Mot-clé - Jane Austen

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 12 octobre 2009

Persuasion (Jane Austen)

Persuasion est le dernier roman achevé par Jane Austen avant sa mort et fut  publié à titre posthume.

C'est, en ce qui me concerne, le troisième roman que je lis de l'auteur après Orgueil et préjugés et Lady Susan.
Si j'ai trouvé à Persuasion moins d'intensité que dans Orgueil et préjugés, j'ai néanmoins apprécié cette lecture, et ce, d'autant plus que je connaissais le style de l'auteur et savais à quoi m'attendre.

On retrouve en effet dans ce roman les thèmes qui sont chers à Jane Austen : relations sociales au sein de la noblesse, mariage et condition de la femme, moralité.
Ces thématiques qui peuvent aujourd'hui sembler ennuyeuses prennent tout leur sens si on les replace dans le contexte de leur époque.

Mais venons-en à l'histoire proprement dite de Persuasion.
Sir Walter Elliot, propriétaire du château de Kellynch dans le Somerset et veuf, est père de trois filles. Seule la benjamine, Mary, est mariée, ses deux sœurs, Elizabeth et Anne, vivant avec leur père. Cette dernière a été fiancée dans le passé à un certain Capitaine Wentworth. Des fiançailles rompues sur le conseil d'une amie de la famille, Lady Russel, qui jugeait le rang du capitaine inférieur à celui de Miss Anne.
Huit années plus tard, le jeune homme va réapparaître dans le voisinage de la famille Elliot...

Les personnages sont encore une fois admirablement campés, et leur description ainsi que les dialogues sont délectables. Elizabeth est vaniteuse à souhait, à l'image de son père, Mary est une geignarde en puissance, et bien sûr Anne est parée de toutes les vertus, ou presque.
L'histoire est donc courue d'avance ; dès le début du roman, on devine aisément ce qui va se passer  et pourtant le plaisir de lire reste intact.
La plume délicieuse de Jane Austen et son ton mordant suffisent à emporter le lecteur.

Le Capitaine Wentworth a certes moins de charisme que Mister Darcy, mais la lettre qu'il écrit à la fin de l'ouvrage est superbe et la galerie de personnages qui l'entourent compensent la faiblesse de son pouvoir de séduction !

Lecture commune avec Restling, Hermione, Laetitia la liseuse et Austengirl

Les avis de Karine :), Karine et Doriane
D'autres avis référencés chez BOB


Et pour rester un peu plus longtemps en compagnie du Capitaine Wentworth, Karine :) propose un ouvrage sympathique.


Christian Bourgeois (Collection 10/18 Domaine étranger) - 316 pages

vendredi 11 juillet 2008

Lady Susan (Jane Austen)

Lady Susan est une jeune veuve épanouie que la perte de son mari semble avoir guère ébranlée. En quête d'un époux pour sa fille, elle cherche également un bon parti pour elle-même tout en semant le trouble dans les différents foyers qui l'accueillent.

A l'instar d'Aelys, ce roman épistolaire m'a de suite rappelé Les liaisons dangereuses (probablement un de mes livres préférés à ce jour), tant pour la forme que pour le thème abordé, et l'on pourrait comparer Lady Susan à la Marquise de Merteuil.
J'ai cependant tâché d'aborder cette lecture de la façon la plus neutre possible, et j'ai sans-doute bien fait car si Lady Susan est un roman très agréable à lire, il souffrirait d'être comparé au chef d'œuvre des Liaisons dangeureuses, et Lady Susan elle-même paraît une enfant sage à côté de la Marquise...
Le roman ne manque cependant pas d'humour et de causticité, et l'écriture est fort plaisante. J'ai regretté qu'il soit si court, et aurais aimé quelques rebondissements supplémentaires...

A lire pour passer un agréable moment à une autre époque, et vous pouvez le rajouter à votre PAL sans culpabiliser vu le petit nombre de pages !

Merci à la bonne fée qui me l'a prêté !

Les avis de Stéphanie, Tamara, Allie, Aelys, Katell.

Gallimard (collection Folio 2 €) - 115 pages

lundi 28 janvier 2008

Orgueil et préjugés (Jane Austen)

Nous sommes à l'aube du 19ème siècle au sein de la haute société britannique. Dans un petit village du sud de l'Angleterre, la famille Bennett mène une paisible existence jusqu'à la venue d'un nouveau voisin, Mr. Bingley. Mrs Bennett, dont le " grand souci dans l'existence était de marier ses filles" y voit de suite une opportunité pour sa fille aînée Jane.
Entre humour et romantisme, ce roman dresse un tableau assez caractéristique (semble-t-il) de la condition féminine à cette époque où l'avenir d'une jeune fille est déterminé par le mariage qu'elle fera. Mariage de raison, mariage d'amour... quand il est possible de concilier les deux, c'est le mieux.
Orgueil et préjugés donne également un témoignage intéressant sur les usages de l'époque où la courtoisie et les bonnes manières sont au cœur des relations humaines.
Bals, parties de pêche, dîners en société et causeries constituent l'essentiel de l'emploi du temps des personnages de l'histoire. Autant dire qu'il ne se passe rien d'exceptionnel, et pourtant tous ces événements anecdotiques sont transcendés sous la plume de Jane Austen. C'est remarquablement écrit, les tournures de phrase sont subtiles, belles, et les mots coulent avec délice. Et puis il y a ce ton cynique, sarcastique. Les personnages sont admirablement campés entre le ridicule de Mrs Bennett, le flegme et l'ironie de son époux, la bonté excessive de Jane, la franchise d'Elizabeth...
Tous ces éléments procurent une lecture fluide et extrêmement agréable.
Ce roman n'a pas été sans me rappeler ceux des sœurs Brontë - que j'ai d'ailleurs envie de relire - qui me semblent (dans un style toutefois différent puisque dans ces derniers le ton est davantage à la tragédie qu'à la dérision) d'un talent supérieur. Il faut dire aussi, qu'avant d'entamer cette lecture, j'en avais vu une adaptation cinématographique, qui m'a sans-doute gâché un peu du suspense. Malgré tout, j'ai beaucoup apprécié ce livre qui m'a surtout accrochée dans sa deuxième moitié que j'ai avalée d'une traite.
C'était mon premier contact avec Jane Austen et ce ne sera certainement pas le dernier, je compte bien découvrir prochainement ses autres écrits.

Les avis d'Allie, de Tamara, de Stéphanie et de Fashion.

Christian Bougeois (Collection 10/18 Domaine étranger) - 379 pages