Une chance sur un milliard (Gilles Legardinier)

lundi 16 novembre 2020

008009833.jpgLe dernier roman de Gilles Legardinier alias auteur chouchou, je ne pouvais pas manquer ça. Qui plus est par les temps qui courent, j'avais urgemment besoin d'une dose de doudouthérapie.
Bingo, Une chance sur un milliard, à l'instar de ses autres livres, a su me distraire et m'émouvoir à la fois.

Adrien est un jeune homme bien sous tous rapports qui mène une existence tranquille jusqu'au jour ou l'un de ses amis - médecin - lui annonce qu'il est atteint d'une grave maladie et condamné.
Je ne spoile pas en vous livrant ce résumé, car cette information arrive dans les premières pages et c'est d'ailleurs le point de départ du récit.
Dès qu'Adrien reçoit la nouvelle, sa vie va changer radicalement. Parce qu'il le désire, il va tout remettre à plat et opter pour de nouvelles directions.

Au départ, j'ai eu quelques craintes, me suis demandée si c'était un roman triste et difficile émotionnellement parlant. Rassurez-vous, il n'en est rien. Comme ses précédents titres, ce nouveau Legardinier est résolument positif et lumineux.
On retrouve la fantaisie de l'auteur, ses idées délirantes, des dialogues aux petits oignons, bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup ri au cours de cette lecture, et cela m'a fait un bien fou !!!
Une chance sur un milliard n'est pas un coup de cœur, mais on en est vraiment très proche.

Flammarion, 432 pages, 2020 

Acheter Une chance sur un milliard sur Les Libraires.fr 

Existe aussi en ebook

L'attrape-rêves (Xavier-Laurent Petit)

vendredi 13 novembre 2020

003851458.jpgL'attrape-rêves est un roman qui date un peu puisque sa première édition remonte à 2009. Si je l'ai découvert et lu récemment c'est tout simplement parce qu'il faisait partie de la première box de l'abonnement Médium Box 2020-2021 de L'école des loisirs. Sans cela, je ne pense pas que j'aurais eu l'occasion de le lire, et cela aurait été fort dommage !

Je trouve que la présentation de l'éditeur ne colle pas exactement à la réalité de ce bouquin, du moins à mon ressenti de lectrice, raison pour laquelle je ne le mets pas en préambule de cette chronique.
Je ne souhaite pas en divulguer trop de l'histoire, mais sachez qu'elle se déroule aux Etats-Unis, dans un coin sauvage et paumé où les hivers sont rudes et où la nature est belle. Il y est question de différence, d'écologie, de liberté, d'amour aussi. Bien que L'attrape-rêves soit très court, de nombreux sujets forts y sont abordés. Mais ce qui m'a plu, au-delà de l'aspect engagé, c'est l'écriture en elle-même, son aspect totalement immersif. Pendant l'espace de quelques heures, j'étais dans la neige, je voyais les branches des arbres se courber sous leur fardeau, les rapaces déployer leurs ailes sur le ciel bleu... Bref, c'était beau et dépaysant, j'ai adoré le voyage par procuration.

PS : je n'aime pas trop cette couverture, je préfère celle de l'ancienne édition (en cliquant sur le lien ci-dessous vers l'ebook, vous la verrez) ou encore mieux, celle collector de la box !

L'école des loisirs (Médium Poche), 280 pages, 2016 pour la présente édition

Acheter L'attrape-rêves sur Les Libraires.fr 

Existe aussi en ebook

Un caillou au fond de la poche (Florence Cochet)

lundi 9 novembre 2020

9782330125844.jpgPrésentation de l'éditeur :

Au collège, les autres élèves surnomment Henri “la Calculette” ou “le Taré”. Car Henri est un enfant “différent”, surdoué, allergique aux contacts physiques et obsédé par l’ordre et les petits rituels. Sans la présence de sa meilleure amie Daisy, il aurait déjà craqué. Mais elle l’a pris sous son aile, et grâce à son optimisme communicatif, Henri se sent presque intégré. Ils forment une équipe soudée et inséparable. Mais un matin, Daisy n’est pas là pour venir le chercher et partir ensemble à l’école. Elle est malade, clouée au lit ! Il doit se débrouiller seul et les Cavaliers infernaux, une bande de petits racketteurs, comptent bien en profiter. Leur affreux chantage risque de mettre à mal son amitié avec Daisy. Le mystérieux caillou que lui a confié son excentrique enseignante de français suffira-t-il à le protéger des sales coups ?

***

Voici un petit livre qui ne paye pas de mine et qui, pourtant, cache en son sein un fort joli texte.
Dès les première lignes, j'ai ressenti une incroyable empathie pour le héros de l'histoire. L'écriture de l'auteure nous place d'emblée dans sa peau et la sensation est assez troublante. Un caillou au fond de la poche traite deux sujets essentiels que sont le harcèlement scolaire et la différence. Florence Cochet aborde ces thématiques avec beaucoup de justesse et de délicatesse et ce court roman est d'une rare sensibilité.
Un beau récit à mettre entre les mains des jeunes lecteurs.
Après avoir découvert l'auteure dans le genre SF, fantastique et romantique, la voici en jeunesse, je suis bluffée !

Actes Sud Junior, 144 pages, 2019

Acheter Un caillou au fond de la poche sur Les Libraires.fr

Existe aussi en ebook

Sauveur & fils ~ Saison 6 (Marie-Aude Murail)

lundi 2 novembre 2020

couvmurailsauveur6.pngJ'ai trois bonnes nouvelles à propos de ce dernier tome de la série Sauveur & fils :

1 - Il est excellent.
2 - Il est légèrement plus long que le précédent = plaisir de lecture prolongé.
3 - Ce n'est pas le dernier de la saga puisqu'un tome 7 est prévu (youpi !).

Je pourrais m'en tenir à ces trois points positifs et boucler ainsi ma chronique, mais je vais tout de même tenter d'étoffer un peu mon propos !

Chaque nouveau tome de cette série (en réalité, chaque nouveau roman de l'auteure) est un RDV en doudouthérapie. J'ignore toujours quel est son secret, mais Marie-Aude Murail a ceci de génial qu'elle parvient en quelques lignes à captiver l'intérêt du lecteur et à l'immerger dans son récit. Que l'on soit fatigué, tracassé, pas en mesure de se concentrer pleinement, qu'importe, sa plume magique nous entraîne avec elle et les pages se lisent toutes seules. Ce sixième opus de Sauveur & fils a eu exactement cet effet sur moi, comme les précédents. 
Quel bonheur de retrouver la famille recomposée du 12 rue des Murlins à Orléans ! Bien entendu, Sauveur père reste mon idole absolue, mais j'aime également les autres personnages, tous plus déjantés les uns que les autres, mais tellement attachants... L'auteure pousse toujours plus loin l'étude de leur personnalité au point de donner le sentiment que ce sont des personnages réellement incarnés, de chair et de sang.
Quel talent, quel brio ! 
Si vous ne connaissez pas cette série, il vous faut réparer cette erreur monumentale de toute urgence !

L'école des loisirs (Médium), 332 pages, 2020

Acheter Sauveur & fils ~ Saison 6 sur Les Libraires.fr 

Protège-la (Olivier Gay)

lundi 26 octobre 2020

008072096.jpgPrésentation de l'éditeur :

Malgré sa belle gueule, Quentin n'est pas vraiment le gendre idéal. Plus doué pour la baston que pour les maths, il a abandonné le lycée et travaille dans un petit garage de banlieue. Le jour où un milliardaire menacé de mort lui demande de protéger sa fille à son insu, Quentin pense avoir trouvé le job de rêve. Mais du lycée hyper-sélect aux boîtes des beaux quartiers, la jeunesse dorée de Paris lui réserve quelques mauvaises surprises. Quant à Camille, sa protégée, elle n'est pas la jeune fille sage qu'on lui avait décrite. Pas du tout...

***

Très clairement, si je m'étais arrêtée à la couverture, je n'aurais jamais eu l'envie d'ouvrir ce roman ! Plus kitsch, tu meurs ! Non, ce qui m'a décidée, c'est tout simplement le nom de l'auteur. J'ai découvert la plume d'Olivier Gay il y a cinq années de cela avec sa série Le noir et ma couleur, puis j'ai poursuivi ma découverte de son œuvre avec quelques autres titres. 
Bref, ce long préambule afin de vous expliquer pourquoi il fallait que je lise Protège-la !Au départ, j'ai cru à une romance pour ados, et puis non. Difficile d'ailleurs de qualifier le genre de ce roman qui puise à la fois dans les domaines du policier et du contemporain,  avec un soupçon de romance (tout de même).
Protège-là n'est certes pas le meilleur titre que j'ai lu de l'auteur à ce jour, et ce n'est pas non plus un livre inoubliable, mais c'est un très chouette roman.
Si vous recherchez un texte fluide, léger, drôle et avec de l'action, c'est le livre qu'il vous faut ! Pas prise de tête, terriblement divertissant, Protège-la fait le job comme on dit, et j'ai passé un agréable moment de lecture. J'ai retrouvé tout ce que j'aime dans l'écriture de l'auteur, un style simple mais efficace, un humour comme j'aime, en résumé une histoire récréative pour se changer les idées. Dans ce domaine, Olivier Gay est très bon et j'ai vraiment apprécié son dernier roman.

Gallimard Jeunesse, 317 pages, 2020

Acheter Protège-là sur Les Libraires.fr

Existe aussi en ebook

Les MacCoy (Alexiane Thill)

mercredi 21 octobre 2020

Lorsque j'ai découvert et commencé à lire cette série, je pensais qu'il s'agissait d'une trilogie, d'où la préparation de ce billet unique pour les trois premiers tomes. J'ai, depuis, appris que la série des MacCoy n'est pas terminée, et c'est tant mieux !!

2019_PCH_LesMacCoy_T1_PLAT1_RVB_FC-488x800.jpg

CoupDeCoeur2016.pngPrésentation de l'éditeur :

Et si les clans d’Écosse n’avaient jamais disparu ? Et s’ils continuaient à diriger les Highlands à l’insu du reste du monde ? Quand Phèdre arrive à Édimbourg pour respecter les dernières volontés de son père, elle se retrouve malgré elle entraînée dans ce monde de clans et de querelles sanglantes qui lui est inconnu. Recueillie par le fougueux et irascible Caleb, chef du clan MacCoy, elle se révèle bientôt être une pièce maîtresse sur l’échiquier du pouvoir…

Ce premier tome - découverte de l'univers oblige - fut un coup de cœur. Je n'avais pas lu de romance depuis bien longtemps et j'ai totalement embarqué dans celle-ci. J'ai adoré le concept, un mix entre l'Ecosse traditionnelle historique et l'époque actuelle. Au départ, cela surprend et peut perturber un peu, mais j'ai choisi de passer au-dessus des incohérences du récit pour l'accepter tel quel. Je crois, pour être parfaitement honnête, que j'ai tout aimé dans ce premier opus. Des scènes d'action, des personnages attachants (principaux et secondaires), un univers fascinant, un décor de rêve (oui, des vieilles pierres sur une île écossaise, ça me fait rêver !). Bref, l'auteure a su rassembler dans L'ogre et le chardon tout ce que j'apprécie dans ce genre de livre. 

Les MacCoy T1 - L’ogre et le chardon
Hugo (Poche), 615 pages, 2019

Acheter L'ogre et le chardon sur Les Libraires.fr

2019_PCH_LesMacCoy_T2_PLAT1_RVB_FC-488x800.jpg

Présentation de l'éditeur :

Après avoir découvert le terrible secret de Caleb MacCoy, Phèdre a rejoint le château de Dunvegan pour enfin prendre possession de l’héritage de son père. Désormais à la tête des MacLeod, elle découvre la vie de chef de clan… Mais sa position est fragile : depuis son fief d’Inveraray, le bourreau de son enfance, Henry Campbell, est à l’affût de la moindre opportunité pour la faire chuter… Et pour cela, il est prêt à se servir de Caleb. Car aux yeux des clans, Phèdre est toujours la Pupille de ce dernier, et elle est donc censée respecter ses ordres…

Après le cliffhanger de malade sur lequel s'achève le premier tome, je me suis directement jetée sur la suite. Comme je connaissais à présent l'univers de la série des MacCoy, j'ai été un peu moins séduite par ce deuxième volet qui n'a pas été un coup de cœur, mais que j'ai tout de même adoré.
On retrouve donc Phèdre et Caleb tous deux en fâcheuse posture, l'attente est longue pour qu'ils se retrouvent enfin, et j'avoue avoir ressenti un soupçon de déception au moment des retrouvailles. Je m'attendais à un véritable feu d'artifice et l'intensité n'était pas au rendez-vous.
Hormis cela, c'est une excellente suite avec, là encore, de nombreuses scènes d'action et une intrigue sympa. C'est aussi ce que j'apprécie dans cette saga, le fait que la romance ne soit pas l'alpha et l'oméga de l'histoire.

Les MacCoy T2 - L’ours et le taureau
Hugo (Poche), 729 pages, 2019

Acheter L'ours et le taureau sur Les Libraires.fr

9782755649031.jpg

Présentation de l'éditeur :

Après plusieurs années de voyage autour du monde, Elisabeth MacCoy est de retour à Inchkeith, l’île de son Clan, bien décidée à prendre la place qui lui revient de droit en tant que soeur du Chef. Écartée de l’action depuis son plus jeune âge, elle veut enfin avoir son mot à dire, surtout alors que le spectre d’une guerre à venir plane sur les siens… Mais revenir à Inchkeith implique pour Elisabeth de devoir se confronter à Duncan, son premier amour, dont un fossé d’amertume la sépare désormais… Devenu le bras droit de son frère, il a toujours placé sa loyauté envers le Clan MacCoy au-dessus de toute autre considération, y compris son propre bonheur. Cependant, face à la femme qu’il n’a jamais pu oublier, qu’adviendra-t-il de ses allégeances ?

Ce troisième tome est consacré à un autre couple, à savoir Elisabeth MacCoy, la soeur de Caleb, et Duncan, le bras droit de ce dernier.
Si l'on a fait la connaissance du personnage de Duncan dès le premier tome, en revanche, on découvre celui d'Elisabeth dans ce tome-ci. La demoiselle n'a pas un caractère facile, le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas la douceur qui l'incarne le mieux ! Finalement, Duncan est bien plus conciliant et délicat, et on a donc affaire à deux personnalités bien différentes. 
Je me suis moins attachée à ce couple qu'à celui formé par Phèdre et Caleb mais j'ai pourtant beaucoup apprécié ce volume.
Vivement la suite !!

Les MacCoy T3 - La louve et le glaive
Hugo (Poche), 683 pages, 2020

Acheter La louve et le glaive sur Les Libraires.fr

Et pour celles et ceux que ça intéresse, il existe un tome intermédiaire, Dans les yeux de Caleb, qui reprend dans une version courte le tome premier du point de vue de Caleb. Très sympa à lire aussi ! A ma connaissance, il n'est disponible qu'en format électronique et il est gratuit.

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux (Martha Hall Kelly)

lundi 14 septembre 2020

006019735.jpgPrésentation de l'éditeur :

Septembre 1939 : les hordes nazies déferlent sur la Pologne. Commence alors, pour trois femmes que tout oppose, un terrible et rigoureux hiver…

Il y a Caroline, d’abord. L’ancienne actrice américaine vit dans l’opulence, mais la guerre en Europe va bouleverser tout son quotidien… Kasia ensuite, cette jeune Polonaise qui rentre en Résistance, au péril de sa vie et de celles des siens. Herta, enfin, que son ambition dévorante jettera parmi les monstres – au point de s’y conformer.

Toutes trois l’ignorent encore mais elles ont rendez-vous, au plus noir de l’hiver : au camp de Ravensbrück…

Un premier roman remarquable sur le pouvoir méconnu des femmes à changer l'Histoire à travers la quête de l'amour, de la liberté et des deuxièmes chances.

***

Déjà, il y a ce titre magnifique qui prend tout son sens à la fin du roman. Ensuite, il y a la période historique abordée ; tout ce qui touche à la seconde guerre me passionne. Enfin, il y a cette narration à trois voix, trois femmes au destin extraordinaire, au sens littéral du terme.
Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce livre tant certains passages sont durs. Durs, mais nécessaires, pour rendre compte, encore une fois, de l'horreur absolue de cette guerre et de toutes les atrocités perpétrées durant cette période. En lisant l'histoire de Martha Hall Kelly, j'ai encore appris, découvert des éléments que j'ignorais. Notamment ce qu'étaient ces fameux "lapins". Quand on pense bien connaître cette tranche d'Histoire, on en apprend encore et on s'aperçoit qu'il n'y avait alors pas de limite à la barbarie. 
Ce livre est une oeuvre de fiction très largement inspirée de faits réels. L'auteure a effectué un remarquable travail documentaire, mais elle a aussi su en faire un récit romancé extrêmement touchant. 
Difficile de tourner la dernière page, d'avaler sa salive et de retourner dans son quotidien. M'y accompagneront ces trois femmes qui me hanteront encore longtemps.
Superbe.

Titre original : Lilac Girls
Traduit de l'anglais par Géraldine d'Amico
Pocket, 663 pages, 2016 pour l'édition originale et 2019 pour la présente édition française 

Acheter Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux sur Les Libraires.fr

Retour à Cedar Cove T1 - La maison d'hôtes (Debbie Macomber)

vendredi 11 septembre 2020

la-maison-dhc3b4tes.jpg

Quelques temps après la mort brutale de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie et d'emménager dans la petite ville de Cedar Cove pour y reprendre une maison d'hôtes.
Lorsqu'elle rouvre les portes de la nouvellement baptisée Villa Rose, Jo-Marie y accueille ses deux premiers clients. 
Abby qui est de retour à Cedar Cove où elle a grandi pour assister au mariage de son frère, et Josh qui se rend au chevet de son beau-père mourant. Or, il s'avère que ces deux personnages ont eu un passé difficile et la Villa Rose devient donc un lieu de résilience où se ressourcer. 
La narration alterne donc selon le point de vue de chacun des trois personnages dont on découvre au fil des pages les "secrets".
Malheureusement, ce tome étant principalement celui de la mise en place de l'histoire, il ne s'y passe pas grand-chose. Un tome qui n'est pas déplaisant à lire mais pas affriolant non plus. C'est gentillet, et cela ne m'a pas suffit. Je ne poursuivrai donc pas ma découverte de Cedar Cove.

Titre original : The Inn at Rose Harbor
Traduit de l'anglais par Florence Bertrand
Charleston Editions, 464 pages, 2012 pour l'édition originale et 2020 pour la présente édition française

Acheter La maison d'hôtes sur Les Libraires.fr

Collection Court toujours (Vincent Cuvellier, Fabrice Colin, Gaël Aymon, Rachel Corenblit, Séverine Vidal, Florence Hinckel)

vendredi 4 septembre 2020

C'est la rentrée des classes, la fin de l'été, des grandes vacances pour certains, du retour au boulot... Bref, c'est une période avec parfois le moral un peu en berne et pas toujours le temps ou l'envie de lire. L'occasion de découvrir une collection inédite de petits livres qui se liront en un clin d’œil.

Court Toujours
Des récits courts 
A lire partout,
Tout le temps !

La collection Court Toujours éditée par Nathan est une collection de romans très courts (une soixantaine de pages) à lire ou écouter d'une traite. L'idée, s'est de s'adresser aux 15/25 ans et de leur proposer de la "vraie" littérature et de leur (re)donner le goût de lire, ou en tout cas de leur permettre avec ces livres courts de trouver du temps pour lire.
Chaque roman est disponible simultanément sous trois formats : audio, écrit numérique et écrit papier. Lorsque vous achetez un roman de la collection, il vous suffit de télécharger l'application Nathan Live, et à partir de celle-ci de scanner la première page du roman qui vous donnera accès aux formats numériques. Pour 8 €, le lecteur a donc un petit roman et trois supports possibles de lecture.
Pour la naissance de la collection, sont parus six premiers titres écrits par des auteurs français renommés. Les thématiques sont variées, elles traitent de sujets forts.

J'ai lu les six premiers titres de cette collection, et je voulais donc vous en parler ici. J'ai lu les romans en format papier, mais j'ai écouté et lu des extraits en format numérique pour tester l'application Nathan Live avant de vous présenter la collection Court Toujours. Son utilisation est très simple et l'on accède très facilement aux formats audio et ebook. En ce qui concerne le format audio, il y a différents lecteurs et parfois c'est l'auteur(e) lui-même qui lit son roman. 

* * *

Court_toujours_Aux_ordres_du_coeur.jpg

Aux ordres du cœur est le premier titre que j'ai lu dans cette nouvelle collection et il m'a énormément touchée. On suit une jeune fille - Johanne - et sa mère malade en partance pour Londres, un voyage-pèlerinage. 
L'écriture de Fabrice Colin est très belle, mais je suppose que si ce roman m'a autant remuée, c'est parce que la mère de Johanne est atteinte de démence sénile, et que mon père souffrait d'Alzheimer à la fin de sa vie. Je me suis donc totalement retrouvée dans ce récit. L'auteur fait preuve d'une grande pudeur et de beaucoup de délicatesse pour traiter ce sujet difficile.
Un fort joli texte.

Aux ordres du cœur
Fabrice Colin

Nathan (Court Toujours), 57 pages, 2020

Acheter Aux ordres du cœur sur Les Libraires.fr

Court_toujours_Le_plus_mauvais_livre_du_monde.jpg

Si j'étais cynique, je dirais que ce titre est bien trouvé... En effet, je n'ai pas du tout aimé Le plus mauvais livre du monde
Par ennui, Paul décide de partir de chez lui ; il n'a pas de plan, il se rend à la gare pour prendre le premier train venu. Dans une boîte à livres, il trouve un roman qu'il commence à lire pour tuer le temps. Le hasard va lui faire rencontrer l'auteur du roman qu'il trouve mauvais et ennuyeux (le roman, pas l'auteur !).
Je n'ai pas apprécié l'écriture de l'auteur (pourtant scénariste de la géniale série d'albums "Emile") ni son ton que j'ai trouvé suffisant. Je n'ai d'ailleurs pas compris où il voulait en venir, quel était le message de ce roman (peut-être n'y en a-t-il pas ?). 
Bref, cette lecture n'étais pas plaisante.

Le plus mauvais livre du monde
Vincent Cuvellier

Nathan (Court Toujours), 54 pages, 2020

Acheter Le plus mauvais livre du monde sur Les Libraires.fr

Court_toujours_Silent_boy.jpg

Silent Boy m'a bluffée ; aborder autant de sujets importants dans un texte si court et le faire intelligemment, c'était un pari osé. Il y est question d'identité sexuelle, de harcèlement scolaire, d'adolescence... L'auteur nous plonge dans le quotidien d'un lycée réputé difficile. On suit Anton qui est interne dans cet établissement et narrateur de l'histoire. C'est un récit touchant, immersif, sensible. Gaël Aymon a su restituer les pensées et les préoccupations des jeunes gens avec brio.
Une belle histoire émouvante.

Silent Boy
Gaël Aymon

Nathan (Court Toujours), 62 pages, 2020

Acheter Silent Boy sur Les Libraires.fr

Court_toujours_Les_potos_d__abord.jpg

C'est l'histoire de deux lycéens, deux meilleurs potes, Nathan et Ihmed, qui partent en vacances sans leurs parents pour la première fois. Le camping est moyen, bien plus éloigné de la mer que prévu, le menu (pâtes tous les soirs) n'est pas très varié, Nathan débute le séjour en oubliant de mettre de la crème solaire, bref, ce ne sont pas les vacances de rêve qu'ils avaient envisagées. Et puis bientôt, c'est la dispute qui éclate.
J'ai beaucoup aimé ce texte plaisant à lire, proche des ados, sensible, réaliste. Un beau récit sur l'amitié. Touchant.

Les potos d'abord
Rachel Corenblit

Nathan (Court Toujours), 63 pages, 2020

Acheter Les potos d'abord sur Les Libraires.fr

Court_toujours_Son_heroine.jpg

Je préfère ne pas vous dire quel est le thème de ce roman afin de vous laisser l'entière surprise, comme ce fut le cas pour moi. Pour des romans aussi courts que ceux de cette collection, je préfère en savoir le moins possible avant de me lancer dans la lecture. Et pour ce titre en particulier, cela me semble important de ne rien connaître de l'histoire avant de la commencer.
Ce que je peux vous dire en revanche, c'est que l'intensité monte crescendo et que suspense et mystère sont bien entretenus jusqu'à la toute fin.
J'ai trouvé le récit bien écrit et prenant.

Son héroïne
Séverine Vidal

Nathan (Court Toujours), 60 pages, 2020

Acheter Son héroïne sur Les Libraires.fr

Court_toujours_Comme_un_homme.jpg

La scène de départ a un effet immersif immédiat. Ethan marche dans la neige, il est en pleurs et porte une carabine. Où se rend-t-il et pour quelle raison ? Il fait froid, le jeune homme souffre physiquement et psychiquement. Son chagrin et sa rage sont immenses. 
Un texte choc, poignant mais sans pathos. Un sujet épineux, Ô combien difficile à traiter. Florence Hinckel s'en sort avec brio.
J'ai bien aimé ce récit, y compris la fin qui n'était pas si évidente. 

Comme un homme
Florence Hinckel

Nathan (Court Toujours), 57 pages, 2020

Acheter Comme un homme sur Les Libraires.fr

La domination des sens (Florence Cochet)

vendredi 28 août 2020

005567472.jpgPrésentation de l'éditeur :

Dans un palace de Genève, la jeune Elsa travaille comme réceptionniste pour financer ses études. Adam Garamont, riche homme d’affaires zurichois, est l’un des fidèles clients de l’hôtel. Il est littéralement fasciné par la jeune femme, tellement différente de ses conquêtes habituelles.

Elsa l’obsède au point qu’il lui fait une étrange proposition. Pour se libérer de son obsession pour la jeune femme, il l'engage pour cinq week-ends au cours desquels elle devra se soumettre à tous ses désirs. Sens après sens, Adam va tenter de se désintoxiquer de sa dépendance.

Peu à peu, Elsa va se découvrir une attirance pour cet homme charismatique, si sûr de lui et séduisant. Un homme qui possède aussi sa part d’ombre et ses secrets…

 En la soumettant à ses désirs,  il espère guérir son obsession. Peut-être...

***

J'avais envie de lire une romance, et au hasard de mes recherches, je suis tombée sur ce titre de Florence Cochet, une auteure que j'ai découverte il y a deux ans dans un tout autre genre
Bien sûr, c'est une romance qui n'est pas exempte de clichés, on est bien d'accord, ce type de scénario n'arrive pas dans la vraie vie (mais il me semble que justement, on ne lit pas une romance pour coller à la réalité), néanmoins la balade fut très agréable. J'ai aimé la construction du récit autour des cinq sens, une touche d'originalité pour cette romance bien écrite. Décidément, l'auteure a plus d'une corde à son arc et passe aisément d'un style à l'autre, je suis admirative !
Le personnage d'Elsa est sympa, je l'ai trouvée attachante et j'ai aimé découvrir son histoire avec le mystérieux Adam.
Une jolie romance qui m'a fait passer un excellent moment.

City éditions, 320 pages, 2018

Acheter La domination des sens sur Les Libraires.fr

Existe aussi en ebook

- page 1 de 52