BIBLIOTHEQUE › Fantasy, Fantastique, SF

Fil des billets - Fil des commentaires

L'attaque des cubes (Marine Carteron)

mercredi 5 décembre 2018

9782812616785FS.gifMa découverte de la plume de Marine Carteron dans le premier tome de Génération K (série que je n'ai pas encore terminée, d'ailleurs, il serait temps que je m'y replonge...) m'ayant fait grande impression, j'ai eu envie de lire ce titre davantage orienté jeunesse.
J'ai partagé cette lecture avec mon petit matelot, et, fait amusant, nous avons trouvé dans ce livre une multitude de points communs entre le héros et lui, c'était assez étonnant !!!

Antoine et Vénus, deux collégiens fans de Minecraft, sont totalement excités par la prochaine ouverture du mystérieux magasin Cubetout dont le design rappelle leur jeu préféré. Très vite, des événements étranges vont survenir dans le quartier, et nos deux héros vont se retrouver malgré eux embarqués dans une aventure incroyable.

Mon petit matelot et moi-même avons passé un excellent moment en compagnie d'Antoine et Vénus. L'histoire est originale et bien menée, il y a du rythme, énormément d'humour et de nombreuses références au fameux jeu vidéo qui passionne des foules de jeunes.
Bien que n'y jouant pas moi-même et étant très éloignée de ce monde-là, j'ai beaucoup aimé ce roman et la façon dont l'autrice aborde un sujet qui plaît aux jeunes lecteurs tout en prenant de la distance et de la hauteur, ce qui offre une lecture à plusieurs niveaux.
J'ai aussi apprécié la mise en page très dynamique du livre avec, pour chaque en-tête de chapitre, une barre de progression, et l'utilisation de différentes polices de caractères tout au long du texte pour mettre en relief des bruits dans les scènes d'action ou encore signaler des commentaires. Tout cela confère, avec l'écriture enlevée, un aspect très vivant au roman qui se lit d'une traite.
Une chouette lecture à offrir aux accros de Minecraft, mais pas que. 

Rouergue (dacodac), 334 pages, 2018

Acheter L'attaque des cubes sur Les Libraires.fr

Le secret des Morriganes (Florence Cochet)

mercredi 14 novembre 2018

81AcJhe-7lL.jpgAprès avoir découvert la plume de Florence Cochet dans La proie du dragon, j'ai poursuivi avec un autre de ses romans, dans un genre différent, mais toujours dans la veine fantastique.

Présentation de l'éditeur :

Jeune détective au sein de l’Agence de Recherche Paranormale, Loren a un véritable don... pour s’attirer des ennuis  ! Et la nouvelle affaire sur laquelle elle travaille ne va pas faire exception.
Sa mission  ?  Traquer un esprit harceleur dans un vieux château perdu dans les forêts du Gévaudan. A priori, rien de bien compliqué pour la jeune médium qui en a vu d’autres. Mais une fois sur place, Loren déchante.
Les murs du château renferment de terribles secrets et des forces obscures et vengeresses déferlent sur ses habitants. Même si elle l’ignore encore, Loren est la seule à pouvoir les combattre. Cette mission va lui révéler ses pouvoirs et sa destinée exceptionnelle en tant qu’ultime descendante d’une longue lignée de combattants du Mal...

J'ai passé un bon moment en compagnie de Loren, dans cette ambiance teintée d'un aspect médiéval et de mystère. Le personnage de Loren attire d'emblée la sympathie, elle est représentative de l'écriture de Florence Cochet, simple mais sincère. Le style est fluide, on embarque de suite dans l'histoire et on se sent proche de l'héroïne, comme en terrain familier. J'ai trouvé l'intrigue intéressante même si il m'a semblé que l'on restait trop à la surface de l'histoire, j'aurais aimé de plus amples développements. Cela dit, il s'agit d'un récit en un tome unique, ce qui est également appréciable par les temps qui courent où la mode est aux séries à rallonge.
Une lecture agréable.

Dream Land, 317 pages, 2018

Acheter Le secret des Morriganes  sur Les Libraires.fr

Outlander #5 - La croix de feu (Diana Gabaldon)

lundi 5 novembre 2018

005540535.jpgIl ne m'est pas évident d'écrire des billets construits et éclairés sur les différents tomes de cette série, car dernièrement, j'ai enchaîné la lecture de plusieurs d'entre eux et j'ai donc des difficultés à les séparer dans mon esprit. 
Cela étant, je tiens tout de même à continuer de vous en parler ici, car c'est une série remarquable qu'il serait fort regrettable de passer sous silence.

Dans ce cinquième pavé (n'ayons pas peur des mots !), Jamie et Claire poursuivent leur existence en Caroline du nord. Nous sommes en 1770 et la guerre d'Indépendance approche, les tensions sont déjà perceptibles.

Une fois de plus, la perspective de réécrire l'Histoire est envisagée, et notre célèbre couple va rencontrer des obstacles.
Sans compter qu'une nouvelle donnée entre désormais en ligne de compte, dont je ne peux rien dire, si ce n'est que cela bouleverse totalement le destin de Claire et Jamie.

Certes, le roman est extrêmement long, parfois on se surprend à penser que Diana Gabaldon est peut-être un peu trop bavarde, que certains passages auraient pu être réduits, voire passés sous silence. Mais finalement, tout ce qu'elle écrit est passionnant et tellement vivant, qu'on ne peut s'en lasser. Les moindres anecdotes sont narrées de telle manière qu'on en redemande !
Outlander, c'est vraiment le roman d'aventure avec un grand A, l'autrice a un don incroyable, un peu comme une conteuse, elle nous prend dans les mailles de son filet et on devient accro à cette merveilleuse série qui, pour le moment, ne mollit aucunement.
Un vrai bonheur de lecture.

Titre original : The fiery cross
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 1532 pages, 2013 pour la présente édition, 2001pour l'édition originale

Acheter Outlander #5 - La croix de feu sur Les Libraires.fr

Les mondes d'Ewilan #3 - Les tentacules du mal (Pierre Bottero)

vendredi 19 octobre 2018

003739983.jpgDernier tome de cette seconde trilogie dans l'univers d'Ewilan... J'aurais attendu bien longtemps avant d'oser m'y plonger, et finalement, une fois que je m'y suis mise, j'ai enchaîné les trois volumes. 
Celui-ci a donc une saveur toute particulière, car il signe une double fin. 

Le texte des Tentacules du mal est légèrement plus long que celui du tome deux, et plus dense aussi. L'action démarre bien plus tôt et on a affaire à un roman rythmé de bout en bout. 
Le récit s'organise autour de plusieurs nœuds de l'intrigue, et comme c'est la fin de l'histoire, on a parfois le sentiment que l'auteur aurait gagné à étaler les événements sur davantage de tomes. Quatre cents pages, c'est somme toute bien court pour offrir au lecteur des réponses à l'ensemble des questions posées, et surtout pour lui donner un véritable épilogue.
Moi qui peste après les séries à rallonge, j'aurais, pour le coup, apprécié que celle-ci soit plus longue. J'ai d'ailleurs regretté ce déséquilibre entre les trois opus de cette trilogie, le premier et le début du deuxième étant un peu lents à mon goût.
Malgré tout, Les mondes d'Ewilan est une belle série, ne serait-ce que parce que l'on y retrouve ces merveilleux personnages nés de l'imagination de Pierre Bottero, et surtout, son écriture si pure et touchante.

Rageot, 440 pages, 2015 pour la présente édition

Acheter Les tentacules du mal  sur Les Libraires.fr

Les altérés T1 ~ La proie du dragon (Florence Cochet)

lundi 8 octobre 2018

005394623.jpgJ'ai beaucoup tardé à lire ce roman, et aussi à vous en parler, pourtant j'ai passé un super moment en sa compagnie.
Qui plus est, à une période où je n'avais guère la tête à lire et éprouvais des difficultés à me concentrer et à entrer dans une histoire.

Lors d'une apocalypse déclenchée par des intelligences artificielles, l'humanité a failli disparaître. Depuis cette période, les technologies sont strictement contrôlées afin d'éviter une nouvelle catastrophe. 
Dans ce monde, vit la jeune Lutessa, seule avec son père, dans un village tranquille. Alors qu'elle s'apprête à réaliser enfin son rêve, devenir ingénieure, son père s'arrange pour lui faire rater son concours d'entrée à l'Institut des Technologies. Lutessa est folle de rage et ne comprend ce qu'il se passe.
Bien que la quatrième de couverture soit plus généreuse, je ne vous en dis pas davantage pour vous laisser découvrir ce que réserve la suite de l'histoire.

Comme je le disais en préambule, j'ai vraiment apprécié ce premier tome qui m'a très agréablement surprise. Les personnages sont atypiques, l'intrigue originale et bien menée, l'action et le suspense présents. Bref, tous les éléments sont réunis pour démarrer en beauté ce récit étonnant et captivant. Vivement la suite !
Dream Land, 316 pages, 2018

Acheter La proie du dragon  sur Les Libraires.fr

Les mondes d'Ewilan #2 - L'oeil d'Otolep (Pierre Bottero)

vendredi 17 août 2018

 004831915.jpgAprès ma légère déception à l'issue du tome précédent, j'étais curieuse de savoir si la série allait retrouver de l'allant dans les volumes suivants. Le début de ce deuxième tome n'est pas extraordinaire, les choses stagnent un peu et j'ai craint que cela ne décolle pas. Fort heureusement la suite m'a rassurée !

Cette fois, et c'est tant mieux, l'intégralité du récit se déroule en Gwendalavir et la plupart des personnages qui manquaient dans La forêt des captifs réaparaissent. Salim poursuit son apprentissage comme marchombre auprès d'Ellana, tandis qu'Ewilan suit des cours à l'académie d'Al-Jeit. Après quelques chapitres de calme relatif, la situation se complique, les choses s'emballent et l'aventure reprend le dessus, pour notre plus grand plaisir.

Et j'ai replongé avec délice dans cet univers dépaysant avec ces créatures exotiques, j'ai retrouvé avec bonheur tous ces personnages magnifiques et j'ai frémi à leurs côtés, me suis émue de leurs chagrins et réjouie de leurs félicité.
L'oeil d'Otolep est un petit diamant brut qui marque définitivement la qualité de cette série et efface le souvenir du tome précédent. Vivement la suite !

Rageot, 372 pages, 2015 pour la présente édition

Acheter L'oeil d'Otolep  sur Les Libraires.fr

Gingo (Sarah Cohen-Scali)

lundi 13 août 2018

005314486.jpgDe Sarah Cohen-Scali, je n'avais lu jusqu'alors que le magistral Max, qui m'avait chamboulée. Dans un autre genre, elle nous propose ici aussi un roman fort.

Présentation de l'éditeur :

Le mur. Il sépare la Cité Bleue de la Cité Blanche, Smartcity à la pointe de la technologie. Jade vit du côté bleu, là où le travail manque, où la vie est rude. Là où ses ancêtres ont un jour décidé de se déconnecter pour échapper à l’œil inquisiteur du Net. Elle doit ainsi se soumettre aux lois imposées par la Cité Blanche. Lui accordera-t-on ce qu’elle désire par-dessus tout ? Le droit d’avoir un enfant ? Accord refusé. Jade doit adopter. Or les Adoptés ne sont pas des enfants comme les autres. Ils sont difficiles à élever, à aimer. Ils servent avant tout d’objets d’étude pour les scientifiques de la Cité Blanche. Mais Jade parviendra à aimer Gingo comme son propre fils et de ce fait, elle conduira la Cité Bleue à la rébellion. À travers le combat d’une mère pour son fils, se dessine le portrait angoissant d’une société hyper connectée, assujettie à la suprématie des algorithmes et de l’Intelligence artificielle. Celle de demain ?

Autant l'énoncer d'emblée, je suis sortie de ma zone de confort lors de cette lecture et j'ai ressenti un profond malaise de la première à la dernière page. Difficile, dès lors, de dire que j'ai aimé ce roman, et pourtant il m'a marquée. Depuis que je l'ai terminé, il s'est rappelé à moi à de nombreuses reprises, et j'ai continué d'y penser.
Finalement, bien que le genre et le récit soient différents de ceux de Max, on peut établir des parallèles entre ces deux textes. Quelque part, la thématique est la même, dans les deux l'auteur nous invite à réfléchir sur l'humanité au sens large. On retrouve également des similitudes au niveau de l'écriture, qui est très particulière, même si, ici, le procédé narratif est plus classique que dans Max. 
Je suis ressortie de cette lecture un peu nauséeuse, les yeux écarquillés d'effroi et de surprise. 
Un roman qui ne laisse pas indifférent, puissant, très puissant. Décidément, Sarah Cohen-Scali est un auteur à suivre.

Gulf stream éditeur (Électrogène), 348 pages, 2018

Acheter Gingo sur Les Libraires.fr

Dream Magic (Joshua Khan)

lundi 6 août 2018

005384057.jpgJe ne m'étais pas trompée avec le premier tome, cette série est décidément prometteuse. Dream Magic démarre donc à la suite de Shadow Magic. Nous retrouvons Lilith Ombreuse qui doit faire face à une invasion de morts-vivants. Au royaume de Géhenne, c'est le chaos et la jeune fille doit tenter de gouverner comme elle le peut tandis que son allié, l'assassin royal, a disparu. 

J'ai retrouvé dans cette suite tout ce qui m'a plu dans le premier tome, à savoir un univers original, des personnages intéressants et charismatiques, et une écriture dynamique.
Certes, ce n'est pas une série qui révolutionnera le genre, mais elle est de qualité et mérite que l'on s'y arrête. Ce que j'aime, c'est que l'auteur ne fait pas preuve de prétention, il offre au lecteur une histoire simple mais efficace, avec de l'action et de l'humour. Pas besoin de fioritures ni de nœuds dans l'intrigue, la simplicité ça a du bon aussi parfois, et le plaisir de lecture n'en est pas pour autant diminué.
Une série à suivre de près, donc. Vivement la suite ! Le tome trois, Burning Magic, nous emmènera semble-t-il, dans le sultanat de feu. Il est déjà sorti en VO, il n'y a donc plus qu'à guetter la traduction française.

Titre original : Dream Magic
Traduit de l'anglais par Amélie Sarn
Seuil Jeunesse, 445 pages, 2018 pour l'édition française, 2017 pour l'édition originale

Acheter Dream Magic sur Les Libraires.fr

L'Epouvanteur #14 - Thomas Ward L'Epouvanteur (Joseph Delaney)

vendredi 3 août 2018

91zmsCymXKL.jpgJ'avais beau avoir adoré les treize premiers tomes (à deux exceptions près), j'avais une légère appréhension en commençant ce quatorzième volume. Quatorze, c'est beaucoup pour une série, c'est même trop. Et pourtant, la qualité de cette saga ne faiblit pas.
En réalité, il ne s'agit d'un quatorzième titre que dans la version française, car dans la version originale, Thomas Ward L'Epouvanteur est le premier tome d'un nouveau cycle.
Cela dit, soyons honnêtes, cette histoire est la suite des précédentes et qu'il est préférable d'avoir lu les autres tomes avant.

*** SPOILERS SUR LES PRÉCÉDENTS TOMES ***

Nous retrouvons donc notre narrateur habituel, Tom, mais dès les premières pages, le ton a changé. Depuis la mort de John Gregory, Thomas Ward est désormais le nouvel Epouvanteur du comté. Un Epouvanteur qui n'a pas eu le temps d'achever sa formation du fait de la disparition prématurée de son maître. Tom doit donc assumer des responsabilités pour lesquelles il n'a pas encore tout-à-fait la carrure, et dans le même temps, pleurer son maître.

*** FIN DES SPOILERS ***

On est donc en présence du héros que l'on connaît depuis le début de l'histoire et l'on mesure combien il a grandi et évolué au fil des ans. C'est presque douloureux de le voir ainsi, on aimerait pouvoir le protéger encore un peu, lui tenir la main. Dans ce tome, apparaît un nouveau personnage, celui de Jenny, personnage prometteur dont je ne parlerai pas afin de ne pas trop vous en dévoiler sur l'intrigue.
Bien que ce tome soit un tome de transition vers de nouvelles aventures et, sans doute, un nouvel univers, on ne s'ennuie pas une seconde pendant sa lecture. On entre dans l'action dès les premiers chapitres et le rythme est soutenu jusque dans les dernières pages.
J'ai adoré ce récit, y compris sa fin qui m'a littéralement scotchée.
Un excellent tome, dans la lignée des précédents.

Titre original : Spook's - A New Darkness
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 346 pages, 2014 pour l'édition originale, 2017 pour l'édition française

Acheter Thomas Ward L'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

La grande épopée des chevaliers de la table ronde #2 - Lancelot et Guenièvre (Sophie Lamoureux)

vendredi 27 juillet 2018

005063513.jpgDécouvert l'an dernier, le premier tome de cette série m'avait enthousiasmée. Je n'ai eu vent de la sortie de ce deuxième opus que récemment, mais en réalité il est sorti l'automne dernier.

Présentation de l'éditeur :

Dans ce deuxième volume des aventures des chevaliers de la Table ronde, on découvre les origines de Lancelot, qui viendra rejoindre Arthur à la cour, et tombera amoureux de l'épouse de celui-ci, la reine Guenièvre. D'aventure en combat, de renoncement en sacrifice, c'est un héros très chevaleresque et humain qui est ici incarné, prêt à tout pour sauver sa dame, la belle et courageuse Guenièvre. Un récit palpitant !

La plupart des personnages de la saga arthurienne sont passionnants, mais Lancelot et l'histoire de son amour impossible avec la reine Guenièvre m'ont toujours fascinée. 
Dans ce deuxième volume, on poursuit donc notre découverte de la légende des chevaliers de la table ronde. Cet ouvrage est réalisé à l'identique du précédent, c'est un volume grand format, à mi-chemin entre l'album et le roman, le texte est décliné en cinquante courts épisodes et parsemé d'illustrations.
Comme la fois précédente, j'ai partagé cette lecture-feuilleton avec mes matelots, l'occasion de se retrouver régulièrement en soirée autour de ce récit. Nous avons beaucoup aimé tous les trois ces retrouvailles avec la plume talentueuse de Sophie Lamoureux. Le style est enlevé et rythmé, le découpage de l'histoire parfaitement maîtrisé. C'est un ouvrage vraiment passionnant à lire, tant pour le lecteur qui découvre la légende, que pour celui qui veut s'y replonger.
Seul bémol, je n'accroche pas du tout au style de l'illustrateur, mais il semble que ce ne sera plus le même pour la suite.
A ce propos, le tome trois est prévu pour la rentrée, cette fois j'ai noté sa sortie pour ne pas la manquer.

Actes Sud Junior, 211 pages, 2017

Acheter Lancelot et Guenièvre sur Les Libraires.fr

- page 1 de 32