Detroit (Fabien Fernandez)

lundi 6 avril 2020

005007094.jpgPrésentation de l'éditeur :

Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu’Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il pourra enfin prendre son envol. Mais victime d’accès de colère incontrôlés, il peine à éviter les heurts avec les membres des Crips et l’expulsion scolaire. Quand ses recherches mettent Ethan sur la piste d’un détournement de fonds au sein de l’établissement de Tyrell, il soupçonne rapidement que l’affaire est sérieuse… Tous deux vont s’opposer comme ils le peuvent aux gangs qui règnent en maîtres à Motown. Nul ne sera épargné.

La première partie du roman ne m'a pas emballée, j'avais du mal à accrocher avec Ethan, personnage auquel il est difficile de s'attacher car l'auteur ne le développe guère. Par la suite, Ethan étant moins présent et l'histoire grimpant en intensité, j'ai fini par embarquer dans le récit.
La particularité de ce roman choral, c'est que l'une des voix qui s'exprime est la ville elle-même. Ainsi, trois narrateurs se partagent la parole : Ethan, Tyrell et Detroit. La vision de Detroit est extrêmement bien rendue, j'ai découvert dans ce texte son Histoire et son environnement. D'un point de vue purement documentaire, c'est donc un roman très intéressant, mais l'attrait pour Detroit ne s'arrête pas là, car il y a aussi le portrait de Tyrell. Impossible de ne pas éprouver un minimum d'empathie pour ce jeune homme touchant et attachant.
Une histoire percutante, un livre bien écrit qui me donne envie de découvrir d'autres écrits de l'auteur. 

Gulf Stream Editeur (Electrogène), 339 pages, 2017

Acheter Detroit sur Les Libraires.fr

Existe aussi en version numérique

Lire, à quoi bon ? (Martine Gasparov, Alfred)

vendredi 3 avril 2020

007447750.jpgPrésentation de l'éditeur :

Qu'est-ce que lire? Quelles opérations intellectuelles et affectives sont mises en jeu dans la lecture? Pourquoi s'imposer une activité qui peut paraître lente et fastidieuse en comparaison des multiples occupations qu'offrent les nouvelles technologies? On dit souvent que lire, c'est «s'évader», comme si nous étions des prisonniers insatisfaits de notre condition. Mais n'est-ce pas surtout l'occasion de réfléchir à qui l'on est et à la société dans laquelle on veut vivre, de penser à ce qui structure notre rapport au monde et aux autres? La lecture nous élève vers ce que l'on peut être de meilleur.

Je découvre avec ce titre la collection Philophile qui propose - comme son nom l'indique - des ouvrages de philosophie à destination des adolescents (à partir de 15 ans selon l'éditeur). Ces petits précis de philo illustrée sont une approche intéressante pour les jeunes qui veulent s'initier à la philosophie ou même pour ceux qui l'étudient déjà au lycée. Chaque livre de la collection traite d'un thème en particulier, je vous laisse le soin d'aller consulter la page dédiée sur le site de Gallimard Jeunesse.

Lire, à quoi bon ? piquait ma curiosité avec ce titre provoc et sa thématique. 
J'ai trouvé l'ouvrage bien construit (l'avènement de l'écriture, les usages de la lecture, etc.) et documenté (plusieurs références à des auteurs, des philosophes, ou à des événements historiques), son discours assez clair et accessible aux jeunes.
Le propos est intéressant, la réflexion menée invite le lecteur à analyser l'acte de lire et à s'interroger sur son essence et sur sa vocation.
Mais, car il y a un mais, j'ai trouvé le discours un peu trop réducteur et donneur de leçons, ne réduisant la lecture qu'à un vecteur culturel et un moyen de développer ses connaissances et son intelligence.
J'ai regretté que l'aspect lecture-pour-le-plaisir ne soit pas traité (seulement énoncé) et que l'on présente finalement uniquement la lecture comme une activité exigeante et nécessaire intellectuellement (mais pas pour se faire plaisir).

Gallimard Jeunesse (Philophile), 48 pages, 2020

Acheter Lire, à quoi bon ? sur Les Libraires.fr

Sophie Germain - La femme cachée des mathématiques (Sylvie Dodeller)

lundi 30 mars 2020

007067335.jpgPrésentation de l'éditeur :

Sophie Germain est une mathématicienne du 19ème siècle, une pionnière qui s’est frayée un chemin dans le monde scientifique grâce à sa détermination et son culot. À treize ans, pour échapper à la tourmente révolutionnaire, Sophie Germain se réfugie dans les maths qu’elle apprend en cachette. En 1797, elle se fait passer pour Le Blanc, un étudiant, afin d’obtenir les cours de Polytechnique. Elle utilise le même pseudo pour correspondre avec les plus grands mathématiciens de son temps et en 1816 devient la première femme récompensée par l’Académie des sciences. Une success story ? Pas vraiment. Malgré son audace et son talent, Sophie Germain, la femme cachée des maths, retombera vite dans l’oubli. Il est temps pour elle d’entrer dans la lumière…

J'ai entendu parler pour la première fois de Sophie Germain à travers la lecture de deux albums, Enfances et Rien n'arrête Sophie (que je vous recommande chaudement d'ailleurs), et déjà, le personnage m'avait fascinée. 
Ce roman habilement construit nous présente la vie de cette mathématicienne de talent sur fond d'Histoire de France. Le texte est très agréable à lire, le ton employé par l'auteure nous plonge d'emblée dans le récit et nous donne le sentiment de côtoyer la jeune Sophie. J'ai trouvé très intéressante cette biographie succincte mais bien documentée. Sophie Germain fût une mordue des mathématiques ; sa vie durant, elle occupa tout son temps à étudier cette science. C'était une jeune personne volontaire et affirmée, qui parvint plus ou moins à échapper à la condition des femmes de l'époque et à faire ce qui lui plaisait : des mathématiques !
Un beau texte pour une histoire inspirante.

L'école des loisirs (Médium), 139 pages, 2020

Acheter Sophie Germain sur Les Libraires.fr

Existe aussi en version numérique

Dévisagée (Erin Stewart)

vendredi 27 mars 2020

product_9782075129572_244x0.jpgPremier roman prometteur pour cette auteure américaine.
Dévisagée, Ava l'est quotidiennement depuis qu'elle a été brûlée à 60% lors d'un incendie qui lui a enlevé du même coup ses parents et sa cousine.
Comment se reconstruire après que l'on a tout perdu, retrouver un semblant de vie normale, reprendre les cours au lycée ?
C'est un roman sur la capacité de résilience, sur la reconstruction, mais aussi sur l'amitié et l'identité.
Dès la toute première page on est happé par cette histoire bouleversante, dans le quotidien Ô combien difficile de cette adolescente dont l'existence s'est écroulée comme un château de cartes.
Malgré quelques petites maladresses, Dévisagée est un très beau livre sur un sujet difficile.

Titre original : Scars like wings
Traduit de l'anglais par Marie Leymarie
Gallimard Jeunesse, 455 pages, 2019 pour l'édition originale et 2020 pour l'édition française

Acheter Dévisagée sur Les Libraires.fr

Existe aussi en ebook

La vague des albums #155

mercredi 25 mars 2020

Une mini vague car, comme vous le savez sans-doute, bon nombre de parutions ont été reportées.

007239689.jpg

La découverte de chaque nouvel album de Julia Donaldson et Axel Scheffler est toujours un moment plaisant.
C'est l'histoire d'une fermière qui trouve son logis trop petit et demande conseil à un vieil homme de passage. 
Le monsieur lui suggère de faire entrer l'un après l'autre ses animaux dans l'habitation. Bientôt, la maison devient pour le coup totalement exiguë. 
En apparence loufoque et drôle, ce récit délivre un message essentiel : il faut se satisfaire de ce que l'on a.
Un album qui m'a amusée et qui résonne agréablement avec ma façon d'appréhender la vie, en particulier ces temps-ci.

La ferme riquiqui
Julia Donaldson, Axel Scheffler
Gallimard Jeunesse, 2020

Acheter La ferme riquiqui sur Les Libraires.fr

007405684.jpg

J'ai découvert avec ce titre la très chouette collection Les grandes vies, qui propose des biographies illustrées d'hommes et de femmes ayant marqué l'Histoire.
Celui-ci est donc consacré à cette femme d'exception que fût Simone Veil. Personnage politique d'influence, féministe, auteure de la célèbre loi dépénalisant l'avortement, rescapée de la Shoah, Simone Veil a eu une vie riche et a beaucoup œuvré pour l'humanité.
L'album est très intéressant, bien documenté et écrit, simple mais pas infantilisant non plus.
Pour preuve, je l'ai fait lire à mon collégien qui l'a apprécié.
Une superbe découverte qui me donne envie de me pencher sur les autres titres de la collection. 

Simone Veil
Isabelle Motrot, Magali Attiogbé
Gallimard Jeunesse 2020

Acheter Simone Veil sur Les Libraires.fr

La papeterie Tsubaki (Ito Ogawa)

lundi 23 mars 2020

005635631.jpgVoilà LE roman à lire en cette période délicate. Vous voyagerez au Japon, vous découvrirez des coutumes, le métier d'écrivain publique, l'art de la calligraphie.
La papeterie Tsubaki est un roman contemplatif, doux, dépaysant, étonnant.
On y suit le quotidien de Hatoko, vingt-cinq ans, qui, après le décès de son aînée, reprend les rênes de la papeterie familiale et fait ses premiers pas en tant qu'écrivain public.
L'histoire se déroule dans la commune de Kamakura située au sud-ouest de Tokyo (Déjà, rien que le lieu, ça fait rêver. Je vous invite à chercher des photos de cette station balnéaire, et à me dire en commentaire si cela ne vous donne pas envie de partir illico pour cette destination !). C'est à la fois un récit initiatique, celui de l'héroïne qui renoue avec son passé, et une ode à l'existence tranquille, à l'instant présent. Au fil des saisons, on est transporté au pays du soleil levant durant une année.
J'ai adoré ce livre, la plume, l'originalité du sujet et la façon dont il est traité. Une bulle de sérénité.

(Merci Marie !)

Titre original : Tsubaki bunguten
Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
Philippe Picquier, 374 pages, 2016 pour l'édition originale et 2018 pour l'édition française

Acheter La papeterie Tsubaki sur Les Libraires.fr

Existe aussi en ebook

Cogito (Victor Dixen)

vendredi 20 mars 2020

1372573327.jpgPrésentation de l'éditeur :

Un don du ciel…

Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.

…ou un pacte avec le diable ?

Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour « améliorer » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?

Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.

L’ultime frontière sera notre cerveau.

Sentiment mitigé au sortir de ce roman. Autant j'ai trouvé l'idée de départ intéressante et l'univers développé par l'auteur réussi, autant j'ai trouvé que l'intrigue souffrait de faiblesses.
Au final, j'ai aimé et été séduite par l'écrin de l'histoire (et je ne parle pas que de la sublime couverture !!!), mais déçue par son contenu. Les personnages sont un peu caricaturaux, l'intrigue légère et pas assez travaillée, bref si Cogito se lit vite et facilement, le plaisir de lecture n'est pas complètement là. Dommage car il y avait matière à créer un roman original et fort.

Robert Laffont (R), 537 pages, 2019

Acheter Cogito sur Les Libraires.fr

La vague des BD #19

mercredi 18 mars 2020

autre-cote-de-la-mer.jpg

Présentation de l'éditeur :

Île de La Réunion, 1914. La famille Grondin vit à Grande Ilette, hameau situé dans la montagne dominant la petite ville de Saint-Joseph. L’existence y est difficile. La guerre qui vient d’éclater en Europe paraît lointaine, presque irréelle. À cette époque, il faut un mois de bateau pour rejoindre la France depuis la petite colonie de l’océan Indien. Et pourtant, Benjamin, le père de famille, se trouve mobilisé. Comme d’autres Réunionnais, il passera par Madagascar avant de rejoindre le front des Dardanelles. Mais pour Benjamin, ce n’est que le début d’une aventure humaine exceptionnelle...

Avec cet album, j'ai découvert à la fois une maison d'édition et un pan de notre Histoire. Au-delà de la fiction, L'autre côté la mer est aussi un véritable témoignage sur ce que fût la première guerre pour les réunionnais. On pourrait penser, compte tenu de l'éloignement géographique d'avec la métropole, que l'île de La Réunion aurait été en quelque sorte épargnée par la grande guerre, mais il n'en est rien. 
Le récit est intéressant et le style des dessins m'a plu, en particulier la mise en couleur. Seul petit bémol, il manque, me semble-t-il, un lexique pour aider à la lecture des passages écrits en créole (cela concerne une partie du texte seulement). En effet, si certains mots sont transparents par rapport au français, certains dialogues m'ont donné davantage de fil à retordre. 
A noter, en fin d'ouvrage, la présence d'un carnet documentaire qui vient éclairer la lecture ; bien conçu et passionnant.
Un bel album.

L'autre côté la mer
Gilles Gauvin, Jean-Marc Pécontal, David D'Eurveilher
Epsilon, 2019

Acheter L'autre côté la mer sur Les Libraires.fr

007420720.jpg

Dans le même style que Avez-vous lu les classiques de la littérature ? et avec de nouveau (entre autre) Soledad Bravi aux commandes, voici un album sur les années 70.
Les deux auteurs nous renvoient le temps de cette lecture dans le passé et brossent le portrait de ces années où l'on portait des pantalons " patte d'éph' " et où il fallait se déplacer pour baisser le volume de la télévision.
Organisé autour de chapitres thématiques tels que Le téléphone, Les voitures ou encore La mode, cette BD un brin nostalgique m'a replongée en enfance avec bonheur. A chaque page ou presque, je souriais béatement à l'évocation de souvenirs enfouis dans la mémoire.
A tous ceux qui ont grandi à cette époque, n'hésitez pas à lire ce délicieux hommage aux seventies.

C'était mieux avant
Soledad Bravi, Hervé Eparvier
Rue de Sèvres, 2020

Acheter C'était mieux avant sur Les Libraires.fr

006653100.jpg

Ce premier tome d'un diptyque est une adaptation de l'univers holmésien. Comme l'indique le titre, le lecteur est dans la tête du célèbre détective et vit l'histoire selon les hypothèses et déductions de ce dernier. Le procédé est habile et l'illustration rend admirablement cette impression de pénétrer les pensées de Sherlock. Les couleurs choisies, les détails et la mise en page rendent cet album particulièrement beau. 
J'ai adoré cette incursion en images dans l'oeuvre de Conan Doyle.
Une superbe idée et une magnifique réalisation.

Dans la tête de Sherlock Holmes T1 - L'affaire du ticket scandaleux
Cyril Lieron, Benoît Dahan
Ankama, 2019

Acheter L'affaire du ticket scandaleux sur Les Libraires.fr

005331672.jpg

Présentation de l'éditeur :

Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

Après ma lecture du Patient l'année dernière, j'avais envie de découvrir cet autre titre de Timothé Le Boucher.
On retrouve dans ce récit pourtant bien différent la marque de l'auteur. Le même style graphique, un album one shot très dense, une fine étude de la psychologie des personnages. Ayant aimé Le patient, j'ai donc apprécié cet album, là encore une sorte de thriller fantastico-psychologique, le genre d'histoire qu'on a du mal à lâcher, un peu oppressante, angoissante.
Un bon cru !

Ces jours qui disparaissent
Timothé Le Boucher
Glénat, 2017

Acheter Ces jours qui disparaissent sur Les Libraires.fr

Monstr'Hôtel T1 - Les chasseurs de trésor (Carina Rozenfeld)

lundi 16 mars 2020

007195411.jpgJe crois bien que c'est la première fois que je lisais un roman de Carina Rozenfeld avec ce premier tome de la série Monstr'Hôtel.
Soyons honnêtes, ce qui m'a attirée dans celui-ci, c'est la jolie couverture et la thématique (les monstres).

Dans cette histoire, nous suivons Olivia, dix ans, qui vient d'emménager dans un vieux manoir que ses parents viennent d'acheter. Fini la vie à la ville, désormais la famille se retrouve dans un petit village perdu. Le manoir doit être rénové pour en faire un hôtel, et Olivia va y découvrir au gré de ses explorations un monde fantastique parallèle à celui des humains.
C'était une lecture sympathique et rafraîchissante qui devrait sans nul doute plaire aux jeunes lecteurs. L'univers créé par l'auteure est original, l'écriture agréable, et on passe un bon moment. 
Pour un premier tome, c'est plutôt prometteur.

Gulf Stream Editeur, 213 pages, 2019

Acheter Monstr'Hôtel T1 sur Les Libraires.fr

Méditer, jour après jour (Christophe André)

vendredi 13 mars 2020

M02913366376-large.jpgCoupDeCoeur2016.pngSi je devais ne garder qu'un livre de développement personnel à ce jour, ce serait celui-ci.
Et là, j'angoisse, car je me demande comment vous parler de cet ouvrage de manière concise et intelligente, comment vous donner envie de le découvrir même si vous n'êtes pas intéressés par la méditation.
Car, de prime abord, c'est un livre qui traite de la méditation comme l'annonce sans ambiguïté son titre. Plus exactement, de la méditation dite de pleine conscience. Sur la couverture, un deuxième titre, moins explicite peut-être, mais surtout moins visible, donne une indication supplémentaire sur le contenu des pages qui vont suivre : 25 leçons pour vivre en pleine conscience.
C'est donc un ouvrage sur la méditation, mais accessible à tous, et pouvant intéresser tout le monde, même ceux qui ne souhaitent pas méditer.
Pour traiter de ce sujet vaste et complexe, l'auteur a opté pour une forme qui mêle trois supports : des textes, des peintures et un CD.
En vingt-cinq chapitres donc, Christophe André expose ce qu'est la méditation de pleine conscience, et quels en sont ses bienfaits, son utilité. Pour étayer son argumentation, il part à chaque fois d'un tableau dont il extrait sa propre interprétation, une histoire qui lui permet d'illustrer son propos.
La fin des chapitres se clôt sur un court résumé de ce qui s'est dit, la fameuse "leçon" à retenir. Enfin, sur le CD, ce sont des méditations guidées pour mettre en pratique les leçons du livre.
Présenté ainsi, cela peut paraître rébarbatif et insignifiant, mais vraiment, ce livre est admirable.
Le texte est d'une infinie richesse tout en étant limpide et donne de vraies leçons de vie que tout un chacun se devrait d'essayer.
L'aspect esthétique n'est pas en reste. Le livre est superbe, le papier de grande qualité et les reproductions des tableaux remarquables.
Méditer, jour après jour est à la fois un ouvrage pratique et poétique, beau et instructif.
Indispensable.

L'iconoclaste, 235 pages, 2016

Acheter Méditer, jour après jour sur Les Libraires.fr

- page 2 de 142 -