifique histoire, car c'est somme toute assez personnel et je suppose que d'autres seront peut-être moins enthousiastes, mais sachez que j'ai adoré ce moment hors du temps, cette balade fabuleuse.

Titre original : The Puffin Keeper
Traduit de l'anglais par Diane Ménard
Gallimard Jeunesse, 104 pages, 2020 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

Acheter Le phare aux oiseaux sur Les Libraires.fr 

- page 1 de 57