La ferme des animaux (George Orwell)

lundi 14 novembre 2022

9791036613302ORI.jpgPrésentation de l'éditeur :

Quand les animaux de la ferme du Manoir, las des abus, renversent leur maître, l’acoolique Mr Jones, et reprennent le contrôle de leurs existences, ils imaginent le début d’une douce vie de liberté et d’égalité. Mais petit à petit, les cochons, à coups de manipulation, cupidité, orgueil, et mauvaise foi s’imposent sur leurs camarades, et les autres comprennent à leurs dépends que “Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que les autres”.

***

De George Orwell, je n'avais lu jusqu'à présent que son célèbre 1984. Alors que je n'étais encore qu'une jeune adulte, il m'avait fait forte impression.
Depuis quelques années, je me disais qu'il faudrait qu'un jour, je découvre sa non moins célèbre Ferme des animaux.
Lorsque j'ai su qu'une version audio en français venait d'être éditée - le mois dernier, donc tout récemment -, j'ai sauté sur l'occasion.
J'ai été agréablement surprise par la modernité de ce texte qui a tout de même 77 ans ! Cette fable animalière, satire des mondes totalitaires en général et du régime soviétique en particulier, se révèle à la fois simple d'accès et d'une vive intelligence. Ce très court roman se distingue par sa finesse d'esprit et son humour glaçant.
A l'instar de 1984, on termine la lecture en se disant : "et si...?". Un récit édifiant qui n'a pas vieilli et fait froid dans le dos. 
La leçon est magistrale. Un classique que je suis heureuse de connaître enfin.

Texte intégral lu par Arthur Teboul
Lizzie, 2022
Durée totale d'écoute : 03h18

Les charmes discrets de la vie conjugale (Douglas Kennedy)

vendredi 11 novembre 2022

51fKxIR2QbL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Le bonheur, Hannah l'a trouvé. Épouse de médecin, mère de famille, c'est une femme comblée. Le gentil garçon, rencontré à l'université et épousé au mépris de ses parents, s'est révélé un mari parfait.
Sa route a pourtant dévié, l'espace d'une nuit, des années auparavant. Celle qui sut passer entre les gouttes de la contestation politique des années 1970 se voit accusée aujourd'hui des agissements les plus subversifs. Alors qu'elle observe son existence sombrer dans l'anarchie, Hannah va prendre les armes...

***

Après avoir eu deux coups de cœur consécutifs pour Piège nuptial et pour L'homme qui voulait vivre sa vie, j'avais connu une déception avec le premier volet de La symphonie du hasard.
Concernant ce titre, je ressors mitigée des Charmes discrets de la vie conjugale. Déjà, il faut signaler que j'ai opté pour la version audio et que je n'ai pas aimé la voix et la manière de lire de Julie Pouillon, peut-être que cet élément a pesé dans la balance...
Pour être totalement franche, la première partie du roman (tout se qui se déroule dans le passé jusqu'à nos jours) m'a grandement ennuyée.
Bien entendu, il semble que tout cela ait été voulu puisqu'on qualifie ce roman de Emma Bovary à l'américaine, néanmoins c'était d'un ennui profond. Le personnage d'Hannah est très pénible, on a envie de la baffer à chaque page ou presque. Ses atermoiements à n'en plus finir ont eu raison de ma patience ! Du reste, j'ai trouvé sa personnalité peu crédible tant elle est ambivalente.
Bref, j'étais sur le point de jeter l'éponge lorsqu'est arrivée la seconde partie qui a su raviver mon intérêt.
J'ai retrouvé l'intensité dramatique de l'auteur qui dépeint admirablement la descente aux enfers d'Hannah. Il se passait enfin quelque chose, l'histoire prenait une tournure intéressante. 
Cette fin a donc compensé un peu mon désintérêt pour la première partie, mais hélas pas suffisamment pour me donner l'impression d'avoir lu un bon livre.

Texte intégral lu par Julie Pouillon
Lizzie, 2019
Durée totale d'écoute : 15h54

La vague des BD #34

lundi 7 novembre 2022

9782818941638_fiche.jpgPrésentation de l'éditeur :

Depuis sa rencontre avec Antoine, le sage-épicier, Clémentine a changé pas mal de choses dans sa vie. Mais elle n’a toujours pas trouvé ce qu’elle cherchait : le bonheur et l’apaisement. Quand elle retourne à l’épicerie, Antoine n’est plus là. Simon, un physicien apiculteur a pris sa place. Grâce à lui, Clémentine va entrevoir tous les chemins de vie possibles qui s’offrent à elle. Mais comment faire pour trouver le bon ? Pour le savoir une seule solution… Essayer !

J'ai découvert cette série récemment, et, ayant apprécié la lecture du premier tome, j'ai eu envie de poursuivre la découverte.
Bien qu'il y ait un fil conducteur au niveau de l'histoire, il est toutefois possible de lire les tomes indépendamment les uns des autres, tout du moins pour ce qui concerne les deux que j'ai donc lus.
A l'instar du précédent, ce volume est agréable à lire et se révèle être la parfaite combinaison entre détente et réflexion. Au fil des pages sont distillées des "leçons" de développement personnel qui font du bien.
Cette BD est une façon plaisante de débuter dans le développement personnel ou de s'y replonger le temps d'une histoire.

A ce jour, 6 tomes composent cette série. J'ai lu l'ensemble mais je ne chroniquerai pas les tomes suivants (que j'ai appréciés), car j'aurai le sentiment de me répéter. 

Le jour où elle a pris son envol
BeKa, Marko, Maëla Cosson
Bamboo, 2017

9782505113652-couv.jpg

Présentation de l'éditeur :

C'est la fête à Montcoeur ! Le maire a décidé d'organiser un « pique-nique de l'amitié et du vivre-ensemble ». Hélas, le vivre-ensemble a du plomb dans l'aile, ou plutôt un pic à brochette dans les fesses. Celles du maire, en l'occurrence, victimes d'une agression de Berthe, l'ancienne amante de Mimile.
La fête est donc de courte durée, d'autant qu'on apprend bientôt la mort d'Armand Garan-Servier, le patron de l'entreprise qui porte son nom.
À son décès s'ajoutent d'ailleurs plusieurs incendies inexpliqués qui ne font qu'attiser les tensions déjà palpables dans le village...
De son côté, à Paris, Antoine participe à la manifestation du 1er mai, où il s'oppose à la violence d'un militant des « black blocs », avant de se retrouver à l'hôpital après une charge policière musclée. Et il n'est pas au bout de ses peines...
L'événement lui vaut également une empoignade avec Pierrot, venu lui rendre visite. Un accrochage symbolique, qui témoignerait presque de l'impossible réconciliation au sein de la grande famille de la gauche...

Depuis le premier tome je suis sous le charme de cette BD. Ce nouvel opus est dans la lignée des précédents. Bien écrit, drôle, jubilatoire. J'ai encore une fois passé un excellent moment et j'ai beaucoup ri. Quel bonheur de retrouver le trio infernal ! J'ai adoré les dialogues savoureux, il y a des punchlines à toutes les pages ou presque, bref je me suis régalée du début à la fin.

Les vieux fourneaux T7 - Chauds comme le climat
Wilfrid Lupano, Paul Cauuet
Dargaud, 2022

A1ldSTfqCuL.jpg

Présentation de l'éditeur :

Alors que Sherlock Holmes et le Dr Watson sont sur la piste du magicien chinois Wu-Jing, le ministre des Colonies britanniques est à son tour visé. Cette fois, ce sont les plus hautes sphères de l’État qui sont frappées. Quel genre de complot le sulfureux mage peut-il bien tramer ? Le célèbre détective est décidément confronté à un personnage aussi secret qu’inquiétant et il n’est pas au bout de ses surprises…
Un nouvel itinéraire vous attend dans les rues de Londres, mais aussi, dans la tête du plus grand des détectives. Notez tous les indices et vivez l’enquête comme si vous y étiez !

Pour une raison obscure, et alors même que j'avais acheté ce second volume dès sa sortie, j'ai attendu un an avant de le lire...
Pourtant, j'étais convaincue d'aimer cette suite et je ne me suis pas trompée.
Les dessins et la mise en page sont absolument somptueux. Le scénario est remarquable ; comme dans le premier tome, on est littéralement dans la tête de Sherlock pour suivre ses raisonnements et déductions.
L'ensemble forme un album superbe et passionnant. Du grand art.

Dans la tête de Sherlock Holmes T2 - L'affaire du ticket scandaleux 2/2
Cyril Lieron, Benoît Dahan
Ankama, 2021

couv_lalonguemarche_rvb.jpg

Présentation de l'éditeur :

Missouri, été 1860. Après avoir quadruplé son CE1 à 15 ans, Simon diplômé d’office par Miss Rogers se voit refuser l’entrée en CE2 et doit gentiment déployer ses ailes. Aussi, le soir même de cette mauvaise nouvelle, lorsqu’il apprend que les dindes sur pattes valent 20 fois plus à Denver que chez lui, il décide d’acquérir 1000 têtes pour les convoyer sur 1000 kilomètres et prouver ainsi qu’il a le sens des affaires. Il recrute pour l’escorter une équipe improbable avec laquelle il va devoir traverser le désert, affronter les rocheuses et négocier avec les Indiens ! Ces derniers accepteront-ils de laisser passer cette étrange caravane qui doit atteindre Denver pour y faire fortune ?

Lorsque j'ai appris que le roman La longue marche des dindes était adapté en bande dessinée, j'ai eu très envie de découvrir cette version.
J'aime assez le style graphique de Léonie Bischoff, ce qui ne gâtait rien. La BD est vraiment fidèle au roman de Kathleen Karr, on y retrouve bien les différentes personnalités des protagonistes et l'ambiance du récit.
C'était une lecture fort plaisante, un bon complément au roman.

La longue marche des dindes
Léonie Bischoff, Kathleen Karr
Rue de Sèvres, 2022

Anne et sa maison de rêve (Lucy Maud Montgomery)

vendredi 4 novembre 2022

81boP7W1c3L.jpgPrésentation de l'éditeur :

Jeunes mariés, Anne et le désormais « docteur » Gilbert Blythe découvrent leur premier foyer : une adorable maison nichée entre la baie de Four Winds, un fabuleux rivage de rochers ocre et un bois de sapins plein de murmures.
Toujours curieuse et passionnée, Anne va trouver entre les crêtes argentées, les embruns marins et la musique des vagues, les plus précieuses des âmes : Mademoiselle Cornelia et ses opinions tranchées, le merveilleux Capitaine Jim et ses mille histoires, ainsi que Leslie Moore, une beauté aussi froide que fascinante.
Une maison de rêve, c’est là où résonnent les conversations intimes et les rires de nos amis, c’est aussi le lieu où entouré d’âmes échouées et magnifiques, on peut combattre la douleur et retrouver l’espoir, un endroit d’où l’on repousse les ombres et où l’on accueille la vie.

***

Cinquième opus de la série, et toujours le même plaisir de lecture.
C'est réconfortant de retrouver Anne et de la suivre au fil des ans, de la voir évoluer.
L'écriture (et la traduction) est vraiment magnifique, certains passages descriptifs sont de toute beauté.
L'humour est toujours présent, en particulier avec le personnage de Cornelia.
J'ai également beaucoup apprécié le personnage du capitaine Jim, particulièrement touchant.
Lire les aventures d'Anne, c'est se lover dans un cocon familier, un havre de paix d'une douceur bienvenue. Profiter du moment présent et rêver, se laisser porter.
Le bonheur, en somme.

Titre original : Anne's House of Dreams
Traduit de l'anglais par Laure-Lyn Boisseau-Axmann
Monsieur Toussaint Louverture (Monsieur Toussaint Laventure), 329 pages, 1917 pour l'édition originale et 2022 pour la présente édition française

Joyland (Stephen King)

lundi 31 octobre 2022

51x6_QL_ktL.jpgPrésentation de l'éditeur :

LES CLOWNS VOUS

ONT TOUJOURS FAIT UN PEU PEUR ?

L’ATMOSPHÈRE DES FÊTES

FORAINES VOUS ANGOISSE ?

ALORS, UN PETIT CONSEIL :

NE VOUS AVENTUREZ PAS SUR UNE GRANDE ROUE

UN SOIR D’ORAGE…

***

Joyland ne figurera pas parmi mes romans préférés de Stephen King, mais il m'a tout de même fait passer un super moment de lecture. 
Le travail remarquable du lecteur pour cette version audio y a sans-doute contribué ; j'ai adoré la diction et le timbre de voix d'Aurélien Ringerlheim.
Concernant l'histoire, j'ai découvert un aspect de l'écriture de King que j'avais encore peu perçu jusqu'alors : son talent de conteur. Dans Joyland qui est moins imprégné de fantastique et d'horreur que d'autres de ses romans, la narration prend donc toute sa place et j'ai trouvé que l'écriture était très belle. J'ai également apprécié la construction du récit, dans un va et vient entre passé et présent. Et puis j'ai beaucoup aimé l'univers du monde forain, du parc d'attraction.
Comme à l'habitude avec cet auteur, c'est de suite immersif, on est plongé dans l'histoire dès les premières lignes.

Texte intégral lu par Aurélien Ringelheim
Audiolib, 2014
Durée totale d'écoute : 09h55

Peindre la pluie en couleurs (Aurélie Tramier)

vendredi 28 octobre 2022

61GtegrZwYL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Morgane est une directrice de crèche solitaire et revêche qui ne supporte plus les enfants. À trente-cinq ans, elle vit dans le rêve de racheter une pension pour chiens. Tout vole en éclats lorsque sa sœur meurt dans un accident de voiture, lui laissant ses deux enfants en héritage. L’arrivée d’Eliott, dix ans, et de Léa, six ans, bouscule son quotidien maniaque et fait ressurgir un passé douloureusement enfoui.

***

Malgré un début d'histoire pas très gai, c'est un joli roman que voilà. Pas du genre inoubliable, mais un agréable moment de lecture empreint de tendresse et de douceur. 
C'est un récit sans prétention que nous confie Aurélie Tramier ; on relèvera quelques maladresses de style et une intrigue assez convenue, mais la sincérité de l'écriture rattrape ces faiblesses.

Le livre de poche, 377 pages, 2020

Ecriture, mémoires d'un métier (Stephen King)

lundi 24 octobre 2022

9782367628967-001-X.jpgPrésentation de l'éditeur :

Quand Stephen King se décide à écrire sur son métier et sur sa vie, un brutal accident de la route met en péril l'un et l'autre. Durant sa convalescence, le romancier découvre les liens toujours plus forts entre l'écriture et la vie. Résultat : ce livre audio hors norme et génial, tout à la fois essai sur la création littéraire et récit autobiographique. Mais plus encore révélation de cette alchimie qu'est l'inspiration. Une véritable boîte à outil pour apprenti écrivain, qui dévoile les coulisses de Carrie, Ça ou encore Shining. Une fois encore Stephen King montre qu'il est bien plus qu'un maître du thriller : un immense écrivain.

***

Un ouvrage passionnant sur les coulisses du métier d'écrivain, mais aussi un aperçu de la vie de Stephen King.
Ce livre est vraiment un savant mélange entre autobiographie et manuel d'écriture.
Tour à tour drôle, captivant et édifiant, cet essai rédigé comme un récit se lit en un clin d'œil et avec avidité.
Que l'on y cherche des conseils pour écrire ou que l'on soit fan de l'œuvre de Stephen King, Ecriture, mémoires d'un métier est un incontournable.
J'ai passé un super moment en compagnie du grand King et ai appris quantité de choses.

Texte intégral lu par François Montagut
Audiolib, 2020
Durée totale d'écoute : 09h42

La vague des BD #33

vendredi 21 octobre 2022

9782344033463-001-T.jpeg

Présentation de l'éditeur :

Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignées comme aliénées. L’histoire vraie de la pionnière du journalisme d’investigation et du reportage clandestin. Un récit poignant porté par le mépris de l’injustice et des persécutions, enrobé d'un graphisme élégant.

Je n'ai découvert l'existence de Nellie Bly que récemment. Son personnage me fascine, aussi est-ce la raison pour laquelle je souhaitais lire cette BD qui retrace un pan de sa vie, en particulier l'époque où elle fut volontairement internée à l'asile de Blackwell afin d'y réaliser un reportage.
Cette expérience vécue de l'intérieur dut être glaçante, c'est en tout cas l'impression restituée dans cet ouvrage. La condition des femmes était alors tout simplement révoltante. Comment ne pas ressentir d'empathie pour toutes celles qui furent internées par "commodité". Une histoire qui n'est malheureusement pas sans rappeler celle du Bal des folles.
Une belle BD pour un récit édifiant.

Nellie Bly, Dans l'antre de la folie
Virginie Ollagnier, Carole Maurel
Glénat, 2021

246879_couv_les_vous_gab_ok_bat_p1-2_page_1_0.jpg

Présentation de l'éditeur :

Dans un village tranquille des Alpes italiennes, un énorme rocher se décroche de la montagne et cause la mort d’un pêcheur. Les anciens disent que c’est la Main de Pierre, qui protégeait la région des esprits. Simple légende ? Pourtant, des vagues agitent la surface du lac. Un champion de kayak chavire sans raison. Une femme entend soudain parler son mari mort il y a plus de vingt ans. Et un gardien trouve des empreintes… Mais de quoi ? Blu, une jeune fille aux yeux couleur d’eau, a l’impression que des voix essaient de lui parler...

Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Davide Morosinotto. Ayant apprécié ce dernier, je voulais en découvrir une autre version.
L'histoire est habilement restituée et dessinée (pas évidentes, toutes ces scènes avec les Vous qui sont invisibles !). C'était chouette de retrouver l'atmosphère du roman même si j'ai préféré ce dernier à la bande dessinée.

Les vous
Davide Morosinotto, Nicolas Pitz
Rue de Sèvres, 2022

cadres_noirs_c1.jpg

Présentation de l'éditeur :

Alain Delambre est un cadre de 57 ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir. Il s'engage corps et âme dans cette lutte pour regagner sa dignité. S'il se rendait soudain compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite.

Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre que je n'avais pas lu.
Adaptation qui sera réalisée en trois albums, Avant étant donc le premier de cette trilogie.
Ne connaissant pas l'histoire, je ne savais pas à quoi m'attendre, mais je partais avec un a priori positif étant donné que c'est Pierre Lemaitre qui est à l'origine de cette histoire. Et je n'ai pas été déçue. 
On est en présence d'une sorte de thriller pyschologique, l'atmosphère est pesante et étrange. L'intrigue est bien ficelée, d'ailleurs au passage, chapeau au scénariste. Côté illustration, les dessins sont chouettes, le dessinateur parvient à accentuer l'ambiance du récit et à y embarquer le lecteur.
J'ai bien aimé ce premier volet que j'ai trouvé prenant et qui m'a donné envie de lire le roman !

Cadres noirs T1 - Avant
Pierre Lemaitre, Pascal Bertho, Giuseppe Liotti
Rue de Sèvres, 2022

71JMGvXy0ZL.jpg

Présentation de l'éditeur :

Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

Une BD sur le développement personnel, forcément, ça me tentait ! J'ai donc voulu tester ce premier tome d'une série de six volumes (au moment où j'écris ce billet). 
Alors, entendons-nous bien, ce n'est pas LE livre qui va changer votre vie, mais c'est une bande dessinée qui a le mérite d'aborder ce vaste sujet qu'est le développement personnel. Pour ma part, j'ai passé un agréable moment de lecture même si cette dernière reste légère. Cela dit, on ne lit pas une BD comme on lirait un traité de philosophie, donc...
Un moment sympa qui m'a donné envie de lire - au moins - le tome suivant.

Le jour où le bus est reparti sans elle
BeKa, Marko, Maëla Cosson
Bamboo, 2016

Billy Summers (Stephen King)

lundi 17 octobre 2022

9791035411558-001-X.jpgPrésentation de l'éditeur :

L’histoire d’un type bien... qui fait un sale boulot. 

Billy Summers est un tueur à gages, le meilleur de sa profession, mais il n’accepte de liquider que les salauds. Aujourd’hui, Billy veut décrocher. Avant cela, seul dans sa chambre, il se prépare pour sa dernière mission…

À la fois thriller, récit de guerre, road trip et déclaration d’amour à l’Amérique des petites villes, Billy Summers est l’un des romans les plus surprenants dans l’œuvre de Stephen King, qui y a mis tout son génie et son humanité.

***

Je suis passée près du coup de cœur avec ce dernier roman du grand maître Stephen King. Il faut dire aussi que la lecture magistrale de Thierry Blanc a amplifié l'effet d'immersion que j'ai ressenti dès les premières lignes.
J'ai adoré cette lecture audio, retrouver au fil des jours Billy Summers, ce personnage tellement attachant. 
Une fois encore, l'écriture de King m'a éblouie. Sa façon de raconter, de dire, est unique. Sous sa plume, les moindres détails deviennent passionnants. Les scènes d'action sont extrêmement bien rendues, on se croirait dans un véritable film. Et dans le même temps, l'auteur excelle aussi lors des scènes d'introversion.
Bref, c'était génial.

Texte intégral lu par Thierry Blanc
Audiolib, 2022
Durée totale d'écoute : 17h34

La vague des albums #181

vendredi 14 octobre 2022

81Vzh_slCRL.jpg

Présentation de l'éditeur :

Avez-vous ce lapin ? Il est suspecté des faits suivants : vol de romans - chapardage de dictionnaires – recel de poésies - disparition de BD et livres de cuisine. Vu pour la dernière fois dans la maison d'Arthur. Répond au nom de Gabin (parfois !). Approchez-le avec précaution (ou avec une laitue et des carottes). Pouvez-vous nous aider à le retrouver ? Ensemble, nous arrêterons le voleur de livres ! Contacter l'agent Pujol à l'antenne de police.

Forcément, lorsqu'on aime les livres, on aime les livres qui parlent des livres ! 
Cet album est une petite pépite. Il est drôle, malicieux, regorge de détails qui invitent à la relecture.
J'ai particulièrement apprécié toutes les références littéraires transposées dans l'univers des lapins.
Un superbe album pour les amoureux des livres.

Recherché ! Gabin le lapin, voleur de livres
Emily MacKenzie
Thomas Jeunesse, 2022

9782378881184.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Au soir de sa vie, un vieil homme lègue deux graines à ses fils : à l’aîné, une graine de fougère ; au cadet, une graine de bambou. « Plantez-les dans la forêt en souvenir de moi. » Si la fougère recouvre vite le sol, rien ne pousse de la graine de bambou, au grand désespoir du plus jeune des frères…

Immense coup de cœur pour cet album qui m'a énormément touchée.
D'une part, esthétiquement parlant, car les illustrations de Jérémy Pailler sont absolument sublimes. Chaque page est un enchantement pour les yeux.
D'autre part, pour son histoire, belle et profonde.
A la manière d'un conte initiatique (et philosophique), Marie Tibi nous raconte l'expérience de ces deux jeunes orphelins à la suite du décès de leur père.
Le récit, touchant, dispense au fil des mots de véritables leçons de vie.
La métaphore finale est superbe.
Un bijou, à ne manquer sous aucun prétexte.

La fougère et le bambou
Marie Tibi, Jérémy Pailler

L'école des loisirs (Kaléidoscope), 2022

grand_inventaire_plaisirs_luchien_cv_jpg_ok.jpg

Présentation de l'éditeur :

Luchien est un tout petit chien qui s’y connait en plaisirs de la vie. Par exemple, Luchien adore sauter dans les flaques. C’est bien la boue, parce qu’après il y a le bain, puis la serviette chaude et douce. Tous ces plaisirs donnent faim, et Luchien est gourmand, juste ce qu’il faut bien sûr ! Il y a aussi les plaisirs partagés comme faire la fête avec les amis ou encore, le préféré de Luchien, le câlin du soir.

Cet album, c'est la mignonitude incarnée ! La douceur des traits associée à une certaine malice font de cette histoire un petit délice à savourer, tout comme les plaisirs de son héros.
Ce Luchien a une bouille irrésistible à laquelle j'ai bien évidemment succombé. Comment ne pas fondre ?!
Un hymne à la vie et aux petits plaisirs, un livre-doudou.

Le grand inventaire des petits plaisirs de Luchien
Frédéric Stehr
L'école des loisirs (Pastel), 2022

9782378881160.jpg

Présentation de l'éditeur :

Un poisson qui n’aime pas nager ! A-t-on jamais vu cela ? Contrairement à tous ses copains, Ulysse déteste tourner en rond dans les eaux claires du lagon. « Pfff… Virer, tournailler, tournicoter, encore et encore et encore… quel ennui ! » se lamente le petit poisson. Soudain, lui vient une idée folle…

Aux commandes de cet album, on retrouve le génial duo Marianne Barcilon/Christian Jolibois qui fonctionne à merveille.
Dans la même série que Petite marmotte à la bougeotte ou Pourquoi, moi, j'ai jamais de câlins ?, J'aime pas nager met en scène Ulysse, un mignon petit poisson qui n'aime pas... nager !
Dans un univers aquatique, cette histoire se révèle malicieuse comme les précédentes. Les illustrations sont toujours aussi jolies, le camaïeu de bleus employé pour cet album est particulièrement réussi.
De belles retrouvailles avec ces deux auteurs que j'affectionne.

J'aime pas nager !
Marianne Barcilon, Christian Jolibois
L'école des loisirs (Kaléidoscope), 2022

petite_poule_volait_perles_RVB-270x382.jpg

Présentation de l'éditeur :

Lorsque le paon Peacock l’engage dans sa boutique de perles, une petite poule grise ne croit pas sa chance. Elle qui ne rêve que de belles choses va pouvoir créer de fabuleux bijoux. Un soir, elle découvre une perle abandonnée sur le sol. Sans réfléchir, elle s’en empare. Un premier vol qui en entraînera d’autres. Occupé par ses nombreux clients, son patron ne remarque rien. Mais un jour, le prince leur confie sa couronne. La petite poule profite du sommeil de Peacock pour la dérober. À son réveil, le paon croit à un cambriolage et part alerter la police. Sa jeune apprentie comprend que sa convoitise l’a menée trop loin. Réussira-t-elle à réparer ses erreurs avant qu’il ne soit trop tard ? Une jolie fable illustrée qui offre aux jeunes lecteurs la joie de lire par eux-mêmes.

Je triche un peu pour ce titre, car il ne s'agit pas d'un album, mais d'un roman illustré pour les jeunes lecteurs.
D'ailleurs, au départ, je croyais que c'était un nouvel album d'Axel Scheffler, mais je me trompais.
Il s'agit d'un conte animalier qui reprend les codes de plusieurs classiques du genre. 
L'écriture est agréable et soignée, la langue est légèrement soutenue, ce que je trouve appréciable pour ce niveau de lecture. L'histoire est mignonne avec une jolie morale.
Les dessins d'Axel Scheffler sont toujours aussi chouettes, je suis fan !
Un bon roman que je recommande pour les premières lectures.

La petite poule qui volait des perles
Axel Scheffler
La joie de lire  (Hibouk), 2022

- page 1 de 158