BIBLIOTHEQUE › Littérature générale

Fil des billets - Fil des commentaires

Le grand monde (Pierre Lemaitre)

mercredi 22 juin 2022

81LrEMj_12L.jpgPrésentation de l'éditeur :

Trois histoires d’amour, un lanceur d’alerte, une adolescente égarée, deux processions, Bouddha et Confucius, un journaliste ambitieux, une mort tragique, le chat Joseph, une épouse impossible, un sale trafic, une actrice incognito, une descente aux enfers, cet imbécile de Doueiri, un accent mystérieux, la postière de Lamberghem, grosse promotion sur le linge de maison, le retour du passé, un parfum d’exotisme, une passion soudaine et irrésistible. Et quelques meurtres.

***

L'histoire du Grand monde se déroule dans l'après guerre, fin des années quarante. Nous suivons la famille Peltier du Liban en Indochine en passant par la France. A l'instar de ses précédents romans, Pierre Lemaitre nous propose une "petite" histoire dans la grande Histoire. 
C'est toujours aussi bien écrit, on retrouve encore une fois toute l'ampleur du talent de narration de l'auteur. C'est cynique, drôle, acide, parfois loufoque.
Un excellent moment de lecture. Du grand Pierre Lemaitre.

Texte intégral lu par l'auteur
Audiolib, 2022
Durée totale d'écoute : 17h34

Les célibataires de Bow Street (Kate Bateman)

lundi 20 juin 2022

008674442.jpgPrésentation de l'éditeur :

Pour échapper à un mariage forcé, Georgiana croyait avoir trouvé la parade idéale : épouser un condamné à mort déniché à la prison de Newgate. Sitôt mariée, sitôt veuve… Enfin, elle sera libre !
Quelle n’est pas sa stupeur quand, lors d’un bal, elle se retrouve nez à nez avec son mari !
Le soi-disant bagnard était en réalité un agent gouvernemental en mission secrète. Désormais, ils sont légalement unis. Or, le fringant Benedict déborde de charme et n’est pas du genre à se laisser ignorer…

***

Je suis tombée par hasard sur cette romance, et, après avoir pris connaissance du pitch, j'ai eu envie de la découvrir.
Si l'idée de départ est originale et rigolote, la suite est assez convenue, mais qu'importe, c'était sympa à lire. J'ai bien aimé le personnage de Georgiana qui est indépendante et intéressante. Elle n'est pas l'archétype de la femme candide et soumise de l'époque et sa personnalité donne du relief à l'histoire.
Un agréable moment de lecture qui m'a donné envie de lire les autres tomes de la trilogie.

T1 - Les mariés du secret
Titre original : This Earl of Mine
Traduit de l'anglais par Elisabeth Duc
J'ai lu pour elle (Aventures et Passions), 320 pages, 2019 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

008763677.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un voleur d’une audace folle sévit dans les résidences chics de Mayfair. L’Engoulevent, comme on l’appelle, ne s’intéresse qu’aux joyaux de la Couronne de France, qu’il dérobe les uns après les autres, signant chaque fois son forfait d’une énigmatique plume noire. Cela ne peut plus durer, et Alexander Harland, comte de Melton, est secrètement mandaté par Bow Street pour appréhender l’impudent cambrioleur. Sa piste le conduit rapidement à Mlle Emmy Danvers, une jeune fille de bonne famille qui n’est peut-être pas si respectable que cela… et qui lui inspire bientôt les pensées les plus inconvenantes.

***

Disons-le d'emblée, j'ai moins apprécié ce second volume, mais j'ai toutefois passé un bon moment.
J'ai regretté cette lenteur ; les événements mettent un temps infini à se produire et j'ai trouvé que le récit manquait de rythme par rapport au premier tome.
En revanche, j'ai préféré le personnage masculin de ce tome-ci. L'héroïne est chouette aussi mais elle manque de cohérence, elle agit comme si elle souhaitait se faire pincer à chaque nouveau larcin.
Bref, c'était encore une fois une lecture sympathique quoique moins bonne que la précédente.

T2 - Les meilleurs ennemis
Titre original : To Catch an Earl
Traduit de l'anglais par Cécile Desthuilliers
J'ai lu pour elle (Aventures et Passions), 384 pages, 2020 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

9782290252079-475x500-1.jpgPrésentation de l'éditeur :

Sebastian, comte de Mowbray, savoure son joyeux célibat. Il préfère la fréquentation des courtisanes complaisantes à celle des débutantes dévorées d’ambition. Le soir où il rencontre une certaine Anya dans une maison de plaisirs, subjugué par sa beauté, il lui réclame une nuit. Mais elle l’envoie promener et disparaît ! Sebastian a à peine le temps de digérer son dépit qu’il la retrouve quelque temps plus tard chez sa grand-tante, dont Anya est la dame de compagnie. Qui est donc cette mystérieuse jeune femme ? Une aventurière ? Une ingénue ? Une seule chose est sûre : elle le rend fou de désir.

***

Peut-être est-ce celui des trois tomes que j'ai préféré. L'intrigue de départ est certes plus classique que celle des Mariés du secret, mais j'ai retrouvé dans ce dernier volet de la trilogie le même plaisir de lecture que dans le premier.
Les deux héros sont attachants, le début de leur relation sort un peu des sentiers battus en romance et l'histoire se tient bien.
J'ai aimé la relation entre Sebastian et Anya et le fait qu'il y ait un équilibre au niveau de l'écriture entre romantisme et guimauve. C'était mignon, mais pas niais.

T3 - Princesse sans couronne
Titre original : The Princess and the Rogue
Traduit de l'anglais par Agathe Nabet
J'ai lu pour elle (Aventures et Passions), 384 pages, 2021 pour l'édition originale et l'édition française

Mardi soir 19h (Gilles Legardinier)

vendredi 17 juin 2022

9782072957420.jpgPrésentation de l'éditeur :

Elynn est assez jeune pour avoir la vie devant elle. Pourtant, elle a souvent le sentiment que ses rêves sont de plus en plus loin derrière.
Entre son couple qui végète et la réalité quotidienne de son métier d’infirmière, la jeune femme a l’impression de faire du sur-place dans un horizon sans intérêt. Comment en est-elle arrivée là ? Qu’est devenue l’enfant pleine d’envies qu’elle était ?
Cherchant à bousculer sa routine, Elynn s’inscrit dans un club de sport. De rencontres inattendues en expériences inédites, ce simple rendez-vous va vite se révéler essentiel et déclencher d’imprévisibles réactions en chaîne. Elynn et ses nouvelles amies vont peu à peu trouver les moyens de forcer les verrous qui les entravaient. La cage ne résistera pas longtemps…

***

Quel délice que ce dernier roman de Gilles Legardinier ! J'y ai retrouvé toute sa tendresse, sa fantaisie, sa joie de vivre. C'est déjanté à souhait (mais pas trop), drôle, émouvant. Un hymne à la vie, au quotidien, à l'amour avec un grand A, aux petits bonheurs.
Je suis ravie d'avoir pris autant de plaisir à écouter ce titre, ce furent de belles retrouvailles !
Un roman-doudou par excellence.

Texte intégral lu par Clémentine Domptail
Durée totale d'écoute : 10h48
Gallimard (Ecoutez lire), 2021

Velvet (Mary Hooper)

mercredi 15 juin 2022

VELVET_couv.jpgPrésentation de l'éditeur :

Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l’enfer d’une blanchisserie. Lorsque l’occasion lui est donnée de s’occuper du linge de clients fortunés, la jeune fille saisit sa chance et attire l’attention de l’intrigante Madame Savoya, l’un des médiums les plus courus de la capitale. Emménageant à la Villa Darkling aux côtés de Madame et de George, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu’est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts…

***

Troisième roman que je lis de l'auteure, Velvet s'inscrit dans la continuité des précédents avec une intrigue qui se déroule en Angleterre sur fond d'époque victorienne.
Cette histoire traite du thème des médiums et du spiritisme qui faisaient l'objet d'un important - et malhonnête - commerce au début du 20ème siècle.
Si j'ai retrouvé avec grand plaisir l'écriture de Mary Hooper, j'ai toutefois été moins séduite par Velvet que par Waterloo Necropolis ou L'infortune de Kitty Grey. Par contre le contexte historique est bien documenté et toujours aussi intéressant.

Titre original : Velvet
Traduit de l'anglais par Fanny Ladd et patricia Duez
Les grandes personnes, 336 pages, 2012 pour l'édition française

Les pantoufles (Luc-Michel Fouassier)

lundi 13 juin 2022

010079543.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un homme sort de chez lui en pantoufles en oubliant les clés à l’intérieur de son appartement. Contraint d’affronter une journée sans chaussures, il s’engage dans cette aventure à pas feutrés. Mais face à ses collègues de travail, à sa famille et même aux forces de l’ordre, chaussé de ses confortables charentaises, il provoque de surprenantes réactions d’hostilité ou d’engouement.
Et le voilà lancé dans un combat contre la tyrannie du conformisme. Dans un monde trop pressé, il impose doucement sa si tranquille façon de marcher.

***

Un roman sans prétention, une histoire rigolote et empreinte de légèreté, mais finalement plus profonde qu'il n'y paraît.
De temps en temps, j'apprécie de lire ce genre de court récit fantaisiste et récréatif.
Le ton est résolument décalé, c'est jubilatoire et drôle.
Un bon moment.

Folio, 128 pages, 2022

Mon désir le plus ardent (Pete Fromm)

lundi 30 mai 2022

331.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting  dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur cœur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence.

***

Deuxième roman que je lis de l'auteur, et deuxième coup de cœur après ma découverte bouleversante de La vie en chantier.
Ici aussi, un thème difficile, mais traité là encore avec pudeur et intelligence. Un récit poignant qui ne peut que toucher le lecteur. Pete Fromm a cette incroyable capacité à créer des personnages forts et terriblement humains, proches de nous.
J'ai refermé ce roman le cœur en miettes mais une nouvelle fois émerveillée par le talent de cet auteur.

Titre original : If not for this
Traduit de l'anglais par Juliane Nivelt
Gallmeister (Totem), 288 pages, 2014 pour l'édition originale et 2019 pour la présente édition française

Anne de Windy Willows (Lucy Maud Montgomery)

vendredi 27 mai 2022

010158430.jpgPrésentation de l'éditeur :

Ses brillantes études universitaires terminées, Anne Shirley se voit confier la direction du lycée de Summerside, une petite bourgade de l’Île-du-Prince-Édouard, d’apparence paisible, mais qui va lui réserver bien des surprises. À ses côtés, nous allons découvrir Windy Willows, la pension où elle va vivre pendant trois ans – ainsi que ses occupantes –, la petite Elizabeth, sa féerique voisine, Katherine Brooke, sa collègue désabusée, et ses élèves, qu’ils soient touchants ou tout à fait exaspérants. Avec un humour toujours plus fin, des envolées lyriques et nostalgiques, Anne de Windy Willows offre le portrait d’une jeune femme tout en nuances : généreuse et directe, fiancée, oui, mais surtout indépendante. 

***

Anne de Windy Willows est le quatrième volume de la série Anne écrite par Lucy Maud Montgomery. C'est aussi le dernier tome en date nouvellement traduit et publié par l'éditeur Monsieur Toussaint Louverture. 
De ce côté-là, c'est toujours un sans-faute, le travail éditorial est de très grande qualité et le livre sublime.
Concernant le fond, cette suite des aventures d'Anne s'est révélée à la fois très plaisante à lire et frustrante à souhait. En effet, dans cette suite, Gilbert Blythe est aux abonnés absents et on ne "l'aperçoit" qu'une seule fois dans toute l'histoire. Il continue pourtant de faire partie de la vie d'Anne qui lui écrit des lettres régulièrement, lettres qui composent l'essentiel de ce livre.
Ce quatrième opus est donc exclusivement consacré au quotidien d'Anne à Summerside et aux personnes qui l'entourent.
Malgré cette immense frustration, Anne de Windy Willows est remarquablement écrit comme les volumes précédents et je me suis régalée à le lire.
Une parenthèse de douceur et de poésie.

Titre original : Anne of Windy Willows
Traduit de l'anglais par Patricia Barbe-Girault
Monsieur Toussaint Louverture (Monsieur Toussaint Laventure), 384 pages, 1936 pour l'édition originale et 2022 pour la présente édition française

My favorite half-night stand (Christina Lauren)

lundi 21 février 2022

009194640.jpgPrésentation de l'éditeur :

Millie Morris, professeur, comme ses quatre meilleurs amis et collègues à l'université de Santa Barbara, est une célibataire endurcie. Après une aventure d'un soir avec Reid, l'un des membres du groupe, Millie crée un profil en utilisant son deuxième prénom " Catherine ", une photo qui ne dévoile pas son visage, et le retrouve sur l'application en ligne.

Les deux amis se lancent alors dans une relation sexuelle et romantique inattendue dans le royaume digital qui menace de détruire leur amitié dans la vie réelle.

***

Je suis passée très près du coup de cœur avec ce roman. Tout réside dans le quatuor d'amis. Ces personnages sont tellement attachants, on aimerait se glisser dans leur histoire et faire aussi partie de leur groupe. Cette histoire est un véritable hymne à l'amitié, celle qui est sincère et entière, qui ne fait jamais défaut. Les relations entre ces quatre-là sont authentiques et géniales. Les dialogues fusent, les réparties sont drôles, et on se sent bien auprès d'eux. La romance entre Reid et Millie est belle et touchante. Il s'agit d'une histoire d'amour entre deux adultes matures, fait assez rare dans les comédies romantiques pour le souligner. Bref, c'était une très chouette lecture.

Titre original : My favorite half-night stand
Traduit de l'américain par Margaux Guyon
Hugo et Cie, 306 pages, 2018 pour l'édition originale et 2021 pour l'édition française

Acheter My favorite half-night stand sur Les Libraires.fr 

La toute petite reine (Agnès Ledig)

lundi 14 février 2022

61jmzO-Ol9L._SL500_.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un matin, Adrien, maître-chien, est appelé pour un colis suspect en gare de Strasbourg. Bloom, son chien hypersensible, va sentir le premier que les larmes de Capucine, venue récupérer sa valise oubliée, cachent en réalité une bombe prête à exploser dans son cœur. Hasard ou coup de pouce du destin, ils se retrouvent quelques jours plus tard dans la salle d'attente d'un couple de psychiatres. Dès lors, Adrien n'a de cesse de découvrir l'histoire que porte cette jeune femme.

Dénouant les fils de leur existence, cette rencontre pourrait bien prendre une tournure inattendue et leur permettre de faire la paix avec leur passé afin d'imaginer à nouveau l'avenir.

***

Retrouvailles avec Agnès Ledig. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas lue, et ce titre-ci m'a tentée.
C'est un roman tout en délicatesse, en douceur. Pas le meilleur de l'auteure, mais tout de même une belle lecture.
Sa grande force, c'est sa manière de travailler la psychologie des personnages. Capucine et Adrien sont des héros auxquels on s'attache, inéluctablement.
Une jolie parenthèse pour un récit bien écrit.

Texte intégral lu par Céline Espérin
Durée : 7h51
Audible, 2021

Acheter La toute petite reine sur Les Libraires.fr

La (presque) grande évasion (Marine Carteron)

lundi 10 janvier 2022

009593546.jpgPrésentation de l'éditeur :

Elle, c'est Bonnie, comme dans "Bonnie and Clyde" et pour une fille de gendarme c'est pas banal. La langue bien pendue et avec une sacrée bougeotte, c'est une habituée des heures de colle le mercredi aprem. Alors, quand sa mère disparaît du jour au lendemain en ne laissant qu'un petit mot lapidaire sur le frigo "Je pars". Bonnie décide de braver le confinement et le couvre-feu pour la retrouver. Mais ce qu'elle n'avait pas prévu c'est que ses deux crétins d'amis et son chien l'accompagneraient : Malo l'hypocondriaque, Jason le spécialiste des embrouilles et Melting-Pot le champion de la distanciation sociale (rapport à sa gueule pleine de dents).

***

Ce roman, c'était pile ce que j'avais besoin de lire pour débuter cette année chaotique. Moi aussi, je me suis évadée comme les personnages, et ça m'a fait beaucoup de bien.
L'écriture de Marine Carteron est enlevée et drôle, certains passages sont jubilatoires. 
Finalement, ce qui compte dans ce récit, c'est surtout les dialogues et les relations entre les protagonistes. L'intrigue, elle, n'a rien de spécial, mais pourtant ça se lit tout seul. Ces trois ados et le chien qui les accompagne m'auront fait passer un très agréable moment.

Rouergue, 221 pages, 2021

Acheter La (presque) grande évasion sur Les Libraires.fr

- page 2 de 60 -