Mot-clé - ❤ Coups de coeur ❤

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 16 octobre 2019

La vague des albums #150

006666808.jpg

O est un mini album cartonné sur les formes et les couleurs. C'est l'histoire d'O qui roule, se cogne, à qui l'on dessine des yeux pour voir, et des jambes pour marcher. Petit livre minimaliste, que ce soit au niveau des illustrations ou du texte. L'effet visuel est immédiat, ces quelques pages captent l'attention des bébés lecteurs.

O
Lucie Phan
L'école des loisirs (Loulou & Cie), 2019

Acheter O sur Les Libraires.fr


006666804.jpg

CoupDeCoeur2016.pngC'est le deuxième album de Joe Todd-Stanton que je découvre, et le deuxième coup de coeur. Si Le secret du rocher noir m'avait fait grande impression, Jules et le renard m'a également séduite.
Jules est un souriceau qui vit tranquillement sa petite vie dans son terrier et parvient à échapper à tous les dangers extérieurs jusqu'au jour où il rencontre un renard.
Les dessins sont jolis et tendres, j'ai retrouvé le style graphique de l'auteur qui m'avait tant plu dans le premier album. L'histoire est adorable et la morale de fin tout autant.
Bref, une vraie pépite !

Jules et le renard
Joe Todd-Stanton
L'école des loisirs, 2019

Acheter Jules et le renard sur Les Libraires.fr

9782748526660-475x500-1.jpg

Dans un tout autre registre, La grande peur sous les étoiles m'a également fait grande impression. Il s'agit d'une réédition d'un album dont la première publication eut lieu en 1993. Cette fiction traite de la rafle des juifs, l'histoire est racontée par une petite fille âgée de huit ans.
Hélène a une meilleure amie, Lydia. Elles partagent tout, jusqu'au jour où Lydia va devoir porter une étoile jaune. Leur amitié va s'en retrouver bouleversée.
Le texte est très beau et d'autant plus émouvant que la narratrice qui est une enfant, porte un regard extrêmement naïf sur ce qui se passe, renforçant ainsi sans le vouloir, l'aspect dramatique des événements.
Les illustrations sont surprenantes, il s'en dégage une infinie tristesse, que ce soit par les traits ou les couleurs choisies.
Un album coup de poing, bouleversant.

La grande peur sous les étoiles
Jo Hoestlandt, Johanna Kang
Syros, 2019

Acheter La grande peur sous les étoiles sur Les Libraires.fr

006722126.jpg

Poursuivons notre tour du monde avec les albums du Père Castor ! Cette fois, il s'agit d'un conte sur le thème de la désobéissance, en provenance du Tchad. 
Les mange-mange sont des démons qui viennent effrayer les gens lorsque le mauvais temps arrive. Un jour, il toquent à la porte de Lunes et sa famille, ses deux parents, son grand frère et sa grande sœur. 
Il y a de l'espièglerie dans cette légende qui m'a beaucoup plu. Une fois encore, ce fut une belle découverte dépaysante, servie par de très jolis dessins.

Les mange-mange
Zemanel, Madeleine Brunelet
Père Castor, 2019

Acheter Les mange-mange sur Les Libraires.fr

lundi 14 octobre 2019

L'assassin royal (Robin Hobb)

Dans ce billet, je présente le premier cycle de la série de L'assassin royal, à savoir les six premiers tomes.
ATTENTION, ne lisez que ce qui est relatif au premier tome si vous n'avez pas lu la série et projetez de le faire. Enfin, si vous êtes entrain de lire la série, ne lisez que ce qui concerne les tomes que vous connaissez déjà. Certains éléments, notamment dans la présentation de l'éditeur, dévoilent l'intrigue.

51CUZ4MeFNL._SL500_.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Lorsque le jeune Fitz est conduit à la cour des Six-Duchés, il ne sait pas encore que sa vie - et celle du royaume tout entier - va s'en trouver bouleversée. Le roi-servant Chevalerie, père de cet enfant illégitime, devra renoncer au trône pour ne pas entacher la réputation de la famille royale... Et nombreux sont les prétendants à la succession... 
Fitz se retrouve isolé au centre d'un univers qu'il ne connaît pas. En quoi le Vif, cette étrange magie qu'il découvre et qui lui permet de communiquer avec les animaux, est-elle si dangereuse ? Et pour quelle raison le roi Subtil fait-il appel à lui pour lui enseigner une forme étrange de diplomatie : l'art de tuer ? Poisons, magies et lames effilées vont bien vite devenir le quotidien du jeune bâtard princier... 

Coup de cœur pour ce génialissime premier tome, dès les premières lignes j'ai senti qu'il en serait ainsi, et je ne me suis pas trompée.
Ce roman introductif à l'univers des Six-Duchés est aussi un roman d'apprentissage dans le style le plus classique qui soit. On découvre en effet notre héros alors qu'il n'est âgé que de six ans, et on le suit pas à pas dans sa nouvelle vie, avec tous les écueils qu'elle comporte. Fitz n'a pas une existence facile, il doit gagner le respect de ceux qui l'entourent pour assurer sa survie et ne pas ternir son nom. 
J'ai adoré le monde construit par Robin Hobb, ces personnages qui ne sont pas manichéens, l'intrigue tout en subtilité. L'écriture (et la traduction) est belle et soignée, travaillée avec finesse. Dans ce roman, tout concourt à happer le lecteur. L'effet d'immersion est immédiat, et pour qui aime la fantasy, c'est un fabuleux livre. 
Pour ma part j'ai opté pour la version audio, et j'ai particulièrement apprécié la voix de Sylvain Agaësse, son interprétation est remarquable, à la hauteur du texte.

L'apprenti assassin
Titre original : Assassin apprentice
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 17h48
Audible, 2016

Acheter L'apprenti assassin sur Les Libraires.fr

51N7YjwFTeL._SL500_.jpg

Présentation de l'éditeur :

Fitz, le bâtard royal, a survécu à sa première mission meurtrière, mais son contact avec la mort lui a laissé d'inaltérables séquelles. Revenu à Castelcerf, il retrouve celle qu'il a aimée, mais ne peut lui déclarer sa flamme sous peine de la condamner irrémédiablement. Car autour de lui, la Cour fourmille d'intrigue, les menaces se resserrent, la mort rôde. Il a pourtant quelques alliés dans la place : un prince qui lui fait découvrir les mystères d'une magie toute puissante, un maître assassin qui lui veut malgré tout du bien, et un loup, avec qui il partage lien étrange et périlleux... 

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons Fritz en fâcheuse posture, menacé de toutes parts mais désireux de continuer à servir son roi et satisfaire ses maîtres. 
C'est un tome, à l'image du précédent, qui est somme toute assez contemplatif et dans lequel l'histoire est en grande partie psychologique, laissant peu de place à l'action.
Pourtant on ne s'ennuie pas et l'écriture m'a séduite comme dans le premier tome.

L'assassin du roi
Titre original : Royal assassin
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 14h00
Audible, 2016

Acheter L'assassin du roi sur Les Libraires.fr

51RAJkBOGJL._SL500_.jpgCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l'envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les Pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l'ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n'est plus qu'un théâtre d'intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d'entreprendre une quête insensée : aller trouver les Anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres... 

Au début de ma lecture, j'ai craint un instant l'ennui, croyant que mon enthousiasme pour la série commençait à s'émousser. Que nenni ! Plus que jamais, l'histoire est prenante et exaltante. On est clairement ici dans un tome politique avec des jeux de pouvoir, de la ruse, des complots. Le récit est toujours aussi bien conté et passionnant, le personnage de Fitz fascinant.
Ce que j'apprécie par-dessus tout dans cette saga, c'est que l'on ne cherche pas la facilité et qu'il ne s'agit pas d'un univers manichéen. Tout évolue, rien n'est figé, et chaque tome nous entraîne un peu plus loin dans le tourbillon.
Magistral.

La nef du crépuscule
Titre original : Royal assassin
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 15h28
Audible, 2016

Acheter La nef du crépuscule sur Les Libraires.fr

51O6ZMxlfQL._SL500_.jpgPrésentation de l'éditeur :

Initiateur de la fuite de Kettricken, d'Umbre et du Fou, laissé pour mort et enterré, FitzChevalerie ne doit son salut qu'à sa maîtrise du Vif. Plus loup que jamais, il n'a plus qu'une ambition: se venger du prince Royal. C'est ainsi qu'il prend la route de Gué-de-Négoce, lieu de naissance de l'usurpateur où la cour a été déplacée. Royal a en effet choisi de délaisser les duchés côtiers, dès lors abandonnés aux attaques dévastatrices des Pirates rouges. Cependant, d'étranges rêves au sujet de Molly et l'incessant appel d'Art de Vérité rappellent au "Bâtard-au-Vif" que certaines personnes chères à son cœur ont encore besoin de lui... La raison sera-t-elle plus forte que la rage ?

Le début de ce tome est pour le moins étrange, on découvre Fitz sous un nouvel angle, totalement dominé par le vif, mi-homme, mi-loup.  Bien que déroutante, cette introduction est remarquablement écrite et procure au lecteur un effet d'immersion saisissant dans la peau du jeune homme. Je n'ai pas eu de coup de cœur pour ce tome-ci comme ce fut le cas pour le précédent, mais la lecture était tout de même excellente. Je ne me lasse pas de cet univers et des relations complexes entre les personnages. Les personnalités sont étonnantes et chaque nouvelle révélation me surprend. Une fois encore, Robin Hobb mène de main de maître son histoire et nous embarque dans son sillage.

Le poison de la vengeance
Titre original : Assassin's Quest
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 12h49
Audible, 2017

Acheter Le poison de la vengeance sur Les Libraires.fr

51SCUpncSvL._SL500_.jpg

Présentation de l'éditeur :

Le roi Vérité est vivant ! Il a imposé une ultime mission à Fitz : "Rejoins-moi ! Loin sur les sentiers mystérieux de l'Art, au-delà du royaume des montagnes, le jeune homme se met en quête pour répondre à l'appel de son souverain affaibli. Mais il reste seul, pourchassé par les forces de Royal, l'usurpateur, et sans possibilité de compter sur ses propres alliés, qui le manipulent comme un simple pion. Or d'autres forces sont en marche... Dans son périple, Fitz va en effet se voir révéler son véritable statut : c'est par lui que s'accomplira, ou sera réduit à néant, le destin du royaume des Six-Duchés, et c'est là une charge bien lourde à porter quand on est traqué par ses ennemis, trahi par ses proches, et affaibli par la magie...

L'auteure me surprend de tome en tome. Alors que le premier cycle de la série touche à sa fin et que je croyais la messe dite, voilà qu'elle nous emmène dans une autre dimension et que de nouvelles voies s'ouvrent dans l'histoire.
Sans compter une révélation concernant l'un des personnages, glissée l'air de rien entre deux lignes mais qui m'a laissée coite. 
Quelle saga !

La voie magique
Titre original : Assassin's Quest
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 12h36
Audible, 2017

Acheter La voie magique sur Les Libraires.fr

5135EWEPJcL._SL500_.jpgPrésentation de l'éditeur :

 A la tête d'une déroutante procession - la reine Kettricken, la propre femme de Chevalerie et le dernier espoir de voir la lignée des loinvoyants se perpétuer, la mystérieuse Caudron, Astérie la ménestrelle et le fou -, Fitz poursuit son chemin sur la voie magique. Une quête toujours plus ardue car incessante est la traque menée par Royal, son ennemi juré, et ses meilleurs artiseurs et soldats d'élite, pour les retrouver et les tuer. S'enfonçant avec difficulté dans une contrée oppressante habitée d'étranges présences, ils croisent peu à peu de gigantesques statues, jusqu'à voir bientôt se dresser devant eux une imposante carrière de pierre noire.
Mais où se terre Vérité et... est-il seulement encore vivant ?

La reine solitaire est donc le sixième tome, celui qui clôture ce premier cycle de L'assassin royal.
C'est sans doute celui que j'ai le moins aimé, même s'il s'avère nécessaire.
J'ai éprouvé un sentiment ambivalent à l'égard de cette lecture. D'un côté ce tome présente certaines longueurs, de l'autre j'ai eu le sentiment que la fin était trop rapidement expédiée.
Durant la quasi totalité du roman, nous suivons le périple de Fitz et la reine Kettricken pour tenter de retrouver Vérité. Le voyage est long et semé d’embûches, mais pourtant il y a peu de scènes d'action et davantage de dialogues, de moments de réflexion. A contrario, la dernière partie qui apporte de multiples réponses et un dénouement à la quête des personnages (et à l'histoire de manière générale), est très courte. J'ai donc ressenti un déséquilibre dans ce tome final.
Pour autant, j'ai aimé la tournure que prennent les événements, les choix faits par l'auteure (qui n'opte pas pour la facilité) et la façon dont tout prend sens au bout du compte.
Une fin pas totalement satisfaisante mais une série extraordinaire.

La reine solitaire
Titre original : Assassin's Quest
Texte intégral lu par Sylvain Agaësse
Durée : 12h33
Audible, 2017

Acheter La reine solitaire sur Les Libraires.fr

vendredi 5 juillet 2019

Ma vie a changé (Marie-Aude Murail)

005607404.jpgCoupDeCoeur2016.pngLes habitués d'Oceanicus in folio connaissent mon amour pour les livres de Marie-Aude Murail. Je ne compte plus les coups de cœur que j'ai eus depuis que j'ai découvert sa plume. 
Ma vie a changé ne fera pas exception à la règle.
Mon expérience avec ce roman a été aussi courte qu'intense. Acheté en soiré, dévoré le lendemain et terminé avec un sourire de béatitude aux lèvres.
Ce (très) court récit est la preuve que tout réussit à l'auteure, y compris le genre fantastique. 
Cet ouvrage, c'est une bulle de douceur et d'espièglerie, de bonheur et de tendresse, de rires et de pincements au cœur. C'est une histoire qui se dévore, tient en haleine, vous plonge dans un monde hors du temps, vous fait passer par de multiples émotions et vous laisse avec un sentiment de gratitude immense.
Je me plais souvent à dire quand j'ai passé un excellent moment de lecture et que j'ai ri et été divertie, que l'ouvrage en question mériterait d'être remboursé par la sécurité sociale.
Ma vie a changé en est le plus bel exemple, ces presque deux cents pages valent tous les anxiolytiques du monde. De la véritable doudouthérapie.

L'école des loisirs (Médium Poche), 184 pages, 2019

Acheter Ma vie a changé sur Les Libraires.fr

mercredi 29 mai 2019

La vague des BD #13

005645982.jpg
JCoupDeCoeur2016.pnge pensais la série achevée, or, à ma grande surprise, est paru ce cinquième tome. Est-ce à dire que la série va se poursuivre ? Je l'ignore. En tout cas, une chose est sure, si d'autres tomes aussi bons que celui-ci sont prévus, je m'empresserai de les lire. Car, si j'avais trouvé le quatrième volume légèrement moins bon que les précédents, ce cinquième est un coup de cœur. Je craignais "le tome de trop", une commande éditoriale, du réchauffé, bref, j'étais très loin de me douter que j'allais aimer à ce point Bons pour l'asile. C'est bien simple, j'ai ri du début à la fin ! 

Présentation de l'éditeur :

Retour à Paris pour Antoine, Mimile et Juliette. Le plan est simple : ramener Juliette auprès de sa mère, puis filer au Stade de France pour assister au match de rugby France-Australie. C'est du moins ce qui est prévu... Mais, désireuse de voir son père et son grand-père se rabibocher, Sophie les oblige à s'occuper ensemble de Juliette jusqu'au lendemain. Mimile ne peut donc compter que sur Pierrot pour l'accompagner au match. Or, Pierrot l'anarchiste mène un nouveau combat : il s'est engagé en faveur des migrants. Alors vous pensez bien qu'assister à un match opposant la France, qui refuse d'accueillir les migrants, à l'Australie, qui ne pense qu'à les entasser dans des camps, bafouant ainsi les droits de l'homme, c'est hors de question ! Mimile n'a plus pour seule compagnie que ses désillusions... Et si lui aussi était bon pour l'asile ?

On retrouve dans Bons pour l'asile l’irrévérence et l'humour si caustique des premiers tomes, l'essence-même de la série. Les personnages sont hyper bien campés et croqués, les dialogues fusent, les situations ubuesques s'enchaînent et la soixantaine de pages se lit d'une traite. Bien entendu au passage, on notera des messages liés à l'actualité et à la politique, car les héros sont engagés, mais c'est aussi une série qui traite des thématiques plus "simples" comme la famille ou l'amitié.
Un superbe tome qui redonne du souffle à la série, un excellent moment de lecture et de nombreux éclats de rire.
A lire de toute urgence, de préférence lorsque l'humeur est morose !

Les vieux fourneaux #5 - Bons pour l'asile
Lupano, Cauuet
Dargaud, 2018

Acheter Les vieux fourneaux #5 sur Les Libraires.fr

005005431.jpg

Les lecteurs de ce salon savent combien j'aime l'écriture de Zweig que j'ai découverte avec sa célèbre nouvelle Le joueur d'échecs. J'avais donc très envie de découvrir cette adaptation en BD, et je n'ai pas été déçue.
David Sala a réussi le tour de force de restituer en images l'ambiance si particulière de la nouvelle. Ses dessins colorés à l'aquarelle sont superbes et très lumineux. J'ai particulièrement aimé les scènes qui se déroulent sur le pont du paquebot et les imprimés des textiles (robes, fauteuils...). Ce formidable travail d'illustration saute aux yeux directement, mais il y a également un travail remarquable au niveau du scénario. Cette adaptation reste fidèle au texte original tout en lui apportant un éclairage nouveau à travers les yeux de l'artiste.
Une réussite.

A noter à la fin de l'ouvrage, un bonus intéressant, quelques croquis préparatoires et une photo de l'atelier de l'auteur.

Une vidéo d'une interview de l'auteur lors du festival d'Angoulème 2018.

Le joueur d'échecs
David Sala
Casterman, 2017

Acheter Le joueur d'échecs sur Les Libraires.fr

006259961.jpg

Au détour des rayons alors que je flânais en librairie, mon regard a été attiré par cette couverture. J'ai acheté cette bande dessinée parce que les dessins me plaisaient et après avoir lu la quatrième de couverture ; je n'en avais pas entendu parler auparavant.
Une famille au complet a été assassinée. Six ans après, Pierre Grimaud, l'unique survivant du massacre, se réveille d'un profond coma. Il est alors pris en charge par une psychologue spécialisée en criminologie, Anna Kieffer. Lors des séances auprès de son patient, elle amène celui-ci à se souvenir de ce qui s'est passé la nuit où sa famille a été décimée.
Contrairement à ce que peu laisser penser la douceur de l'illustration de couverture, cette histoire est un thriller psychologique. Le suspense et la noirceur sont bien présents dans ces pages que l'on tourne avidement pour découvrir ce qui se passe ensuite. 
J'ai à la fois aimé le scénario et les dessins et j'ai passé un excellent moment de lecture avec Le patient.

Le patient
Timothé Le Boucher
Glénat, 2019

Acheter Le patient sur Les Libraires.fr

9782355743061-475x500-1.jpg

Cet album me faisait de l’œil depuis longtemps mais je craignais la déception après ce battage médiatique sur les blogs. Finalement j'ai succombé à la tentation et je ne le regrette absolument pas !
Le prince et la couturière, c'est une sorte de conte des temps modernes qui met en scène la vie d'un jeune prince passionné de haute couture. Sa passion l'amène à endosser une double identité et à s'habiller en femme en cachette. Sa rencontre avec la couturière Francès va changer sa vie.
Avant de vous plonger dans cette BD, sachez qu'il n'y est ni question d'homosexualité, ni de de thématiques comme le transgenre ou l'identité sexuelle. Sébastien est un homme et ne remet pas en cause cela, simplement il aime les robes et se transformer en femme. C'est son excentricité, ni plus ni moins.
J'ai adoré cette histoire qui sort des sentiers battus, qui met en avant des valeurs comme le respect d'autrui et de la différence, sans jugement ni clichés.
C'est un joli conte servi par des illustrations douces et touchantes.
Superbe.

Le prince et la couturière
Jen Wang
Akileos, 2018

Acheter Le prince et la couturière sur Les Libraires.fr

mercredi 24 avril 2019

La vague des albums #144

006163979.jpg

Le nouvel épisode de Simon le lapin est sorti !
Cette fois, il se dispute avec son petit frère qui a malencontreusement détruit sa construction. Très vite, les deux frangins en viennent aux mains, mais lorsque la situation dérape, l'amour fraternel prend heureusement le dessus.
Pas grand chose à dire à propos de cet album, je suis fan de la série depuis plusieurs années maintenant, et je suis rarement déçue par les aventures de Simon. La mise en page, les dessins naïfs, les couleurs vives et les thèmes abordés séduisent les jeunes enfants. Succès garanti à chaque lecture.
Un bon titre qui va rejoindre ma collection.

Va-t'en, Bébé Cadum ! 
Stephanie Blake
L'école des loisirs, 2019

Acheter Va-t'en, Bébé Cadum ! sur Les Libraires.fr

004768246.jpg

L'autre jour, lors d'un passage à la médiathèque, je me suis arrêtée devant cet ouvrage, séduite par l'illustration de la couverture. Si je vous présente La dame de pique dans cette vague d'albums, il faut savoir qu'en réalité il s'agit d'une nouvelle de Pouchkine ici illustrée (texte intégral).
L'histoire se déroule à Saint-Pétersbourg. A la fin d'une soirée qui s'est prolongée toute la nuit, une discussion intrigante se tient entre cinq amis. L'un d'entre eux évoque un secret mystérieux détenu par sa grand-mère, Anna Fedotovna, à savoir une combinaison de trois cartes gagnantes au jeu.
J'ai adoré cette incursion dans la Russie du passé. Le récit nous baigne dans une atmosphère étrange quelque peu hypnotique qui est renforcée par les sublimes dessins d'Hugo Bogo. Le résultat est ensorcelant et dépaysant.

La dame de pique
Alexandre Pouchkine, Hugo Bogo
Sarbacane, 2019

Acheter La dame de pique sur Les Libraires.fr

006179980.jpg

Autre ouvrage et autre genre. Ce petit album tout cartonné aux coins arrondis est un livre à trous. L'histoire d'une petite abeille qui cherche une fleur à butiner. De page en page, elle rencontre différents animaux avant de voir sa quête aboutir. Les trous représentent les bouches, de plus en plus petites, jusqu'à la dernière page. J'aime beaucoup le style graphique de Delphine Chedru que j'ai retrouvé avec plaisir.
Une bonne idée pour les très jeunes lecteurs.

Bzzz !
Delphine Chedru
Nathan, 2019

Acheter Bzzz ! sur Les Libraires.fr

9782372730785-200x303-1.jpg

Même principe que pour La baleine bleue, on découvre ce fascinant animal qu'est l'éléphant à travers les yeux d'un enfant. Les illustrations sont saisissantes, les informations intéressantes et riches, accessibles à tous. C'est un magnifique documentaire, qui possède à la fois la beauté des albums d'histoires et la précision des albums documentaires.
Un must pour les amoureux des animaux.

L'éléphant
Jenni Desmond
Les éditions des éléphants, 2019

Acheter L'éléphant sur Les Libraires.fr

005048573.jpg

CoupDeCoeur2016.pngAprès avoir lu et adoré son documentaire sur les requins, j'ai eu envie de découvrir cet autre ouvrage de Sarah Sheppard. Le format, la mise en page et la présentation présentent beaucoup de similitudes. Comme le titre l'indique, il s'agit d'un atlas qui veut imiter les atlas des "grands" en s'intéressant à des sujets attrayants pour la jeunesse (animaux venimeux, pirates et trésors, volcans et tremblements de terre, etc.). Chaque thématique est déclinée sur une double page avec d'un côté un planisphère, de l'autre des textes accompagnés d'illustrations. J'ai tout bonnement adoré lire cet atlas passionnant qui regorge d'anecdotes et d'informations passionnantes. Nouveau coup de cœur pour un ouvrage de Sarah Sheppard, une vraie pépite ! Tout est réussi dans ce documentaire, que soit son aspect esthétique ou son contenu.
Si vous voulez offrir un livre intelligent et original à un jeune lecteur curieux, c'est ce titre qu'il vous faut !

Atlas pour aventuriers
Sarah Sheppard
L'école des loisirs, 2017

Acheter Atlas pour aventuriers sur Les Libraires.fr

vendredi 15 mars 2019

Si c'est un homme (Primo Levi)

9782367620329-001-T.jpegCoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :
Durant la Seconde Guerre mondiale, Primo Levi, vingt-quatre ans, juif, lutte aux côtés des maquisards antifascistes du Piémont. Capturé en 1943, il se retrouve peu après à Auschwitz, où il demeurera plus d’un an avant d’être libéré par l’armée russe en janvier 1945. Au camp, il observe tout. Il se souviendra de tout, racontera tout : la promiscuité des blocks-dortoirs, les camarades qu’on y découvre à l’aube, morts de froid et de faim ; les humiliations et le travail quotidiens, sous les coups de trique des kapos ; les « sélections » périodiques où l’on sépare les malades des bien-portants pour les envoyer à la mort ; les pendaisons pour l’exemple ; les trains, bourrés de juifs et de tziganes, qu’on dirige dès leur arrivée vers les crématoires… Et pourtant, dans ce récit, la dignité la plus impressionnante ; aucune haine, aucun excès, aucune exploitation des souffrances personnelles, mais une réflexion morale sur la douleur, sublimée en une vision de la vie.

Comme pour tous les "grands" livres, ceux qui traitent de sujets importants, ceux qui sont intemporels et universels, il est extrêmement difficile d'en parler et encore davantage d'émettre un avis à leur sujet, au risque de les ternir un peu.
Je vais donc me contenter d'exprimer ici mes ressentis de lectrice, et la raison pour laquelle cette lecture a été un coup de cœur.

Ce que j'ai apprécié tout d'abord, c'est la qualité du témoignage en lui-même. Primo Levi retrace son année passée à Auschwitz un peu à la manière d'un journal et raconte absolument tout ce qu'il vit, ou peut voir. C'est donc un texte très riche en informations, et bien qu'ayant lu quelques livres sur le sujet, j'ai appris bien des choses avec Si c'est un homme.
Ensuite, ce qui m'a touchée, c'est le style adopté par l'auteur, simple, sans fioritures et surtout sans aucun pathos. Jamais un jugement, jamais de plaintes personnelles, et toujours un regard tout en pudeur et le plus objectif possible. Qu'un individu parvienne à se décentrer à ce point, à prendre une telle distance par rapport à une expérience si terrible, force l'admiration et le respect.
Enfin, ce qui m'a plu, si je puis dire, dans ce livre, c'est la position adoptée par l'auteur, qui nous fait parfois presque oublier qu'il fut la victime de ce qu'il raconte, tant il analyse la vie au camp de manière quasi scientifique. Plus qu'un témoignage sur son vécu au sein du camp, c'est une véritable analyse sociologique que nous propose Primo Levi. 
Un livre au contenu aussi terrifiant que passionnant, riche d'enseignements. Un livre nécessaire. 

Texte intégral lu par Raphaël Enthoven
Suivi de :
- Interview de Primo Levi par Philip Roth lue par Benoît Peeters
- Entretien inédit avec Raphaël Enthoven
Durée totale d'écoute : 7h35
Audiolib, 2015

Acheter Si c'est un homme sur Les Libraires.fr

(existe aussi au format poche en version papier)

vendredi 8 mars 2019

Le pacte des Marchombres (Pierre Bottero)

005348026.jpgCoupDeCoeur2016.pngMa découverte de la plume de Pierre Bottero remonte déjà à plusieurs années et pourtant je n'ai pas encore lu l'intégralité de ses romans, je savoure et je prends mon temps. 
Ayant lu les trois premiers tomes de l'adaptation BD du Pacte des Marchombres, je connaissais donc le début de l'histoire consacrée à Ellana, personnage rencontré dans La quête d'Ewilan. En réalité, les trois premiers volumes de la bande dessinée correspondent quasiment au premier roman, seule la toute fin de ce dernier n'y figure pas.
J'ai donc lu pratiquement l'intégralité de ce livre en en connaissant l'histoire. Et pourtant, bien que n'ayant donc pas eu l'effet de surprise, ce fut un coup de cœur.
Dans ce premier volet, il est question de l'enfance d'Ellana et du début de son apprentissage en tant que Marchombre. Lorsque le récit s'achève, Ellana n'a que quinze ans, et pourtant c'est déjà un personnage ultra charismatique et extraordinaire.
Une fois encore, Pierre Bottero m'a fait rêver et m'a mis des étoiles dans les yeux. L'histoire est belle, poétique, profonde, mais aussi drôle et rythmée. Bref, c'est un superbe premier tome qui m'a donné envie de me jeter sur la suite illico.

Le pacte des Marchombres #1 - Ellana
Rageot, 439 pages, 2017 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #1 sur Les Libraires.fr

005315050.jpgCoupDeCoeur2016.pngDans ce deuxième tome, Ellana achève son apprentissage auprès de son maître Jilano. Ce dernier lui confie une mission : escorter une caravane et s'assurer de son arrivée à bon port. Ellana va officier seule pour la première fois, sans son mentor, et elle va rencontrer maints obstacles.
Ce volume retrace le parcours initiatique de la jeune Marchombre. Avancer sur la voie n'est pas aisé et Ellana doit faire face à de nombreux doutes et questions. C'est très beau de la voir évoluer et forger petit à petit l'adulte que l'on rencontre dans La quête d'Ewilan. On comprend mieux à l'issue de ces deux premiers tomes comment elle est devenue ce personnage redoutable et mystérieux.
Encore un coup de cœur pour cette suite passionnante et enlevée qui se lit en un rien de temps.

Le pacte des Marchombres #2- Ellana, l'envol
Rageot, 474 pages, 2018 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #2 sur Les Libraires.fr

005315064.jpgCoupDeCoeur2016.pngDernier volet de la trilogie, bien plus long que les précédents, pour mon plus grand plaisir.
Grosse surprise, dans ce tome qui se déroule quelques années après le deuxième, on retrouve les personnages des Mondes d'Ewilan, puisque l'action se situe chronologiquement après Les tentacules du mal. Quel bonheur de retrouver tout ce petit monde ! Dès le début, Ellana est en fâcheuse posture, blessée à mort, elle se remémore les années et les événements passés de sa propre vie. Le lecteur remonte donc le temps pour découvrir ce qui est arrivé.
C'est bien simple, j'ai tout aimé dans cette fin. La construction du récit qui met en parallèle le temps présent avec Ellana et le passé. L'humour, toujours, avec une mention particulière pour le peuple des Petits qui sont des personnages formidables. L'action omniprésente et le côté roman d'aventure, on a une véritable quête, c'est haletant de bout en bout. Les messages à portée philosophique qui parsèment toute l'oeuvre de Bottero et sont fréquents dans ce tome-ci. La poésie de l'écriture, certains passages sont magnifiques. Et puis bien sûr, le fait de retrouver l'ensemble des personnages rencontrés dans les deux séries (Ewilan et Ellana), les voir réunis dans cette histoire était génial. La boucle est à présent bouclée, et je dois avouer que j'étais très émue de terminer cette histoire et de me dire que je quittais ces personnages pour de bon.
Superbe (et je ne parle pas des horribles couvertures choisies par l'éditeur, elles ne mettent malheureusement pas du tout en valeur cette histoire...).

Al-Jeit.
Perle de Gwendalavir.
La capitale de l'Empire était une cité féerique érigée au sommet d'un inexpugnable plateau rocheux jaillissant de la prairie. La vision de ce plateau, prodigieuse merveille minérale, aurait comblé le plus exigeant des esthètes si son imposante beauté n'avait été éclipsée par le faste de la cité qu'il supportait.
Tours graciles partant à l'assaut de l'azur, coupoles audacieuses, entrelacs de passerelles vertigineuses, flèches de jade ou d'argent, dômes de verre, Al-Jeit était un miracle de finesse et de force, de hardiesse et de légèreté qui liait le génie de ses créateurs à la beauté de l'absolu.

* * * 

La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Le pacte des Marchombres #3- Ellana, la prophétie
Rageot, 474 pages, 2018 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #3 sur Les Libraires.fr

lundi 4 mars 2019

En nous beaucoup d'hommes respirent (Marie-Aude Murail)

005586680.jpgCoupDeCoeur2016.pngJ'ai mis beaucoup de temps à me plonger dans ce livre, je ne sais pour quelle raison. Pourtant, j'avais très envie de découvrir l'histoire de Marie-Aude Murail et celle de sa famille. Elle figure parmi mes écrivains préférés, j'ai quasiment aimé tous ses romans (ceux que j'ai lus !) et plusieurs d'entre eux ont été des coups de cœur. Quand on me demande un conseil de lecture, c'est souvent son nom que je cite. Bref, quand j'ai appris que ce titre sortait, j'étais impatiente, et finalement j'ai attendu bien longtemps avant de m'y plonger. Les voies du lecteur sont impénétrables...
Dans cet ouvrage, Marie-Aude Murail retrace donc son histoire familiale à partir de documents trouvés en vidant la maison de ses parents. Photos, correspondances et autres lui font remonter le temps et découvrir ou redécouvrir une famille pour le moins étonnante.
Tout au long de ma lecture, je me suis demandée pourquoi j'étais tellement happée par ce que je lisais, pourquoi un texte somme tout très personnel et portant sur de parfaits inconnus m'intéressait autant. Bien sûr, il y a mon attrait pour la plume de l'autrice, mais au-delà de ça, je crois que j'ai aimé ce livre pour son message universel. A travers cette sorte d'enquête familiale, Marie-Aude Murail explore les fondamentaux de l'existence, l'amour, les relations familiales, la séparation, le deuil. Et elle le fait presque avec candeur, de manière très naturelle et sincère, tout en conservant la pudeur nécessaire. Son regard singulier sur toutes ces choses confère une dimension particulière à ce journal intime.
J'ai plongé dans ces pages avec passion et j'ai passé un moment hors du temps, en apnée livresque, immergée dans la famille Murail. 
Un ouvrage remarquable, que l'on aime ou non l'oeuvre de Marie-Aude Murail.

L'iconoclaste, 440 pages, 2018

Acheter En nous beaucoup d'hommes respirent sur Les Libraires.fr

mercredi 27 février 2019

La vague des albums #142

006079592.jpg

J'ai fait connaissance il y a quelques temps déjà avec la belle plume d'Agnès Ledig. Jusqu'alors, je n'avais lu que ses romans, je la découvre pour la première fois dans un album.
Le cimetière des mots doux reprend la trame de son dernier ouvrage, Dans le murmure des feuilles qui dansent, et traite d'un sujet délicat, le deuil.
C'est l'histoire d'Annabelle (la fillette sur la couverture) qui va devoir faire face à la mort de son amoureux, Simon, atteint de leucémie. 
Frédéric Pillot et Agnès Ledig forment un magnifique tandem et abordent ce thème douloureux avec beaucoup de pudeur et de douceur.
Un superbe album qui peut aider à apprivoiser la mort et le deuil avec un enfant.

Le cimetière des mots doux
Agnès Ledig, Frédéric Pillot
Albin Michel Jeunesse, 2019

Acheter Le cimetière des mots doux sur Les Libraires.fr

9782372730723-200x303-1.jpg

Depuis quelques temps, je m'intéresse aux albums documentaires qui présentent des personnages historiques. Aux Editions des Eléphants, j'ai ainsi beaucoup aimé Rien n'arrête Sophie, et j'ai eu un coup de cœur pour le sublime Henry et la liberté
Cette fois, il s'agit d'un ouvrage qui présente non pas un mais plusieurs personnages, en l'occurrence des femmes, toutes à l'origine d'inventions qui sont toujours utilisées dans notre monde moderne.
Des couches jetables au lave-vaisselle en passant par le kevlar, une quinzaine d'inventions sont présentées, chacune sur une double page. La mise en page est aérée et dynamique, les illustrations pétillantes. Un petit bémol, mais je chipote : j'ai regretté que sur la quinzaine d'inventrices, treize soient américaines et deux européennes, pas de représentation des autres continents (cela dit, je suppose que ce n'est pas un choix délibéré et qu'il est sans doute compliqué de trouver des inventrices du monde entier aux siècles derniers). Pour autant, c'est un album très intéressant à lire. Moi qui aime toujours découvrir comment certains objets ont été inventés puis améliorés, j'ai été servie avec Les inventrices et leurs inventions !
Un documentaire esthétique qui ravira les petits (et grands !) curieux. 

Les inventrices et leurs inventions
Aitziber Lopez, Luciano Lozano
Les Editions des Eléphants, 2019

Acheter Les inventrices et leurs inventions sur Les Libraires.fr

005981040.jpg

CoupDeCoeur2016.pngHabituellement, je ne suis pas spécialement fan des documentaires animaliers illustrés avec des dessins, je préfère voir les animaux en photo.
Requins fait exception car j'ai eu un coup de cœur pour cet ouvrage que je trouve juste parfait. 
Bien sûr, il s'adresse aux lecteurs qui s'intéressent un minimum aux requins, si vous n'aimez pas ces bêtes, passez votre chemin ! Pour ma part, je me suis régalée, et j'ai appris quantité de choses au sujet de cette espèce. Parce que, mine de rien, bien qu'adressé à des enfants, ce documentaire est conçu avec beaucoup de rigueur scientifique. C'est un livre très riche, avec des textes explicatifs assez poussés sans être barbants (et donc accessibles aux plus jeunes). Les dessins sont jolis mais pas que, ils sont aussi très réalistes, raison pour laquelle je suis passée sur le fait que ce ne soit pas des photos ! Et puis il faut souligner la qualité générale du livre, son grand format, la mise en pages, tout est soigné dans la présentation et c'est très agréable pour les yeux.
Bref, un vrai bijou, une remarquable petite encyclopédie sur les squales.

Requins
Sarah Sheppard
L'école des loisirs, 2019

Acheter Requins sur Les Libraires.fr

9782940481514-200x303-1.jpg

Il n'est pas trop tard pour vous présenter cet album hivernal. La couverture donne le ton, c'est une histoire à lire emmitouflé sous un plaid en buvant un chocolat chaud. D'ailleurs cela tombe bien, car en fin d'ouvrage, on trouve justement la recette de chocolat chaud de Stína. En effet, notre héroïne n'aime pas le froid et passe tout l'hiver à l'abri en mode cocooning. Pour éviter d'avoir à mettre le nez dehors, et même d'ouvrir le réfrigérateur, elle invente des systèmes ingénieux. Sinon, le reste du temps, elle reste sous la couette ou elle tricote.
Le scénario est intrigant et bien construit, j'étais curieuse de découvrir la fin de l'histoire. L'aspect esthétique participe à l'originalité de cet album avec le style des illustrations et les couleurs choisies.
Une belle histoire parfaite pour l'hiver.

Stína , La fille qui avait peur du froid
Lani Yamamoto
Helvetiq, 2018

Acheter Stína sur Les Libraires.fr

vendredi 1 février 2019

Player One (Ernest Cline)

005369946.jpgCoupDeCoeur2016.pngEt voilà, premier coup de cœur de l'année !!! Une fois n'est pas coutume, j'ai lu ce roman après en avoir vu la (géniale) adaptation cinématographique réalisée par Steven Spielberg.
J'ai passé un tellement bon moment avec le film, que, naturellement, j'ai eu envie de lire le livre dont il était inspiré. Et inspiré est ici le terme qui convient, car en me plongeant dans Player One, j'ai rapidement compris que les deux histoires étaient sensiblement différentes. Finalement, tant mieux, car les deux médias se complètent et ce fut un vrai plaisir de découvrir le récit original.

Présentation de l'éditeur :

2044. La Terre est à l'agonie.
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars !
Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...

Alors, que dire de Player One ? Que je n'en ai pas vu passer les 600 et quelques pages, que je l'ai trouvé bien trop court, signe évident que j'ai adoré cette lecture. Pourtant je ne figure pas parmi le lectorat cible de cette histoire, car si j'appartiens à la génération des late seventies, je ne suis pas spécialement une adepte des jeux vidéos, et ce n'est pas un univers qui, a priori, m'attire plus que de raison. Alors, certes, j'ai quelques références malgré tout, j'ai joué un peu dans ma tendre jeunesse, mais je suis très loin d'être une fan du genre. Et pourtant, j'ai embarqué dans cette histoire à la vitesse grand V, que dis-je, j'ai été happée par le monde d'Ernest Cline, et je n'avais de cesse d'y retourner. L'OASIS est un univers virtuel proprement fascinant, que j'ai découvert avec émerveillement. Ce bouquin est une bombe, il vous emmène ailleurs, vous coupe du réel pour votre plus grand bonheur.
En sus de cette virtualité hypnotisante si bien rendue, Player One possède bien d'autre qualités.
Le rythme est soutenu, de la première à la dernière page, les actions s'enchaînent non-stop et l'on ne s'ennuie pas une seconde.
Le ton est souvent drôle, le regard cynique de Wade est assez jouissif.
Les personnages sont chouettes, j'ai en particulier beaucoup aimé la relation entre Wade et son meilleur pote Aech, leurs dialogues, les vannes qui fusent entre eux.
L'intrigue est bien menée, car mine de rien il y a quand-même un certain suspense dans ce livre.
Enfin et surtout, les multiples références à la culture pop des années 80 qui émaillent ce livre, en font toute sa richesse.

En résumé, Player One, c'est l'assurance d'un excellent moment de lecture et d'une plongée dans un monde parallèle et dépaysant.

Titre original : Ready Player One
Traduit de l'anglais par Arnaud Regnauld
Pocket  (SF), 612 pages, 2011 pour l'édition originale, 2013 pour la traduction française

Acheter Player One sur Les Libraires.fr

(existe aussi en grand format et en ebook)

- page 1 de 19