Outlander #9.1 - L'adieu aux abeilles, Partie 1 (Diana Gabaldon)

lundi 10 octobre 2022

Outlander.jpgCoup De CoeurPrésentation de l'éditeur :

En l’an 1779, Claire et Jamie savourent leurs retrouvailles avec leur fille Brianna, Roger, le mari de celle-ci, et leurs enfants, à Fraser’s Ridge. Il y a peu, ce rêve leur paraissait encore inaccessible.

Mais même dans ce coin isolé de Caroline du Nord, les effets de la guerre se font sentir. La tension dans les Colonies ne cesse de croître et la colère des habitants monte chaque jour d’un cran. Jamie a conscience que ses fermiers connaissent des conflits de loyauté et que le danger est à leur porte.

Lorsque les Colonies du Sud se soulèvent, la Révolution se rapproche encore davantage de Fraser’s Ridge. En sa qualité de soignante, Claire se demande combien de ceux qu’elle aime vont encore devoir verser leur sang…

***

Trois ans que j'attendais cette suite ! Un peu d'appréhension au moment de démarrer la lecture... déjà le neuvième tome, la crainte que la sauce ne prenne plus.
J'avais tort, et c'est tant mieux !
Coup de cœur pour ces retrouvailles avec Claire et Jamie. J'ai adoré ce volume. J'y ai tout aimé. Le rythme, les liens familiaux, l'amour et l'amitié, l'humour, les descriptions somptueuses, les dialogues, le contexte historique. 
La relation entre Claire et Jamie est vraiment belle, je trouve d'ailleurs qu'elle a embelli avec le temps. 
C'était extra de passer ces quelques heures à leurs côtés avec les leurs.
Que du bonheur.

Titre original : Go tell the bees that I am gone
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 800 pages, 2021 pour l'édition originale et 2022 pour l'édition française

La vague des albums #180

vendredi 7 octobre 2022

charbon_cestlarentree-couv1.png

Présentation de l'éditeur :

Où vont-ils tous, le mouton, le chien, le lapin et d’autres encore ? Ils n’ont pas l’air enthousiastes et s’encouragent d’abord en sautant, puis en volant, ou en nageant … Enfin ils sont arrivés ! Tous ces animaux sont les doudous des enfants qui les accompagnent à l’école !

Bien que la rentrée des classes soit déjà un peu loin, c'est un livre qui devrait plaire aux jeunes lecteurs. Un album petit format tout cartonné qui parle donc de la rentrée à travers les peurs enfantines lors du premier jour d'école. Les illustrations sont adorables et vivement colorées, le twist final - lorsque le lecteur découvre que les personnages sont en réalité les doudous des enfants - est bien amené, bref c'est indubitablement une histoire à lire aux nouveaux écoliers.

C'est la rentrée
Ella Charbon
L'école des loisirs (Loulou & Cie), 2022

a_l_ecole_leon_cv_jpg_ok.jpg

Présentation de l'éditeur :

Par la fenêtre, Léon regarde la nouvelle école. Demain c’est la rentrée des classes, rappelle Maman, mais Léon n’est pas prêt. L’école est trop loin pour ses petites jambes, puis ni Marcel ni Francis le poisson n’iront, et surtout, son doudou ne peut pas rester seul à la maison. Non ! demain, ce n’est vraiment pas le bon jour pour aller à l’école.

Autre album, toujours sur le thème de la rentrée, dans lequel on retrouve toute la douceur et la tendresse d'Emile Jadoul.
Une jolie histoire qui aborde également le thème de la peur de la rentrée mais en introduisant la notion de maturité. Il faut être assez grand pour aller à l'école, raison pour laquelle les compagnons de Léon ne peuvent encore s'y rendre. Léon, lui, est en âge de faire sa rentrée. J'ai apprécié que l'auteur évoque cette idée en présentant l'entrée à l'école comme une chance, un mérite.

A l'école, Léon !
Emile Jadoul
L'école des loisirs (Pastel), 2022

cpm-amazon-768x1107.jpg

Présentation de l'éditeur :

Un calendrier féerique pour un Japon de l’enfance, en compagnie des fleurs et des animaux, des parfums, des saveurs, des couleurs et des fêtes qui rythment les saisons, du printemps à l’automne. Une variation émerveillée des listes chères à la dame de cour Sei Shonagon, qu’elle égrenait au début du xie siècle dans ses Notes de chevet.

J'avais tellement aimé Une journée au Japon, que j'ai cherché d'autres albums illustrés par Sandrine Thommen. 
Choses petites et merveilleuses est un pur enchantement ! A picorer au fil des mois ou à lire d'une traite, ce calendrier "féérique" nous transporte au Japon à travers les saisons. Les illustrations sont superbes - décidément je suis fan de ce style graphique - et immersives à la fois.
J'ai particulièrement apprécié les notes de fin d'ouvrage qui apportent des précisions aux événements évoqués dans le calendrier.
Un album qui donne des envies de voyage au pays du soleil levant. Un petit bijou.

Choses petites et merveilleuses
Sandrine Thommen, Nathalie Dargent
Picquier Jeunesse, 2022

imagier_fleurs_sauvages_RVB-270x369.jpg

Présentation de l'éditeur :

Savez-vous à quoi ressemble le lys martagon ? Et le cirse des champs ? Après L’imagier des fleurs du jardin, Marie-Noëlle Horvath offre un fabuleux aperçu des plantes qui poussent dans la nature sauvage. Elle continue de développer son inimitable technique qui allie art et matière. Bouton d’or, coquelicot ou encore bourrache prennent vie grâce à des tissus peints puis collés sur une toile de lin. Avec la fraîcheur et la beauté qui caractérisent son travail, Marie-Noëlle Horvath permet aux tout-petits (et aux plus grands !) d’admirer les fleurs et de les étudier sous une forme unique et créative. Un imagier plus vrai que nature ! 

Un imagier petit format tout cartonné pour les jeunes lecteurs, qui émerveillera aussi les plus grands par son réalisme.
La précision et le rendu sont étonnants, chaque fleur de tissu est une représentation fidèle de celle que l'on peut voir dans la nature. Bluffant.
C'est joli, doux, instructif (j'ai découvert des fleurs que je ne connaissais pas), bref, un superbe imagier intelligent.

L'imagier des fleurs sauvages
Marie-Noëlle Horvath
La joie de lire, 2022

Grisha (Leigh Bardugo)

lundi 3 octobre 2022

81OqhyjevLL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Ombre. Guerre. Chaos. Un royaume envahi par les ténèbres. Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal. Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold. Parmi eux : Alina Starkov. ESPOIR. DESTINÉE. RENOUVEAU. L’avenir de tous repose sur les épaules d’une orpheline qui ignore tout de son pouvoir. L’Invocatrice de lumière.

***

Une fois n'est pas coutume, j'ai lu ce premier tome après avoir regardé son adaptation pour le petit écran. Séduite par la série télévisée, j'ai eu envie de découvrir les livres.
Je connaissais donc l'intrigue en commençant ce premier tome, et, pourtant, malgré l'absence de surprise, j'ai été emportée par l'histoire. Du rythme, un univers passionnant, des personnages attachants, bref, de la fantasy comme j'aime et un super moment de lecture.

T1 -  Grisha
Titre original : Shadow and Bone

Traduit de l'anglais par Nenad Savic
Le livre de poche jeunesse, 339 pages, 2012 pour l'édition originale et 2020 pour la présente édition française

816lZiaE7iL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un pays déchiré par la guerre civile. Une jeune femme idolâtrée, rongée par ses propres pouvoirs. Un corsaire flamboyant et mystérieux. Un soldat renégat, en proie aux doutes ; une menace grandissante. un danger imminent. Pour s'opposer au Darkling, Alina devra explorer ses propres ténèbres. Au risque d'y perdre sa lumière.

***

Un deuxième tome moins rythmé que le premier avec quelques longueurs. J'ai donc légèrement moins apprécié ce volume, mais l'histoire donne toutefois envie de découvrir la suite. Disons que le récit est inégal. Certaines scènes sont palpitantes ou poignantes, d'autres m'ont laissée perplexe. J'ai eu le sentiment que l'intrigue tournait un peu en rond.
A voir si le dernier opus rattrape ces défauts.

T2 -  Le dragon de glace
Titre original : Siege and Storm

Traduit de l'anglais par Anath Riveline
Le livre de poche jeunesse, 433 pages, 2013 pour l'édition originale et 2020 pour la présente édition française

81W_K2EereL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Imposture. Manipulation. Traque.
Un royaume au bord du chaos. Un tyran sur un trône d'ombre. Une sainte sans pouvoirs. Sans alliés. Sans armée. Le combat final de la lumière contre les ténèbres.
Loyauté. Amour. Renaissance.
Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ? Seule l'Invocatrice de lumière en décidera.

***

Je crois que c'est celui que j'ai le moins aimé des trois tomes. J'ai trouvé que la série allait décroissant, et malheureusement j'ai trouvé ce dernier volume plutôt moyen.
Déjà, les atermoiements d'Alina m'ont tapé sur les nerfs, plus l'on avançait dans l'histoire, plus elle m'horripilait. Heureusement, d'autres personnages sont clairement plus attachants (en particulier le prince Nikolai), mais cela ne rattrape pas le côté insupportable de l'héroïne. Si l'on ajoute à cela le fait que la narration est à la première personne, ça n'arrange pas les choses !
Par ailleurs, comme je l'avais déjà ressenti dans le deuxième tome, celui-ci tourne en rond, on a le sentiment que l'intrigue n'est pas très claire dans la tête de l'auteure et que certaines scènes sont du "remplissage".
Moralité, je n'ai pas vraiment adhéré à ce final même si la lecture n'était pas désagréable. Je suis déçue, l'univers et les idées de l'auteure sont originaux mais l'exploitation qu'elle en a faite n'est pas à la hauteur. Dommage.

T3 -  L'oiseau de feu
Titre original : Ruin and Rising

Traduit de l'anglais par Anath Riveline
Le livre de poche jeunesse, 398 pages, 2014 pour l'édition originale et 2020 pour la présente édition française

Set et Match ! (Liane Moriarty)

lundi 29 août 2022

91xu7_VgzPL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Imaginez un terrain de tennis. D’un côté, un couple modèle, heureux en mariage depuis cinquante ans. De l’autre, leurs quatre enfants, soit la panoplie du bonheur.

L’enjeu de la partie ? Le grain de sable qui a enrayé une mécanique jusqu’alors parfaitement huilée, dévoilant des failles et des rivalités insoupçonnables, transformant les membres d’une famille idéale en de redoutables adversaires.

Que le meilleur gagne !

Et si nos proches étaient… nos pires ennemis ? Avec un savant dosage d’humour, de suspense et de poil à gratter, Liane Moriarty appuie là où ça fait mal. Pour notre plus grand plaisir !

***

Retrouvailles avec la plume de Liane Moriarty que je boudais depuis quelques temps suite à des déceptions.
Bien que cela n'ait pas été un coup de cœur, j'ai retrouvé dans Set et match ! ce que j'aime dans l'écriture de l'auteure : la façon dont elle creuse la psychologie des personnages et les liens qu'elle tisse entre eux.
Ici, on est dans une histoire familiale avec des personnes hautes en couleurs. Je me suis attachée à chacune d'elles.
L'arrivée dans le cercle familial d'une mystérieuse jeune femme va mettre à mal l'apparente harmonie qui y règne.
Jusqu'à la fin, on s'interroge sur l'identité de cette inconnue, on remet en cause la loyauté et la droiture de chacun.
Un roman bien ficelé qui m'a réconciliée avec Liane Moriarty.

Texte intégral lu par Marcha Van Boven
Audiolib, 2022
Durée totale d'écoute : 15h10

Frère Wulf T2 - Le fléau du Tulpan (Joseph Delaney)

vendredi 26 août 2022

81jDzC-psUL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Frère Wulf poursuit son apprentissage auprès de l’Épouvanteur Johnson. Les journées passées à combattre les créatures de l’obscur s’enchaînent, plus périlleuses les unes que les autres. Et si Wulf comptait sur ses nuits pour reprendre des forces, il se trompait : chaque soir, dans son lit, son sommeil est perturbé par d’étranges et inquiétants grattements…

Alors qu’ils effectuent une mission pour Tom Ward, Johnson et Wulf sont attaqués, et le jeune apprenti épouvanteur est capturé. Emmené de force dans un nouvel entremonde, Wulf va devoir faire face aux terribles révélations de son ravisseur…

***

C'est avec la gorge serrée que j'écris cette chronique. C'est en effet au moment où je terminais ce roman que j'ai appris la mort de son auteur. 
Je suis extrêmement triste de me dire que ce livre était le dernier, qu'il n'y aura pas de suite, que c'est terminé, que Tom, Alice, Grimalkin et les autres, on ne les reverra plus. J'ai tellement aimé la saga de L'épouvanteur ! L'écriture de Joseph Delaney est géniale, immersive, prenante. Ses histoires sont touchantes et captivantes.
On vient de perdre un grand Monsieur de la littérature fantastique.

Pour en revenir au Fléau du Tulpan, c'était un excellent tome. On y découvre plus en profondeur le personnage de Wulf et sa personnalité. On fait également connaissance avec la fille de Tom et Alice. Comme les autres tomes de la série, celui-ci se lit à une vitesse folle, le récit est rythmé et captivant. C'est un tome de transition qui laisse présager une nouvelle orientation dans la série, mais hélas, on ne pourra pas le vérifier.
J'ai passé un super moment.

Adieu Monsieur Delaney, et MERCI. ♥♥♥♥♥

Titre original : Wulf's Bane
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 319 pages, 2021 pour l'édition originale et 2022 pour l'édition française

Raison et sentiments (Jane Austen)

vendredi 12 août 2022

9782264058256ORI.jpgPrésentation de l'éditeur :

En amour, comme en tout, rien n’a changé depuis le 19eme siècle de Lady Jane. Si la fougueuse Marianne s’abandonne à une passion qui menace de lui brûler les ailes, la sage Elinor prend le risque de perdre l’amour à force de tempérance. Raison et sentiments : impossible équation ? Les deux jeunes femmes devront apprendre de leurs vacillements. Pour le meilleur et pour le pire.

***

Cela fait des années que je me promets de lire l'ensemble de la - courte - œuvre de Jane Austen. J'ai déjà lu Orgueil et préjugés (premier roman que j'ai lu de l'auteure), Persuasion et Lady Susan
Depuis quelques temps, l'envie de retrouver la plume de Jane Austen s'est faite sentir et les grandes vacances ont été pour moi l'opportunité de me plonger dans un autre titre.
Je connaissais déjà l'histoire de Raison et sentiments pour avoir vu son adaptation par la BBC, néanmoins j'ai beaucoup apprécié cette lecture malgré l'absence de surprise.
C'est toujours le même type de récit et de construction que dans les autres romans de Jane Austen, mais le plaisir de lecture est chaque fois renouvelé.
L'écriture est belle, le ton est tour à tour mordant, drôle ou tragique. L'analyse fine des personnages est un pur régal, j'ai en particulier adoré celui Thomas Palmer !
L'intrigue est maîtrisée et bien amenée, bref, si vous aimez l'écriture de Jane Austen, ce titre est un très bon cru.

Titre original : Sense and Sensibility
Traduit de l'anglais par Jean Privat
10/18, 382 pages

A l'adresse du bonheur (Lorraine Fouchet)

lundi 8 août 2022

9782350878027ORI.jpgPrésentation de l'éditeur :

En lisant les petites annonces, Pierre Saint-Jarme découvre que Ker Joie, la maison de famille vendue dix ans plus tôt, est de nouveau sur le marché. Il se précipite pour la racheter. Trop tard. Alors il la loue, le temps d’un week-end, pour réunir la tribu sur l’île de Groix et organiser l’anniversaire d’Adeline, sa mère. Mais Pierre n’est pas le seul à lire les journaux… Un accident survenu il y a trente-sept ans s’invite à la fête. Tandis qu’Adeline souffle ses quatre-vingts bougies et pioche des moments précieux dans le bocal à émotions, les fracas du passé tracent vers l’île. Et si vous pouviez racheter votre maison d’enfance ? Ce roman ravive les souvenirs, parle du serment d’Hippocrate, de rancune tenace, et surtout d’amour. Il appelle à éclairer la nuit pour ceux qu’on aime, et réveille le parfum des vacances et des recettes de grand-mère.

***

C'est le premier livre que je lisais de Lorraine Fouchet, et ce fût, ma foi, une fort jolie découverte.
La couverture et le fait que l'histoire se déroule en Bretagne sont à l'origine de mon désir de lire A l'adresse du bonheur, et je dois dire que je n'ai pas été déçue.
C'est un récit doux-amer (mais qui penche tout de même davantage du côté de la douceur), sur les liens qui se font et se défont, sur les relations familiales, sur la filiation. On trouve aussi dans ce roman un parfum de vacances, des embruns et l'atmosphère propre aux îles, bref c'était une lecture idéale pour la saison estivale.
J'ai passé un agréable moment en compagnie de Pierre et de sa famille.

Héloïse d'Ormesson, 316 pages, 2022

Mémoires de la forêt - Les souvenirs de Ferdinand Taupe (Mickaël Brun-Arnaud, Sanoe)

vendredi 5 août 2022

couvbrunarnaudmemoiresdelaforet_cmjn.pngPrésentation de l'éditeur :

Dans la forêt de Bellécorce, au creux du chêne où Archibald Renard tient sa librairie, chaque animal qui le souhaite peut déposer le livre qu’il a écrit et espérer qu’il soit un jour acheté. Depuis que ses souvenirs le fuient, Ferdinand Taupe cherche désespérément à retrouver l’ouvrage qu’il a écrit pour compiler ses mémoires, afin de se rappeler les choses qu’il a faites et les gens qu’il a aimés. Il en existe un seul exemplaire, déposé à la librairie il y a des années. Mais justement, un mystérieux client vient de partir avec… À l’aide de vieilles photographies, Archibald et Ferdinand se lancent sur ses traces en forêt, dans un périple à la frontière du rêve, des souvenirs et de la réalité.

***

Un presque coup de cœur pour ce premier roman. A travers ce conte qui met en scène des animaux de la forêt, l'auteur nous parle de la maladie d'Alzheimer avec pudeur et délicatesse.
Le récit est tour à tour drôle et poétique, terriblement touchant. La beauté de l'écriture est renforcée par les superbes illustrations de Sanoe. L'ensemble forme un magnifique livre que je vous recommande chaudement.

L'école des loisirs (Neuf), 299 pages, 2022

Les sept morts d'Evelyn Hardcastle (Stuart Turton)

vendredi 22 juillet 2022

008649917.jpg

Présentation de l'éditeur :

Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l'identité de l'assassin et empêcher le meurtre. Tant qu'il n'est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. Celle de la mort d'Evelyn Hardcastle.

***

Sentiment mitigé au sortir de cette lecture, même si je pense qu'il est en partie dû au fait que j'ai laissé traîner ce livre trop longtemps. En effet, de par sa construction et la multitude de personnages, Les sept morts d'Evelyn Hardcastle est typiquement le genre de roman qu'il faut lire rapidement, avec le minimum de pauses.
Ma lecture s'étant échelonnée sur une longue période, j'ai fini par perdre pied et ne plus être capable de me repérer dans l'histoire. Et donc, fatalement, j'y ai perdu aussi tout intérêt.
Pour autant, je reconnais à ce roman une écriture agréable et un scénario bien ficelé. L'ambiance est pesante et admirablement restituée, on est dans un huis-clos étrange et hypnotique.
Je suppose que c'est un bon roman, bien qu'étant passée à côté.

Titre original : The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle
Traduit de l'américain par Fabrice Pointeau
10/18, 594 pages, 2018 pour l'édition originale et 2020 pour la présente édition française

Tobie Lolness (Timothée de Fombelle)

vendredi 8 juillet 2022

A62945.jpgPrésentation de l'éditeur :

Courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens... Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps ?

***

Ce premier volet de l'histoire m'a d'emblée fait penser aux romans jeunesse de Roald Dahl, mais avec davantage de profondeur et de "sérieux".
L'écriture est belle et poétique, la création de cet arbre-univers est bien pensée et le récit très riche de ce point de vue.
J'ai beaucoup aimé ce début d'histoire, les réflexions sous-jacentes, les différents thèmes abordés, l'humour, le rythme.
Un excellent premier tome qui donne envie de se plonger dans la suite.

T1 - La vie suspendue
Gallimard Jeunesse (Folio Junior), 400 pages, 2010

91QT67XqsTL.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Le grand chêne où vivent Tobie et les siens est blessé à mort. Les mousses et les lichens ont envahi ses branches. Léo Blue règne en tyran sur les Cimes et retient Elisha prisonnière. Les habitants se terrent. Les Pelés sont chassés sans pitié. Dans la clandestinité, Tobie se bat, et il n'est pas le seul. Au plus dur de l'hiver, la résistance prend corps. Parviendra-t-il à sauver son monde fragile ? Retrouvera-t-il Elisha ?

***

Si j'avais été assez séduite par le premier volume, celui-ci a été un véritable coup de cœur. J'ai trouvé l'écriture de Timothée de Fombelle absolument magnifique. Il y a une poésie folle dans ce récit empli d'émotions.
Tour à tour drôle ou tragique, l'histoire de Tobie prend une toute autre dimension dans ce second volet. Le rythme est plus effréné, l'intrigue plus dense.
Une suite éblouissante qui m'a énormément touchée.
Un bijou.

T2 - Les yeux d'Elisha
Gallimard Jeunesse (Folio Junior), 432 pages, 2010

- page 2 de 158 -