BIBLIOTHEQUE › Fantasy, Fantastique, SF

Fil des billets - Fil des commentaires

Warcross (Marie Lu)

lundi 25 mars 2019

005280441.jpgAprès avoir eu un coup de cœur pour Player one, j'ai eu envie de rester dans l'univers du jeu vidéo et des mondes virtuels et j'ai donc pensé à Warcross.

Emika, dix-huit ans, n'a pas une vie facile depuis le décès de son père qui lui a laissé de nombreuses dettes à régler. Elle survit tant bien que mal, partage un appartement avec une colocataire, se fait parfois un peu d'argent comme chasseuse de prime. Depuis toujours, elle est fan du jeu en réseau Warcross et de son non moins célèbre créateur, Hideo Tanaka. Lors de la cérémonie d'ouverture du tournoi de l'année, elle va pirater le système pour tenter de récupérer un artefact unique en son genre. Malheureusement pour elle, son exploit va être démasqué.

Je le disais en préambule, je me suis plongée dans ce livre suite à la lecture de Player one qui m'avait enthousiasmée. Or, Warcross n'a hélas pas grand chose à voir avec le bijou d'inventivité d'Ernest Cline. L'histoire est gentillette et bourrée de stéréotypes, le scénario pas bien passionnant malgré la révélation finale (qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe) et je n'ai pas non plus accroché avec les personnages qui sont assez fades.
En résumé, j'ai passé un moment sympa mais sans plus et je m'arrêterai là, n'ayant pas l'intention de lire la suite. 
J'ai ouvert Warcross confiante, et l'ai refermé dubitative : qu'est-ce qui plaît autant aux lecteurs dans ce roman ? Si vous l'avez lu et aimé, j'aimerais avoir votre point de vue. 

Titre original : Warcross
Traduit de l'anglais par Guillaume Fournier
Pocket Jeunesse, 411 pages, 2017 pour l'édition originale et 2018 pour l'édition française

Acheter Warcross sur Les Libraires.fr

Le pacte des Marchombres (Pierre Bottero)

vendredi 8 mars 2019

005348026.jpgCoupDeCoeur2016.pngMa découverte de la plume de Pierre Bottero remonte déjà à plusieurs années et pourtant je n'ai pas encore lu l'intégralité de ses romans, je savoure et je prends mon temps. 
Ayant lu les trois premiers tomes de l'adaptation BD du Pacte des Marchombres, je connaissais donc le début de l'histoire consacrée à Ellana, personnage rencontré dans La quête d'Ewilan. En réalité, les trois premiers volumes de la bande dessinée correspondent quasiment au premier roman, seule la toute fin de ce dernier n'y figure pas.
J'ai donc lu pratiquement l'intégralité de ce livre en en connaissant l'histoire. Et pourtant, bien que n'ayant donc pas eu l'effet de surprise, ce fut un coup de cœur.
Dans ce premier volet, il est question de l'enfance d'Ellana et du début de son apprentissage en tant que Marchombre. Lorsque le récit s'achève, Ellana n'a que quinze ans, et pourtant c'est déjà un personnage ultra charismatique et extraordinaire.
Une fois encore, Pierre Bottero m'a fait rêver et m'a mis des étoiles dans les yeux. L'histoire est belle, poétique, profonde, mais aussi drôle et rythmée. Bref, c'est un superbe premier tome qui m'a donné envie de me jeter sur la suite illico.

Le pacte des Marchombres #1 - Ellana
Rageot, 439 pages, 2017 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #1 sur Les Libraires.fr

005315050.jpgCoupDeCoeur2016.pngDans ce deuxième tome, Ellana achève son apprentissage auprès de son maître Jilano. Ce dernier lui confie une mission : escorter une caravane et s'assurer de son arrivée à bon port. Ellana va officier seule pour la première fois, sans son mentor, et elle va rencontrer maints obstacles.
Ce volume retrace le parcours initiatique de la jeune Marchombre. Avancer sur la voie n'est pas aisé et Ellana doit faire face à de nombreux doutes et questions. C'est très beau de la voir évoluer et forger petit à petit l'adulte que l'on rencontre dans La quête d'Ewilan. On comprend mieux à l'issue de ces deux premiers tomes comment elle est devenue ce personnage redoutable et mystérieux.
Encore un coup de cœur pour cette suite passionnante et enlevée qui se lit en un rien de temps.

Le pacte des Marchombres #2- Ellana, l'envol
Rageot, 474 pages, 2018 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #2 sur Les Libraires.fr

005315064.jpgCoupDeCoeur2016.pngDernier volet de la trilogie, bien plus long que les précédents, pour mon plus grand plaisir.
Grosse surprise, dans ce tome qui se déroule quelques années après le deuxième, on retrouve les personnages des Mondes d'Ewilan, puisque l'action se situe chronologiquement après Les tentacules du mal. Quel bonheur de retrouver tout ce petit monde ! Dès le début, Ellana est en fâcheuse posture, blessée à mort, elle se remémore les années et les événements passés de sa propre vie. Le lecteur remonte donc le temps pour découvrir ce qui est arrivé.
C'est bien simple, j'ai tout aimé dans cette fin. La construction du récit qui met en parallèle le temps présent avec Ellana et le passé. L'humour, toujours, avec une mention particulière pour le peuple des Petits qui sont des personnages formidables. L'action omniprésente et le côté roman d'aventure, on a une véritable quête, c'est haletant de bout en bout. Les messages à portée philosophique qui parsèment toute l'oeuvre de Bottero et sont fréquents dans ce tome-ci. La poésie de l'écriture, certains passages sont magnifiques. Et puis bien sûr, le fait de retrouver l'ensemble des personnages rencontrés dans les deux séries (Ewilan et Ellana), les voir réunis dans cette histoire était génial. La boucle est à présent bouclée, et je dois avouer que j'étais très émue de terminer cette histoire et de me dire que je quittais ces personnages pour de bon.
Superbe (et je ne parle pas des horribles couvertures choisies par l'éditeur, elles ne mettent malheureusement pas du tout en valeur cette histoire...).

Al-Jeit.
Perle de Gwendalavir.
La capitale de l'Empire était une cité féerique érigée au sommet d'un inexpugnable plateau rocheux jaillissant de la prairie. La vision de ce plateau, prodigieuse merveille minérale, aurait comblé le plus exigeant des esthètes si son imposante beauté n'avait été éclipsée par le faste de la cité qu'il supportait.
Tours graciles partant à l'assaut de l'azur, coupoles audacieuses, entrelacs de passerelles vertigineuses, flèches de jade ou d'argent, dômes de verre, Al-Jeit était un miracle de finesse et de force, de hardiesse et de légèreté qui liait le génie de ses créateurs à la beauté de l'absolu.

* * * 

La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Le pacte des Marchombres #3- Ellana, la prophétie
Rageot, 474 pages, 2018 pour la présente édition

Acheter Le pacte des Marchombres #3 sur Les Libraires.fr

La rivière à l'envers (Jean-Claude Mourlevat)

mercredi 6 mars 2019

9782367624181-001-T.jpegPrésentation de l'éditeur :

La Forêt de l’Oubli et ses arbres aux écureuils-fruits, le village des Parfumeurs, l’Île Inexistante dont on ne repart jamais… C’est un voyage fabuleux qui va entraîner Tomek et Hannah, deux jeunes orphelins, au bout du monde. Trouveront-ils cette rivière Qjar qui coule à l’envers et dont l’eau empêche de mourir ? Ou bien autre chose qu’ils ne cherchaient pas ?

Les lecteurs de salon savent combien j'aime l'écriture de Jean-Claude Mourlevat qui figure parmi mes écrivains préférés en jeunesse. Je me réjouissais donc de découvrir La rivière à l'envers, que je ne connaissais pas encore. Cette histoire, parue à l'origine en deux tomes, a par la suite été rééditée en un volume unique. Pour ma part, j'ai opté pour la version audio lue par l'auteur lui-même. Je n'apprécie pas toujours quand les auteurs lisent leurs propres textes, mais j'aime la façon de lire de Jean-Claude Mourlevat, son timbre, ses intonations malicieuses.
S'il me fallait décrire en un mot La rivière à l'envers, j'emploierais le terme "enchantement". Ce récit regorge de poésie et de fantaisie, il est bourré de trouvailles et suscite l'émerveillement. Embarquer dans cette aventure, c'est partir pour des contrées étranges, voyager, se laisser porter, savourer chaque mot.
Une escapade merveilleuse.

Texte intégral lu par l'auteur
Durée totale d'écoute : 6h56
Audiolib, 2017

Acheter La rivière à l'envers sur Les Libraires.fr

Génération K #2 et #3 (Marine Carteron)

lundi 18 février 2019

005060582.jpgJ'en aurai mis du temps à poursuivre cette série ! Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir aimé le premier tome, car il m'avait fait grande impression !

Présentation de l'éditeur :

Toujours traqués pour leurs redoutables pouvoirs, Kassandre, Mina et Georges sont enfin parvenus à se réunir. Leur ADN mutant fait d’eux des génophores, des êtres aux pouvoirs terrifiants. Mafieux et scientifiques essayent de les capturer pour cette raison. Mais bientôt tout cela n’aura plus d’importance car Le Maître arrive… 

Nous retrouvons donc les personnages où nous les avons laissés, et dès les premières pages on replonge aussi sec dans l'action.
L'effet de surprise passé, ce deuxième tome a eu légèrement moins de saveur pour moi que le premier, celui de la découverte. Pourtant, j'ai passé un excellent moment avec ce nouvel opus qui s'est révélé hautement addictif. L'univers et les personnages campés par l'autrice sont d'une originalité folle. En résulte une expérience de lecture totalement immersive et dépaysante à souhait. 
Une série incontournable du genre.

Rouergue (épik), 384 pages, 2017

Acheter Génération K #2 sur Les Libraires.fr

(existe aussi en ebook)


005060635.jpgAu cours de ma lecture du deuxième tome, j'ai regretté d'avoir autant attendu avant de poursuivre cette série, aussi ai-je enchaîné dans la foulée avec le dernier volet de la trilogie. Finalement, je me dis que j'aurais dû lire les trois tomes d'affilée pour coller au rythme de l'écriture. J'ai en effet réalisé - tardivement - au cours de cette lecture, que l'essentiel du récit, c'est-à-dire l'action qui se déroule au temps présent, s'étale sur une très courte période, un mois à peine. Et donc, à l'image de cette course incroyable contre le temps, il me semble qu'il est préférable de lire la série d'une traite.
Dans ce dernier tome, l'histoire de départ s'étoffe et prend de nouvelles dimensions. On notera entre autres, un message écologique fort sous-jacent à l'intrigue du roman. L'aspect "mystique" (que je qualifie ainsi faute de mieux) prend aussi de l'importance, et curieusement, alors même que depuis le début, ce côté de l'histoire m'intéresse moins et me lasse un peu, j'ai trouvé qu'il y avait un parfait équilibre dans la construction du récit.
A plusieurs reprises, lors de ma lecture, j'ai repensé à la série Apocalypsis d'Eli Esseriam qui présente des similitudes avec Génération K
J'ai beaucoup aimé cette fin. Génération K est une très bonne série qui se démarque de ce que l'on peut lire habituellement dans ce genre. 
Et maintenant, il me reste à me pencher sur l'autre trilogie de Marine Carteron, Les autodafeurs !

Rouergue (épik), 368 pages, 2017

Acheter Génération K #3 sur Les Libraires.fr

(existe aussi en ebook)

La servante écarlate (Margaret Atwood)

mercredi 6 février 2019

005504653.jpgLa servante écarlate est déjà vieux d'une trentaine d'années, et c'est l'un des premiers titres de science fiction dystopique a avoir connu un grand succès après (entre autres) les célèbres 1984 et Fahrenheit 451. Depuis de nombreuses années le titre de ce classique m'interpelle et je m'étais promis de le lire un jour. Finalement, c'est d'abord à l'écran que j'ai découvert cette histoire avec la série TV. Les premiers épisodes m'ont tellement plu et passionnée que j'ai commencé en parallèle à lire le roman. 

Présentation de l'éditeur :

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, " servante écarlate " parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l'austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler... En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. 

Pour une fois, je ne tomberai pas dans le cliché qui me fait dire bien souvent "le livre est meilleur", car en l'occurrence ici, j'ai largement préféré la série TV que j'ai trouvée tout bonnement époustouflante. 
Je crois que ce qui m'a gênée et empêchée d'apprécier pleinement ce roman, c'est le style de l'écriture adopté par l'autrice. Un style direct, au ton sec, qui ne laisse pas de place à l'émotion. La narration est volontairement factuelle et détachée, et si l'effet est saisissant, cela m'a dérangée et tenue à distance du récit. J'ai eu l'impression de lire un essai sur la république de Gilead, et malgré les atrocités que se remémore la narratrice, à aucun moment je n'ai ressenti une quelconque empathie à son égard, je suis restée tout du long comme une spectatrice extérieure, sans jamais entrer vraiment dans l'histoire.
Malgré cela, j'ai trouvé que c'était un texte fort avec une thématique qui fait réfléchir et s'interroger sur le sens de la liberté et sur sa fragilité. La construction de la narration entre passé et présent, la découverte, à travers les pensées de Defred, de la façon dont la société s'est peu a peu transformée jusqu'à devenir une dictature, tout cela est extrêmement bien pensé et efficace. 
Au final, je suis contente d'avoir pu découvrir ce roman et son histoire, mais ma préférence va à la série TV que je vous invite à découvrir de toute urgence si vous ne la connaissez pas. Mais attention, effet d'addiction garanti ! 

Titre original : The Handmaid's Tale
Traduit de l'anglais par Sylviane Rué
Robert Laffont (Pavillons Poche), 521 pages, 1985 pour l'édition originale, 2017 pour la présente édition française

Acheter La servante écarlate sur Les Libraires.fr

(existe aussi en ebook)

Dry (Neal & Jarrod Shusterman)

lundi 4 février 2019

005928473.jpgJ'ai un petit péché mignon, les films catastrophes. Lorsque j'ai l'occasion d'en regarder un, je ne boude pas mon plaisir, et comme je suis bon public, en général je passe un agréable moment.
C'est pour cette raison que j'ai eu envie de lire Dry, au parfait scénario catastrophe. 
Imaginez plutôt, un jour alors que vous tournez le robinet de votre évier, rien n'en sort, il n'y a plus une goutte. C'est le cauchemar auquel vont être confrontés des milliers de californiens qui, du jour au lendemain, se retrouvent sans eau. Comme le gouvernement tarde à venir au secours de la population, chacun va devoir se débrouiller pour survivre.
C'est le cas d'Alyssa et sa famille.

Alors, comment dire ? Il faut croire que je suis plus critique face à un livre qu'à un film, car si j'ai regardé sans déplaisir quelques navets, je n'ai guère apprécié ce roman.
L'idée de départ et la façon dont elle est traitée sont très intéressantes. La catastrophe soulève de nombreuses questions éthiques vers lesquelles les auteurs tentent une amorce, mais malheureusement le récit n'est pas assez creusé dans cette direction, et bien vite la philosophie cède le pas à l'action. Or, cette dernière n'est pas bien rendue ni passionnante, et si le premier tiers du livre se révèle assez addictif, très vite l'intérêt retombe comme un soufflé. Les scènes s'enchaînent mais c'est finalement assez creux, il manque de l'intensité et je suis restée en retrait de ma lecture. Je n'ai pas trouvé les personnages attachants, pire, certains m'ont exaspérée, bref, au fil des pages, je me suis doucement mais surement détachée du récit que j'ai terminé sans réelle envie, juste pour en connaître la fin.
Une petite déception, donc, dommage, sur le papier cette histoire avait tout pour me plaire.

Titre original : The Evolution of Calpurnia Tate
Traduit de l'anglais par Cécile Ardilly
Robert Laffont (R), 494 pages, 2018 pour l'édition originale et l'édition française

Acheter Dry sur Les Libraires.fr

(existe aussi en ebook)

Player One (Ernest Cline)

vendredi 1 février 2019

005369946.jpgCoupDeCoeur2016.pngEt voilà, premier coup de cœur de l'année !!! Une fois n'est pas coutume, j'ai lu ce roman après en avoir vu la (géniale) adaptation cinématographique réalisée par Steven Spielberg.
J'ai passé un tellement bon moment avec le film, que, naturellement, j'ai eu envie de lire le livre dont il était inspiré. Et inspiré est ici le terme qui convient, car en me plongeant dans Player One, j'ai rapidement compris que les deux histoires étaient sensiblement différentes. Finalement, tant mieux, car les deux médias se complètent et ce fut un vrai plaisir de découvrir le récit original.

Présentation de l'éditeur :

2044. La Terre est à l'agonie.
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars !
Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...

Alors, que dire de Player One ? Que je n'en ai pas vu passer les 600 et quelques pages, que je l'ai trouvé bien trop court, signe évident que j'ai adoré cette lecture. Pourtant je ne figure pas parmi le lectorat cible de cette histoire, car si j'appartiens à la génération des late seventies, je ne suis pas spécialement une adepte des jeux vidéos, et ce n'est pas un univers qui, a priori, m'attire plus que de raison. Alors, certes, j'ai quelques références malgré tout, j'ai joué un peu dans ma tendre jeunesse, mais je suis très loin d'être une fan du genre. Et pourtant, j'ai embarqué dans cette histoire à la vitesse grand V, que dis-je, j'ai été happée par le monde d'Ernest Cline, et je n'avais de cesse d'y retourner. L'OASIS est un univers virtuel proprement fascinant, que j'ai découvert avec émerveillement. Ce bouquin est une bombe, il vous emmène ailleurs, vous coupe du réel pour votre plus grand bonheur.
En sus de cette virtualité hypnotisante si bien rendue, Player One possède bien d'autre qualités.
Le rythme est soutenu, de la première à la dernière page, les actions s'enchaînent non-stop et l'on ne s'ennuie pas une seconde.
Le ton est souvent drôle, le regard cynique de Wade est assez jouissif.
Les personnages sont chouettes, j'ai en particulier beaucoup aimé la relation entre Wade et son meilleur pote Aech, leurs dialogues, les vannes qui fusent entre eux.
L'intrigue est bien menée, car mine de rien il y a quand-même un certain suspense dans ce livre.
Enfin et surtout, les multiples références à la culture pop des années 80 qui émaillent ce livre, en font toute sa richesse.

En résumé, Player One, c'est l'assurance d'un excellent moment de lecture et d'une plongée dans un monde parallèle et dépaysant.

Titre original : Ready Player One
Traduit de l'anglais par Arnaud Regnauld
Pocket  (SF), 612 pages, 2011 pour l'édition originale, 2013 pour la traduction française

Acheter Player One sur Les Libraires.fr

(existe aussi en grand format et en ebook)

Outlander #7.2 - L'écho des cœurs lointains, Partie 2 (Diana Gabaldon)

vendredi 25 janvier 2019

51cqFUV1TXL.jpgJe poursuis doucement mais surement ma découverte de cette saga Ô combien addictive. Depuis quelques tomes à présent, j'ai opté pour la version audio avec la merveilleuse lectrice Marie Bouvier.
C'est bien simple, elle pourrait lire le bottin que je l'écouterais religieusement !
Bref, disais-je, je poursuis cette série incroyable, foisonnante et passionnante.

*** SPOILERS SUR LE TOME PRÉCÉDENT *** 

Présentation de l'éditeur :

Tandis que la guerre d'Indépendance bat son plein dans les colonies sécessionnistes américaines, le couple Fraser parvient enfin à regagner l'Écosse. Toutefois, retenu par des problèmes familiaux, Jamie doit à regret laisser son épouse repartir dans les colonies, où ses patients ont besoin d'elle. Séparés par les circonstances, réussiront-ils à se retrouver dans un pays où le conflit fait rage?

Pendant ce temps, au XXe siècle, leur fille Brianna et son mari Roger ont fait l'acquisition du manoir familial de Lallybroch. Ils suivent les aventures de Claire et de Jamie grâce aux lettres que ces derniers leur ont laissées dans un coffre...

*** FIN DES SPOILERS ***

Dans ce nouveau tome, encore de nombreux événements et beaucoup d'émotion. Après toutes ces péripéties et ces deux décennies passées depuis le début de l'histoire, on pense connaître plutôt bien nos deux héros, Claire et Jamie, or, dans ce volume, on découvre de nouveaux traits de leur personnalité. Diana Gabaldon a créé des personnages forts et profonds, magnifiques. Ce ne sont pas des êtres lisses et parfaits, au contraire, ils ont un caractère bien trempé, mais sont beaux dans leur ténacité et leur soif de vivre et d'aimer, de protéger leurs proches. 
Au-delà de cet aspect, il y a toujours également la trame historique extrêmement bien documentée et fouillée, et dès que l'on commence de lire, on est d'emblée projeté au XVIIIème siècle. 
Une suite excellente, à tout point de vue. Je suis impatiente de découvrir les tomes suivants !

Titre original : An echo ine the bone
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 731 pages, 2016 pour la présente édition, 2009 pour l'édition originale

Acheter Outlander #7.2- L'écho des cœurs lointains, Partie 2 sur Les Libraires.fr

Outlander #7.1 - L'écho des coeurs lointains, Partie 1 (Diana Gabaldon)

lundi 14 janvier 2019

004202416.jpg*** SPOILERS SUR LE TOME PRÉCÉDENT *** 

Depuis le départ de leur fille, Roger et leurs petits-enfants, Claire et Jamie se retrouvent seuls, et le lecteur avec eux. Bien que l'on suive les deux familles à deux siècles de distance, c'est un peu triste de les voir séparées.

*** FIN DES SPOILERS ***

Présentation de l'éditeur :

Juillet 1776. Les treize colonies sécessionnistes ont signé leur déclaration d'indépendance, mais la guerre contre l'Empire britannique continue. Au lieu de s'engager dans l'armée de George Washington, Jamie Fraser décide de regagner l’Écosse afin de retrouver sa presse d'imprimerie. Pendant ce temps, William, fils adoptif de lord John Grey, débarque dans les colonies avec les armées envoyées par Sa Majesté pour écraser l'insurrection.

A l'aube de la guerre d'indépendance, Jamie veut regagner l'Ecosse pour récupérer sa presse d'imprimerie. Mais la route du retour est parsemée d'embûches... 
Dans ce tome, l'histoire nous est contée selon trois plans distincts : Claire et Jamie, Brianna et Roger et enfin William.
L'accent est mis sur le personnage de William, et je dois dire que cette partie m'a moins intéressée, j'ai un peu regretté l'absence des autres personnages, en particulier ceux de Claire et Jamie, bien moins présents.
Contrairement aux volumes précédents, celui-ci est plus court car, pour une raison obscure, l'éditeur français a choisi de publier le septième tome de la série en deux fois. Alors, certes, on a une lecture moins longue, mais du coup j'ai le sentiment que ça casse le rythme du récit et pour être honnête, il ne se passe pas grand chose dans cette première partie.
Pour autant, cela reste un bon tome intéressant à lire et toujours remarquablement écrit, mais moins intense que les précédents. Je parie que la seconde partie sera bien plus riche en événements.

Titre original : An echo ine the bone
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 798 pages, 2016 pour la présente édition, 2009 pour l'édition originale

Acheter Outlander #7.1- L'écho des cœurs lointains, Partie 1 sur Les Libraires.fr

L'Epouvanteur #15 - La résurrection de l'Épouvanteur (Joseph Delaney)

lundi 7 janvier 2019

005959848.jpg* * * SPOILERS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS * * * 

La fin du tome 14 nous avait laissés sur un sacré cliffhanger avec la mort totalement inattendue de Thomas Ward.
Malheureusement, l'édition française  propose pour ce quinzième tome un titre des plus explicites et ne laisse guère de suspense... Même s'il est vrai que la "résurrection" intervient dans les toutes premières pages du roman, je trouve dommage de dévoiler cet événement majeur d'emblée.

* * * FIN DES SPOILERS * * * 

Cette suite se déroule essentiellement en terre étrangère, loin du Comté. On retrouve le peuple des Kobalos et notamment le fameux Sliter, rencontré dans le tome 11. 
L'action est toujours bien présente, l'intrigue principale évolue et connaît quelques rebondissements. On assiste à des retrouvailles, mais aussi à des séparations, l'auteur démontre encore une fois qu'il peut aisément sacrifier ses personnages !
J'ai constaté avec un plaisir renouvelé combien l'écriture est soignée et la traduction de qualité, ce tome, à l'instar des autres, se lit avec beaucoup de fluidité.
J'ai apprécié cette suite même si je l'ai trouvée légèrement en-deçà des tomes précédents. On a le sentiment qu'il s'agit d'un tome de transition, c'est peut-être pour cette raison qu'il m'a moins séduite, bien qu'il soit très bon.

Titre original : Spook's - The Dark Army
Traduit de l'anglais par Marie-Hélène Delval
Bayard Jeunesse, 364 pages, 2016 pour l'édition originale, 2018 pour l'édition française

Acheter La résurrection de L'Epouvanteur sur Les Libraires.fr

(existe aussi en ebook)

- page 1 de 33