005744138.jpgJe n'avais encore rien lu de Manon Fargetton avant d'ouvrir ce roman, bien que plusieurs de ses livres me tentent.

Présentation de l'éditeur :

Deux lignes d'explosions ravagent la Terre. Nul n'en connaît l'origine mais quand elles se rejoindront au large de notre côte atlantique, le monde sera détruit. Sur les routes encombrées de fugitifs qui tentent en vain d'échapper au cataclysme, six hommes et femmes sont réunis par le destin. Ensemble, ils ont dix jours à vivre avant la fin du monde...

La question sous-jacente de ce roman est la suivante : que ferions-nous si la Terre devait disparaître dans dix jours ? Il ne s'agit donc pas d'un roman d'aventure du genre scénario-catastrophe, mais plutôt d'un récit initiatique. 
Dix jours avant la fin du monde raconte la rencontre de six personnages et du bout de chemin qu'ils vont parcourir ensemble. Le compte à rebours est lancé, il leur reste dix jours à vivre, dès lors, comment ont-ils l'intention de les passer, et où ? 
Ce qui est assez bluffant dans ce roman, c'est l'intensité qui va crescendo, la pression inconsciente que l'on ressent en tant que lecteur, alors même qu'il y a finalement peu d'action et de rebondissements dans ce récit. Le livre est construit en une succession de très courts chapitres dont les intitulés correspondent au décompte des heures avant la fin du monde. Au début de l'histoire, on découvre séparément les personnages, puis l'on assiste à leur rencontre pour ensuite les suivre tous ensemble jusqu'à la dernière heure.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, ce parti pris original de l'autrice, l'atmosphère étonnante qu'elle a su créer. J'ai aimé vivre ce périple au côté de six inconnus qui me sont devenus familiers au fil des pages.
Une belle plume qui m'a plu et vers laquelle je reviendrai.

Gallimard Jeunesse, 452 pages, 2018

Acheter Dix jours avant la fin du monde sur Les Libraires.fr