Fakirs (Antonin Varenne)

samedi 6 décembre 2014

611kSeaSXlL.jpg

Ça commence très fort dès les premières pages du livre. Plongée en apnée dans l'univers glauque et sordide de la brigade "suicides"  où officient le lieutenant Guérin et son stagiaire Lambert. 

Après une nouvelle vague de suicides très suspecte, Guérin sent bien qu'il est sur le point de mettre le doigt sur quelque chose d'important. Durant la même période, le fakir Alan (américain) se donne la mort pendant une représentation. Prévenu par l'ambassade américaine, son ami John se rend alors à Paris pour identifier le corps. Mais à peine a-t-il mis les pieds dans la capitale qu'il est pris en chasse par deux types pas très commodes qui lui réclament de rembourser une dette d'Alan. Par un concours de circonstances, John va rencontrer Guérin et l'enquête de ce dernier va prendre une nouvelle direction.

C'est un roman très noir où l'atmosphère étouffante prime sur l'intrigue policière. Les personnages sont cabossés, brisés pour certains, l'histoire les mène au bord du gouffre et chaque nouveau chapitre enfonce le clou un peu plus loin. L'écriture d'Antonin Varenne y est pour beaucoup ; une narration rythmée, des mots qui claquent, de courtes phrases souvent non verbales, le tout donnant une impression de noirceur exacerbée.

Un très bon roman dont je ne suis pas certaine toutefois qu'il séduise les amateurs de romans policiers dans la veine classique. Ici, l'intrigue est secondaire et certaines questions restent en suspens, mais le récit est hypnotisant.

Clarabel a beaucoup aimé aussi

La fiche du livre sur Audiolib

Texte intégral lu par Jean-Michel Vovk
Audiolib, 2014
Durée totale d'écoute : 8h27

La faiseuse d'anges (Camilla Läckberg)

lundi 6 octobre 2014

9782356417671-T.jpg

Et un nouvel opus de cette chère Camilla !!! Quel bonheur de retrouver cette série dont je suis définitivement devenue addict ! L'attente fut longue mais j'ai enfin retrouvé ma famille suédoise !
L'auteur joue une fois de plus sur différents tableaux. Deux époques, deux histoires indirectement liées. D'un côté, celle de la mystérieuse disparition d'une famille entière (à l'exception d'une fillette âgée de un an) en 1974 sur l'île de de Valö. De l'autre celle du retour à Valö d'Ebba, la fillette abandonnée, trente ans plus tard. 
Comme toujours, l'intrigue est complexe et les liens entre les différentes affaires plus subtils qu'on ne l'imagine au départ. Avec ce huitième tome, l'auteur reprend à nouveau le thème du nazisme mais sous un angle différent. C'est un roman multiple, à l'image des précédents, avec de nombreuses entrées dans l'histoire. Du côté des personnages récurrents il y a également du nouveau dans la vie d'Erika et Patrik et dans celle de leur entourage, même si les changements ne sont pas aussi radicaux que précédemment. Par ailleurs, il semble que le personnage d'Erika prenne de plus en plus d'importance dans la série et dans les enquêtes policières en particulier, c'est en tout cas le ressenti que j'ai eu, reste à voir si la tendance se poursuit à l'avenir.
Un tome réussi avec toutes les qualités que j'ai déjà soulignées auparavant, une série qui garde une constance qui me plaît et me fait y revenir avec un plaisir à chaque fois renouvelé.

Viiiite, la suite !!!!

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Jean-Christophe Lebert
Audiolib, 2014
Durée totale d'écoute : 15h30

Le gardien de phare (Camilla Läckberg)

vendredi 19 septembre 2014

9782356416148-T.jpg

Enfin cette suite, il fallait que je sache, que je découvre ce qui s'était passé car je tremblais pour un personnage. Je ne peux en dire plus, simplement que c'est un tome fort en émotions à tout point de vue. Et puis il y a cette incroyable ambiance avec l'histoire qui se déroule en partie sur l'île de Graskar, une île dont on dit qu'elle est hantée. 
Comme à son habitude, Camilla Läckberg alterne les points de vue entre passé et présent, passe d'un personnage à l'autre, distille des indices, en retient d'autres et capte l'attention du lecteur de manière certaine.
En ce qui concerne l'intrigue policière à proprement parler, je l'ai trouvée plus "facile" que dans La sirène, mais j'ai tout de même beaucoup apprécié ce septième tome qui est très réussi. Du côté de la vie d'Erika en revanche, j'ai été une fois de plus très sensible à l'analyse de l'auteur, à sa façon d'écrire la douleur, les tourments de l'âme humaine.

A très vite pour la suite, je suis mordue !!!

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Jean-Christophe Lebert
Audiolib, 2013
Durée totale d'écoute : 16h14

La sirène (Camilla Läckberg)

mardi 9 septembre 2014

9782356416131-T.jpg

Misère ! Ce sixième tome se termine sur une scène finale qui m'a fait hurler de frustration. Ami lecteur, si tu as l'intention de lire ce tome, assure-toi au préalable d'avoir le suivant à portée de main !

Du temps s'est écoulé depuis L'enfant allemand et Erika et Patrik attendent de nouveau un heureux événement. Erika enceinte jusqu'aux yeux n'hésite cependant pas à jouer les enquêtrices à ses heures et une fois encore son aide va se révéler précieuse dans l'affaire en cours. Christian, son copain bibliothécaire qui vient de publier son premier roman, La sirène, reçoit depuis quelques temps de mystérieuses lettres anonymes.  Dans le même temps, un ami de ce dernier disparaît subitement et la police de Fjällbacka ne parvient pas à le retrouver.  

Camilla Läckberg m'a bluffée avec ce roman que j'ai trouvé encore plus fort et dur que les précédents. L'histoire glace le sang à plusieurs reprises et le suspense est des plus éprouvants. Comme une machine bien huilée, l'intrigue se met en place et les indices arrivent au compte-goutte. Petit-à-petit tout s'imbrique et les liens entre les différents récits deviennent évidents, du grand art. Et puis cette fin totalement improbable qui tombe comme un couperet, bref, il me fallait la suite et vite !

Un changement de lecteur est intervenu avec ce tome, il s'agit à présent de Jean-Christophe Lebert. J'aime beaucoup sa façon de lire, à part quand il change de voix, c'est parfois un peu trop surjoué. Une remarque aussi, concernant l'enregistrement, les temps morts ne sont pas assez longs, on passe d'une scène à l'autre sans transition et c'est un peu perturbant.

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Jean-Christophe Lebert
Audiolib, 2012
Durée totale d'écoute : 15h53

L'enfant allemand (Camilla Läckberg)

mardi 22 juillet 2014

9782356416124-T.jpg

Erika et Patrik sont à présent mariés et ce dernier a décidé de prendre un congé parental pour s'occuper de leur fille. Cela laisse à Erika le champ libre pour reprendre son travail d'écriture. En réalité, les choses ne se passent pas tout-à-fait comme prévu. Patrik meurt d'envie de se joindre à l'équipe qui enquête sur un nouveau meurtre et a bien du mal à jouer les pères au foyer. De son côté, Erika, en fouillant dans les affaires de sa mère, découvre un passé familial mystérieux. 
Dans ce nouvel opus, l'enquête policière et la vie privée d'Erika vont se rejoindre. Des éléments importants refont surface et la vie d'Erika et de sa soeur vont s'en retrouver bouleversées.
Comme lors des tomes précédents, Camilla Läckberg propose une nouvelle intrigue passionnante et pousse encore plus loin l'analyse de ses personnages. Vraiment, j'aime énormément ce mélange entre roman policier et et roman "familial". 

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Eric Herson-Macarel
Audiolib, 2011
Durée totale d'écoute : 16h25

L'oiseau de mauvais augure (Camilla Läckberg)

dimanche 15 juin 2014

9782356416117-T.jpg

Ma lecture remonte déjà à quelques semaines, mais je vais tâcher de rassembler mes souvenirs. Une chose est certaine, j'ai beaucoup aimé ce tome, à l'instar des précédents. Je prends chaque fois un plaisir fou à retrouver ces personnages, à suivre l'évolution de leurs vies et aussi à découvrir dans le même temps une nouvelle enquête policière. Camilla Läckberg ne manque pas d'imagination et une fois encore avec ce quatrième tome elle crée un univers bien différent de ceux des précédentes histoires. 
Pour le coup, ce sont deux meurtres qui pèsent sur les épaules du commissariat de police de Fjälbacka. D'un côté nous avons une femme morte au volant de sa voiture après avoir absorbé une grande quantité d'alcool. De l'autre, une jeune femme dont le cadavre est retrouvé dans un conteneur par un éboueur lors de sa tournée.
Dans ce tome, il est question d'une émission de télé-réalité, du mariage imminent de Patrik et Erika, du retour en force de la soeur de cette dernière, Anna, des nouvelles amours du commissaire Mellberg, de l'arrivée d'une nouvelle collègue dans l'équipe de Patrik, Hanna... C'est un tome riche en événements et rebondissements dans lequel on ne s'ennuie pas une seconde.
Plus le temps passe et plus je me régale de cette série qui ne me déçoit pas un instant. 
Vivement la suite !

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Eric Herson-Macarel
Audiolib, 2010
Durée totale d'écoute : 13h20

L'appel du coucou (Robert Galbraith)

mercredi 23 avril 2014

9782356416902-T.jpg

Misère ! Ma lecture remonte déjà à plusieurs semaines et cela ne facilite pas la tâche pour écrire ce billet.
Premièrement, rappelons que Robert Galbraith n'est autre que le pseudonyme adopté par J. K. Rowling pour ce roman. Pseudonyme dont l'anonymat n'a été conservé que très peu de temps... véritable volonté de l'auteur de se cacher ou coup de pub, mystère !
Toujours est-il que quel que soit le nom sous lequel elle publie, quand un nouveau livre de Rowling sort, je dois le lire, c'est obligé !

L'histoire démarre avec le décès de la célèbre mannequin Lula Landry, retrouvée défenestrée. Son frère John Bristow qui ne croit pas au suicide décide de faire appel aux services du détective Cormoran Strike.

On a affaire à un policier de facture assez classique avec une mort suspecte en préambule, suivie d'une enquête. Jusque dans l'étude de ses personnages et notamment celui de Cormoran Strike, l'auteur respecte les codes du polar et ne cherche pas vraiment à s'en démarquer. Pourtant l'écriture est admirable et cette intrigue passionnante. Une fois encore, Rowling démontre son immense talent et offre à ses fans un excellent roman dans un genre bien différent d'Une place à prendre ou d'Harry Potter.
A priori ce serait le premier volet d'une série consacrée au détective Strike et je ne peux que m'en réjouir car j'ai beaucoup aimé le personnage de cet homme à la dérive incarné de façon remarquable par Lionel Bourguet avec sa voix rauque et grave.
Un roman qui ne révolutionne pas le genre mais très plaisant à lire et maîtrisé de bout en bout.

02-02-700x357.jpg

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Lionel Bourguet
Traduit de l'anglais par François Rosso
Audiolib, janvier 2014
Durée totale d'écoute : 18h23

Le tailleur de pierre (Camilla Läckberg)

mercredi 26 mars 2014

9782356412201-T.JPG

C'est l'histoire d'une petite Sara, sept ans, retrouvée noyée par un pêcheur de Fjällbacka. 
C'est l'histoire d'une jeune femme qui se retrouve contrainte d'épouser un tailleur de pierre, un homme de basse extraction.
Deux époques, deux histoires qui vont de rejoindre, mais quand et comment ?

Troisième volume des aventures du policier Patrik Hedström, et la sauce prend toujours. J'ai aimé ce roman, retrouver les protagonistes que l'on voit évoluer au fil du temps et aussi ce nouvel univers dans lequel nous invite Camilla Läckberg. Le récit alterne donc entre passé et présent, on est baladé entre l'enquête policière sur le meurtre de la petite Sara d'un côté, et la vie d'Agnès de l'autre. J'ai particulièrement apprécié ces incursions dans le passé, suivre l'existence de cette jeune femme ambitieuse qui manipule son entourage pour parvenir à ses fins. Et puis, bien sûr, en parallèle, nous retrouvons la petite communauté de Fjällbacka. J'ai été notamment impressionnée par la manière dont l'auteur dépeint la relation mère-enfant après la naissance à travers Erica qui souffre de dépression post-partum. Encore une fois, la psychologie des personnages est fouillée et ça sonne juste.

Un tome qui m'a plu comme les précédents, je commence à me sentir chez moi à Fjällbacka !

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Christine Pâris
Audiolib, 2010
Durée totale d'écoute : 13h50

Ce qui n'est pas écrit (Reig Rafael)

mardi 18 mars 2014

41MXBbXGypL._.jpg

Roman étrange que voilà ! Son appartenance à la collection Métaillié Noir ne doit pas vous induire en erreur, il s'agit d'un roman noir mais pas policier. La quatrième de couverture le qualifie de "thriller psychologique", je trouve que l'appellation est bien trouvée. 

En réalité, Ce qui n'est pas écrit, ce sont deux romans en un seul.
D'un côté,  l'histoire de Carlos qui emmène son fils Jorge en montagne le temps d'un week-end. L'adolescent est élevé par sa mère depuis la séparation de ses parents, et son père le trouve trop bébé, trop maladroit, trop tout...
De l'autre, le roman écrit par Carlos dont il a remis le manuscrit à son ex-épouse lorsqu'il est passé chercher son fils. Carmen se plonge dans cette lecture, et au fil des pages, une angoisse l'étreint alors qu'elle réalise que le roman présente d'étranges similitudes avec la vie de son ex mari et la sienne. 

Il y a un talent certain dans l'écriture (et la formidable traduction de Myriam Chirousse) de Rafael Reig et il me semble que son but est atteint dans le sens où il est difficile de reposer ce livre avant d'en connaître le dernier mot. Les pages collent au doigt et l'ambiance pesante finit par s'insinuer dans l'esprit du lecteur pour le faire douter, à l'instar de Carmen. Le parallèle entre les deux histoires est étonnant, la construction du roman est parfaitement maîtrisée et chaque chapitre en amène un autre, parfois par le truchement de définitions, comme dans des mots croisés. 
Ce qui n'est pas écrit présente de nombreuses qualités dont celle de captiver l'attention de son lecteur. Pourtant, si j'ai apprécié ce livre, il m'a manqué un je-ne-sais-quoi pour en faire une lecture totalement réussie.

Titre original : Lo que nos está escrito
Traduit de l'espagnol par Myriam Chirousse
Métailié Noir, 238 pages, 2012 pour l'édition originale, 2014 pour l'édition française
 


Le prédicateur (Camilla Läckberg)

dimanche 26 janvier 2014

9782356410900-T.JPG

Deuxième opus de cette série et il faut croire que lentement, mais surement, elle me prend dans ses filets...

Dans les rochers proches du petit port de Fjällbacka, le cadavre d'une jeune femme est découvert. Au même endroit sont également retrouvés les ossements de deux jeunes filles disparues vingt-quatre ans plus tôt. Patrik Hedström est chargé de l'enquête policière. Cette fois, c'est la famille Hult qui est au coeur de l'affaire. Son patriarche était connu comme le "prédicateur" qui magnétisait les foules en compagnie de ses deux jeunes fils dotés de talents de guérisseurs. Depuis ce temps révolu, la famille s'est divisée en deux clans qui se haïssent. Petit-à-petit et comme dans tout bon policier, les morceaux du puzzle se mettent en place les uns après les autres.

J'ai beaucoup aimé ce tome, retrouver ces personnages déjà connus, continuer de suivre l'histoire d'Erica Falck qui attend son premier enfant dans cet été caniculaire, découvrir aussi un nouvel univers avec cette famille étrange.... Comme précédemment, Camilla Läckberg mène avec brio plusieurs histoires en parallèle et parvient à plonger son lecteur au coeur de celles-ci. 
Un roman dans lequel on ne s'ennuie pas une seconde !

A noter pour cette édition audio un changement de lecteur, cette fois c'est Eric Herson-Macarel, autrement connu comme la voix française de Daniel Craig. Excusez du peu !

Le billet de Clarabel

La fiche du livre sur AUDIOLIB

Texte intégral lu par Eric Herson-Macarel
Audiolib, 2009
Durée totale d'écoute : 12h30

- page 2 de 4 -