La vague des albums #123

samedi 9 décembre 2017

Décembre étant entamé, voilà donc une sélection d'albums autour de Noël. C'est un rendez-vous que j'apprécie particulièrement à cette période de l'année. J'aime découvrir de nouveaux albums sur ce thème et partager mes découvertes.

9791023509748FS.gifPour la troisième année consécutive, Thierry Dedieu nous présente un sublime album à l'ancienne. Même format immense, même style d'illustrations, même présentation. Après A la recherche du Père-Noël en 2015 et Les bonhommes de neige sont éternels en 2016, voici pour cette année une histoire de loup ! Un loup triste et solitaire qui voudrait bien, pour une fois, partager un vrai repas de Noël avec des amis. Il décide donc d'inviter ses voisins, se met en quatre pour leur cuisiner un festin, prépare des cadeaux, bref, la fête sera réussie. Sauf que le loup effraie, et que personne n'ose venir s'attabler à ses côtés.
A l'instar des deux précédents, ce troisième album m'a émerveillée par sa beauté. Par contre, âmes sensibles s'abstenir, la fin est triste, on a un peu la gorge serrée de voir ce loup fêter Noël en solo après tout le mal qu'il s'est donné !

Un Noël pour le loup
Thierry Dedieu
Seuil Jeunesse, 2017

133973_couverture_Hres_0.jpgJ'ai été fort surprise en ouvrant cet album, de constater la longueur de son texte. Je connais quelques ouvrages de cet auteur, et habituellement ce sont des livres avec très peu de texte, plutôt destinés aux très jeunes lecteurs. Une fois n'est pas coutume, Ole Könnecke propose une histoire pour les plus grands.
Elvis, garagiste, a décidé de ne pas travailler parce qu'on est le 24 décembre. A la place il décore la maison et s'apprête à passer avec son père (grand-père ?) un bon Noël. C'est alors qu'une panne d'électricité survient. Elvis sort pour voir ce qui se passe et tombe nez à nez avec un homme en manteau rouge qui vient de foncer avec son traîneau dans un poteau électrique. L'inconnu demande à ce qu'on l'aide à réparer son traîneau, il y a urgence, il va être en retard pour son travail. S'ensuit une série de rebondissements rocambolesques et totalement loufoques. Personne ne reconnaît le Père-Noël et les dialogues sont assez cocasses.
Une jolie histoire avec humour et suspense à la clé.

Elvis et l'homme au manteau rouge, Un conte de Noël
Ole Könnecke
De La Martinière Jeunesse, 2017

51rOusxeo1L.jpg

Un album qui est déjà ancien mais que j'ai découvert par hasard cette année. Je voulais vous le présenter même s'il n'est plus disponible à la vente, parce qu'on peut  tout de même le trouver d'occasion. Ce qui m'a séduite dans ce livre, ce sont les illustrations qui sont sublimes. Cette histoire est faite de douceur, de chaleur et de magie de Noël. On y suit Toudoux l'ourson qui voudrait bien voir le Père-Noël, seulement le hic, c'est que ce dernier passe toujours pendant que les ours hibernent.  Mais, avec la complicité de ses amis, il va peut-être enfin pouvoir réaliser son rêve... C'est un album réconfortant, avec des illustrations pleine page qui montrent une nature passant progressivement de l'automne à l'hiver.
Une superbe lecture pour patienter jusqu'au jour J.

Je veux voir le père Noël !
Corina Beurenmeister, Heidi Callewaert
Milan, 2000

91pSNlotJNL.jpg

Celui-ci n'est pas tout récent non plus, mais encore édité.
C'est la veille de Noël, et Loulou n'en peut plus d'attendre que le Père-Noël passe enfin. Prudence, car parfois l'impatience peut jouer de vilains tours...
Les enfants s’identifieront aisément à ce personnage un peu coquin. L'histoire de cette veillée de Noël un peu particulière est jolie et légèrement moralisante. Elle enseignera aux impatients qu'il ne faut pas brûler les étapes sous peine de déconvenues. 
Un conte de Noël pour les plus jeunes qui plaît beaucoup.

Noël chez Papy Loup
Sylvie Auzary-Luton
Kaléidoscope, 2001


Journal d'un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

mercredi 6 décembre 2017

9782367624365-001-T.jpegCoupDeCoeur2016.pngJe viens d'achever l'écoute de ce livre merveilleux, et il fallait que j'en parle de suite. De Mathias Malzieu, je n'avais jusqu'à présent lu qu'un seul roman, La mécanique du cœur, que j'avais trouvé superbe. 
Journal d'un vampire amoureux n'est pas une fiction, il s'agit d'un journal d'hospitalisation. En 2013, Mathias Malzieu apprend qu'il est atteint d'une aplasie médullaire (en gros, c'est un dysfonctionnement de la moelle osseuse) et doit subir une greffe de moelle osseuse.
Il va devoir effectuer plusieurs séjours à l'hôpital, dont deux de plusieurs semaines en chambre stérile. Pour tenir le coup, il plonge dans la création artistique et quelques années plus tard, ce journal ainsi qu'un album éponyme réalisé avec son groupe - Dionysos - verront le jour.
J'insiste sur le thème de création, car Journal d'un vampire amoureux n'est pas qu'une simple autobiographie d'une période douloureuse dans la vie de l'artiste. Ce dernier mêle en effet à la réalité son imagination débordante, ce qui donne lieu a un texte poétique d'une grande beauté. On retrouve ainsi l'univers de Mathias Malzieu qui ne se contente pas de décrire ce qu'il vit mais y adjoint ses remarques, ses envies et même ses rêves. Le style est très particulier, c'est un peu comme lire un conte de fées moderne. La fantaisie et la poésie transpirent de ce journal et lui confèrent un esprit d'optimisme étonnant. 
Les émotions sont fortes, parfois le cœur se serre, d'autres fois le sourire revient. Le dernier chapitre arrive et l'on a le sentiment d'avoir partagé un moment étrangement intime avec l'auteur, de mieux le connaître et l'apprécier, comme un ami qu'on découvrirait.
Un gros coup de cœur.

Dans cette superbe version audio (texte lu par l'auteur lui-même), Journal d'un vampire amoureux est suivi d'un autre texte, Carnet de Board, récit d'un voyage en Islande à skate. Ce carnet de bord est en quelque sorte la cerise sur le gâteau, puisque c'est le (court) récit de la réalisation d'un rêve de l'auteur après sa guérison. 

Texte intégral lu par l'auteur
Durée totale d'écoute : 4h58
Audiolib, 2017

La vague des BD #7

samedi 2 décembre 2017

9782749308128FS.gif

Avec cet album, offrez-vous une plongée dans l'Angleterre victorienne sur les traces de Charles Dickens. Rodolphe et Griffo rendent hommage au célèbre écrivain à travers une fiction qui se déroule à Londres en 1852.
Depuis quelques temps, Charles Dickens se sent suivi et épié, il recherche donc de l'aide auprès d'un cabinet de détectives.
Ce premier tome est une jolie entrée en matière pour qui ne connaît pas Dickens (ce qui est mon cas) ou bien au contraire un agréable prolongement en BD pour ceux qui aiment ses romans. Les dessins nous emportent dans cette ambiance grisonnante des bas-fonds de Londres, cet aspect victorien mystérieux. On découvre dans ce récit fort bien documenté la vie de Charles Dickens tout en suivant l'intrigue que les auteurs ont créée.
Un bel album.

Dickens & Dickens - Tome 01 : Destins croisés
Rodolphe, Griffo
Vent d'Ouest, 2017

9782800169538FS.gif

J'aime par-dessus la série Yoko Tsuno que je lis depuis maintenant fort longtemps. J'ai d'ailleurs ouvert ce blog après ma lecture du roman qui retrace la vie de son héroïne, L'écume de l'aube, parce que je voulais partager ce coup de cœur.
Aussi, comme je suis une fan de la première heure et que je n'ai jamais manqué une seule sortie, je me sens légitime pour donner mon avis sincère sur ce 28ème opus.
Depuis quelques tomes déjà, je dois reconnaître que la série déclinait. Si les dessins sont toujours aussi superbes, l'histoire perdait de son intérêt. 
Malheureusement, Le temple des immortels, dont j'espérais qu'il relèverait le niveau, s'inscrit dans cette triste continuité. Cela me fend le coeur de devoir le dire, mais Yoko Tsuno n'est plus, il ne reste que les dessins, l'intrigue n'a plus aucune épaisseur, le récit est mal construit, superficiel et vide. Une grande déception, hélas.

Yoko Tsuno - Tome 28 : Le temple des immortels
Roger Leloup
Dupuis, 2017

9782756062105FS.gif

Depuis le temps que tout le monde me dit du bien de cet album, je n'avais toujours pas eu l'occasion de m'y plonger. C'est à présent chose faite.
Tous les matins, Monsieur part à la pêche. Un jour, un incident survient et c'est la collision avec un mastodonte des mers, un bateau-usine. Madame l'attend sur le quai, mais son homme ne revient pas. Elle part donc à sa recherche. 
C'est un véritable tour de force que cet album sans texte qui parvient à nous raconter une histoire émouvante et en prime à nous faire passer des messages uniquement pas le biais de dessins. Le récit, banal en apparence, de cette journée de pêche qui tourne mal, est touchant et beau. Il y a l'amour de ce couple, l'hommage rendu à l'océan, le message écologique aussi, en filigrane. Les dessins sont étonnants et dégagent une force incroyable, ils véhiculent tout un panel d'émotions.
Superbe.

Un océan d'amour
Wilfrid Lupano, Grégory Panaccione
Delcourt, 2014

9782205147261FS.gif

Cela fait quelques temps que je voulais découvrir cette série qui m'intriguait lorsque l'on m'a offert le premier tome.
D'ordinaire, il faut savoir que je n'apprécie pas particulièrement l'anthropomorphisme dans les BD ou les romans, habituellement ce procédé a tendance à me mettre mal à l'aise. 
Or ici, cela ne m'a pas dérangée outre mesure. J'ai trouvé que l'illustrateur parvenait à donner à chacun de ses personnages une personnalité propre et que les choix qui étaient faits étaient judicieux ; les caractéristiques d'un animal correspondent à celles du personnage qu'il incarne.
Dans ce premier tome qui pose les bases de cette série policière, on fait connaissance avec le héros John Blacksad qui est un détective privé. L'histoire se déroule aux Etats-Unis dans les années 50 et les sublimes dessins retranscrivent à merveille l'ambiance de cette époque. Le côté graphique est assez remarquable, certaines images font penser à de véritables prises de vue au cinéma. On a une impression de mouvement, on ressent les émotions des personnages. C'est une expérience déroutante que cette lecture, mais Ô combien intéressante.
Conquise par cette entrée en matière.

Blacksad - Tome 01 : Quelque part entre les ombres
Juan Díaz Canales, Juanjo Guarnido
Dargaud, 2013

9782845742604FS.gif

Ancien professeur des écoles, Jack Koch a ouvert il y a  une dizaine d'années  Danger Ecole, un blog illustré sur lequel il postait  quasiment quotidiennement des dessins sur son métier. Sous un trait humoristique et tendre à la fois, il croquait les petits bonheurs de l'école, mais aussi ses aspects parfois négatifs. Réactions des enfants et des parents, comportement des collègues... tout était passé au peigne fin et chaque dessin venait illustrer un instantané de son quotidien. En 2014 il a démissionné de l'Education Nationale pour se consacrer à plein temps à l'illustration. Il possède maintenant une boutique en ligne sur laquelle il vend différents vêtements et objets portant ses dessins.
En parallèle, il a sorti au fil du temps quatre albums rassemblant ses différents dessins sur l'école. 
Celui-ci est une intégrale qui regroupe l'ensemble.
Pour ma part, je suis son blog depuis des années et j'aime énormément son regard sur le métier de prof, sa vision réaliste et un peu "hors système". 
Tout instit/professeur des écoles devrait avoir cet ouvrage dans sa bibliothèque, ces dessins font sourire et relativiser.

Danger école - L'intégrale
Jack Koch
Le Verger éditeur, 2017

La magie de Paris #1 - Le cœur et le sabre (Olivier Gay)

mercredi 29 novembre 2017

9782362312458FS.gifLe coeur et le sabre, premier tome de la nouvelle série d'Olivier Gay, La magie de Paris, m'a fait passer un super moment de lecture.

Chloé, lycéenne, un mètre quatre-vingt-trois, escrimeuse de talent, est l'héroïne malgré elle de ce roman fantastique. Un après-midi, à la fin d'un entraînement, alors que les autres élèves sont déjà rentrés chez eux, elle décide de prolonger un peu sa préparation physique en vue du prochain championnat. Alors qu'elle est montée à la corde, elle assiste à une scène étrange. Thomas, un garçon de sa classe, est attaqué par une drôle de créature.

Je le disais en préambule, ce roman est très agréable à lire. Si vous cherchez un roman fantastique plutôt cool, sans prise de tête et avec de l'humour, lisez celui-ci.
Ce que j'aime chez Olivier Gay (en tout cas dans les romans que j'ai lus jusqu'à présent), c'est la simplicité de son écriture. Il ne cherche pas à épater ses lecteurs avec des tournures alambiquées et du vocabulaire recherché, il a une écriture directe mais drôlement efficace. Du coup, on croit à son histoire et on est directement embarqué dans l'action aux côté des personnages. L'intrigue de ce premier tome n'est pas sensationnelle, mais elle est bien ficelée, l'auteur sait où il veut nous emmener, on part d'une situation initiale pour aboutir à une situation finale, et entre-deux on avale les chapitres. Il y a du rythme, de l'action, énormément d'humour. Les personnages sont extras, pas de super héros qui se prend pour un Dieu, simplement deux ados qui font avec ce qui leur tombe dessus, bref un univers crédible bien que fantastique.
Vraiment, je me suis régalée et je vous recommande chaudement ce premier tome sans prétention mais réussi.

Castelmore, 318 pages, 2017

Everything, everything (Nicola Yoon)

samedi 25 novembre 2017

9782016265345FS.gif
CoupDeCoeur2016.pngComme bon nombre de lecteurs, il ne m'a pas échappé que ce roman faisait le buzz. Ce que je savais de l'histoire m'avait donné envie de le lire, et puis, comme toujours, le temps a passé... Il m'aura finalement fallu attendre sa sortie en poche pour m'y plonger.

Madeline souffre d'une maladie aussi rare que grave, le DICS pour Déficit Immunitaire Combiné Sévère, plus communément appelé "maladie de l'enfant-bulle". Pour faire simple, son système immunitaire est tellement faible, qu'elle ne peut vivre normalement et passe son existence recluse chez elle depuis toute petite. La journée, une infirmière à domicile veille sur elle, le soir sa mère prend le relais lorsqu'elle rentre du travail. La maison est équipée de façon à protéger au maximum Madeline des germes extérieurs (traitement de l'air, sas à l'entrée...) et cette dernière n'en sort jamais. En presque 18 années, elle n'a pas mis une fois le pied dehors. Elle suit des cours par correspondance, lit beaucoup et fait de temps en temps des soirées-pyjama avec sa mère.
Un beau jour, une nouvelle famille emménage dans le voisinage. Madeline découvre alors par sa fenêtre Olly, un beau jeune homme tout de noir vêtu.

J'ai lu quasiment d'une traite ce roman que j'ai trouvé prenant et touchant. A travers les yeux de Madeline, on imagine ce que peut être la vie lorsqu'on est enfermé et c'est un sentiment très étrange. On se demande comment la jeune fille tient le coup, comment elle supporte cette "captivité".
L'écriture de ce roman n'est pas linéaire, elle est ponctuée de notes diverses de la main de Madeline et de petits dessins/schémas (réalisés par le mari de l'auteur). La narration à la première personne renforce encore davantage l'effet d'immersion dans ce récit bouleversant. 
Un huis clos étonnant.

Titre original : Everything, everything
Traduit de l'américain par Eric Chevreau
Illustré par David Yoon
Le Livre de Poche Jeunesse, 361 pages, 2015 pour l'édition originale et 2017 pour la présente édition

Billet 100% Agnès Ledig

mercredi 22 novembre 2017

9782367623009-001-T.jpegUn soir de juin, par un temps de grand vent et une pluie battante, on frappe à la porte de Valentine.
Un homme lui demande de l’aide pour sa fille malade. Les deux inconnus vont profiter de l’hospitalité offerte jusqu’à ce que la petite Anna-Nina soit rétablie. Le temps pour les adultes de faire connaissance, et pour Valentine de découvrir qu’Anna et son père vivent en roulotte sur la route depuis des années, depuis que la mère de l'enfant est morte.

J’ai découvert la plume d’Agnès Ledig avec Juste avant le bonheur, un roman qui m’avait émue. On regrettera plus tard est dans la même veine. Des âmes brisées, des gens heurtés par la vie qui essayent de recoller les morceaux. Des relations improbables et réparatrices qui se nouent. Une ode à l’espoir et à la vie qui se cache derrière une histoire douloureuse.

Beau et touchant. Une suite est sortie depuis ma lecture, hâte de la découvrir.

On regrettera plus tard
Texte intégral lu par Mathieu Buscatto et Isabelle Miller
Durée totale d'écoute : 7h02
Audiolib, 2017

515uoL1SR8L._SL300_.jpgRoméo, pompier professionnel, chute de huit étages lors d’une opération de sauvetage dans un incendie.
Juliette est infirmière au service de réanimation dans lequel le jeune homme a été transféré.
Ces deux êtres vont se sauver l’un l’autre, chacun à sa manière. Roméo va devoir reconstruire son corps en miettes, Juliette, elle, à d’autres démons à affronter.

Une fois encore, j’ai été totalement prise par l’écriture envoûtante d’Agnès Ledig. Finalement, on peut se dire que ses histoires n’ont rien de transcendant, mais c’est la sensibilité et l’humanité qu’elle y injecte qui sont étonnantes. Sa façon de traiter les personnages, de façonner des personnalités profondes et justes , c’est là sa grande force. 

Pars avec lui est superbe et bouleversant par bien des aspects. J’ai passé un après-midi enfermée avec Roméo et Juliette et j’en suis sortie dans un état second.

Pars avec lui
Texte intégral lu par Anne-Sophie Nallino
Durée totale d'écoute : 6h28
Audible, 2017

61coKcYho9L._SL300_.jpgCoupDeCoeur2016.pngOlivier, lieutenant de gendarmerie, vient d'être muté en Ariège. Lors de la première enquête qu'il va mener, il va croiser le chemin de Marie, agricultrice, qui vit seule avec sa fille Suzie dans un coin reculé. 

Ce roman est le premier d'Agnès Ledig, mais pour ma part, c'était le quatrième de l'auteur que je lisais. Marie d'en haut est un coup de coeur. Cette histoire m'a énormément touchée et j'ai trouvé les personnages formidables. Olivier, homme solitaire qui porte des blessures en lui, artiste caché, devenu gendarme par nécessité. Marie, femme forte, piquante, volontaire, active. Antoine, l'ami et voisin de Marie, doux, drôle, attentionné. Et Suzie, la fillette intelligente et espiègle, qui comprend mieux la vie que certains adultes. Agnès Ledig est parvenue à tisser autour de ces quatre êtres une histoire belle et touchante. On trouvera dans ce récit de l'amour, de l'humour, de la nostalgie, de la poésie, de la sensualité et des chagrins. Tous les ingrédients pour en faire une histoire riche et intense autour d'une trame pourtant banale en apparence.
J'ai adoré.

Marie d'en haut
Texte intégral lu par Marie Bouvier
Durée totale d'écoute : 7h33
Audible, 2016

Dans la forêt de Hokkaido (Eric Pessan)

samedi 18 novembre 2017

9782211233668.jpgJulie fait un étrange cauchemar dans lequel elle se retrouve dans la peau d'un petit garçon perdu dans une forêt. L'enfant a peur, faim et froid, et Julie peut ressentir ces sensations. Au réveil, Julie découvre que ce qu'elle vient de vivre n'était pas qu'un simple mauvais rêve.
Aux informations, on parle d'un enfant abandonné par ses parents dans une forêt de Hokkaido, au Japon.
Maintenant Julie sait que lorsqu'elle sombre dans le sommeil, elle retrouve le petit garçon et qu'un lien physique bien réel les relie. Elle va tenter de l'aider à s'en sortir.

Cette histoire a été inspirée à l'auteur par un fait divers survenu au Japon en mai 2016. Au retour d'une randonnée, les parents d'un petit garçon âgé de 8 ans le laissent en bord de route en pleine forêt pour le punir de son mauvais comportement durant la balade. Ils s'éloignent en voiture de 500 mètres histoire de lui ficher la frousse, avant de revenir sur leurs pas. Le problème, c'est que durant ce court laps de temps, l'enfant a pénétré dans la forêt et qu'il est introuvable. S'engagent alors des recherches intensives. L'enfant sera heureusement retrouvé six jours plus tard en relativement bonne santé.

Eric Pessan s'est donc servi de ce fait réel à partir duquel il tisse une histoire de fiction aux allures fantastiques.
L'idée est originale et le texte prenant. Julie ressent toutes les émotions de l'enfant et son état physique se dégrade de la même manière. Au fil du récit, on assiste, impuissant, à une espèce de descente aux enfers et l'on se demande quelle va en être l'issue.
Un roman très court mais bien écrit, percutant.

PS : J'adore la couverture !

L'école des loisirs (Médium), 144 pages, 2017

La vague des albums #122

mercredi 15 novembre 2017

137326_couverture_Hres_0.jpg

Petites émotions annonce la couleur d'emblée avec son titre transparent. Quelques pages simples, pour dire les émotions, accompagnées de belles illustrations à l'aquarelle et au style éthéré. Une vraie bulle de douceur, tourner les pages, contempler, rêver. 
Martine Delerm est connue dans le monde de la littérature de jeunesse, et pourtant je m'aperçois que je n'avais encore rien lu d'elle. Une jolie découverte, ma foi, que cet album poétique.

Les petites émotions
Martine Delerm
Seuil Jeunesse, 2017

9782092575598FS.gif

Je tiens à préciser, avant de vanter les mérites de ce livre, que je n'aime pas T'choupi et ne l'ai jamais aimé. Pourtant, j'ai trouvé ce livre de recettes pour les enfants très chouette.
Les pages sont plastifiées, le format carré assez petit et pratique à manipuler avec sa reliure en spirale. Les recettes sont classées en plusieurs catégories : A l'heure de l'apéro, A midi, Au goûter, Les fêtes. En tout il y en a une vingtaine facilement identifiables dans la table des matières.
Chaque recette est présentée sur une double page avec à gauche les étapes de réalisation illustrées et à droite une photo de la recette obtenue avec la liste des ingrédients. C'est joli, coloré, les recettes sont simples et accessibles.
Bref, voilà un joli livre de recettes pour les petits.

T'choupi
Mes recettes super simples
Thierry Courtin
Nathan, 2017

9782211233996FS.gif

Et voilà le nouvel album de Stephanie Blake ! Dans cet opus, Simon a bien du chagrin car sa copine Lou n'a pas été gentille avec lui. Du coup, il est désagréable avec ses parents et se retrouve puni. A l'école, le lendemain, il annonce à Lou qu'il ne veut plus jamais être son amoureux.
Les enfants retrouveront avec plaisir Simon le lapin pour une nouvelle aventure. La recette fonctionne, des images ultra colorées qui accrochent l'oeil, un personnage proche de l'univers des enfants et de leur vécu, un texte souvent rigolo. Pour autant, celui-ci m'a moins séduite que les précédents. Peut-être que je me lasse à la longue ?

Patate Pourrie !
Stephanie Blake
L'école des loisirs, 2017

9782226325174FS.gif

Sur un thème pourtant déjà vu et revu en littérature de jeunesse, voilà un album qui m'a énormément plu. Michel, ours grincheux et célibataire, a une passion : la cuisine, en particulier les recettes à base d’œufs. Un beau jour, il décide d'en tester une avec des œufs d'oie, mais au moment de cuisiner, les choses vont mal tourner...! Les œufs vont éclore et les oisons adopter Michel comme leur maman. Michel essaie désespérément de s'en débarrasser, mais les oisons le collent. 
Déjà, j'ai apprécié les illustrations qui sont très jolies et tendres. Mais, surtout, j'ai ri en lisant cet album plein de malice et d'un humour désopilant. Voir cet ours bougon s'empêtrer dans les ennuis page après page est un pur régal !

Maman Oie Ours
Ryan T. Higgins
Albin Michel Jeunesse, 2016

Entretien avec Jean Teulé par Jean-Luc Hees

samedi 11 novembre 2017

9782367624211-001-T.jpegEn début d'année, je vous avais parlé de cette nouvelle collection intitulée L'écrivain chez Audiolib. C'est le deuxième entretien que j'écoute, cette fois avec Jean Teulé, un auteur que j'affectionne particulièrement.
Un interlude d'une petite heure qui m'en a appris davantage sur l'écrivain. Sa méthode de travail, son regard sur sa propre personne, son rapport à la littérature, son évolution professionnelle, ses doutes, son humilité aussi. 
L'entretien est fort bien mené et c'est en somme une discussion passionnante qui s'engage entre les deux hommes. Jean Teulé n'a pas sa langue dans sa poche, il dit les choses comme il les pense, sans état d'âme et parfois dans un langage très cru. J'ai beaucoup ri à l'écoute de certaines de ses réflexions, on retrouve l'écrivain entier et drôle des livres.

Entretien conduit par Jean-Luc Hees
Durée totale d'écoute : environ une heure
Audiolib, 2017

Le collège des éplucheurs de citrouilles (Laure Deslandes)

mercredi 8 novembre 2017

9782211231008.jpgParfois, la lecture d'un livre tient à pas grand chose... j'ai sorti celui-ci de ma PAL simplement parce que c'était l'automne et qu'il y avait le mot "citrouilles" dans le titre !

Présentation de l'éditeur :

En apprenant qu’il entrait en cinquième au collège des Museaux, Elliot avait trouvé le nom de l’établissement plutôt marrant, il s’était même dit qu’il allait pouvoir y changer de vie, en finir avec ses ennuis. Tu parles ! Il risque de trouver le temps long ici. Il n’y a pas de réseau et pas de WiFi. Des profs complètement barges, des élèves nourris au quinoa qui trouvent normal d’apprendre l’estonien en LV1 ou de grimper aux arbres en EPS. Sans parler de cette fille au prénom bizarre, Péline, une grande rousse qui s’est mis en tête d’accueillir les nouveaux internes… Elle le poursuit ! Elliot a pourtant intérêt à s’en faire une alliée. Quelqu’un a fouillé sa chambre, et il sait bien ce qu’on y cherchait : un objet précieux qu’il a caché dans ses bagages, un souvenir de son ancienne vie…

Une fois n'est pas coutume, je débute mon billet avec les mots de l'éditeur car ils donnent le ton de ce roman atypique.
Dans un collège de la deuxième chance un peu particulier, le nombre des élèves va augmenter de manière significative avec l'arrivée pour cette nouvelle rentrée d'un groupe d'internes. Ces adolescents qui viennent de la ville ne sont pas très sensibles à l'aspect rural-zen de l'établissement et vont rapidement y mettre le bazar, bousculant les habitudes des externes. Dans le panel de personnages, on va suivre principalement celui d'Elliot qui cache un secret, et celui de Péline, une "ancienne" du collège. Autour de ces deux ados, se construit une intrigue qui ferait penser de prime abord à un roman policier. Mais très vite, on comprend que Laure Deslandes offre au lecteur un roman différent qui pioche dans plusieurs genres. Fantaisiste mais pas fantastique, avec du suspense mais pas policier, drôle mais pas totalement léger... L'auteur bouleverse les codes et après une entrée en matière quelque peu perturbante, j'ai plongé avec délice dans ces pages. 
Ça ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire en jeunesse jusqu'alors, on dirait un patchwork de plusieurs styles et histoires. Le collège des éplucheurs de citrouilles est unique et très plaisant à lire. C'est drôle, étrange, prenant.
Une belle découverte.

L'école des loisirs (Médium), 293 pages, 2017

- page 1 de 153