Mot-clé - Christophe Léon

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 13 septembre 2017

Champion (Christophe Léon)

9782889083510FS.gifJ'ai lu Christophe Léon pour la première fois il y a maintenant quelques années, et, depuis, je poursuis à un rythme tranquille ma découverte de son oeuvre. C'est une plume qui me touche, vers laquelle j'ai toujours envie de revenir, et qui, jusqu'à présent, ne m'a encore jamais déçue.
Il fait partie de ces auteurs qui n'hésitent pas à aborder des sujets forts et sensibles, et ce, même en littérature jeunesse.

Dans Champion, il traite de l'adolescence au sens large à travers six personnages aux destins entremêlés. Brandon, Luc, Lauryanne, David, Abigail et Louella, vont être indirectement liés par un mauvais concours de circonstances. En quelques pages à peine, le lecteur entrevoit les failles de chacun et se fait prendre par l'intrigue. Une sensation d'étouffement qui va crescendo, une tension palpable qui ne nous lâche pas, bref, Champion se lit presque en apnée. Avec fébrilité, on tourne les pages, avide de connaître le point d'aboutissement de ces "mauvais" choix qui s'accumulent.
Efficace et glaçant.

La joie de lire (Encrage), 135 pages, 2017

dimanche 19 avril 2015

Embardée (Christophe Léon)

9782889082667FS.gif

Roman court mais percutant, ce dernier-né de Christophe Léon aux éditions La joie de lire ne laisse pas indifférent.
C'est un constat rassurant, je sais que lorsque j'aborde un nouveau roman de l'auteur, je vais y retrouver son originalité dans l'écriture et la manière de penser, et que je vais aimer ce que je vais lire.
Embardée ne fait pas exception à la règle, malgré son format très court il marque le lecteur. 
L'idée de départ est celle d'une société pas si lointaine dans le temps où les homosexuels sont devenus des parias. La loi a changé, le mariage pour tous n'est plus qu'une belle utopie et désormais les couples homosexuels doivent arborer un losange rose et vivre dans un ghetto à la périphérie de la ville.
Gabrielle, jeune adolescente d'origine somalienne a été adoptée par George et Phil, ses papas, à l'âge de six mois. L'histoire démarre quand ces deux pères décident de braver les interdits et de se rendre dans la capitale pour chercher un cadeau d'anniversaire pour leur fille. 
Christophe Léon donne à réfléchir avec ce roman qui revient sur le débat houleux qui a ébranlé la France au moment de l'adoption de la loi du mariage pour tous. Il nous donne à voir une société finalement pas si éloignée de la nôtre (et c'est ce qui fait froid dans le dos), dans laquelle l'intolérance, la peur et la violence ont pris le pas sur le reste.
Son écriture se révèle toujours aussi efficace, en quelques mots il plante un décor qui happe le lecteur et maintient son attention.
Un excellent roman. (Et la couverture est très réussie.)

La joie de lire (Encrage), 100 pages, 2015

mardi 16 décembre 2014

X-ray la crise (Christophe Léon)

81ZKoLQP88L.jpg

Troisième rencontre avec l'auteur après Délit de fuite et Silence, on irradie et encore un texte qui fait mouche. C'est un roman choral qui met en scène plusieurs jeunes gens issus de milieux sociaux difficiles. Leurs parents sont au chômage, leurs familles sont disloquées et leur quotidien souvent compliqué. C'est une fiction contemporaine mais cette histoire autour de la misère sociale dans un contexte de crise a un mauvais goût de réel... Une fois de plus l'auteur signe un texte qui remue le lecteur. Dans une société où le travail reste la valeur première, ceux qui n'en ont pas sont mis au rancart et la perte d'un emploi peut facilement détruire, y compris l'entourage proche. Les personnages de X-ray la crise n'ont rien d'exceptionnel, ce sont des ados comme on en rencontre, hélas, partout. On voudrait les aider, les sortir de cet univers sordide, leur rendre leur place d'enfant. Car, dans ces familles meurtries, ils sont parfois obligés de prendre des responsabilités d'adultes et de remplacer leurs parents qui ne savent plus ou ne peuvent plus endosser leur rôle.
L'écriture de Christophe Léon est frappante et particulière, chaque fois on reconnaît son empreinte, et son talent.

La joie de lire (Encrage), 176 pages, 2014

dimanche 22 mai 2011

Délit de fuite (Christophe Léon)

Waou, quelle claque ce roman ! 
D'un côté nous avons Sébastien, 14 ans, de l'autre, Loïc, 17 ans. Le premier est avec son père en voiture, ils roulent à vive allure et renversent une dame sur le bord de la route. Le père de Sébastien ne s'arrête pas et prend la fuite. Loïc, lui, c'est le fils de la victime. Du jour au lendemain il se retrouve tout seul, sa mère est à l'hôpital pour une durée indéterminée.
Le roman alterne de courts chapitres qui croisent les points de vue des deux garçons, la culpabilité pour l'un, la souffrance et la solitude pour l'autre.
Au-delà du délit de fuite, ce roman aborde des thèmes essentiels comme l'amitié, l'honnêteté ou encore la solidarité. Les deux personnages centraux sont touchants et le récit est parfaitement ancré dans la réalité, ce qui donne encore davantage de force à l'histoire. Dès les premières pages, Christophe Léon happe son lecteur et le garde auprès de lui. Difficile de reposer le livre, difficile aussi de ne pas ressentir de l'empathie pour Sébastien et Loïc, deux victimes malgré elles.
La plume de l'auteur m'avait séduite dans Silence, on irradie, une fois encore elle fait mouche et je suis ressortie de ce court roman toute étourdie.
Un beau livre pour un bel écrivain, à découvrir si ce n'est déjà fait.

La joie de lire (Encrage), 166 pages, janvier 2011

samedi 9 avril 2011

Silence, on irradie (Christophe Léon)

Voilà un roman de jeunesse qui mérite que l'on choisisse un moment propice pour le lire. C'est en effet, me semble-t-il, un texte qui se révélera exigeant pour les jeunes lecteurs et c'est d'ailleurs un gage de sa qualité. Un récit court mais dense en émotions, une histoire qui fait penser à un excellent scénario de science-fiction jusqu'à ce que l'on prenne conscience que la situation décrite est en fait tout-à-fait réaliste et plausible. Le titre l'annonce d'emblée, il est question ici de l'explosion d'une centrale nucléaire. L'histoire se concentre sur quelques jours à peine et démarre juste avant l'accident. De la suite, je n'en dirai mot, préférant vous laisser découvrir ce roman fort et poignant, remarquablement écrit.
Une fois de plus, une oeuvre de littérature de jeunesse qui a su me toucher en profondeur. Je ne peux à présent que vous inviter à lire Silence, on irradie.

Merci pour la découverte Clarabel


Thierry Magnier, 111 pages, 2009