Mot-clé - ❤ Coups de coeur ❤

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 6 juin 2018

La vague des albums #134

005474302.jpg

CoupDeCoeur2016.pngCoup de cœur pour cet album tout carton qui sort de l'ordinaire et fera rêver bambins et adultes avec ses somptueuses illustrations. J'ai été séduite par son esthétisme. Une jolie manière d'entrer dans l'été avec un petit format qui peut s'emporter partout. En outre, ce mini documentaire est ludique avec des rabats à soulever et des éléments en relief à toucher.
Un très beau livre pour les tout petits. 

Voilà l'été
Pauline Kalioujny
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Voilà l'été sur Les Libraires.fr

005456365.jpg

Un album à lire le soir au moment du coucher pour faciliter l'endormissement... ou pas ! Le petit Antoine se pose des tonnes de questions au moment d'aller au lit, et peut se montrer légèrement assommant !  A tel point que c'est sa maman qui commence à tomber de sommeil !
Une histoire tout en douceur qui fera sourire les plus petits.  J'ignore si l'auteur est elle-même maman, mais cela sent le vécu !

Tout le monde dort ?
Audrey Poussier
L'école des loisirs, 2018

Acheter Tout le monde dort ? sur Les Libraires.fr

005504547.jpg

Le vent se lève invite à la rêverie avec ses illustrations pleine page accompagnées de peu de mots. L'occasion de se poser, d'observer ce ciel changeant, l'assombrissement, la pluie, le vent, la tempête et le retour au calme. L'histoire se déroule dans un plan fixe qui évolue au rythme des intempéries. Les objets s'envolent ou bien sont mouillés, les couleurs changent. Une vision poétique et des images qui retiennent l'attention, un bien bel album.

Le vent se lève
Marie Saarbach
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Le vent se lève sur Les Libraires.fr

9782211236522fs.gif

Les lecteurs de ce salon savent combien j'aime la série mettant en scène Simon le lapin du même auteur. Par contre, je ne connaissais pas encore son autre personnage célèbre, le petit loup. Ici, il questionne le lecteur sur ses goûts en exprimant les siens au préalable. Les enfants s'identifieront facilement à ce héros qui partage avec eux certaines préférences. Pour le style, c'est dans la même veine que les albums de Simon, des images vivement colorées, un personnage attachant et légèrement irrévérencieux. Un livre qui donne du peps !

Tu es comme moi ?
Stephanie Blake
L'école des loisirs, 2018

005456361.jpg

Mes petits moments choisis, c'est un peu "le livre dont vous êtes le héros" version premier âge. En effet, ce petit album propose à chaque nouvelle double page une situation avec trois possibilités, suivant que l'on ouvre l'un ou l'autre des rabats, ou les deux en même temps. A partir de situations simples de la vie courante, l'enfant peut donc exploiter plusieurs possibles. Une idée sympa et de jolis dessins.

Mes petits moments choisis
Ella Charbon

L'école des loisirs (Loulou & Cie), 2018

Acheter Mes petits moments choisis sur Les Libraires.fr

005517797.jpg

A une époque où l'on parle de plus en plus fréquemment des comportements éco-responsables, voici un album qui traite d'un sujet essentiel, à savoir l'alimentation responsable. Autrement dit, apprendre à consommer des fruits et légumes de saison. Et pour cela, quoi de mieux que de découvrir, mois après mois, les variétés disponibles dans notre pays. Organisé en quatre chapitres correspondant aux saisons, cet ouvrage recense donc les fruits et légumes au fil du temps. La partie illustrée est complétée par un classement sous forme de listes mensuelles permettant de repérer directement si un fruit ou un légume est de saison. A la fin du livre, on trouvera quelques détails pour chaque variété, entre autre la localisation géographique (pour la France), les bienfaits apportés, ou encore le temps de conservation. 
Simple mais superbement illustré et surtout efficace. Un must à posséder dans sa bibliothèque.

C'est de saison !
Fanny Ducassé, Catherine Garnier
De La Martinière Jeunesse, 2018

Acheter C'est de saison ! sur Les Libraires.fr

005456380.jpg

En découvrant le style graphique de Kitty Crowther, j'avais eu un coup de coeur pour Petites histoires de nuit. Je me réjouissais donc de lire son nouveau titre, qui plus est sur le thème du Farwest ! Pourtant, j'ai été moins convaincue cette fois. L'histoire sans queue ni tête débute avec l'expression "qui va à la chasse perd sa place". Les situations s'enchaînent rapidement, le récit est rythmé, mais je ne suis pas entrée dedans, je n'ai guère ressenti d'émotions au fil des pages. Bien sûr, les dessins sont toujours aussi chouettes, mais cela n'a pas suffit à compenser le peu d'attrait que j'ai trouvé au scénario de Peter Elliott. Dommage.

Farwest
Kitty Crowther, Peter Elliott
L'école des loisirs (Pastel), 2018

Acheter Farwest sur Les Libraires.fr

vendredi 25 mai 2018

Titan Noir (Florence Aubry)

005394974.jpgCoupDeCoeur2016.pngDe Florence Aubry, je n'avais lu jusqu'alors que Le royaume des cercueils suspendus, l'un de mes coups de cœur de 2014.
Ici, on la retrouve dans un tout autre genre, puisqu'il s'agit d'une fiction basée sur une histoire vraie. En fin d'ouvrage, l'auteur explique qu'après avoir regardé un reportage sur une orque en captivité, elle a été bouleversée a eu envie d'écrire sur la souffrance des animaux en captivité, en particulier des animaux marins qui sont utilisés comme vedettes dans des parcs d'attraction. 

Titan est une orque qui a été pêchée et placée dans un parc aquatique très jeune, c'est un mâle aux dimensions imposantes qui a la particularité d'être intégralement noir.
Elfie, à peine le bac en poche, va trouver un emploi de caissière dans un parc aquatique proche de chez elle. Ce qui au départ, ne devait être qu'un job d'été, va se transformer en emploi stable. Rapidement, Elfie va passer du simple statut de caissière aux entrées à celui de dresseuse d'orque. Elle est bonne nageuse et sportive, cela suffit au directeur du parc pour lui proposer cette promotion. 
Tandis que nous découvrons à travers les yeux d'Elfie l'apprentissage de son métier si particulier, une autre voix s'intercale dans la narration, celle d'une personne qui nous présente l'envers du décor. Matériellement parlant, les pages du livre changent de couleur en même temps que le récit change de narrateur. Blanc pour Elfie, noir pour le narrateur anonyme.

Lorsqu'elle commence à travailler au sein du parc, Elfie est toute jeune et totalement inexpérimentée. Elle a des doutes et des craintes, mais elle ose, elle s'adapte. Il y a bien des choses qui la chagrinent un peu, mais dans le fond elle aime son job et le trouve formidable. Puis, petit-à-petit, elle évolue et commence à se poser des questions. En parallèle, le narrateur anonyme révèle, à nous autres lecteurs, la triste réalité qui se cache derrière ces spectacles féeriques. Et au fil des pages, la tension monte, on se sent oppressé. Le grand tour de force de Florence Aubry, c'est qu'elle ne prend pas vraiment parti, même si son intention première est évidemment de dénoncer les pratiques cruelles sur les orques. Ses deux personnages sont terriblement humains et leurs réflexions font évoluer le lecteur avec eux. Elle ne nous matraque pas avec des images insoutenables dès le départ, elle ne dévoile pas non plus d'emblée le traitement infligé aux orques en captivité, non, tout cela, on le découvre en même temps qu'Elfie découvre son métier. C'est presque pédagogique et l'écriture sert le propos admirablement. Le style est assez sec, incisif, mais très beau. On lit ce roman en apnée, en passant par tout un panel d'émotions, et je peux vous dire que ce texte va me hanter pendant longtemps.
Un roman magnifique, difficile, mais nécessaire.

Rouergue (doado), 187 pages, 2018

Acheter Titan noir sur Les Libraires.fr

21010109_2013060412481636.jpg

A celles et ceux qui souhaitent en tenter la lecture, je conseille également vivement le fameux reportage qui a inspiré ce livre à l'auteur. 
Il s'agit de Blackfish, réalisé par Gabriela Cowperthwaite. 
Ce film documentaire porte sur la vie de Tilikum, une orque qui fut capturée très jeune, passa de parc en parc et devint une tueuse, conséquence probable de la maltraitance qu'elle subit pendant des années. Ce reportage dénonce les traitements infligés aux orques dans les parcs d'attraction, mais également les conditions de travail des employés. Ce n'est pas un sujet facile, mais ça ouvre les yeux.

samedi 28 avril 2018

Sauveur & fils ~ Saison 4 (Marie-Aude Murail)

005279163.jpgCoupDeCoeur2016.pngRarement une série m'aura paru aussi brève ! La quatrième et dernière saison est donc sortie, et déjà, avant même de m'y plonger, j'étais nostalgique d'en terminer avec Sauveur & fils... 
Lorsque j'ai ouvert ce tome, je me suis dit que j'allais le lire par petits bouts pour mieux le savourer... et avant que je m'en rende compte, j'étais arrivée premier tiers ! Si la lecture est rapide et que je ne vois pas défiler les pages, c'est pour moi le signe évident que j'aime un livre. Et c'est ce qui s'est passé avec ce quatrième opus, tout comme ce fut le cas avec le premier et le troisième. Quatre tomes, trois coups de cœur, faut-il en dire davantage pour vous convaincre de lire Sauveur & fils ?!

Dans cette nouvelle saison, nous retrouvons donc les habitants du 12, rue des Murlins. Sauveur, toujours en proie au doute quant à son efficacité à aider ses patients. Lazare, qui s'est attaché à ce frère adoptif qu'est Gabin. Jovo, qui continue d'organiser le quotidien et de gérer la maisonnée lorsque Sauveur travaille. Gabin, qui a décidé d'arrêter de fréquenter le lycée et préfère regarder The walking dead à la place. Louise et ses enfants, enfin, qui voudraient bien intégrer la famille. Et puis, bien sûr, il ne faut pas oublier les patients de Sauveur, ces personnages qui semblent secondaires mais prennent une place importante dans l'histoire.

Le texte est toujours aussi bon que précédemment, on navigue entre tendresse et fous rires parmi ces personnages cabossés, mais tellement géniaux. Dans Sauveur & fils, on découvre que si la vie est imparfaite et jalonnée de coups durs, elle est malgré tout très belle, et que lorsqu'on l'affronte à plusieurs, c'est encore mieux.
J'ai éprouvé un plaisir immense à lire ce dernier tome que j'ai refermé le cœur serré. Marie-Aude Murail a un incroyable talent, celui de prendre le lecteur par la main et de l'emmener dans son univers, de l'émerveiller et de le faire rire. 
Une superbe fin pour cette série-doudou que je vous recommande vivement.

L'école des loisirs (Médium), 298 pages, 2018

Acheter Sauveur & fils ~ Saison 4 sur Les Libraires.fr 

samedi 21 avril 2018

La vague des BD #9

Couv_319759.jpg

L'histoire se déroule en Afrique, dans un petit village en bordure de désert. Des migrants le traversent, en quête d'un eldorado inconnu. Parfois ils y restent quelques temps et travaillent sur un chantier de construction en attendant de prendre le départ.
J'ai eu envie de découvrir cette bande dessinée simplement pour la présence de Marguerite Abouet au scénario, qui, rappelons-le, est l'auteur de la génialissime série Aya de Yopougon.
Ange, le migrant est le premier tome d'une série s'intitulant Terre gâtée. Une histoire façon western se déroulant en Afrique et portant sur le thème des migrants, sur le papier, la promesse était belle.
Malheureusement, je n'ai guère accroché avec cet album, et au moment d'écrire mon ressenti, je m'aperçois que sa lecture ne m'a pas laissé grande impression. Les dessins sont beaux, les couleurs et la mise en scène donnent du cachet au récit. Pour le reste, l'histoire ne m'a pas emballée. L'intrigue est étrangement construite, c'est un peu fouillis, cela manque de clarté et le destin des personnages ne suscite guère l'empathie, je me suis tenue à distance tout du long, ne parvenant pas à entrer dans le récit.

Terre gâtée #1 - Ange, le migrant
Marguerite Abouet, Charli Beleteau, Christian De Metter
Rue de Sèvres, 2018

Acheter Terre gâtée #1 - Ange, le migrant sur Les Libraires.fr

005357312.jpgProfession du père est l'adaptation du roman éponyme de Sorj Chalandon, l'un de mes coups de cœur de 2016. Le trait simple et les dessins en noir et blanc sont exactement dans le ton de cette histoire tragique. Sébastien Gnaedig a su rendre en images la cruauté et la singularité de l'enfance d'Emile (alias Sorj Chalandon) tout en y apportant un brin de douceur. La lecture n'est pas gaie ni aisée, mais le lecteur n'est pas non plus embourbé dans le pathos. Comme dans le roman, il y a une mise à distance (et une certaine ironie) salvatrice. 
Un récit bouleversant et une adaptation réussie.

Profession du père
Sébastien Gnaedig, Sorj Chalandon
Futuropolis, 2018

Acheter Profession du père sur Les Libraires.fr

005296689.jpg

CoupDeCoeur2016.pngC'est le coup de coeur d'une libraire affiché sur cet album qui m'a donné envie de le découvrir. Un heureux hasard. Je ne savais pas en me levant, ce matin-là que j'allais acheter cette bande dessinée, la lire dans la foulée et passer un moment si délicieux en sa compagnie !

Lily apprend qu'elle est enceinte au moment où son compagnon lui annonce qu'il part en tournée avec son groupe et ne pourra pas accueillir son neveu Balthazar qui va venir passer des vacances chez eux.
La jeune femme va donc devoir s'occuper du bambin qu'elle n'a jamais rencontré. Les premiers jours sont hésitants, chacun jauge l'autre et garde ses soucis pour lui-même. Les parents de Balthazar sont entrain de se séparer, il se sent rejeté par sa mère et fait des cauchemars la nuit. Su un coup de tête, Lily décide de partir avec lui à la montagne pour se ressourcer. Au cours de ce voyage, ils rencontreront deux belles personnes et partageront avec elles une tranche de vie.

Les dessins sont beaux et très doux, le scénario simple mais bien ficelé. C'est une histoire emplie d'émotion et de tendresse, un de ces livres-doudous avec lesquels on passe un excellent moment de lecture, enfermé dans sa bulle.
Superbe.

Nos embellies
Gwénola Morizur, Marie Duvoisin
Bamboo (Grand Angle), 2018

Acheter Nos embellies sur Les Libraires.fr

000955372.jpg

J'aurai mis du temps à me plonger dans la suite de Blacksad depuis ma découverte du tome 1... 

Dans ce tome 2, Blacksad enquête sur la disparition d'une petite fille de couleur du nom de Kyle. Bien vite, il comprend qu'il a mis les pieds dans une affaire qui dépasse largement la disparition de l'enfant. Un parti raciste qui se fait appeler Arctic-Nation n'hésite pas à recourir à la violence ; ses membres agissent cagoulés et vêtus de robes blanches. Tout cela nous rappelle de sombres périodes de l'Histoire et les images sont saisissantes de vérité. Blacksad va trouver un appui en la personne de Weekly, un journaliste (représenté par une fouine !) trop curieux. On retrouvera d'ailleurs ce nouveau personnage dans le tome suivant.
L'intrigue est bien ficelée, les dessins toujours aussi sublimes (à l'image de cette somptueuse couverture) et l'atmosphère incroyablement bien rendue.
Un superbe deuxième tome.

Blacksad #2 - Arctic-Nation
Juan Díaz Canales, Juanjo Guarnido
Dargaud, 2015

Acheter Blacksad #2 - Arctic-Nation sur Les Libraires.fr

000955088.jpg

Enthousiasmée par le deuxième tome, j'ai donc enchaîné avec la lecture du troisième !

Cette fois, nous retrouvons Blacksad à Las Vegas où il travaille comme garde du corps pour un riche joueur. Par hasard, il va retrouver là-bas un vieil ami, Otto Lieber, scientifique renommé, de passage dans la ville pour donner une conférence. Ces retrouvailles vont l'embarquer dans une sombre affaire.
Dans un univers encore différent de ceux des précédents tomes, on en découvre davantage sur le personnage de Blacksad autour d'un scénario passionnant. Nouveau clin d'oeil à l'Histoire, cette fois c'est une allusion au parti nazi qui fait froid dans le dos. La mise en scène, les "prises de vue" et la voix off nous transportent au cinéma, le résultat est tout bonnement bluffant.

Blacksad #3 - Âme Rouge
Juan Díaz Canales, Juanjo Guarnido
Dargaud, 2015

Acheter Blacksad #3 - Âme Rouge sur Les Libraires.fr

mercredi 11 avril 2018

La vague des albums #130

9782211235938.jpgCoupDeCoeur2016.pngJe dois confesser que je n'avais pas fait connaissance avec John Chatterton jusque là. Bien sûr, j'avais déjà vu les couvertures des  albums dont il est le héros, elles m'étaient même familières, mais je n'avais pas poussé plus loin la curiosité. Pourtant, Dieu sait si j'aime le dessin d'Yvan  Pommaux !
Bref, mieux vaut tard que jamais, j'ai donc découvert les enquêtes du célèbre chat rassemblées ici dans une intégrale. Elles sont au nombre de trois : John Chatterton détective, Le grand sommeil, Lilas.
Avec ces histoires, l'auteur a créé des albums d'un genre nouveau, sorte d'hybrides entre le conte, la BD et le policier. John Chatterton est donc un détective enquêtant sur des histoires qui rappellent singulièrement les contes classiques. Ainsi, on retrouve Le petit chaperon rouge à travers le récit de John Chatterton détectiveLa belle au bois dormant dans Le grand sommeil et enfin Blanche Neige dans Lilas. Les contes sont transposés dans un environnement urbain sombre qui reprend les codes du genre policier, et dans lequel évolue notre privé en imperméable beige. La mise en page et les points de vue évoquent à la fois la BD et le cinéma.
Le résultat est tout bonnement saisissant. La beauté des illustrations, le style unique trouvé par Yvan Pommaux et les nombreuses références (au cinéma, à la littérature...) qui parsèment ces histoires m'ont enchantée. Superbe.

John Chatterton - Ses célèbres enquêtes
Yvan Pommaux
L'école des loisirs, 2018

Acheter John Chatterton - Ses célèbres enquêtes sur Les Libraires.fr

9782812615955FS.gifMontrer, donner à voir le temps, c'est le pari osé des auteurs de cet album étonnant.
Au fil des pages, nous contemplons toujours le même paysage qui évolue ... au fil du temps ! Les saisons, les années le transforment lentement mais surement. A droite de l'image, un petit garçon  assis sur un ponton laisse tomber  un caillou dans l'eau. Son geste est suspendu jusqu'à la dernière page et il assiste, immobile, à tout ce qui se déroule autour de lui. Ils y a les temps éphémères, le vol d'un insecte, le passage de promeneurs, et puis d'autre temps moins perceptibles, plus longs, comme celui de la croissance d'un arbre. Pas facile de rendre compte en images d'un concept aussi abstrait. Or, il me semble qu'Henri Meunier et Aurore Petit ont relevé le défi et permettent aux enfants avec cet album  d'apprivoiser un peu cette notion. Ils pourront le faire simplement en regardant les dessins qui regorgent de détails et en cherchant ce qui change d'une page à l'autre, ou bien en s'accompagnant du texte qui pose de nombreuses questions et amène à réfléchir.

Un livre pour enfants qui flirte entre poésie et philosophie.
Un album à découvrir, parce qu'il est différent et surprenant.

Un temps
Henri Meunier, Aurore Petit
Rouergue, 2018

Acheter Un temps sur Les Libraires.fr

9782211235952.jpgCoupDeCoeur2016.pngAutre coup de coeur, dans un style totalement différent. Un album sur le thème de la mer, il ne m'en fallait pas davantage pour me donner envie de l'ouvrir !
Dans cette histoire, nous suivons une jeune héroïne, la petite Erine, qui vit au bord de l'eau avec sa maman. Cette dernière qui est marin-pêcheur, met en garde sa fille au sujet du terrible rocher noir. Un rocher responsable de bien des accidents, qui terrifie les gens. Mais Erine déjoue la surveillance de sa mère et décide de se laisser embarquer à bord du bateau de pêche maternel pour approcher le fameux monstre que tout le monde craint...
Ce qui m'a séduite d'emblée dans cet ouvrage, ce sont les illustrations qui sont tellement jolies. A la fois chaleureuses et incitant à la rêverie. Il faut dire que l'histoire y est propice avec ce mythe du mystérieux rocher noir. Et puis bien sûr, il y a le message écologique porteur d'espoir auquel je n'ai pas été insensible. 
Cet album m'a émerveillée et replongée en enfance le temps de quelques pages.

Le secret du rocher noir
Joe Todd-Stanton
L'école des loisirs, 2018

Acheter Le secret du rocher noir sur Les Libraires.fr

005369878.jpgToshiro et son grand-père ont fabriqué un magnifique cerf-volant et s'apprêtent à l'essayer. Seulement, le dos du vieil homme le fait souffrir, son corps est fatigué et usé, il ne peut lever la tête vers le ciel pour observer le cerf-volant. Alors, Toshiro a une idée, ils vont s'asseoir sur un banc près d'une flaque et le grand-père regardera le reflet de la scène dans celle-ci. Les saisons se succèdent et les deux personnages reviennent régulièrement à cet endroit, l'un pour jouer au cerf-volant, l'autre pour contempler le paysage.
Il y a une belle complicité et une tendresse émouvante entre ces deux-là. Ce n'est pas une simple relation entre un grand-père et son petit-fils ; un lien très fort unit ces deux êtres qui s'entraident et se respectent.
Une histoire poignante et superbement écrite. 

Le cerf-volant de Toshiro
Ghislaine Roman, Stéphane Nicolet
Nathan, 2018

Acheter Le cerf-volant de Toshiro sur Les Libraires.fr

005439976.jpgAprès Les nuits de Lison et La rentrée de Lison, nous retrouvons notre jeune héroïne à la campagne !
Lison y passe des vacances, et pour la citadine qu'elle est, le dépaysement est grand. Le silence, la nature, les animaux... la fillette est curieuse et s'émerveille à chaque instant.
Ses réactions sont à la fois touchantes et drôles, car Lison conserve son tempérament impertinent et son franc-parler.
C'était très plaisant de retrouver ce personnage pour de nouvelles aventures dans un autre environnement. Et puis graphiquement, ça claque toujours autant !

Lison à la campagne
André  Bouchard
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Lison à la campagne sur Les Libraires.fr


samedi 7 avril 2018

Outlander #4 - Les tambours de l'automne (Diana Gabaldon)

9782290099612FS.gifCoupDeCoeur2016.pngSi j'ai attendu longtemps pour lire le troisième tome de cette saga, en revanche je n'ai guère tardé pour enchaîner avec le quatrième. Alors que j'avais passé beaucoup de temps sur le précédent tome, en faisant une lecture feuilleton avec de nombreuses pauses pour lire autre chose, j'ai lu celui-ci rapidement. Au début, je ne pensais pas que ce serait le cas, et puis je me suis faite happer par l'histoire et pendant plusieurs jours, je n'avais de cesse de la retrouver.
Bien que les tomes d'Outlander soient des pavés, l'auteur a toujours une imagination débordante et parvient à nous entraîner dans de nouvelles aventures aux côtés des protagonistes. En près de 1200 pages, je ne me suis pas ennuyée un instant, c'est dire !
L'histoire connaît encore de nouveaux rebondissements, dont certains imprévisibles. Une fois encore Diana Gabaldon ne ménage pas ses personnages et leur mène même la vie dure. 
J'ai adoré ce nouvel opus, j'ai aimé la façon dont les choses évoluent, le fait que l'intrigue ne soit pas uniquement centrée sur Claire et Jamie et que l'on découvre de nouveaux territoires à travers leurs yeux.
L'écriture (et la traduction, encore une fois Philippe Safavi a fait un travail inroyable) est vraiment superbe, le récit passionnant, la psychologie des personnages étudiée en profondeur. Après quatre tomes, on en apprend encore sur les héros de l'histoire, et je ne les en aime que davantage.
Si vous avez envie d'un roman qui mêle les genres entre aventure et historique (et un soupçon de fantastique) avec du rythme, des personnages forts et pas stéréotypés, des émotions, du dépaysement, ne cherchez plus, Outlander est fait pour vous ! Pour le moment, cette série m'enthousiasme un peu plus à chaque tome.
Géniale et incontournable.

Titre original : Drums of Automn
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 1144 pages, 2013 pour la présente édition, 1997 pour l'édition originale

Acheter Outlander #4 - Les tambours de l'automne sur Les Libraires.fr

mercredi 4 avril 2018

Un palais d'épines et de roses (Sarah J. Maas)

telechargement.jpgCoupDeCoeur2016.pngDans un monde où les humains tentent de survivre à l'abri du mur qui les sépare du royaume des immortels, Feyre  est partie chasser pour nourrir sa famille. C'est ainsi qu'elle abat un loup, un geste qui  va lui coûter sa liberté. Sa proie n'était en réalité pas une simple bête mais un immortel  sous sa forme animale. Pour racheter son erreur, Feyre est condamnée à partir vivre à Prythian, de l'autre côté du mur. Là-bas, elle séjournera à la cour du printemps chez un  puissant seigneur qui se nomme Tamlin.

Si ce début d'histoire vous rappelle celui d'un conte célèbre, rien d'étonnant, car ce roman est librement inspiré de La belle et la bête. Cependant, il ne s'agit que d'un point de départ puisque le récit suit ensuite d'autres chemins.
Vous l'avez remarqué au petit logo ci-dessus, cette lecture a été un coup de cœur.  Non pas pour son originalité, mais pour son côté addictif. Un palais d'épines et de roses est typiquement le genre de livre que vous ne pouvez reposer une fois entamé, un page-turner pas excellence. Pour autant, j'ai eu conscience durant ma lecture que l'écriture était souvent redondante, que l'histoire contenait de nombreux clichés et que le suspense était parfois bien faiblard. Mais, parce qu'il y a un mais, au fil du roman, ces éléments négatifs que je viens de citer tendent à disparaître et l'effet d'addiction en est renforcé. 
J'ai aimé l'univers construit par l'auteur et je suis très curieuse de découvrir la suite (car oui, il s'agit d'une série !) . Je sens qu'elle en a encore sous le pied et que les tomes suivants nous révèleront bien des surprises. Pour ce qui est de ce premier opus, j'ai passé un moment génial et ne me suis pas ennuyée une minute. Si vous cherchez un roman dans le genre fantastique avec de l'action, des mystères et des créatures magiques, lisez celui-ci, détente garantie !

Titre original : A Court of Thorns and Roses
Traduit de l'anglais par Anne-Judith Descombey
De la Martinière Jeunesse, 524 pages, 2015 pour l'édition originale, 2017 pour l'édition française

Acheter Un palais d'épines et de roses sur Les Libraires.fr

mercredi 7 mars 2018

La vague des albums #128

✿ ❤ ✿ ❤ ✿ ❤ Vague de douceur en vue ! ❤ ✿ ❤ ✿ ❤ ✿

005312671.jpg

Des pages dans des tons de rouge et bleu qui jouent sur le contraste entre chaud et froid. L'histoire d'un ours polaire contraint  de quitter son igloo à cause de la fonte des glaces. Malgré un texte minimaliste, cet album permet d'aborder de nombreux sujets tels que le passage du temps, l'amour, ou encore le réchauffement climatique.
Les dessins sont doux comme le titre du livre, et très beaux. Un album à contempler, pour le plaisir des yeux ou pour réfléchir. 
Superbe.

Tout doux
Gaëtan Dorémus
Rouergue, 2018

Acheter Tout doux sur Les Libraires.fr

005357563.jpg

Énormément de douceur dans cet album qui nous parle d'amour. De jolis dessins colorés au style enfantin illustrent un texte porteur d'espoir et des vraies valeurs humaines. Une pluie d'amour porte bien son titre, c'est un livre qui donne à "voir" le pouvoir infini de l'amour sous toutes ses formes, et montre au lecteur combien il surpasse tout le reste dans la vie. Sans amour, on n'est rien, avec on peut affronter le monde.
Un album adorable porteur d'un message profond.

Une pluie d'amour
Helen Docherty, Ali Pye,
De La Martinière Jeunesse, 2018

Acheter Une pluie d'amour sur Les Libraires.fr

005332641.jpg

Le petit roi s'ennuie, et décide un beau matin d'organiser un cache-cache géant dans son royaume.
D'apparence innocente, et sous couvert d'une histoire simple, cet album aborde le sujet de la protection animale.
A la suite de l'histoire, on retrouvera en fin d'ouvrage deux double pages documentaires consacrées aux animaux disparus et aux animaux à protéger.
Sensibiliser les petits à la protection animale est une excellente idée, et quoi de mieux que de le faire par le biais d'un album ! 
 
Où êtes-vous ?
Barroux
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Où êtes-vous ? sur Les Libraires.fr

005342601.jpg

Nouvelle histoire du célèbre duo Julia Donaldson et Axel Scheffler (auteurs de Gruffalo), celle d'un géant au grand cœur.  Mal fagoté, il décide de s'acheter de beaux vêtements mais va aussitôt les distribuer à d'autres qui sont dans le besoin. 
C'est une belle histoire tant par la forme (les jolis dessins) que par le fond (le message de partage).
A l'instar des autres albums des auteurs, celui-ci est encore une réussite, et offrira un moment de plaisir aux jeunes lecteurs (et à leurs parents). Qu'il est bon de retrouver dans la littérature de jeunesse autant de douceur et d'optimisme ! 

Le géant élégant
Julia Donaldson, Axel Scheffler
Gallimard Jeunesse, 2018

Acheter Le géant élégant sur Les Libraires.fr

005357501.jpg

Se séparer de son doudou, grandir et petit-à-petit, voler de ses propres ailes, cela n'est pas si facile ! Dans cet album, le lecteur va découvrir à travers l'histoire de Noé et de son doudou qu'il est normal de s'en détacher passé un certain âge. Avec un récit drôle et apaisant, non culpabilisant, cet album tout doux amène l'enfant à réfléchir sur sa relation avec son doudou et l'aide inconsciemment à s'en éloigner au fil du temps.
Intelligent et sensible.

Le jour où mon doudou a dit non
Virginy L. Sam, Jules

De La Martinière Jeunesse, 2018

Acheter Le jour où mon doudou a dit non sur Les Libraires.fr

005357548.jpg

Dans un style qui rappelle les collections Mon imagier et Mes premières histoires animées de Kididoc chez Nathan, voici un documentaire tout carton. Une partie des images est en relief, l'enfant peut donc découvrir le livre avec les yeux mais aussi avec le bout des doigts. Cet album est consacré aux principaux animaux de la savane (éléphant, girafe, lion, zèbre et hippopotame). Chacun est présenté sur deux double pages, une première consacrée à l'image de l'animal seul avec son nom en regard, la seconde qui nous montre l'animal dans une scène plus large en compagnie de ses congénères avec un texte explicatif.
Un très joli documentaire pour le premier âge, solide et attrayant visuellement.

Les animaux de la savane
Philippe Jalbert
Seuil Jeunesse (Les docs emboîtés), 2018

Acheter Les animaux de la savane sur Les Libraires.fr

005339819.jpg

Je ne sais pas pour vous, mais en voyant cette couverture, j'ai de suite pensé à Une fois encore ! d'Emily Gravett. Dans Fergus est furieux !, on retrouve un petit dragon comme héros. Un héros fort sympathique mais pas très patient et même colérique. Rien à faire, lorsque Fergus est contrarié, il ne peut s'empêcher de cracher des flammes.
Jusqu'au jour où ses amis en ont assez...
Présenté comme "le livre anti-colère", cet album permet d'aborder avec humour et douceur un sujet qui touche petits et grands.
Des dessins irrésistibles pour une jolie histoire qui fait réfléchir.

Fergus est furieux !
Robert Starling
Gallimard Jeunesse, 2018

Acheter Fergus est furieux ! sur Les Libraires.fr

005369994.jpg

CoupDeCoeur2016.pngEt pour terminer cette vague, un coup de cœur ! Pour célébrer la venue du printemps et l'arrivée d'un bébé, voici l'album qu'il vous faut ! Attention les yeux, vous allez être éblouis. Colorés, tendres, fantaisistes, les dessins de cette histoire sont superbes. 
Dans la famille blaireau, avec l'arrivée du printemps, leur maison se transforme, bourgeonne, grandit, verdit... Dans le même temps, le ventre de la maman s'arrondit. Une bien jolie métaphore pour illustrer la grossesse, ce merveilleux moment qui chamboule tout dans la vie. 
A offrir à tous les futurs grands frères et grandes soeurs, pour partager un instant  magique.

Bonjour printemps
Didier Lévy, Fleur Oury
Seuil Jeunesse, 2018

Acheter Bonjour Printemps sur Les Libraires.fr

mercredi 28 février 2018

Série L'épouvanteur (Joseph Delaney)

Il y a quelques années de cela, j'ai lu le premier tome de la saga de L'épouvanteur que j'ai adoré. Pourtant, mystérieusement, je ne me suis jamais plongée dans la suite. L'année dernière, j'ai eu envie de relire le premier tome et de découvrir la suite. Accompagnée de ma copine Claire, j'ai donc lu l'intégralité de la série sur une période d'un peu plus d'un an, à raison d'un tome en moyenne par mois.
Pour ne pas perdre le fil, j'ai écrit mes impressions de lecture au fur et à mesure dans ce billet qui vous présentera l'ensemble de la série (j'entends par là le premier cycle de 13 volumes, car si un 14ème est sorti en français, en réalité il s'agit en version originale du premier tome d'un nouveau cycle), y compris les deux tomes spéciaux, Le bestiaire de L'épouvanteur et Les sorcières de L'épouvanteur. Je n'ai pas retouché ces notes afin qu'elles conservent une certaine spontanéité et reflètent ce que j'ai pensé de chacun de ces tomes à l'issue de ma lecture.

Maintenant, concernant mon impression générale après la lecture des treize tomes principaux et des deux hors série :

L'épouvanteur est une excellente série qui s'inscrit dans la durée. Sur treize volumes, j'ai eu trois coups de cœur et une seule déception. L'univers est original, l'écriture (et la traduction !) est géniale et l'histoire passionnante. Joseph Delaney a un style incroyable, il crée une intensité dans son récit et embarque le lecteur en quelques lignes. Les personnages sont finement travaillés, au fil de l'intrigue on les découvre et l'on s'aperçoit qu'ils ont chacun une personnalité qui va influencer le destin d'une manière ou d'une autre. Dans L'épouvanteur, le monde n'est pas manichéen mais au contraire décliné en de multiples nuances. Les personnages se trompent, doutent, pèchent par orgueil, aiment, souffrent, font preuve de courage, ont peur... Rien n'est complètement écrit, chacun a son rôle à jouer.
Si vous aimez le fantastique, L'épouvanteur est une série incontournable que je vous recommande chaudement. Désormais, elle fait partie de mes séries préférées du genre.

9782747017107FS.gif

CoupDeCoeur2016.pngDans ce premier tome, le lecteur pénètre dans l'univers de la série et fait connaissance entre autres avec L'épouvanteur et son nouvel apprenti, Thomas Ward. A travers les yeux de Thomas, on découvre le rôle de L'épouvanteur et sa difficile condition. L'effet d'immersion est fort, dès les premières pages on est embarqué dans l'histoire et on retient son souffle tout en étant parfois agacé par la naïveté de Thomas. Ce qui est intéressant, c'est que déjà, en l'espace d'un tome, sa personnalité évolue et s'affirme. Coup de cœur pour cette entrée en manière efficace et prenante.

Tome 1 - L'apprenti Epouvanteur
Titre original : The Spook's Apprentice
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 275 pages, 2004 pour l'édition originale, 2005 pour l'édition française

Acheter L'apprenti Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747017220FS__1_.gif

Thomas Ward poursuit son apprentissage auprès de L'épouvanteur. Son chemin va de nouveau croiser celui d'Alice qui est décidément un bien mystérieux personnage. A présent que l'introduction a été faite, le lecteur commence à découvrir quelques éléments du passé, en particulier concernant la mère de Thomas et M. Gregory. On sent que l'auteur maîtrise son histoire et ne distille les informations qu'au compte-goutte. La lecture est toujours aussi passionnante, le rythme soutenu nous tient en haleine.

Tome 2 - La malédiction de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Curse
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 361 pages, 2005 pour l'édition originale, 2006 pour l'édition française

Acheter La malédiction de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747017237FS.gif

Le secret de Lépouvanteur est un excellent tome qui possède toutes les qualités des précédents. De l'action, une intrigue maîtrisée de bout en bout, des personnages toujours plus fascinants qui conservent une part de mystère, du suspense, des frissons. La recette fonctionne à merveille dans cette nouvelle histoire qui donne simplement envie de se jeter sur la suite ! L'ambiance, quant à elle, s'assombrit légèrement au cours du récit, rendant la série encore plus intense.

Tome 3 - Le secret de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Secret
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 371 pages, 2006 pour l'édition originale, 2007 pour l'édition française

Acheter Le secret de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

61Ue7ZUOl1L.jpg

La situation est de plus en plus complexe pour l'apprenti Epouvanteur qui est souvent livré à lui-même, seul face aux ennuis. Loin de perdre en intensité, la série, au contraire, en gagne de tome en tome et celui-ci se lit d'une traite. Dans Le combat de L'épouvanteur j'ai surtout apprécié d'en apprendre davantage sur les origines de Tom du côté maternel. Certains mystères sont levés, d'autres subsistent. J'aime aussi énormément le personnage d'Alice qui est décidément fascinant. Une jeune femme forte, étrange, ni foncièrement bonne ni totalement mauvaise, un caractère atypique qui cache encore bien des surprises.
Un superbe quatrième opus !

Tome 4 - Le combat de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Battle
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 406 pages, 2007 pour l'édition originale, 2008 pour l'édition française

Acheter Le combat de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747027977FS.gif

Nouvelle aventure aux côtés de Tom qui poursuit son apprentissage mais change de maître pour quelques temps. John Gregory l'envoie dans le nord auprès d'un autre Epouvanteur, Bill Arkwright. Le bonhomme n'est pas commode mais Tom a beaucoup à apprendre de lui.  Dans le même temps, le Malin refait surface et charge sa propre fille, une puissante sorcière d'eau, d'anéantir Tom. Autant dire que le quotidien n'est pas de tout repos !
Un cinquième tome qui, à l'instar des précédents, se lit avec grand plaisir et facilité et se termine sur une révélation étonnante !

Tome 5 - L'erreur de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Mistake
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 393 pages, 2008 pour l'édition originale, 2009 pour l'édition française

Acheter L'erreur de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747027984FS.gif

Comme de nombreuses séries de jeunesse, celle de L'épouvanteur s'assombrit de tome en tome. Pourtant, dès le premier, le ton est donné, on est dans un univers envahi par des créatures de l'obscur. Mais avec ce 6ème opus, l'auteur repousse les limites encore plus loin. Menée tambours battants, l'histoire poursuit un rythme effréné. Le pauvre Tom, déjà plusieurs fois malmené dans le passé, va vivre des moments difficiles avec la présence du Malin qui se fait de plus en plus pesante. 
J'ai adoré ce nouveau tome, l'écriture est toujours aussi fluide et géniale et dès les premières pages, on est emporté par le roman.

Tome 6 - Le sacrifice de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Sacrifice
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 322 pages, 2009 pour l'édition originale, 2010 pour l'édition française

Acheter Le sacrifice de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747034579FS.gif

Nouveau virage dans cette série avec ce septième tome encore plus intense et prenant que les précédents. Loin de s'essouffler, l'histoire connaît des rebondissements qui la rend véritablement passionnante. Le cauchemar de l'Epouvanteur replace en son cœur une sorcière charismatique déjà rencontrée auparavant, Lizzie l'Osseuse. Le lien de cette dernière avec Alice corse davantage le récit et montre, une fois encore, toute la richesse des personnages créés par Joseph Delaney. Un moment de lecture haletant.

Tome 7 - Le cauchemar de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Nightmare
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 350 pages, 2010 pour l'édition originale, 2011 pour l'édition française

Acheter Le cauchemar de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747037013FS.gif

Si le tome précédent est sans doute le meilleur à ce stade dans la série, celui-ci en revanche serait peut-être le moins bon. Sans être mauvais pour autant, Le destin de L'épouvanteur est un tome qui manque d'intensité et se révèle légèrement ennuyeux dans sa première moitié. On n'y retrouve pas le rythme effréné auquel Joseph Delaney nous a habitués et surtout, l'histoire n'est guère passionnante. Peut-être ce ressenti est-il également dû au fait que les personnages d'Alice et de L'épouvanteur sont aux abonnés absents pendant une bonne partie du livre. Cela étant, la seconde moitié parvient à captiver de nouveau l'intérêt du lecteur et le récit s'achève, une fois encore, sur un événement qui pose question pour la suite.

Tome 8 - Le destin de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Destiny
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 306 pages, 2011 pour l'édition originale, 2012 pour l'édition française

Acheter Le destin de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr


9782747045018FS.gif

CoupDeCoeur2016.pngDepuis que j'ai entamé cette série, à part le premier tome, celui de la découverte, qui fut un coup de cœur, et le huitième qui fut une légère déception, j'ai (beaucoup) aimé de la même manière l'ensemble de la série. Mais ce tome 9, si différent des autres, est un nouveau coup de cœur. Si je dis qu'il est spécial, c'est pour deux raisons. D'abord parce que, pour la première fois dans la série, Tom n'est pas le narrateur, cette fois c'est Grimalkin qui raconte l'histoire. Ensuite parce que ce tome porte exclusivement sur Grimalkin, Tom et son maître sont totalement absents de ce neuvième opus. Le personnage de Grimalkin me plaisait déjà beaucoup, aussi, quelle ne fut pas ma joie de découvrir qu'un tome entier lui était consacré ! Ici, il s'agit donc de la fuite de la célèbre sorcière qui tente d'échapper à ses poursuivants pour mettre à l'abri la tête du malin dont elle est depuis le tome précédent la gardienne. Les partisans du mal cherchent à la lui reprendre pour la remettre sur son corps et le faire ainsi revenir à la vie. Les trois cents et quelques pages sont consacrées à cette course-poursuite menée tambour battant, sans temps mort. Même si l'action est prépondérante, on apprend également à mieux connaître Grimalkin et son passé. De la première à la dernière page, ce fut un régal ! Peut-être à ce stade, le meilleur tome de la série.

Tome 9 - Grimalkin et L'épouvanteur
Titre original : Spook's, I am Grimalkin
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 315 pages, 2011 pour l'édition originale, 2013 pour l'édition française

Acheter Grimalkin et l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747038577FS.gif

Il n'a pas forcément été évident de retrouver Tom comme narrateur après mon coup de cœur pour le le neuvième tome. Non pas que cette nouvelle aventure ne soit pas intéressante, au contraire, mais le personnage de Grimalkin m'a beaucoup manqué, même si on la retrouve dans la dernière partie du roman. 
Dans cette nouvelle histoire, il est toujours question de cacher et protéger la tête du malin afin qu'elle ne tombe pas dans les mains des ennemis, mais en parallèle, on suit Tom et son maître dans un voyage un peu particulier. Suite à sa destruction, la maison de L'épouvanteur est en reconstruction et il est question de regarnir les rayons de la bibliothèque, les ouvrages qu'elle contenait ayant été brûlés. Un message est un jour adressé à John Gregory. Une certaine Dame Fresque l'invite à venir consulter sa collection d'ouvrages à Todmorden. Elle se dit prête à lui en céder plusieurs à un prix raisonnable. Ce voyage en apparence anodin va placer Tom et son maître dans une fâcheuse posture.
Un excellent tome dans lequel l'intrigue gagne une fois de plus en intensité, on sent le dénouement proche.

Tome 10 - Le sang de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Blood
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 328 pages, 2012 pour l'édition originale, 2014 pour l'édition française

Acheter Le sang de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

005150872.jpg

Un parallèle peut être fait entre ce onzième tome et le neuvième - Grimalkin et L'épouvanteur -, car ce sont pour le moment les deux seuls tomes dont le narrateur n'est pas Tom et dans lesquels Tom est absent. Cela étant, Le pacte de Sliter, en plus de l'absence de Tom comme narrateur et personnage de l'histoire, se déroule dans un tout autre univers, éloigné géographiquement et culturellement de celui de L'épouvanteur. Le narrateur et héros de ce récit est un mage Kobalos, une créature à l'apparence de loup mais qui se déplace sur deux pattes. Le début est un peu déstabilisant après avoir lu 10 tomes dans l'univers de L'épouvanteur, mais finalement on rentre facilement dans l'histoire qui s'avère originale et addictive. Ce n'est que très tardivement dans le roman que l'on comprend enfin le lien entre Sliter et le monde de L'épouvanteur. J'ai apprécié, comme ce fut le cas dans le tome consacré à Grimalkin, d'avoir un autre narrateur que Tom aux commandes, c'est plaisant de changer de style tout en conservant ce merveilleux talent de conteur que possède Joseph Delaney. Un excellent tome.

Tome 11 - L'épouvanteur, Le pacte de Sliter
Titre original : Spook's Slither's Tale
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 306 pages, 2012 pour l'édition originale, 2014 pour l'édition française

Acheter L'épouvanteur, Le pacte de Sliter sur Les Libraires.fr

005150868.jpg

Le titre ne trompe pas, ce douzième tome est consacré au personnage d'Alice, mon préféré après celui de Grimalkin. Et c'est donc le troisième dans la série à ne pas avoir Tom pour narrateur, après les tomes 9 et 11. J'ai adoré ces deux derniers, justement parce qu'ils brisaient le schéma habituel de la série et nous emmenaient vers de nouveaux horizons. 
Je partais donc doublement confiante, persuadée de trouver ce tome génial. Or, et cela me fend le coeur de l'admettre, c'est le premier tome de cette série qui me déçoit. Le premier tiers est ennuyeux, pire, on a par moment le sentiment que l'auteur fait du remplissage... Alice se retrouve dans l'obscur, en quête d'un objet précis, et pendant une bonne centaine de pages, on assiste à une succession d'événements qui s'enchaînent sans temps mort, mais sonnent faux. Le talent de Joseph Delaney est incontestable. Depuis le premier tome, il suscite l'empathie et la curiosité chez le lecteur en maintenant en permanence ses personnages sur un fil prêt à se rompre, et en donnant une vraie intensité et un rythme à son récit. Malheureusement, tout cela est absent du début du douzième tome. Par la suite, l'intrigue et l'écriture retrouvent un nouvel élan, et la fin de cette lecture est prenante et agréable, mais le début "raté" de ce tome laisse au final une impression mitigée. Dommage.

Tome 12 - Alice et L'épouvanteur
Titre original : Spook's : Alice
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 325 pages, 2013 pour l'édition originale, 2015 pour l'édition française

Acheter Alice et L'épouvanteur sur Les Libraires.fr

005212885.jpg

CoupDeCoeur2016.pngDernier tome de ce premier cycle qui fut riche en péripéties ! Après la déception occasionnée par le tome 12, je craignais un mauvais final, heureusement mes craintes ont été vite balayées. On retrouve ici avec bonheur le style de Joseph Delaney, passionnant et hautement addictif. Les actions s'enchaînent tambour battant et il se passe énormément de choses dans ce dernier volume. Cette fin est plus que satisfaisante, elle confirme que L'épouvanteur est une série de qualité.
J'ai lu d'une traite ce roman et ce fut un coup de cœur. Maintenant il me tarde de me tourner vers le nouveau cycle...

Tome 13 - La revanche de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's revenge
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 348 pages, 2013 pour l'édition originale, 2017 pour l'édition française

Acheter La revanche de L'épouvanteur sur Les Libraires.fr

* * *

Je termine ce billet sur le monde de L'épouvanteur en vous présentant les deux hors-séries qui ont été écrits par Joseph Delaney en cours de série. Dans leur version originale, ils ont été publiés la même année que les tomes 6 et 7, le premier paru étant celui sur Les sorcières. Pour ma part, j'ai attendu d'avoir lu le tome 8 de la saga avant de m'y intéresser, mais on peut tout à fait le faire avant, du moment qu'on a au moins lu les six premiers tomes. Ceci dit, lire Les sorcières de L'épouvanteur avant de s'attaquer à la série peut aussi être une façon de découvrir l'univers de Delaney. On se spoilera certes un peu sur certains éléments de la série, mais ce n'est pas très gênant. En revanche, je trouve préférable de lire Le bestiaire de L'épouvanteur plus tard, car pour le coup, il révèle pas mal d'informations sur ce qui se passe dans les premiers tomes.

9782747036399FS.gif

Il s'agit d'un recueil de 5 nouvelles (Meg Skelton, Dora la Cracheuse, Grimalkin, Alice et le mangeur de cerveaux, La Banshie) consacré aux sorcières, dont certaines sont des personnages de la série.

La première nouvelle nous raconte la rencontre entre Meg Skelton et L'épouvanteur. C'est un personnage que l'on connaît déjà un peu dans la série et j'ai trouvé très intéressant de découvrir le début de la relation étrange qui unit cette sorcière à L'épouvanteur.
La deuxième est consacrée à Dora la Cracheuse, un personnage qui a priori, n'apparaît pas dans la série. L'histoire est emplie de suspense et apporte en outre des informations sur les sorcières qui viennent compléter et illustrer les propos du bestiaire. Une nouvelle à la fois instructive et plaisante à lire.
La troisième consacrée à Grimalkin nous en apprend davantage sur ce personnage qui est l'un de mes préférés de la série. On comprend enfin sa personnalité et son rapport avec Tom. C'est un personnage fascinant.
La quatrième est consacrée à Alice, elle revient sur sa jeunesse, en particulier son séjour chez sa tante Lizzie l'Osseuse chargée de son instruction en sorcellerie. On découvre une Alice en danger, malmenée, et l'on comprend mieux après avoir lu cette nouvelle, la dureté et froideur dont fait parfois preuve la jeune sorcière.
La cinquième et dernière nouvelle (celle sur La Banshie) est la seconde du recueil qui est écrite du point de vue de L'épouvanteur après celle sur Meg Skelton. Celle-ci est racontée par Tom. Il s'agit du récit d'une mission qu'il a vécue en compagnie de Bill Arkwright, L'épouvanteur chez lequel il est envoyé en stage dans le tome 5. Une aventure bonus en quelque sorte.

Voilà donc un excellent recueil pour qui veut découvrir l'univers de L'épouvanteur, ou au contraire pour prolonger la série. Mes deux nouvelles préférées sont celles consacrées à Grimalkin et à Alice.

Les sorcières de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Stories - Witches
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 216 pages, 2009 pour l'édition originale, 2011 pour l'édition française

Acheter Les sorcières de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

9782747037136FS.gif

Autre hors-série passionnant, celui-ci se présente comme une encyclopédie illustrée présentant les créatures fantastiques de la série. Il est divisé en dix parties, dont huit consacrées aux créatures (Gobelins, Anciens Dieux, Sorcières, Mages, Morts sans repos, Démons, Créatures aquatiques, et Elémentaux). En préambule, on trouvera une partie sur la façon générale d'affronter l'obscur. Pour conclure, une dernière partie s'attache à trois cas de morts mystérieuses dans le Comté ; elle est suivie d'une courte conclusion.

Bien que ce hors-série se présente sous la forme d'un "documentaire", les textes sont écrits de manière vivante et à la première personne par L'épouvanteur, ce qui en rend la lecture très fluide et passionnante. Certaines descriptions sont étayées de courts récits d'aventures et anotés par les différents apprentis de L'épouvanteur. La mise en page est particulièrement soignée, le fond des pages donne l'impression que le texte a été écrit sur du parchemin, des insectes écrasés ou des taches d'encre y ont été ajoutés pour faire encore plus vrai ! L'ensemble des textes est richement illustré par Julek Heller. Les dessins sont en noir et blanc, probablement réalisés au crayon ou fusain. Ils sont très beaux et réalistes, parfois même effrayants !
En résumé, un superbe hors-série que tout fan de la série se doit de posséder. 

Le bestiaire de L'épouvanteur
Titre original : The Spook's Bestiary
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 236 pages, 2010 pour l'édition originale, 2013 pour l'édition française

Acheter Le bestiaire de l'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

samedi 17 février 2018

Fangirl (Rainbow Rowell)

003739817.jpgCoupDeCoeur2016.pngDe Rainbow Rowell, j'avais déjà lu et eu un coup de cœur pour Eleanor & Park. Deuxième roman de l'auteur que je découvrais, donc, et deuxième coup de cœur ! Si cela n'est pas prometteur !...

Dans Fangirl, il y a une histoire d'amour et de rencontre entre deux personnages étonnants, mais c'est bien le seul point commun avec Eleanor & Park.
Dans ce roman, le thème principal (mais le roman ne se réduit pas à cela) est la fanfiction, et n'étant pas fan du genre moi-même, je me demandais si j'allais apprécier ce livre. Mes doutes se sont rapidement évanouis et j'ai compris dès les premières pages que j'allais adorer cette histoire, mieux, que ça deviendrait un coup de cœur.

Présentation de l'éditeur :

Cath et Wren sont des jumelles inséparables. Fans de Simon Snow, elles passent leur temps sur les forums consacrés à l’auteur. Mais la passion de Cath a tellement pris le pas sur sa vie que Wren lui annonce l’impensable : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. L’une est prête à renoncer à ses rêves pour profiter dignement des joies de la vie estudiantine. L’autre est soudain projetée dans un univers hostile dans lequel tout le monde – ses profs, sa famille et sa colocataire – méprise la fanfiction. C’est alors qu’elle tombe sous le charme d’un obsédé de la littérature…

Ce roman, c'est donc à la fois un hommage à la fanfiction, un récit initiatique, une histoire d'amour hors normes, des personnages géniaux et énormément d'émotion.
Le récit de la vie de Cath à l'université est entrecoupé par des passages de fanfiction qu'elle écrit sur Simon Snow, et des passages de l'oeuvre originale dont elle s'inspire. On passe de l'un à l'autre sans transition et l'on découvre donc en parallèle les deux univers. D'un côté, Cath, jeune fille renfermée, angoissée, qui vit mal la séparation d'avec sa soeur et se réfugie dans l'écriture. De l'autre, les tribulations du jeune mage Simon Snow dans son école de magie aux côtés de son camarade de chambrée, Baz.
Les deux sont passionnants. J'ai aimé le personnage de Cath qui peine à entrer dans l'âge adulte, un peu paumée sans sa jumelle, en souffrance seule à l'université loin de chez elle. J'ai adoré découvrir l'univers de Simon Snow et celui de la fanfiction. J'ai trouvé l'écriture subtile, tout en suggestion. Les personnages - même secondaires - extrêmement bien campés et passionnants. Et j'ai totalement fondu avec l'histoire d'amour ! C'est un roman poignant, déroutant, addictif, qui vous plonge dans un autre monde dont on a du mal à s'extraire.

Titre original : Fangirl
Traduit de l'anglais par Cédric Degottex
Castelmore (version ebook), 429 pages, 2014 pour l'édition française, 2013 pour l'édition originale

Acheter Fangirl (VF) sur Les Libraires.fr

Acheter Fangirl (VO) sur Les Libraires.fr

- page 1 de 18