BIBLIOTHEQUE › Littérature générale

Fil des billets - Fil des commentaires

La toute petite reine (Agnès Ledig)

lundi 14 février 2022

61jmzO-Ol9L._SL500_.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un matin, Adrien, maître-chien, est appelé pour un colis suspect en gare de Strasbourg. Bloom, son chien hypersensible, va sentir le premier que les larmes de Capucine, venue récupérer sa valise oubliée, cachent en réalité une bombe prête à exploser dans son cœur. Hasard ou coup de pouce du destin, ils se retrouvent quelques jours plus tard dans la salle d'attente d'un couple de psychiatres. Dès lors, Adrien n'a de cesse de découvrir l'histoire que porte cette jeune femme.

Dénouant les fils de leur existence, cette rencontre pourrait bien prendre une tournure inattendue et leur permettre de faire la paix avec leur passé afin d'imaginer à nouveau l'avenir.

***

Retrouvailles avec Agnès Ledig. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas lue, et ce titre-ci m'a tentée.
C'est un roman tout en délicatesse, en douceur. Pas le meilleur de l'auteure, mais tout de même une belle lecture.
Sa grande force, c'est sa manière de travailler la psychologie des personnages. Capucine et Adrien sont des héros auxquels on s'attache, inéluctablement.
Une jolie parenthèse pour un récit bien écrit.

Texte intégral lu par Céline Espérin
Durée : 7h51
Audible, 2021

Acheter La toute petite reine sur Les Libraires.fr

La (presque) grande évasion (Marine Carteron)

lundi 10 janvier 2022

009593546.jpgPrésentation de l'éditeur :

Elle, c'est Bonnie, comme dans "Bonnie and Clyde" et pour une fille de gendarme c'est pas banal. La langue bien pendue et avec une sacrée bougeotte, c'est une habituée des heures de colle le mercredi aprem. Alors, quand sa mère disparaît du jour au lendemain en ne laissant qu'un petit mot lapidaire sur le frigo "Je pars". Bonnie décide de braver le confinement et le couvre-feu pour la retrouver. Mais ce qu'elle n'avait pas prévu c'est que ses deux crétins d'amis et son chien l'accompagneraient : Malo l'hypocondriaque, Jason le spécialiste des embrouilles et Melting-Pot le champion de la distanciation sociale (rapport à sa gueule pleine de dents).

***

Ce roman, c'était pile ce que j'avais besoin de lire pour débuter cette année chaotique. Moi aussi, je me suis évadée comme les personnages, et ça m'a fait beaucoup de bien.
L'écriture de Marine Carteron est enlevée et drôle, certains passages sont jubilatoires. 
Finalement, ce qui compte dans ce récit, c'est surtout les dialogues et les relations entre les protagonistes. L'intrigue, elle, n'a rien de spécial, mais pourtant ça se lit tout seul. Ces trois ados et le chien qui les accompagne m'auront fait passer un très agréable moment.

Rouergue, 221 pages, 2021

Acheter La (presque) grande évasion sur Les Libraires.fr

Anne de Redmond (Lucy Maud Montgomery)

jeudi 30 décembre 2021

009600454.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Anne Shirley, qui a désormais 18 ans, poursuit ses rêves d’études supérieures et d’envolées créatives. Et c’est en compagnie de Gilbert Blythe, Charlie Sloane et Priscilla Grant qu’elle découvre Redmond, l’Université de Kingsport en Nouvelle-Écosse. Au programme : cours, écriture, nouvelles rencontres et surtout, toutes sortes de mésaventures ô combien romantiques. Sans oublier les retours à Green Gables pour se ressourcer, entretenir les vieilles amitiés, garder sur le droit chemin un turbulent petit garçon… et recevoir sa première demande en mariage ! 

***

Comment terminer l'année en beauté ? En poursuivant la série de Lucy Maud Montgomery ! De nouveau un coup de cœur (et je pressens que ce ne sera pas le dernier !) avec ce troisième tome.
Anne est désormais adulte, mais elle conserve sa personnalité exaltée et enthousiaste. Le récit est tour à tour drôle, sérieux, lyrique, romantique, émouvant. Le quotidien d'Anne est constitué de multiples petites histoires qui englobent plusieurs personnages secondaires, certains connus, d'autres nouveaux. Il ne se passe rien d'extraordinaire, et pourtant c'est passionnant. Les pages se tournent à la vitesse de l'éclair, on est bien dans cet univers, on aurait envie d'y rester et de ne jamais en partir. C'est le roman-doudou par excellence, le livre anti-déprime qui met du baume au cœur et à l'âme.
C'est beau, tout simplement.
Et que dire, une nouvelle fois, du travail éditorial concernant ce dernier opus, encore plus beau que les précédents (si, c'est possible !). Le livre est sublime et j'ai pris un plaisir fou à le contempler à chaque fois que je reprenais ma lecture.

Titre original : Anne of Redmond
Traduit de l'anglais par Laure-Lyn Boisseau-Axmann
Monsieur Toussaint Louverture (Monsieur Toussaint Laventure), 341 pages, 1915 pour l'édition originale et 2021 pour la présente édition française

Acheter Anne de Redmond sur Les Libraires.fr 

Les chroniques de l'érable et du cerisier T1 - Le masque de Nô (Camille Monceaux)

vendredi 3 décembre 2021

007802597.jpgPrésentation de l'éditeur :

Japon, XVIIe siècle, début de l'ère Edo. Enfant abandonné, Ichirô est recueilli et élevé loin du monde par un ancien samouraï qui lui enseigne la voie du sabre. Quand des événements dramatiques bouleversent sa vie, le garçon se retrouve à quinze ans seul sur les routes qui le conduisent à Edo...

***

Je vais avoir bien de la peine à chroniquer cette lecture tant elle m'a déroutée.
La toute première partie qui représente un quart du roman est absolument passionnante et addictive, à tel point qu'à ce stade de la lecture j'étais déjà en train d'envisager d'acheter le second tome. 
Une fois passé ce premier quart, on tombe dans le ventre mou de l'histoire, et bien que l'écriture soit superbe, je me suis ennuyée et désintéressée du récit. Il faut dire que l'intrigue prend un virage à quatre-vingt-dix degrés et s'oriente vers une thématique radicalement différente de ce que l'auteure nous laisse entrevoir au début du livre. Je m'attendais à un roman sur les samouraïs, la voie du sabre, une sorte de conte initiatique, Ichirô qui devient un vrai guerrier... mais non. Ou tout du moins pas pour le moment, car on se doute que la série des Chroniques de l'érable et du cerisier aura tout de même cela pour thème central. Sauf qu'à mon humble avis, ce premier tome souffre d'un vrai problème de rythme.
La toute fin a su raviver mon intérêt et me donner envie de poursuivre la saga, mais je suis quand-même un peu déçue par ce Masque de Nô qui commençait tellement bien. 
Un dernier mot pour saluer le travail éditorial, ce volume est absolument magnifique (dessin de la couverture, motifs sur les tranches, qualité du papier...).

Gallimard Jeunesse, 411 pages, 2020

Acheter Le masque de Nô sur Les Libraires.fr

Les filles au chocolat T8 - Cœur caramel (Cathy Cassidy)

mercredi 1 décembre 2021

009788179.jpgPrésentation de l'éditeur :

De retour de son académie de danse, Summer Tanberry (15 ans) a hâte de retrouver ses sœurs (dont sa jumelle) et de passer des vacances reposantes avec son amoureux, Tommy. Mais son arrivée est marquée par une catastrophe : un violent orage détruit la salle des fêtes, symbole de la vie locale.

Summer, bien décidée à montrer à tous qu'elle a surmonté sa maladie, monte un spectacle caritatif. Lorsque Sparks, son partenaire de danse, débarque pour l'épauler, Tommy a un comportement des plus étranges...

***

Un peu moins bon que le précédent, Cœur Praline, mais c'était tout de même une lecture agréable. J'apprécie toujours autant de replonger dans le cercle familial des sœurs Tanberry. Leur mode de vie, leurs liens avec leurs parents qui sont ultra cool, leurs amis... tout cela contribue à poser un décor apaisant et cosy, dans lequel on revient à chaque fois avec un grand plaisir. C'est frais, pas prise de tête, une petite lecture récréative qui fait du bien.

Traduit de l'anglais par Anne Guitton
Nathan, 216 pages, 2021 pour l'édition originale et l'édition française

Acheter Cœur caramel sur Les Libraires.fr

Baba ! (Christophe Léon)

vendredi 26 novembre 2021

41wLZPOkEiL._SX337_BO1_204_203_200_.jpgPrésentation de l'éditeur :

Le 11 novembre 1960, les guerres d'indépendance de l'Algérie bouleversent la vie de Fatima. Son père, baba, disparaît. Un mois plus tard, la jeune fille est blessée par balle dans une manifestation. Envoyée de force en France, elle est adoptée et subit le climat ambiant de violence et de racisme. Avec courage, elle tente de retourner dans son pays. Qui l'attendra à la maison ?

***

Retrouvailles avec la plume de Christophe Léon à l'occasion de ce dernier titre sorti chez La joie de lire. Un auteur que je suis depuis maintenant quelques années et dont j'aime à la fois l'écriture et les textes engagés.
Baba ! traite d'un pan de l'Histoire que je connais mal et j'ai donc apprécié d'en apprendre un peu plus sur ce sujet douloureux de la guerre d'indépendance de l'Algérie.
A travers les yeux de cette toute jeune fille on découvre de l'intérieur comment le conflit a été vécu - subi - par de nombreuses personnes, et comment certains algériens se sont retrouvés déracinés (sans oublier les blessés et les morts, bien entendu).
Un récit intéressant sur un thème difficile, pour ne pas oublier.

La joie de lire (Encrage), 155 pages, 2021

Acheter Baba ! sur Les Libraires.fr 

Les filles au chocolat T7 - Cœur praline (Cathy Cassidy)

mercredi 24 novembre 2021

009477563.jpgPrésentation de l'éditeur :

Skye, 15 ans, s’apprête à passer un été ennuyeux à Tanglewood alors que toutes ses sœurs ont des projets excitants. C’était sans compter sur Georges, un garçon de passage, qui adore l’Histoire comme elle. Tous deux se lancent avec passion dans un combat pour sauver un cottage emblématique de la ville. Leur romance saura-t-elle passer le cap des vacances et devenir plus qu’une aventure d’été ?

***

Six ans après la sortie du tome 6 que je pensais être le dernier, voici que je découvre la parution d'un septième opus dans la série des Filles au chocolat.
Ô joie, paillettes et lecture-doudou ! 
J'ai replongé avec délice dans cette famille ultra-attachante pour une nouvelle aventure aux côtés de Skye. Et que c'était chouette !
Bien sûr, c'est gentillet, mais j'aime toujours autant les personnages de Cathy Cassidy et les histoires qu'elle crée autour d'eux. Dans chacun de ses romans, elle parvient à développer une ambiance douce et chaleureuse que j'adore. C'est mignon, c'est mon plaisir coupable !

Traduit de l'anglais par Anne Guitton
Nathan, 216 pages, 2021 pour l'édition originale et l'édition française

Acheter Cœur praline sur Les Libraires.fr

Sans foi ni loi (Marion Brunet)

lundi 22 novembre 2021

M02266294199-source.jpgPrésentation de l'éditeur :

Lorsqu’une hors-la-loi débarque chez lui et le kidnappe, Garett est terrifié.
Pourtant Ab Stenson, cette femme indomptable, est celle qui lui ouvrira les portes d’un avenir moins sombre, loin de son père violent. Fasciné par sa ravisseuse, Garett découvrira ses plus grands secrets, ceux qu’on ne révèle qu’à ses plus proches amis. Dans son sillage, il rencontrera l’amour et l’amitié, là où il les attendait le moins. Jusqu’au bout de la route, où Ab lui offrira le plus beau des destins : la liberté.

« La première fois que j’ai obéi à Ab Stenson, je n’ai pas vu qu’elle était belle. D’ailleurs je n’ai pas compris que c’était une femme avant un moment, vu qu’elle portait des habits d’homme, le cheveu court, et qu’elle était si sale que seul un homme – du moins je le pensais à l’époque – pouvait traîner un col noir de crasse comme le sien et des paquets de poussière rouge au creux de chaque pli du visage. »

***

Après mon coup de cœur pour Plein gris, j'ai eu envie de découvrir cet autre roman de l'auteure. Comme le laissent deviner le titre et la couverture du livre, nous sommes ici dans un tout autre genre, celui du western.
Que dire, si ce n'est que j'ai adoré ce récit qui m'a énormément touchée. Le style est percutant, incisif, la narration très immersive. Le personnage d'Ab est fascinant et la relation qu'elle va nouer avec Garett magnifique. Au début on est presque dans une situation de type syndrome de Stockholm, mais rapidement on bascule vers autre chose de plus fort, de plus profond.
Malgré sa brièveté, Sans foi ni loi est riche et puissant.
Un superbe roman.

Pocket Jeunesse, 221 pages, 2021

Acheter Sans foi ni loi sur Les Libraires.fr 

Edenbrooke (Julianne Donaldson)

vendredi 19 novembre 2021

91099kL7vxL.jpgPrésentation de l'éditeur :

Éprise de liberté, Marianne Daventry n'est pas heureuse à Bath. Lorsque sa soeur l'invite à passer l'été à Edenbrooke, la jeune femme n'hésite pas une seconde. Devant parfaire son éducation, condition sine qua non pour pouvoir prétendre à l'héritage de sa grand-mère, Marianne tente désespérément de ne pas se laisser charmer par le maître des lieux, sir Philip, séducteur patenté. Parviendra-t-elle à contenir les élans de son coeur ou succombera-t-elle à son sourire ?

***

Après mon coup de cœur pour Blackmoore, j'ai eu envie de lire Edenbrooke de la même auteure.
Pas de coup de cœur cette fois-ci (pourtant ce n'était pas loin), mais une magnifique romance et une très belle lecture. 
Encore une fois, le point fort du roman, c'est son personnage masculin. Philip est absolument irrésistible. Drôle, cultivé, chevaleresque, bref, il incarne l'homme idéal sans toutefois se montrer parfait sous tous rapports. La complicité qui s'établit entre Marianne et lui est savoureuse, leur relation qui s'étoffe au fil du récit n'a rien de nunuche, c'est vraiment une jolie histoire qui ne souffre pas trop des clichés habituels du genre.
Un excellent roman, presque aussi bon que Blackmoore.

Titre original : Edenbrooke
Traduit de l'anglais par Jean-Baptiste Bernet
Hauteville, 360 pages, 2012 pour l'édition originale et 2014 pour l'édition française

Acheter Edenbrooke sur Les Libraires.fr 

(Existe au format électronique.)

La vie en chantier (Pete Fromm)

lundi 15 novembre 2021

431.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et retapent ensemble leur modeste maison de Missoula, dans le Montana. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur bonheur est parfait. Mais Marnie meurt en couches, et Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec son bébé sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

***

Je n'avais encore jamais lu de roman de Pete Fromm. Je supposais qu'il était exclusivement spécialisé dans le "nature writing". Je ne savais pas à quoi m'attendre en ouvrant La vie en chantier.
Les mots sont venus me cueillir avec une force qui m'a coupé le souffle. Durant quelques heures, j'étais aux côtés de Taz, j'assistais à son lent retour à la vie. Un récit qui prend aux tripes sans verser dans le larmoyant, empli d'émotions. Il y a une telle justesse dans l'écriture de Pete Fromm, c'est touchant d'humanité et de réalisme.
J'ai été particulièrement émue par le lien entre Taz et son meilleur ami. Leur relation et l'attitude de Rudy à l'égard de Taz sont magnifiques et bouleversantes.
Inutile de dire qu'à présent je compte bien lire les autres romans de l'auteur !

Titre original : A job you mostly won't know how to do
Traduit de l'anglais par Juliane Nivelt
Gallmeister (Totem), 336 pages, 2019 pour l'édition originale et 2021 pour la présente édition française

Acheter La vie en chantier sur Les Libraires.fr 

- page 2 de 59 -