003336272.jpgUne fois n'est pas coutume, j'ai lu ce roman après avoir découvert son excellente adaptation en bande dessinée.

Présentation de l'éditeur :

Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums.
Aidée de son grand-père, un naturaliste fantasque et imprévisible, elle note dans son carnet d’observation tout ce qu’elle voit et se pose mille questions. Pourquoi, par exemple, les chiens ont-ils des sourcils ? Comment se fait-il que les grandes sauterelles soient jaunes, et les petites, vertes ? Et à quoi sert une bibliothèque si on n’y prête pas de livres ?
On est dans le comté de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia partage avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes quant à ses découvertes, elle affirme sa personnalité au milieu de ses six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille à l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine, la couture et les bonnes manières, comme il se doit, ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ?

J'avais donc beaucoup aimé l'adaptation BD, et, sans surprise, j'ai aussi beaucoup aimé le roman. L'avantage de ce format, ce sont bien sûr tous les détails et péripéties qui ne peuvent être restitués dans un album de quelques dizaines de pages. D'autant que Calpurnia est un roman relativement long et dense, bien que l'histoire ne se déroule que sur une seule année.
Quatre saisons au cours desquelles nous suivons Calpurnia, son quotidien, ses aspirations, la relation extrêmement touchante qu'elle tisse avec son grand-père, sa découverte des sciences.
L'atmosphère est bien rendue, on s'imagine volontiers dans une plantation de coton  à l'aube du XXème siècle, dans une société encore rétrograde et conservatrice où les femmes et les gens de couleur n'ont que peu de droits. Pour autant, le récit n'est pas sombre, il est plutôt empreint de légèreté à l'image de sa jeune héroïne. 
Un très bon premier roman qui m'a donné envie de lire la suite (même si celui-ci peut se lire comme un tome unique).

Titre original : The Evolution of Calpurnia Tate
Traduit de l'anglais par Diane Ménard
L'école des loisirs (Médium poche), 494 pages, 2009 pour l'édition originale, 2015 pour l'a présente édition française

Acheter Calpurnia sur Les Libraires.fr

(existe aussi en grand format et en ebook)