Mot-clé - Jean-Claude Mourlevat

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 11 février 2010

L'enfant Océan (Jean-Claude Mourlevat)

J'ai fait connaissance avec la talentueuse plume de Jean-Claude (je l'appelle Jean-Claude si je veux d'abord !) à la fin de l'année dernière et ce fut un véritable coup de foudre. Je savais que tôt ou tard je le retrouverai, sans nul doute. Un passage à la bibliothèque m'a fait tomber en toute innocence sur ce court roman dont j'avais déjà entendu parler à maintes reprises.

Je n'ai pas eu de coup de cœur comme pour Le chagrin du roi mort, mais encore une fois la magie a opéré et j'ai été de nouveau séduite par l'écriture. Je ne sais pas comment mettre en mots mon ressenti, mais dès le début de la lecture j'ai l'impression d'être enveloppée dans un cocon, comme si le monde extérieur cessait d'exister. Un cocon qui n'est d'ailleurs pas vraiment douillet car L'enfant Océan est un roman assez dur, peut-être même trop pour un jeune lectorat ? La quatrième de couverture préconise ce titre dès 10 ans, il me semble que c'est un peu tôt...

L'enfant Océan est une fable moderne, une revisitation du célèbre conte Le petit poucet de Charles Perrault qui est ici transposé dans le monde actuel. On retrouve donc sept enfants, soit trois paires de jumeaux et un petit dernier aux proportions minuscules qui décide de fuir la ferme familiale avec ses frères. Les pérégrinations de la petite troupe sont racontées tout à tour par de nombreux personnages de l'histoire. Ce récit à plusieurs voix est émouvant et triste ; ça vous remue, ça vous bouscule jusqu'à la toute dernière page. J'ai retrouvé ce que j'ai aimé dans Le chagrin du roi mort, une écriture mélancolique et poétique qui me touche profondément.

Me voilà dans de beaux draps, à mon âge je retombe amoureuse,  et il va falloir que je découvre les autres titres de ce grand Monsieur de toute urgence.


Les avis de Laurence, Florinette, Chiffonnette et Cuné


Le site de l'auteur qui nous promet une belle surprise d'ici la fin de l'année... Je serai au rendez-vous bien entendu !


Pocket Jeunesse (collection Pocket Junior) - 151 pages

samedi 5 décembre 2009

Le chagrin du roi mort (Jean-Claude Mourlevat)

Laissez-moi tout d'abord m'attarder un instant sur la couverture que je trouve magnifique (et la photo ne lui rend pas justice, il y a du doré et un bleu métallisé que l'on ne distingue pas dessus). Une couverture qui me donnait déjà envie de lire ce roman avant même de savoir de quoi il parlait.
Et bien je peux vous dire que la prose de Mourlevat est à la hauteur de cette couverture (ou plutôt est-ce l'inverse ?!).
C'est un univers très particulier que celui du Chagrin du roi mort, empreint de merveilleux et de poésie. On y croise une sorcière friande de rats, deux frères jumeaux et complices, un nain musicien à ses heures, un roi qui vient de mourir, un pays entouré d'eau et recouvert de neige, un homme assoiffé de pouvoir et de sang... autant d'éléments qui s'assemblent pour en faire une superbe histoire où il sera question de fraternité, d'amour, de courage et d'espoir, mais aussi de trahison, de guerre et de mort.
Un roman relativement sombre, d'une beauté majestueuse, envoutant, bouleversant. On tourne les pages sans pouvoir s'arrêter, pour savoir ce qui va se passer, où l'aventure va nous conduire, et on referme le livre avec un sentiment de frustration immense (ceux qui ont lu ce roman doivent savoir à quoi je fais allusion, pour les autres je vous laisse le soin de la découverte).

Il me faut à présent découvrir les autres romans de Jean-Claude Mourlevat, une chose est certaine, je suis totalement séduite par sa plume enchanteresse.

Un extrait jubliatoire (qui n'est pas forcément représentatif de l'ensemble du roman) :

Brit évalua rapidement la situation. Elle avait devant elle une grille fermée. De l'autre côté de cette grille se trouvait un garde qui en détenait la clé. Le garde n'ouvrirait pas et il ne donnerait pas la clé. La question était donc : comment faire passer la clé de ce côté-ci de la grille ? Et la réponse : en faisant passer  le garde tout entier, clé comprise. La question était : comment faire passer tout entier un garde de cent trente kilos entre des barreaux espacés de vingt centimètres ? Brit y apporta la réponse suivante, simple et radicale : en tirant fort.
- Tenez ça hu-hu..., dit-elle, et elle avança sa main entre les barreaux comme pour donner quelque chose.
Le garde ne se méfia pas. Qu'à-t-on à craindre d'une centenaire cassée en deux lorsqu'on est un homme dans la force de l'âge, et armé de surcroît ? Il baissa son arme et s'approcha.
- C'est quoi ? demanda-t-il.
- C'est ça..., répondit la sorcière.
Là-dessus, elle empoigna le malheureux par les cheveux, le souleva du sol et le tira vers elle, le forçant entre les barreaux comme on force le linge entre les rouleaux d'une essoreuse. Et lorsque le garde fut de l'autre côté de la grille, quelques courtes secondes plus tard, il était essoré et ... mort.

Les avis de Clarabel, Lael, Karine :), Théoma, Cuné, Fashion

Gallimard jeunesse - 402 pages

page 2 de 2 -