La vague des albums #97

vendredi 27 mai 2016

51DH4gm2egL.jpg

C'est un deuxième tome qui sort dans cette collection, je parlais du premier ici. Les qualités que j'évoquais alors conviennent toujours pour celui-ci. Reproductions superbes, mise en page, esthétique...
Seul l'angle d'approche de ce nouvel album diffère un peu, puisque il s'agit cette fois de "raconter" l'Histoire à travers l'art. Ainsi, chaque oeuvre présentée permet d'illustrer un moment important de l'Histoire. Ce point de vue original permet de voyager dans le temps et dans l'art en simultané. J'aime beaucoup cette idée.

Mon petit livre d'art pour raconter l'Histoire
Aude Le Pichon
Seuil Jeunesse, 2016

51fnIrVZF0L.jpg

On l'attendait de pied ferme, et la voilà enfin, cette nouvelle aventure de notre lapin préféré ! Les parents de Simon ont décidé de déménager, mais Simon est très perturbé par cette annonce, il ne veut pas quitter l'endroit où il a grandit. Seulement, quand le petit frère manifeste à son tour de l'inquiétude, Simon se doit de le réconforter !
Toujours aussi facétieux, aussi coloré et drôle. Succès garanti auprès des jeunes lecteurs, testé et approuvé par une classe de maternelle, les éclats de rire en ont témoigné. Incontournable.

Je veux pas déménager !
Stephanie Blake
L'école des loisirs, 2016

71U4WltBkXL.jpg

Celui-ci aussi, je l'attendais ! Un nouvel album d'André Bouchard, ça se déguste ! Le Pacha qui s'ennuyait est une histoire assez longue qui ne conviendra pas aux plus jeunes et qu'il vaudrait mieux réserver pour ceux qui savent lire et/ou qui possèdent déjà une capacité de concentration suffisante. Même si des traits d'humour sont présents dans cet album sous forme de clins d’œil, on retrouve moins l'esprit cynique de l'auteur. Cela dit, j'ai apprécié cette histoire avec une morale sympathique à la fin.

Le Pacha qui s'ennuyait
André Bouchard
Seuil Jeunesse, 2016

115459_couverture_Hres_0.jpg

L'an dernier, je vous avais présenté un documentaire similaire pour le rugby, cette année, Euro 2016 oblige, c'est la version foot que je vous propose.
Même principe, dans cet ouvrage sont décryptés les emblèmes portés par les joueurs des plus grands clubs de football actuels. Pour chaque équipe, le lecteur passionné trouvera une multitude d'informations, du palmarès aux joueurs célèbres en passant par des anecdotes parfois étonnantes. A la fin du livre, un calendrier des matchs à remplir. Pour en apprendre davantage sur le foot de manière ludique et érudite ! Un must pour les fans de ce sport.

Foot, maillots et écussons
Benoît Nacci
De La Martinière Jeunesse, 2015

Livrocolor #2

mercredi 25 mai 2016

Aujourd'hui, une sélection en bleu, couleur bien représentée dans ma bibliothèque.

BLEU.jpg

Morsure de Kelley Armstrong ♥
Premier tome de la série fantastiques Femmes de l'Autremonde, avec une héroïne forte, de l'action et un personnage masculin à croquer !

Le chagrin du roi mort de Jean-Claude Mourlevat ♥
Mon roman préféré de l'auteur à ce jour, un bijou, tout simplement.

L'ancre des rêves de Gaëlle Nohant
Un roman superbe et original qui flirte avec les légendes et le fantastique.

La pâle lumière des ténèbres d'Erik L'Homme
Premier tome de la série A comme Association, des personnages extrêmement attachants, un univers original et de l'humour.

La vieille anglaise et le continent de Jeanne-A. Debats
Une nouvelle fantastique qui m'avait laissé grande impression, un texte puissant.

Dans le désordre (Marion Brunet)

samedi 7 mai 2016

5118Ek3XhQL.jpgÇa commence dans une manif, Dans le désordre. Sept personnes s'y rencontrent et décident plus tard de vivre ensemble. Cette petite communauté partage un squat comme un acte de résistance, pour lutter contre un mode de vie trop réglé, trop matérialiste.  

Le récit va crescendo jusqu'à un point de rupture qui va bouleverser l'équilibre précaire du groupe. Ces personnages si différents les uns des autres ont pris la décision de contrer la société telle qu'elle est, car elle ne leur convient pas. Au départ, ce ne sont pas tous des "marginaux", certains viennent juste de quitter une vie bien rangée pour aller vivre dans le squat. La confrontation des genres et des idéaux est intéressante, à l'image de l'intrigue du roman. 
C'est un texte qui se veut percutant et incisif, se lit vite et en apnée. 
Pour ma part je ne suis pas parvenue à entrer dans l'histoire, j'en ai apprécié la lecture sans toutefois embarquer complètement.
J'aurais dû être touchée, mais je suis restée imperméable à l'émotion qui se dégage de ce livre. Pourquoi, je ne sais pas... Je suis ressortie de là avec l'impression d'avoir lu un texte dédié à la jeunesse sur une thématique plutôt adulte. D'un côté on a affaire à un sujet grave, de l'autre à une écriture moins aboutie et plus superficielle que celle à laquelle on s'attend. C'est probablement ce décalage qui m'a gênée. 

Sarbacane (Exprim'), 251 pages, 2016

Le Comte de Monte-Cristo (Alexandre Dumas)

jeudi 5 mai 2016

3358950002986.jpgCoupDeCoeur2016.pngSans prétention aucune, j'avais envie de vous parler de cette rencontre magique avec un monument de la littérature, j'ai nommé Le Comte de Monte-Cristo. Sur les conseils avisés de Clarabel, je me suis lancée dans la lecture audio de cette oeuvre et je n'ai pas regretté ce choix un seul instant. Il faut dire que si c'est un classique déjà vieux de presque deux siècles, son écriture est résolument moderne.
J'ai testé pour l'occasion les livres audio de l'éditeur Sixtrid et je suis pleinement satisfaite de l'enregistrement réalisé pour le Comte de Monte-Cristo. Le lecteur, Eric Herson Macarel, n'est autre que la voix française de Daniel Craig, pour vous donner une idée... J'avais déjà écouté des romans dont il était le lecteur chez Audiolib, notamment ceux de la série de Camilla Läckberg, donc je connaissais son style et je savais que je ne serais pas déçue.
En effet, je ne l'ai pas été, et j'ai même particulièrement apprécié cette lecture sublimée (si cela était possible !) par le ton et le timbre de voix du lecteur.

Concernant l'oeuvre elle-même, car c'est quand-même ce dont je voulais vous parler en priorité, il va m'être difficile de lui rendre pleinement justice. Mes propres mots seront bien faibles et pauvres pour vous décrire l'état d'émerveillement dans lequel j'ai été plongée durant cette lecture. Je connaissais la trame de l'histoire comme beaucoup, sans en connaître les détails ni la fin, et j'ai découvert un texte incroyable.
L'écriture est un pur délice, littéraire mais accessible.
L'intrigue est géniale.
Les personnages sont incroyablement travaillés, le héros extraordinaire.
C'est un roman long et dense mais magnifique et prenant, un de ces ouvrages que j'emporterais sur une île déserte.

Un chef d'oeuvre, pas moins.

Le superbe billet de Cécile

3358950002993.jpg

Texte intégral
Lu par Eric Herson Macarel
Décembre 2015, Sixtrid
Livre 1 : 25h05, Livre 2 : 24h40

L'anneau de Claddagh #2 - Stoirm (Béatrice Nicodème)

mardi 3 mai 2016

9782354882754FS.gifDeuxième tome de la série L'anneau de Claddagh que j'ai découverte il y a quelques mois. J'avoue qu'en l'entamant, j'ai eu une légère appréhension en constatant que l'intégralité de ce roman était consacré au voyage maritime de Keira vers New-York. Finalement, ce tome deux est une très bonne surprise car il ne souffre ni des défauts que connaissent souvent les deuxièmes tomes de séries, ni du fait que l'histoire se déroule en huis-clos à bord d'un navire.

Keira a donc décidé de quitter l'Irlande pour tenter de retrouver Arthur, parti sans prévenir pour le nouveau monde. Elle laisse derrière elle la famine et le souvenir de moments douloureux dont la perte de sa mère, mais ce qu'elle s'apprête à vivre durant ces longues semaines de traversée ne sera pas de tout repos. A bord, les conditions de vie sont difficiles, les passagers rationnés et traités comme des moins que rien. L'ambiance est électrique et Keira se sent en danger.

Cette suite réussie confirme le bien que je pensais de cette série après lecture du premier tome. L'écriture est soignée, l'histoire rythmée et prenante. On ne s'ennuie pas une seconde et les pages défilent toutes seules. J'aime ce qui a trait à la mer en général, donc je suis toujours contente de retrouver cet univers dans un roman, mais là, c'est vraiment très agréable à lire. 
Vivement le dernier tome !

Gulf Stream Editeur, 253 pages, 2016

Le chardon et le tartan ~ Diana Gabaldon

dimanche 1 mai 2016

9782290065242FS.gif

Je viens de relire le tome 1 d'Outlander et je ne peux m'empêcher de vous proposer quelques mots choisis...

N'aie pas peur, me murmura-t-il dans l'oreille. Nous sommes deux, à présent.

* * *

Je veux te posséder, Sassenach, murmura-t-il, corps et âme.

* * *

Oh oui, Sassenach, répondit-il d'un ton narquois. Je suis ton maître... et ton esclave. Il semble que je ne puisse posséder ton âme sans perdre la mienne.

Livrocolor #1

lundi 25 avril 2016

Tous les mois pendant quelques temps, je vous proposerai une liste de livres issus de ma bibliothèque choisis en fonction d'une couleur.
Juste pour le plaisir de ressortir des livres que j'ai aimés, et pour l'aspect esthétique/ludique, bien entendu !
Si vous aussi, vous avez envie de reprendre ce RDV, c'est avec grand plaisir, vous pourrez m'envoyer vos liens si vous le souhaitez.

* * *

J'entame ce premier Livrocolor avec la couleur verte qui est ma couleur préférée.

IMG_20160424_155449834_HDR_1_.jpg

Un joli dégradé de vert, cinq ouvrages, trois coups de cœur :

Le pendentif de jade de Y. S. Lee
Premier tome de la série The Agency, une histoire d'agent secret dans un univers victorien. Une belle plume, une intrigue bien menée et une héroïne attachante.

Miel et vin de Myriam Chirousse ♥
Un roman sublime et inclassable, un cadre historique, une histoire d'amour hors normes.

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (Mary Ann Shaffer & Annie Barrows) ♥
Roman épistolaire sur fond de seconde guerre mondiale. Une héroïne irrésistible, de l'humour, un délice !

Les sang d'Argent de Melissa de la Cruz
Troisième tome de la série Les vampires de Manhattan. Dans le genre fantastique, une série vampiresque originale.

Complètement cramé de Gilles Legardinier ♥
Mon roman préféré à ce jour de l'auteur, drôle, déjanté, tendre. Lecture-doudou.

Sauveur & fils ~ Saison 1 (Marie-Aude Murail)

mardi 19 avril 2016

9782211228336FS.gifCoupDeCoeur2016.pngQuelles retrouvailles avec Marie-Aude Murail ! Dès les premières pages, j'ai su que j'allais adorer ce roman.
Sauveur, 39 ans, 1m90, antillais, psychologue à Orléans, est le personnage central de ce premier tome de la série Sauveur & fils. Ce grand gaillard, j'en suis tombée amoureuse comme l'auteur. J'aimerais qu'il existe pour de vrai, pour devenir son amie, passer des après-midi à discuter avec lui, faire la connaissance de son fils, l'entendre me raconter son histoire...
Comment vous donner envie, à vous aussi, de lire ce roman et de faire la connaissance de Sauveur ?
Vous dire, peut-être, que je me suis sentie chez moi dans ce bouquin en un rien de temps, que j'ai dévoré ces pages qui me collaient aux doigts, incapable de m'en défaire. Vous dire aussi que j'ai trouvé la plume de Marie-Aude Murail exquise, avec un texte qui m'a fait penser à Miss Charity et Oh, boy ! Un texte drôle et tendre à la fois, un brin déjanté, mais sérieux dans le fond.
C'est une lecture qui fait du bien, une sorte de baume à l'âme, un roman-doudou.

Voilà, j'espère vous avoir convaincus de le lire, si ce n'est pas le cas sachez que vous passez à côté d'un petit bijou.

Ecole des loisirs (Médium), 328 pages, 2016 

Des pas dans la neige (Erik L'Homme)

dimanche 17 avril 2016

716LuesV3yL.jpgAprès Dans les forêts de Sibérie, j'ai eu envie de lire un autre récit du même genre et je me suis rappelée qu'Erik L'Homme avait écrit Des pas dans la neige. Comme j'aime énormément la plume et la sensibilité de cet auteur, il était évident que j'allais apprécier ce livre. Hélas, j'ai pu vérifier, une fois encore, que lorsqu'on aborde une lecture avec un a priori ultra positif et que l'on se trompe, la déception est d'autant plus forte...

Dans les années 90, Erik L'Homme, son frère et un ami plaquent tout pour partir au Pakistan à la recherche de "l'homme sauvage". Des pas dans la neige est le récit (des années après) de cette aventure.
Je crois que si je n'ai pas apprécié plus que cela cette lecture, c'est parce que je n'y ai pas trouvé ce que je cherchais, à savoir un récit de voyage. C'est un livre très court dans lequel l'auteur nous parle à la fois du voyage en lui même, des rencontres faites sur place, mais aussi de l'état d'avancement de cette fameuse enquête. On trouve ainsi tout au long de la lecture la transcription de divers témoignages de personnes qui ont croisé ce fameux homme-sauvage. 
Alors voilà, personnellement je ne crois pas trop à l'existence de ce fameux homme "yéti", mais là n'est pas la question... Disons que tout ce qui a trait à cela dans le livre ne m'a pas intéressée, ce qui est plutôt gênant sachant que c'en est le thème central. 
Les passages consacrés au quotidien des trois hommes durant ce voyage et à la description des us et coutumes des autochtones m'ont en revanche intéressée, mais malheureusement ce sont des aspects pas assez développés vu l'épaisseur du volume.
D'autre part, la construction du récit m'a gênée. Pas ou presque d'indications de temps ni de chronologie, l'ensemble m'a paru assez décousu, sans réel fil conducteur. 
J'ai eu le sentiment que ce texte répondait au besoin intime de l'auteur d'écrire ce qu'il avait vécu, mais qu'il laissait le lecteur en dehors du chemin. 
Un rendez-vous raté, hélas. Je continuerai de lire les œuvres de fiction de l'auteur, car dans ce registre, j'aime profondément ce qu'il écrit.

Gallimard Jeunesse (Scripto), 208 pages, 2010

Les fragiles (Cécile Roumiguière)

vendredi 15 avril 2016

9782848658629FS.gifNouveau roman de Cécile Roumiguière, un peu plus d'un an après Lily. Quand on aime un auteur, c'est toujours une joie de découvrir son nouveau livre, mais c'est aussi un court moment d'inquiétude : vais-je l'aimer ? 
Avec Les fragiles, ce n'était pas gagné d'avance au vu du sujet (difficile) traité.
Cécile Roumiguière entre avec ce titre dans la collection Exprim' des Editions Sarbacane. Je connais cette dernière de réputation, c'est une collection qui s'adresse aux ados/jeunes adultes, traite des sujets souvent sensibles, et qui est résolument ancrée dans la réalité. Comprenez des textes forts, percutants, que l'on rencontre peu en littérature jeunesse.

Drew a dix-sept ans, mais il a également neuf ans, dix ans... Entre passé et présent, le lecteur découvre au fil des chapitres l'histoire de ce jeune homme, d'abord enfant, puis devenu adolescent et maintenant jeune adulte. 
Au début, il y a cet événement qui survient alors que Drew, âgé de neuf ans, vient de jouer un match de handball. Au volant de sa camionnette sur le chemin du retour, son père renverse Ernest le gardien du stade. Il ne s'arrêtera pas, de toutes manières, ce sale nègre n'avait qu'à pas se trouver là.
Le ton est donné, on n'est pas là pour assister à l'enfance toute rose d'un gamin épanoui...
Au fil des ans, Drew grandit au sein de ce foyer bancal avec un père raciste et une mère qui semble fuir les problèmes. 

La force de ce roman, c'est la psychologie de ses personnages, ce qui est pressenti dès le titre, tellement bien trouvé. Les fragiles, ce sont sont à peu près tous les personnages du roman. C'est Drew, le héros, mais ce sont aussi tous les autres. En fin de compte, et c'est cela qui est troublant, chacun a ses faiblesses mais aussi ses "bons" côtés. Alors même que dès les premières pages, on ne peut pas encadrer cet abruti de père, ce type épouvantable de connerie et de méchanceté, on se surprend finalement quelques chapitres plus loin à éprouver de l'empathie à son égard. Et c'est ça qui est à la fois génial et terrifiant, c'est que ces personnages sont tellement humains, tellement réels, qu'on ne peut que compatir, même quand ce qu'ils font nous donne la nausée. Tout au long du livre, on ressent des émotions contradictoires, on devient en quelque sorte la marionnette de l'auteur.

Au-delà des personnages, la construction du récit, entre l'enfance de Drew et ce fameux jour J où l'on devine qu'il s'est passé un drame, crée une intensité dramatique croissante et captivante. Alterner les points de vue en divisant la narration en deux périodes est un procédé classique et récurrent en littérature, mais toujours efficace. Ici, c'est parfaitement maîtrisé et le lecteur a envie de savoir ce qui s'est passé et surtout, pourquoi. 

Une lecture prenante, en équilibre sur un fil tendu.

Sarbacane (Exprim'), 197 pages, 2016

- page 1 de 139