Velvet (Mary Hooper)

mercredi 15 juin 2022

VELVET_couv.jpgPrésentation de l'éditeur :

Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l’enfer d’une blanchisserie. Lorsque l’occasion lui est donnée de s’occuper du linge de clients fortunés, la jeune fille saisit sa chance et attire l’attention de l’intrigante Madame Savoya, l’un des médiums les plus courus de la capitale. Emménageant à la Villa Darkling aux côtés de Madame et de George, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu’est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts…

***

Troisième roman que je lis de l'auteure, Velvet s'inscrit dans la continuité des précédents avec une intrigue qui se déroule en Angleterre sur fond d'époque victorienne.
Cette histoire traite du thème des médiums et du spiritisme qui faisaient l'objet d'un important - et malhonnête - commerce au début du 20ème siècle.
Si j'ai retrouvé avec grand plaisir l'écriture de Mary Hooper, j'ai toutefois été moins séduite par Velvet que par Waterloo Necropolis ou L'infortune de Kitty Grey. Par contre le contexte historique est bien documenté et toujours aussi intéressant.

Titre original : Velvet
Traduit de l'anglais par Fanny Ladd et patricia Duez
Les grandes personnes, 336 pages, 2012 pour l'édition française

Les pantoufles (Luc-Michel Fouassier)

lundi 13 juin 2022

010079543.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un homme sort de chez lui en pantoufles en oubliant les clés à l’intérieur de son appartement. Contraint d’affronter une journée sans chaussures, il s’engage dans cette aventure à pas feutrés. Mais face à ses collègues de travail, à sa famille et même aux forces de l’ordre, chaussé de ses confortables charentaises, il provoque de surprenantes réactions d’hostilité ou d’engouement.
Et le voilà lancé dans un combat contre la tyrannie du conformisme. Dans un monde trop pressé, il impose doucement sa si tranquille façon de marcher.

***

Un roman sans prétention, une histoire rigolote et empreinte de légèreté, mais finalement plus profonde qu'il n'y paraît.
De temps en temps, j'apprécie de lire ce genre de court récit fantaisiste et récréatif.
Le ton est résolument décalé, c'est jubilatoire et drôle.
Un bon moment.

Folio, 128 pages, 2022

Déracinée (Naomi Novik)

vendredi 10 juin 2022

005763252.jpgPrésentation de l'éditeur :

Depuis toujours, le village de Dvernik est protégé des assauts du Bois – une forêt maléfique douée d’une volonté propre – par le «Dragon», un puissant magicien. Celui-ci, en échange de ses services, prélève un lourd tribut : à chaque génération, la plus jolie jeune femme de la communauté disparaît dans sa tour. Cette année, c’est Kasia qui sera choisie. Forcément, c’est la plus belle, la plus populaire. Personne n’en doute, et encore moins Agnieszka, qui n’a jamais voulu de cet honneur. Mais les choses ne vont pourtant pas se passer comme prévu, et Agnieszka va découvrir un monde au-delà de l’entendement...

***

Avec cette sublime couverture, cela faisait un bye que ce roman me faisait de l'œil. Lorsque je suis tombée sur un exemplaire lors d'un passage en librairie, j'ai décidé de passer à l'acte !
Déracinée est un excellent roman de fantasy qui s'enracine (jeu de mots involontaire !) dans différents folklores et œuvres littéraires, à commencer par une influence du Seigneur des anneaux (je précise que ce n'est pas une vérité, mais l'expression de mon propre ressenti). C'est un récit riche, étonnant, à la narration particulièrement originale avec quelques lenteurs et un aspect contemplatif assumé à certains moments. De ce point de vue, j'ai regretté un déséquilibre au niveau du rythme entre le début et la fin de l'ouvrage. En effet, la dernière partie s'accélère et m'a semblé légèrement expédiée.
En fin de compte, et malgré ce bémol, c'est un très bon roman qui m'a beaucoup plu.

Titre original : Uprooted
Traduit de l'anglais par Benjamin Kuntzer
J'ai lu, 512 pages, 2015 pour l'édition originale et 2018 pour la présente édition française

L'Arpenteuse de rêves (Estelle Faye)

mercredi 8 juin 2022

9782700276565-001-T.jpegPrésentation de l'éditeur :

Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite.
Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse.

***

Cette sublime couverture abrite un bon roman français de fantasy. Histoire en un volume, élément que j'apprécie car, parfois, je me lasse des séries à rallonge.
Un univers bien pensé et assez original, un rythme soutenu et une jolie plume, voilà les principaux ingrédients de L'arpenteuse de rêves.
Une jolie découverte qui m'a toutefois laissée un peu sur ma faim. J'aurais apprécié quelques pages de plus, une histoire plus fouillée ; c'était trop court à mon goût. Dommage, car il y a d'excellentes idées qui auraient mérité d'être développées davantage. 

Rageot, 314 pages, 2021

La vague des BD #32

lundi 6 juin 2022

005949426.jpg

Présentation de l'éditeur :

Que se passe-t-il si la cigogne qui apporte le bébé se casse l'aile ? Surtout si elle repasse le bébé à deux autres bras cassés : un lapin pas super malin et un canard encore moins futé. Heureusement, un petit cochon un peu grognon veille...

Il fallait oser, et Benjamin Renner l'a fait, il nous livre une histoire qui part dans tous les sens, sans aucune limite.
C'est débridé, déjanté et surtout désopilant.
Le coup de crayon est efficace, l'auteur croque ses personnages à merveille pour un résultat absolument jubilatoire.
Le récit qui ne suit en apparence aucun fil conducteur nous promène de page en page vers des idées plus folles les unes que les autres.
C'était délirant et ça fait drôlement du bien !

Un bébé à livrer
Benjamin Renner
Delcourt (Shampooing), 2018

couv_cqns.jpg

Présentation de l'éditeur :

On voulait faire un humain augmenté, on a créé l'humain assisté.
Nous sommes en 2113, Constant équipé d’un implant, représente la première génération « augmentée » à vivre avec un second cerveau totalement connecté au DataBrain Center. Ce projet mondial lancé il y a 30 ans pour les plus fortunés, détourne au passage la quasi-totalité de l’énergie mondiale produite. Pour ceux qui peuvent y prétendre, toutes les expériences extrêmes virtuelles mais aux sensations si proches du réel sont à portée de pilule à avaler ou de programme à télécharger.

Une histoire complète en un seul volume. Un récit de science fiction qui fait froid dans le dos mais semble douloureusement plausible. Des dessins époustouflants, l'impression d'être dans un film.
Cet album m'a fait grande impression. J'ai trouvé l'intrigue maîtrisée et captivante, les illustrations saisissantes. 
Une magnifique BD qui marque.

Ce que nous sommes
Zep
Rue de Sèvres, 2022

9782344042052-001-T.jpeg

Présentation de l'éditeur :

Un jour, une métamorphe tombe amoureuse d’un jeune homme nommé Ambroise. Elle peut changer de forme à volonté, mais des questions finissent par la hanter : quel visage doit-elle incarner pour se faire aimer ? Qui doit-elle être pour conquérir sa proie ? 
Inconscient de l’obsession dont il est l’objet, ignorant la vraie nature de la créature, Ambroise cherche à acquérir une légitimité au sein de l’orchestre qu’il vient d’intégrer en tant que harpiste. C’est alors qu’il rencontre Francesca Forabosco – cantatrice aussi excentrique que renommée – qui va le prendre sous son aile. Elle lui propose un marché. S’il veut obtenir la harpe de ses rêves, Ambroise devra relever 47 défis. Un seul échec, et l’instrument lui échappe...

Hypnotisant aussi, mais dans un tout autre genre, ce dernier album en date de Timothé Le Boucher. Un nouveau thriller psychologico-fantastique, à l'instar de ses autres ouvrages.
Les dessins sont magnifiques et dérangeants à souhait, le récit flirte en permanence avec une sorte de perversion mystérieuse. Il se dégage de ces pages un sentiment d'obsession malsaine, c'est incroyablement bien rendu.
Il s'agit de la première partie de l'histoire, j'ai très envie de lire la seconde tant cet album m'a happée.

47 cordes
Timothé Le Boucher
Glénat, 2022

9782205088168-couv.jpg

Présentation de l'éditeur :

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l'impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d'humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l'énergie et du changement climatique au cœur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s'avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d'Orsay" signé avec l'expertise d'un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Un ouvrage dense mais accessible, passionnant, édifiant, hautement didactique. J'ai appris quantité de choses sur le sujet du réchauffement climatique et de l'énergie. Cette BD tout public (mais néanmoins exigeante) permet de mieux comprendre l'évolution du climat et de l'humanité. C'est extrêmement bien fait, souvent drôle (pour faire passer les messages les plus sérieux), parfois effrayant, toujours bien expliqué et vulgarisé.
Un ouvrage incontournable sur ces sujets Ô combien d'actualité.

Le monde sans fin
Christophe Blain, Jean-Marc Jancovici

Dargaud, 2021

La vague des albums #179

vendredi 3 juin 2022

010090019.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Connaissez-vous la vie d’un arbre ? Entre mes branches donne voix à cette figure mystérieuse et mutique en apparence. De son état de jeune pousse à sa fin sous les dents d’une scie, un arbre raconte les animaux qui s’abritent sous ses feuilles, les intempéries qui le font trembler jusqu’à ses racines ou encore les cabanes qui sont construites dans ses branches. Au fil des pages finement illustrées, le lecteur comprend l’essentiel : nature et animaux évoluent dans une harmonie à laquelle l’humain reste trop souvent aveugle et sourd. Une belle incitation à réfléchir à considérer la nature… à hauteur d’arbre !

Coup de cœur pour cet album beau et émouvant. J'ai tout aimé dans ce livre. Les superbes illustrations réalisées à l'encre de Chine, le contraste entre le noir des dessins et le rouge du texte, la simplicité et la poésie des mots, la qualité de l'objet-livre. 
C'est une douce incursion dans la vie d'un arbre, une invitation à un voyage immobile et pourtant tellement riche d'expériences variées.
Conquise par ce magnifique hommage aux arbres.

Entre mes branches
Nicolas Michel
La joie de lire, 2022

9782378881108.jpg

Présentation de l'éditeur :

Arsène et Bartoli sont deux frères taquins et inséparables qui se préoccupent peu de ce qui les entoure : ils adorent se rouler dans les fleurs sauvages, tendre des pièges aux lapins et piétiner allègrement les vers de terre en comptant les points. Les coquins sont maîtres de ces bois… Après tout, qui pourrait défier deux ours ? Mais la forêt qui les a vus grandir leur réserve quelques surprises…

La toute petite maison est un magnifique petit album. Tout y est joli et soigné. Le petit format relié est superbe, les dessins adorables, la mise en page pensée jusque dans les moindres détails, les couleurs douces.
L'histoire est belle, elle aborde de nombreux sujets et se révèle à la fois drôle et touchante.
Cette toute petite maison est vraiment un bijou, un presque coup de cœur qu'il ne faut pas hésiter à offrir autour de soi.

La toute petite maison
Michaël Escoffier, Clotilde Perrin
L'école des loisirs (Kaléidoscope), 2022

mackay_le-petit-faon_couv-hd.png

Présentation de l'éditeur :

Cette petite fille est déçue de rater les bonnes choses : les étoiles filantes parce qu’elle va se coucher tôt, les premières pommes, trop hautes sur l’arbre. Et ce matin, parce qu’elle s’habillait dans sa chambre, elle n’a pas pu voir la biche qui passait dans le jardin. Son courage et sa ténacité sont plus forts que sa déception. Elle se faufile dehors, décidée à suivre la biche à la trace. Cette fois, elle ne sera pas déçue !

Autre joli album poétique, cette histoire d'une rencontre entre une fillette et un faon. Les illustrations sont toutes douces, dans des coloris pastels. La morale est jolie, à l'image des dessins. En faisant preuve de patience, on peut profiter des bonnes choses, tout vient à point à qui sait attendre. 

Le petit faon
Kallie George, Elly MacKay
L'école des loisirs, 2022

ohmura_tous-rescousse_couv-hd.png

Présentation de l'éditeur :

La crevette appelle gentiment à l’aide. Sans même demander pourquoi, une cinquantaine d’animaux marins arrive aussitôt en ribambelle pour lui donner un coup de main, de pince, de patte ou de nageoire. De l’ange de mer à l’orque en passant par le poisson démon, le concombre de mer, le poisson-globe et le dauphin, ils sont bientôt tous là. On va y arriver ! Mais au fait, qui a besoin d’aide ? Surprise !

J'aime particulièrement les albums de cette auteure japonaise. Ses dessins bien sûr, mais aussi l'originalité de ses histoires, ses récits en accordéon.
Celui-ci nous plonge dans le monde marin à la rencontre d'une multitude d'animaux qui se rassemblent pour venir en aide... à qui, c'est le mystère jusqu'à la dernière page !
Joli, coloré, cet album fait mouche auprès des jeunes lecteurs.

Tous à la rescousse !
Tomoko Ohmura
L'école des loisirs, 2022

9782211313339.jpg

Présentation de l'éditeur :

Maya et sa mère vont à la librairie. La fillette a un rendez-vous un peu spécial. La libraire l’accompagne et la rassure : « Ne t’inquiète pas, c’est un vrai gentil. Il ne faut pas croire tout ce qu’on lit… » Quand Maya entre dans le salon de thé, l’ogre tourne la tête, encore plus intimidé qu’elle. Puis de sa voix moussue et douce, il se met à raconter une histoire d’ogre.

Un beau voyage au pays des livres pour les amoureux des livres. L'aventure d'une fillette, en visite à la librairie. Une librairie pas comme les autres où l'on vit les histoires par procuration en écoutant un personnage raconter son propre récit. En l'occurrence ici, c'est un ogre qui raconte. Les dessins sont sublimes et créent un effet d'immersion.
Un très bel album autour d'une thématique des plus séduisantes.

L'ogre de la librairie
Céline Sorin, Célia Chauffrey
L'école des loisirs (Pastel), 2022

010191325.jpg

Présentation de l'éditeur :

Sandrine Thommen a imaginé un livre promenade pour raconter en images tout ce qui se passe au cours d’une journée au Japon. Chaque double page de cet album grand format développe une nouvelle scène. Le petit lecteur se promène au gré de son imagination entre les rizières, le marché, le temple aux renards ou l’école. On suit de page en page des personnages qu’il faut retrouver. Certains remonteront la piste de la petite fille au chapeau jaune, d’autres débusqueront un yokai et d’autres encore préfèreront prendre un bain de soleil avec le petit chien.
Un livre foisonnant de détails à découvrir et d’histoires à inventer !

Si vous êtes attiré/intéressé par le Japon, en particulier par sa culture au quotidien, cet album est fait pour vous. Chaque double-page met en scène un élément de la vie de tous les jours des japonais. Les dessins sont superbes, j'adore ce style graphique qui fait penser aux films d'animation des studios Ghibli. 
C'est dépaysant à souhait et tellement joli, un vrai régal pour les yeux.

Une journée au Japon
Sandrine Thommen
Picquier Jeunesse, 2022

Sang trouble (Robert Galbraith)

mercredi 1 juin 2022

9791035406424-001-T.jpegCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Cormoran Strike est en visite dans sa famille en Cornouailles quand une inconnue l'approche pour lui demander de l'aide. Elle aimerait retrouver sa mère, Margot Bamborough, disparue dans des circonstances jamais éclaircies en 1974.
Strike n'a encore jamais travaillé sur une affaire classée, et en l'occurrence, 40 ans se sont écoulés depuis les faits. Intrigué, il accepte, malgré le peu de chances de résoudre l'affaire et la longue liste des cas sur lesquels lui et son associée Robin Ellacott travaillent déjà. Cette dernière est embourbée dans un divorce déjà compliqué, ses sentiments pour Strike n'arrangeant rien.
Petit à petit, l'enquête apparaît comme extraordinairement complexe. Sur leur chemin, Robin et Strike rencontrent des témoins peu fiables, s'interrogent sur des jeux de tarots, tout en poursuivant des pistes qui semblent mener vers un serial killer psychopathe. Ils apprendront bientôt, à leurs dépens, que même des affaires classées peuvent se révéler dangereuses...
Ce cinquième volume de la série des Cormoran Strike, épique et labyrinthique à souhait, nous offre une lecture haletante. Incontestablement le meilleur roman de Robert Galbraith à ce jour.

***

Quel bonheur que ces retrouvailles avec Cormoran Strike ! Je l'attendais de pied ferme ce cinquième volet, et je dois dire que l'auteure m'a une fois de plus conquise. 
L'intrigue n'est pas simple mais extrêmement bien ficelée et amenée. 
Les différentes rencontres dans le cadre de l'enquête sont passionnantes, les dialogues entre les protagonistes aux petits oignons, le ton toujours mordant.
Le personnage du détective de plus en plus attachant, je crois que je suis entrain de tomber amoureuse...!
C'est bien simple, j'ai tout aimé dans ce roman. 
C'était intelligent, drôle, prenant.
C'était parfait. ♥♥♥♥♥

Texte intégral lu par Philippe Résimont
Traduit de l'anglais par Florianne Vidal
Audiolib, mars 2022
Durée totale d'écoute : 33h02

Mon désir le plus ardent (Pete Fromm)

lundi 30 mai 2022

331.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting  dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur cœur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence.

***

Deuxième roman que je lis de l'auteur, et deuxième coup de cœur après ma découverte bouleversante de La vie en chantier.
Ici aussi, un thème difficile, mais traité là encore avec pudeur et intelligence. Un récit poignant qui ne peut que toucher le lecteur. Pete Fromm a cette incroyable capacité à créer des personnages forts et terriblement humains, proches de nous.
J'ai refermé ce roman le cœur en miettes mais une nouvelle fois émerveillée par le talent de cet auteur.

Titre original : If not for this
Traduit de l'anglais par Juliane Nivelt
Gallmeister (Totem), 288 pages, 2014 pour l'édition originale et 2019 pour la présente édition française

Anne de Windy Willows (Lucy Maud Montgomery)

vendredi 27 mai 2022

010158430.jpgPrésentation de l'éditeur :

Ses brillantes études universitaires terminées, Anne Shirley se voit confier la direction du lycée de Summerside, une petite bourgade de l’Île-du-Prince-Édouard, d’apparence paisible, mais qui va lui réserver bien des surprises. À ses côtés, nous allons découvrir Windy Willows, la pension où elle va vivre pendant trois ans – ainsi que ses occupantes –, la petite Elizabeth, sa féerique voisine, Katherine Brooke, sa collègue désabusée, et ses élèves, qu’ils soient touchants ou tout à fait exaspérants. Avec un humour toujours plus fin, des envolées lyriques et nostalgiques, Anne de Windy Willows offre le portrait d’une jeune femme tout en nuances : généreuse et directe, fiancée, oui, mais surtout indépendante. 

***

Anne de Windy Willows est le quatrième volume de la série Anne écrite par Lucy Maud Montgomery. C'est aussi le dernier tome en date nouvellement traduit et publié par l'éditeur Monsieur Toussaint Louverture. 
De ce côté-là, c'est toujours un sans-faute, le travail éditorial est de très grande qualité et le livre sublime.
Concernant le fond, cette suite des aventures d'Anne s'est révélée à la fois très plaisante à lire et frustrante à souhait. En effet, dans cette suite, Gilbert Blythe est aux abonnés absents et on ne "l'aperçoit" qu'une seule fois dans toute l'histoire. Il continue pourtant de faire partie de la vie d'Anne qui lui écrit des lettres régulièrement, lettres qui composent l'essentiel de ce livre.
Ce quatrième opus est donc exclusivement consacré au quotidien d'Anne à Summerside et aux personnes qui l'entourent.
Malgré cette immense frustration, Anne de Windy Willows est remarquablement écrit comme les volumes précédents et je me suis régalée à le lire.
Une parenthèse de douceur et de poésie.

Titre original : Anne of Windy Willows
Traduit de l'anglais par Patricia Barbe-Girault
Monsieur Toussaint Louverture (Monsieur Toussaint Laventure), 384 pages, 1936 pour l'édition originale et 2022 pour la présente édition française

La vague des albums #178

lundi 7 mars 2022

9782092494233.jpg

C'est une nouvelle collection qui a vu le jour chez Nathan en ce début d'année. Dédiée aux tout petits, elle propose des imagiers en pop-up. Ce qui est particulièrement original, c'est que les scènes en pop-up peuvent s'appréhender à 360°, on peut regarder les illustrations au recto comme au verso.
L'imagier des animaux familiers présente quatre animaux : le chat, le chien, le cochon d'Inde et le poisson rouge.
Les dessins sont adorables, très colorés, bref une manière ludique d'apprendre du lexique pour les plus jeunes.

Pop Pop Pop : Les animaux familiers
Géraldine Cosneau
Nathan, 2022

Acheter Pop Pop Pop : Les animaux familiers sur Les Libraires.fr

9782092494240.jpg

Cet imagier appartient lui aussi à la collection Pop pop pop et se compose de quatre scènes de vie, chacune consacrée à un personnage et une pièce de la maison : salon, cuisine, salle de bain et chambre. Il y a également une scène finale qui reprend différents éléments vus dans les pages précédentes.
L'imagier de la maison est aussi joli et attractif que celui des animaux. Il y a, à chaque double-page, un encadré "cherche et trouve" pour prolonger encore le jeu et l'observation.
Un petit format bien pensé et conçu pour les petits.

Pop Pop Pop : La maison
Géraldine Cosneau
Nathan, 2022

Acheter Pop Pop Pop : La maison sur Les Libraires.fr

009767493.jpg

CoupDeCoeur2016.pngDans la même série - de la même auteure -, j'avais lu Petite baleine qui m'avait fait grande impression.
Comme le laisse deviner la couverture, cette fois-ci c'est un récit sur les flamands roses. Bibi, en est la doyenne, elle guide le groupe, en particulier les plus jeunes. Nous la suivons dans un long périple à la recherche de l'eau.
Les dessins sont sublimes, chaque scène est magistrale.
Un album pour les amoureux de la nature, un bijou.
Très envie à présent de découvrir les deux autres titres de la série que je ne connais pas encore.

Bibi
Jo Weaver
Kaléidoscope, 2022

Acheter Bibi sur Les Libraires.fr

C'est dans le cadre d'un projet humanitaire en Côte d'Ivoire que cet album a vu le jour. A cette occasion, Camille Lavoix a recueilli des contes qu'elle a ensuite transposés à l'écrit.
Ces contes ivoiriens sont des contes sur les animaux, chacun donnant une explication sur l'apparence ou le comportement d'un animal en particulier.
La restitution de ces récits est une réussite, l'écriture est vivante et s'inspire de la culture orale. C'est extrêmement plaisant à lire, on entend les mots qui chantent dans sa tête.
Les illustrations regorgent de couleurs vives et chaudes et achèvent de nous plonger dans ces histoires de Côte d'Ivoire.
Un bel ouvrage à tout point de vue, tant au niveau de sa génèse que de sa réalisation finale.

Misé Misé - 11 contes ivoiriens de la Comoé
Camille Lavoix, Vyara Boyadjieva
La joie de lire, 2022

Acheter Misé Misé sur Les Libraires.fr

- page 2 de 157 -