Les mondes d'Ewilan #1 - La forêt des captifs (Pierre Bottero)

mercredi 20 juin 2018

003739976.jpgJ'ai découvert il y a maintenant quelques années la merveilleuse plume de Pierre Bottero avec la première trilogie mettant en scène le personnage d'Ewilan. J'avais adoré, et pour une raison obscure, j'ai attendu tout ce temps avant de me plonger dans la suite de cette saga au début enchanteur.

Dans ce premier tome des Mondes d'Ewilan, nous retrouvons Salim et Ewilan dans notre monde, où ils ont décidé de retourner quelques jours pour rendre visite à leurs proches. Malheureusement, les vacances vont tourner au cauchemar et Ewilan va se faire kidnapper et enfermer dans une institution étrange.
L'écriture de l'auteur m'a semblé aussi belle et douce que dans les précédents tomes, mais je n'ai pas retrouvé l'élan ressenti à la lecture de la trilogie précédente. Il est vrai cependant qu'il s'agit seulement du premier tome, et que celui-ci ne manque pourtant pas d'action, mais j'ai moins accroché à l'histoire. J'attribue ce sentiment à deux éléments principaux, à savoir d'une part que le récit se déroule intégralement en France, dans notre monde réel, et d'autre part que les trois quarts du roman sont centrés sur Salim et Ewilan. Or, ce que j'avais aimé plus que tout dans cette série, c'était justement son univers fantastique et sa galerie de personnages. Alors, certes, j'aime Salim et Ewilan, mais les autres m'ont terriblement manqué.
Malgré ce bémol, j'ai passé un bon moment de lecture et je compte bien entendu poursuivre avec les tomes suivants.

Une larme naquit dans un univers violet, roula sur le velours d'une joue, porteuse d'un bonheur sans limite alors qu'un sourire émerveillé illuminait le visage d'Ewilan.

 Rageot, 374 pages, 2015 pour la présente édition

Acheter La forêt des captifs sur Les Libraires.fr

Le célèbre catalogue Walker & Dawn (Davide Morosinotto)

lundi 18 juin 2018

telechargement.jpgPrésentation de l'éditeur :

P'Tit Trois, Eddie, Min et Julie ne pourraient pas être plus différents, et en même temps plus amis. Ils partagent un catalogue de vente par correspondance, trois dollars à dépenser et un grand désir de découvrir le monde. Et quand, au lieu du revolver qu'ils ont commandé arrive une vieille montre qui ne fonctionne même pas, les quatre n'hésitent pas une seconde et partent vers Chicago pour récupérer leur revolver.
Au cours de leur voyage, ils rencontreront des tricheurs professionnels, des flics véreux, des méchants qui semblent gentils et des gentils qui ne le sont pas du tout... un crime non résolu et beaucoup, beaucoup d'argent...

Avant de parler de l'histoire, il me faut préciser que ce roman est un ouvrage à l'esthétique particulièrement soignée. Des illustrations précèdent chaque chapitre, la mise en page est belle et aérée, bref, visuellement déjà, c'est un livre qui donne envie d'être lu.
Le récit, quant à lui, se révèle être une jolie balade aventureuse du Bayou jusqu'à la Nouvelle-Orléans au siècle dernier. C'est pittoresque, dépaysant, drôle, bref on ne s'ennuie pas un instant aux côtés de nos quatre héros malgré eux. Ce roman n'est pas sans rappeler les célèbres aventures de Tom Sawyer et Huckleberry Finn de Mark Twain que j'avais adorées, enfant. C'est un univers que j'aime, avec de jeunes personnages qui vivent d'improbables péripéties et entraînent le lecteur dans leur sillage.
Un bon moment de lecture.

Titre original : Il rinomato catalogo Walker & Dawn
Traduit de l'italien par Marc Lesage
L'école des loisirs (Médium), 336 pages, 2016 pour l'édition originale, 2018 pour la traduction française

Acheter Le célèbre catalogue Walker & Dawn sur Les Libraires.fr

Short stories from Hogwarts (J. K. Rowling)

lundi 11 juin 2018

En 2016, sont sortis simultanément en plusieurs langues sur le site Pottermore trois recueils (seulement disponibles en version électronique) d'histoires sur l'univers d'Harry Potter. 
Ces textes consacrés à des personnages et des lieux de la série apportent des informations complémentaires à leur sujet.

004448494.jpg

Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies  est divisé en quatre parties dédiées respectivement aux personnages de Minerva McGonagall, Remus Lupin, Sybill Trelawney et Silvanus Kettleburn.
Chaque histoire remonte à la genèse du personnage qu'elle présente, depuis la rencontre de ses parents jusqu'à son apparition dans la série Harry Potter. Lorsqu'on a lu la série, on connaît certains éléments de leur biographie, mais ces textes s'avèrent vraiment intéressants pour tout fan de la célèbre saga. Qui plus est, on retrouve le talent de conteuse de Rowling, même en peu de pages. 
J'ai trouvé passionnant de remonter aux sources pour découvrir d'où venaient ces personnages, et ce qu'ils étaient avant d'arriver à Poudlard.

Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies sur Pottermore (en anglais)

9781781106297_28c805ed-1079-4a5b-a6af-e464cf97cf5f_large.jpg

Ce tome-ci, également consacré à des personnages, se présente en cinq parties : Dolores Ombrage, Horace Slughorn, Quirinus Quirrell, Peeves et les ministres de la magie. Des figures un peu dérangeantes dans la série, certaines ayant basculé du côté obscur. En complément des textes sur les personnages, on trouvera également dans ces pages des informations sur des éléments tels que les potions ou encore la prison d'Azkaban. Là encore, on découvre des faces cachées de la saga et l'on aborde même un peu son écriture, notamment les raisons des choix effectués par l'auteur.

Power, Politics and Pesky Poltergeists 
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter Power, Politics and Pesky Poltergeists sur Pottermore (en anglais)

9781781106273_f71a242b-9d49-4b2f-86ff-f841aafedd46_large.jpg

Des trois livres, c'est à la fois le plus long et le plus riche en contenu puisqu'il aborde de multiples sujets. Ici, excepté dans un chapitre consacré aux habitants du château de Poudlard (les fantômes, les portraits...), il s'agit d'explorer des lieux et des objets. Quelques exemples de ce que vous trouverez dans ces pages : le choipeaux magique, la carte du maraudeur, le retourneur de temps ou encore la pensine. C'est assez grisant d'en apprendre davantage à propos de ces objets magiques qui font tout le sel de cette histoire. De nombreuses anecdotes, des confessions de l'auteur, encore une fois, qui explique comment elle a construit son récit.

An Incomplete and Unreliable Guide 
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter An Incomplete and Unreliable Guide sur Pottermore (en anglais)

Ces trois courts textes permettent de replonger quelques instants avec délice dans cette série géniale, si vous êtes fans d'Harry Potter, je vous les recommande chaudement.

Lili Goth #4 - La symphonie sinistre (Chris Riddell)

vendredi 8 juin 2018

005436755.jpgLe quatrième opus de la série Lili Goth est sorti en français et je me suis empressée de le lire ! Après un troisième tome brillant consacré à la littérature, Chris Riddell nous embarque dans une nouvelle aventure, cette fois dans l'univers de la musique. 
Lord Goth a en effet décidé de lancer son propre festival auquel il a convié des groupes pour le moins étranges.
Dans La symphonie sinistre, on fait connaissance avec l'adorable faune Shaun ainsi qu'avec la célèbre styliste Taylor Swiffer, on explore encore et toujours le manoir en compagnie de Lili et ses amis, on rit face aux caricatures plus comiques les unes que les autres, on admire (et on ne se lasse pas de le faire) les illustrations... bref on passe un agréable moment. 
Pour autant, ce tome m'a semblé moins bon que les précédents, l'histoire est un peu brouillon, il ne se passe finalement pas grand chose et le contenant, certes sublime, ne comble pas tout-à-fait le contenu, un peu creux. Ceci étant, même si elle n'est pas extraordinaire, la lecture reste plaisante.

Titre original : Goth girl and the Sinister Symphony
Traduit de l'anglais par Amélie Sarn
Milan jeunesse, 217 pages, 2017 pour l'édition originale, 2018 pour la traduction française

Acheter La symphonie sinistre sur Les Libraires.fr

La vague des albums #134

mercredi 6 juin 2018

005474302.jpg

CoupDeCoeur2016.pngCoup de cœur pour cet album tout carton qui sort de l'ordinaire et fera rêver bambins et adultes avec ses somptueuses illustrations. J'ai été séduite par son esthétisme. Une jolie manière d'entrer dans l'été avec un petit format qui peut s'emporter partout. En outre, ce mini documentaire est ludique avec des rabats à soulever et des éléments en relief à toucher.
Un très beau livre pour les tout petits. 

Voilà l'été
Pauline Kalioujny
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Voilà l'été sur Les Libraires.fr

005456365.jpg

Un album à lire le soir au moment du coucher pour faciliter l'endormissement... ou pas ! Le petit Antoine se pose des tonnes de questions au moment d'aller au lit, et peut se montrer légèrement assommant !  A tel point que c'est sa maman qui commence à tomber de sommeil !
Une histoire tout en douceur qui fera sourire les plus petits.  J'ignore si l'auteur est elle-même maman, mais cela sent le vécu !

Tout le monde dort ?
Audrey Poussier
L'école des loisirs, 2018

Acheter Tout le monde dort ? sur Les Libraires.fr

005504547.jpg

Le vent se lève invite à la rêverie avec ses illustrations pleine page accompagnées de peu de mots. L'occasion de se poser, d'observer ce ciel changeant, l'assombrissement, la pluie, le vent, la tempête et le retour au calme. L'histoire se déroule dans un plan fixe qui évolue au rythme des intempéries. Les objets s'envolent ou bien sont mouillés, les couleurs changent. Une vision poétique et des images qui retiennent l'attention, un bien bel album.

Le vent se lève
Marie Saarbach
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Le vent se lève sur Les Libraires.fr

9782211236522fs.gif

Les lecteurs de ce salon savent combien j'aime la série mettant en scène Simon le lapin du même auteur. Par contre, je ne connaissais pas encore son autre personnage célèbre, le petit loup. Ici, il questionne le lecteur sur ses goûts en exprimant les siens au préalable. Les enfants s'identifieront facilement à ce héros qui partage avec eux certaines préférences. Pour le style, c'est dans la même veine que les albums de Simon, des images vivement colorées, un personnage attachant et légèrement irrévérencieux. Un livre qui donne du peps !

Tu es comme moi ?
Stephanie Blake
L'école des loisirs, 2018

005456361.jpg

Mes petits moments choisis, c'est un peu "le livre dont vous êtes le héros" version premier âge. En effet, ce petit album propose à chaque nouvelle double page une situation avec trois possibilités, suivant que l'on ouvre l'un ou l'autre des rabats, ou les deux en même temps. A partir de situations simples de la vie courante, l'enfant peut donc exploiter plusieurs possibles. Une idée sympa et de jolis dessins.

Mes petits moments choisis
Ella Charbon

L'école des loisirs (Loulou & Cie), 2018

Acheter Mes petits moments choisis sur Les Libraires.fr

005517797.jpg

A une époque où l'on parle de plus en plus fréquemment des comportements éco-responsables, voici un album qui traite d'un sujet essentiel, à savoir l'alimentation responsable. Autrement dit, apprendre à consommer des fruits et légumes de saison. Et pour cela, quoi de mieux que de découvrir, mois après mois, les variétés disponibles dans notre pays. Organisé en quatre chapitres correspondant aux saisons, cet ouvrage recense donc les fruits et légumes au fil du temps. La partie illustrée est complétée par un classement sous forme de listes mensuelles permettant de repérer directement si un fruit ou un légume est de saison. A la fin du livre, on trouvera quelques détails pour chaque variété, entre autre la localisation géographique (pour la France), les bienfaits apportés, ou encore le temps de conservation. 
Simple mais superbement illustré et surtout efficace. Un must à posséder dans sa bibliothèque.

C'est de saison !
Fanny Ducassé, Catherine Garnier
De La Martinière Jeunesse, 2018

Acheter C'est de saison ! sur Les Libraires.fr

005456380.jpg

En découvrant le style graphique de Kitty Crowther, j'avais eu un coup de coeur pour Petites histoires de nuit. Je me réjouissais donc de lire son nouveau titre, qui plus est sur le thème du Farwest ! Pourtant, j'ai été moins convaincue cette fois. L'histoire sans queue ni tête débute avec l'expression "qui va à la chasse perd sa place". Les situations s'enchaînent rapidement, le récit est rythmé, mais je ne suis pas entrée dedans, je n'ai guère ressenti d'émotions au fil des pages. Bien sûr, les dessins sont toujours aussi chouettes, mais cela n'a pas suffit à compenser le peu d'attrait que j'ai trouvé au scénario de Peter Elliott. Dommage.

Farwest
Kitty Crowther, Peter Elliott
L'école des loisirs (Pastel), 2018

Acheter Farwest sur Les Libraires.fr

Ma gorille et moi (Myriam Gallot)

lundi 4 juin 2018

9782748525151.jpgAprès la lecture de Titan Noir, ce roman jeunesse m'a attirée. On y retrouve la même thématique, à savoir la maltraitance animale et les animaux en captivité. 

Présentation de l'éditeur

La maison de Jeanne se trouve au cœur d’un zoo. Le zoo de ses parents ! Quand Jeanne était bébé, ils ont accueilli chez eux une petite gorille, Mona, que sa mère avait rejetée à la naissance. Mona et Jeanne ont grandi ensemble. Mais Mona, qui est maintenant adulte, doit être transférée au zoo de Milan. Alors qu’un groupe de jeunes militants s’insurge et manifeste devant le zoo, Jeanne découvre le discours des défenseurs de la liberté animale. Peut-elle aimer Mona et vouloir la garder auprès d’elle ?

Ici, comparé à Titan Noir, le traitement du sujet est plus "simpliste" et le ton du roman moins grave, ce qui n'est guère étonnant car les deux livres ne sont pas dédiés au même type de lectorat. Dans Ma gorille et moi, en effet, le propos est adressé à des enfants de fin de primaire/début de collège, tandis que la collection Doado au Rouergue, comme son nom l'indique, concerne des ouvrages pour adolescents. Ainsi, dans Ma gorille et moi, l'écriture est plus légère et accessible, et donc ce livre n'a pas eu sur moi l'effet de Titan Noir. Cela dit, le thème est abordé avec intelligence et une prise de distance intéressante, l'auteur ne prenant pas parti et se contentant de proposer une réflexion au lecteur. D'un côté Jeanne a vécu avec Mona comme si elles étaient sœurs, elle l'aime et la respecte, de l'autre elle vit dans un zoo... Comme la jeune fille est curieuse et ouverte d'esprit, elle s'interroge sur le bien fondé de maintenir des animaux en captivité. C'est avec elle que nous doutons, avec elle que nous partageons ses états d'âme.
Un roman bien ficelé que les jeunes lecteurs devraient lire pour être sensibilisés à la cause animale.

Syros (Tempo), 151 pages, 2018

Acheter Ma gorille et moi sur Les Libraires.fr

La magie de Paris #3 - Ici et ailleurs (Olivier Gay)

vendredi 1 juin 2018

9782362313295_org.jpgDernier tome de la trilogie de La magie de Paris, un roman légèrement plus court que les précédents. Après la fin ouverte du tome deux qui propulsait les personnages dans un autre monde, je me demandais comment l'auteur allait orienter l'histoire, et si cette dernière allait tout de même se dérouler dans la capitale française. Les premiers chapitres m'ont un peu déroutée car l'intrigue prend clairement une autre direction qui, de prime abord, ne m'a pas convaincue. Puis, au fil des pages, j'ai accepté de me laisser porter par la vague, et j'ai apprécié de retrouver nos héros. J'aime particulièrement les relations qui se tissent entre eux, et surtout, le fait qu'ils soient, au bout du compte, des personnages ordinaires et imparfaits. L'humour d'Olivier Gay et les références qu'il glisse ça et là ont fait de ce roman une lecture légère et plaisante. 
C'est confirmé, j'aime vraiment la plume d'Olivier Gay et je vous recommande cette série ainsi que celle du Noir est ma couleur.

Castelmore, 276 pages, 2018 

Acheter Ici et ailleurs sur Les Libraires.fr 

Sorties #2 (juin 2018)

mercredi 30 mai 2018

Voici les sorties que j'ai repérées pour juin. Et vous, quels titres ont retenu votre attention ?

51kTkkoRqbL._SX326_BO1_204_203_200_.jpg

Peppo (Séverine Vidal) chez Bayard Jeunesse
Je ne sais que vaguement de quoi il est question, mais j'ai bien envie de retrouver la plume de Séverine Vidal découverte avec le très bon Quelqu'un qu'on aime.

611FYG0n3XL._SX344_BO1_204_203_200_.jpg

Le combat de l'Epouvanteur  (Joseph Delaney) chez Bayard Jeunesse
Sortie en poche du 4ème tome de la géniale saga de L'épouvanteur.

51FwC1cdRaL._SX301_BO1_204_203_200_.jpg

Songe à la douceur (Clémentine Beauvais) chez Points
Sortie en poche de ce bijou, l'occasion de le découvrir si ce n'est déjà fait.

51__PSCG-ZL._SX340_BO1_204_203_200_.jpg

Le cercle des sept pierres (Diana Gabaldon) chez J'ai lu
Si j'ai bien saisi, il s'agit d'un spin off de la série Outlander.

51CqutJCiaL._SX324_BO1_204_203_200_.jpg

Crossing the line (Simone Elekeles) chez Harper Teen
Une nouvelle romance Young Adult de l'un de mes auteurs chouchous, je ne vais pas bouder mon plaisir et me procurer rapidement ce titre. Attention, il s'agit de la sortie VO. 

51_OOggm9nL._SX316_BO1_204_203_200_.jpg

Les larmes de la déesse Maorie (Sarah Lark ) chez Archipel
Dernier tome de la trilogie Kauri, après Les rives de la terre lointaine et A l'ombre de l'arbre Kauri. Pour ma part, j'attendrai la sortie audio puisque c'est avec ce format que j'ai découvert les deux premiers tomes.

Vingt-quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M. Lemoncello (Chris Grabenstein)

lundi 28 mai 2018

005209984.jpgJ'avais très envie de lire ce roman depuis la parution du billet de Clarabel, et j'ai eu la jolie surprise de me le voir offrir quelques temps après. Par la suite, nous en avons fait une lecture commune avec ma bienfaitrice (où comment faire de moi une lectrice comblée !). Bref, ce roman a été une source presque intarissable de plaisir, depuis le moment où je l'ai découvert jusqu'à la dernière ligne lue. 
D'abord, il y a la couverture qui m'a attirée comme du miel attire une mouche... Le titre (proposez-moi un livre avec bibliothèque dans le titre et je suis cuite !), les illustrations, c'était déjà une promesse en soi. Ensuite, l'histoire qui tourne donc autour d'une bibliothèque. Pour autant, en ouvrant ce bouquin, j'étais quelque peu fébrile, craignant la déception tant mes attentes étaient immenses. Que nenni ! J'ai englouti ce livre et passé un moment absolument divin. Si ! Si !

Un milliardaire excentrique et concepteur de jeux, décide de financer la construction de la nouvelle bibliothèque de sa ville. Le jour de l'inauguration, il invite un groupe d'enfants tirés au sort à y passer vingt-quatre heures et à participer à un jeu un peu fou. Le but de la partie : trouver un moyen de sortir de la bibliothèque en trouvant des indices parmi les livres. 
Le récit se déroule donc à huis clos sur une période de vingt-quatre heures, et pourtant il va s'en passer des choses, sur cette si courte durée ! Ce roman qui n'est pas sans rappeler le merveilleux Charlie et la chocolaterie entraîne le lecteur dans une chasse au trésor au paradis des livres. On trouvera de nombreuses similitudes avec le roman de Roald Dahl, mais cela ne m'a pas gênée, car l'auteur impose assez rapidement un univers qui lui est propre. Les rebondissements sont nombreux, le rythme soutenu, le style fluide et addictif. C'est un vrai plaisir de suivre les cogitations des personnages et de tenter de résoudre avec eux les énigmes qui leur sont posées. C'est ainsi quasiment une lecture interactive, avec en prime un récit très visuel, digne d'un scénario de film (une adaptation existe, mais je ne l'ai pas encore vue). Toute l'intrigue repose sur la littérature et le monde des livres en général, le texte est bourré de clins d’œil et références qui m'ont bien sûr enchantée (et dont je suis persuadée d'avoir raté la moitié, une relecture s'impose !).
Si vous êtes un amoureux des livres et si vous avez aimé Charlie et la chocolaterie, je vous conseille de foncer vous procurer cette pépite, plaisir de lecture garanti !

Et la bonne nouvelle, c'est que la suite sort en août en France ! Je sais ce que je vais lire cet été !! :-)

Titre original : Escape from Mr. Lemoncello's Library
Traduit de l'anglais par Anath Riveline
Milan, 304 pages, 2013 pour l'édition originale, 2017 pour l'édition française

Acheter Vingt-quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M. Lemoncello sur Les Libraires.fr 

Titan Noir (Florence Aubry)

vendredi 25 mai 2018

005394974.jpgCoupDeCoeur2016.pngDe Florence Aubry, je n'avais lu jusqu'alors que Le royaume des cercueils suspendus, l'un de mes coups de cœur de 2014.
Ici, on la retrouve dans un tout autre genre, puisqu'il s'agit d'une fiction basée sur une histoire vraie. En fin d'ouvrage, l'auteur explique qu'après avoir regardé un reportage sur une orque en captivité, elle a été bouleversée a eu envie d'écrire sur la souffrance des animaux en captivité, en particulier des animaux marins qui sont utilisés comme vedettes dans des parcs d'attraction. 

Titan est une orque qui a été pêchée et placée dans un parc aquatique très jeune, c'est un mâle aux dimensions imposantes qui a la particularité d'être intégralement noir.
Elfie, à peine le bac en poche, va trouver un emploi de caissière dans un parc aquatique proche de chez elle. Ce qui au départ, ne devait être qu'un job d'été, va se transformer en emploi stable. Rapidement, Elfie va passer du simple statut de caissière aux entrées à celui de dresseuse d'orque. Elle est bonne nageuse et sportive, cela suffit au directeur du parc pour lui proposer cette promotion. 
Tandis que nous découvrons à travers les yeux d'Elfie l'apprentissage de son métier si particulier, une autre voix s'intercale dans la narration, celle d'une personne qui nous présente l'envers du décor. Matériellement parlant, les pages du livre changent de couleur en même temps que le récit change de narrateur. Blanc pour Elfie, noir pour le narrateur anonyme.

Lorsqu'elle commence à travailler au sein du parc, Elfie est toute jeune et totalement inexpérimentée. Elle a des doutes et des craintes, mais elle ose, elle s'adapte. Il y a bien des choses qui la chagrinent un peu, mais dans le fond elle aime son job et le trouve formidable. Puis, petit-à-petit, elle évolue et commence à se poser des questions. En parallèle, le narrateur anonyme révèle, à nous autres lecteurs, la triste réalité qui se cache derrière ces spectacles féeriques. Et au fil des pages, la tension monte, on se sent oppressé. Le grand tour de force de Florence Aubry, c'est qu'elle ne prend pas vraiment parti, même si son intention première est évidemment de dénoncer les pratiques cruelles sur les orques. Ses deux personnages sont terriblement humains et leurs réflexions font évoluer le lecteur avec eux. Elle ne nous matraque pas avec des images insoutenables dès le départ, elle ne dévoile pas non plus d'emblée le traitement infligé aux orques en captivité, non, tout cela, on le découvre en même temps qu'Elfie découvre son métier. C'est presque pédagogique et l'écriture sert le propos admirablement. Le style est assez sec, incisif, mais très beau. On lit ce roman en apnée, en passant par tout un panel d'émotions, et je peux vous dire que ce texte va me hanter pendant longtemps.
Un roman magnifique, difficile, mais nécessaire.

Rouergue (doado), 187 pages, 2018

Acheter Titan noir sur Les Libraires.fr

21010109_2013060412481636.jpg

A celles et ceux qui souhaitent en tenter la lecture, je conseille également vivement le fameux reportage qui a inspiré ce livre à l'auteur. 
Il s'agit de Blackfish, réalisé par Gabriela Cowperthwaite. 
Ce film documentaire porte sur la vie de Tilikum, une orque qui fut capturée très jeune, passa de parc en parc et devint une tueuse, conséquence probable de la maltraitance qu'elle subit pendant des années. Ce reportage dénonce les traitements infligés aux orques dans les parcs d'attraction, mais également les conditions de travail des employés. Ce n'est pas un sujet facile, mais ça ouvre les yeux.

- page 1 de 160