BIBLIOTHEQUE › Fantasy, Fantastique, SF

Fil des billets - Fil des commentaires

La magie de Paris #1 - Le cœur et le sabre (Olivier Gay)

mercredi 29 novembre 2017

9782362312458FS.gifLe coeur et le sabre, premier tome de la nouvelle série d'Olivier Gay, La magie de Paris, m'a fait passer un super moment de lecture.

Chloé, lycéenne, un mètre quatre-vingt-trois, escrimeuse de talent, est l'héroïne malgré elle de ce roman fantastique. Un après-midi, à la fin d'un entraînement, alors que les autres élèves sont déjà rentrés chez eux, elle décide de prolonger un peu sa préparation physique en vue du prochain championnat. Alors qu'elle est montée à la corde, elle assiste à une scène étrange. Thomas, un garçon de sa classe, est attaqué par une drôle de créature.

Je le disais en préambule, ce roman est très agréable à lire. Si vous cherchez un roman fantastique plutôt cool, sans prise de tête et avec de l'humour, lisez celui-ci.
Ce que j'aime chez Olivier Gay (en tout cas dans les romans que j'ai lus jusqu'à présent), c'est la simplicité de son écriture. Il ne cherche pas à épater ses lecteurs avec des tournures alambiquées et du vocabulaire recherché, il a une écriture directe mais drôlement efficace. Du coup, on croit à son histoire et on est directement embarqué dans l'action aux côté des personnages. L'intrigue de ce premier tome n'est pas sensationnelle, mais elle est bien ficelée, l'auteur sait où il veut nous emmener, on part d'une situation initiale pour aboutir à une situation finale, et entre-deux on avale les chapitres. Il y a du rythme, de l'action, énormément d'humour. Les personnages sont extras, pas de super héros qui se prend pour un Dieu, simplement deux ados qui font avec ce qui leur tombe dessus, bref un univers crédible bien que fantastique.
Vraiment, je me suis régalée et je vous recommande chaudement ce premier tome sans prétention mais réussi.

Castelmore, 318 pages, 2017

Dans la forêt de Hokkaido (Eric Pessan)

samedi 18 novembre 2017

9782211233668.jpgJulie fait un étrange cauchemar dans lequel elle se retrouve dans la peau d'un petit garçon perdu dans une forêt. L'enfant a peur, faim et froid, et Julie peut ressentir ces sensations. Au réveil, Julie découvre que ce qu'elle vient de vivre n'était pas qu'un simple mauvais rêve.
Aux informations, on parle d'un enfant abandonné par ses parents dans une forêt de Hokkaido, au Japon.
Maintenant Julie sait que lorsqu'elle sombre dans le sommeil, elle retrouve le petit garçon et qu'un lien physique bien réel les relie. Elle va tenter de l'aider à s'en sortir.

Cette histoire a été inspirée à l'auteur par un fait divers survenu au Japon en mai 2016. Au retour d'une randonnée, les parents d'un petit garçon âgé de 8 ans le laissent en bord de route en pleine forêt pour le punir de son mauvais comportement durant la balade. Ils s'éloignent en voiture de 500 mètres histoire de lui ficher la frousse, avant de revenir sur leurs pas. Le problème, c'est que durant ce court laps de temps, l'enfant a pénétré dans la forêt et qu'il est introuvable. S'engagent alors des recherches intensives. L'enfant sera heureusement retrouvé six jours plus tard en relativement bonne santé.

Eric Pessan s'est donc servi de ce fait réel à partir duquel il tisse une histoire de fiction aux allures fantastiques.
L'idée est originale et le texte prenant. Julie ressent toutes les émotions de l'enfant et son état physique se dégrade de la même manière. Au fil du récit, on assiste, impuissant, à une espèce de descente aux enfers et l'on se demande quelle va en être l'issue.
Un roman très court mais bien écrit, percutant.

PS : J'adore la couverture !

L'école des loisirs (Médium), 144 pages, 2017

Lili Goth #2 et #3 (Chris Riddell)

samedi 16 septembre 2017

Depuis que j'ai découvert son univers et ses dessins dans la génialissime série Apolline (et c'est là que je m'aperçois que je n'ai pas chroniqué ici les tomes 3 et 4, pourtant excellents...), je suis tombée amoureuse du style de Chris Riddell.
Lili Goth est également une très belle série, même si je dois confesser avoir une préférence pour Apolline. En réalité, les deux se ressemblent : chacune met en scène une enfant comme héroïne principale et se déroule dans un monde à la fois onirique et étrange, flirtant avec l'absurde. A cela, il conviendrait sans doute d'ajouter que la série Lili Goth s'adresse à des lecteurs plus âgés, Apolline ayant un côté résolument "jeunesse". Cela étant, je me suis régalée avec les deux.

Ce bref billet est donc consacré aux tomes 2 et 3 de la série Lili Goth, que je vous présente de manière brève, simplement pour vous donner (j'espère !) envie de les lire, ou peut-être de commencer la série, si ce n'est déjà fait.

9782745975300FS.gif

Lili Goth, Une fête d'enfer !

Dans ce deuxième opus, une fête spéciale se prépare au manoir des Frissons frissonnants, La grande Fête annuelle de la Pleine Lune. Tandis que les préparatifs avancent, Lili a un étrange pressentiment et suspecte Maltravers de mauvaises intentions. Les amis du club du grenier doivent enquêter.
A l'instar du premier tome, celui-ci regorge de détails, d'humour et de curiosités. L'occasion d'en découvrir davantage sur la vie de Lili au manoir ainsi que sur ses amis.

Titre original : Goth girl and the Fete Worse Than Death
Traduit de l'anglais par Amélie Sarn
Milan jeunesse, 216 pages, 2014 pour l'édition originale, 2015 pour la traduction française

9782745977779FS.gif

Lili Goth, Les Hauts de Hurlefrousse

Bien entendu, ce troisième tome m'a enthousiasmée. Avec ses multiples références littéraires et ses détournements des classiques, il ne pouvait en être autrement ! Au manoir des Frissons frissonnants est organisé un concours littéraire... canin ! Et oui, une fois encore Chris Riddell repousse les limites de son imagination et l'histoire prend une tournure délicieusement loufoque. Evidemment, la thématique y est pour beaucoup, mais j'ai adoré cette nouvelle aventure de Lili. 

Titre original : Goth girl and the Wuthering Fright
Traduit de l'anglais par Amélie Sarn
Milan jeunesse, 218 pages, 2015 pour l'édition originale, 2016 pour la traduction française

En résumé, deux excellentes suites pour une série originale et pétillante. Si vous recherchez une lecture qui change, un intermède récréatif entre deux lectures plus "sérieuses", n'hésitez pas et évadez-vous en compagnie de Lili Goth, dépaysement assuré !!

Marquer les ombres (Veronica Roth)

samedi 17 juin 2017

9782092574645FS.gifDe Veronica Roth, j'avais beaucoup aimé le premier tome de la série Divergent. Le deuxième m'avait moins convaincue et j'avais arrêté là ma lecture, ne poursuivant pas avec le dernier tome.
Malgré cette expérience en demi-teinte, j'ai toutefois eu envie de tester cette nouvelle série, Marquer les ombres.

Présentation de l'éditeur :

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider... ou décider de se détruire.

Premier constat au sortir de ce roman, l'imagination de Veronica Roth est immense. Et je crois bien que c'est ce que j'ai aimé dans ce premier tome. Parce que, dans le fond, l'histoire n'a en soi rien d'extraordinaire ; on retrouve une intrigue et un thème, certes bien maîtrisés, mais présents dans d'autres séries du genre. Par contre, là où l'auteur fait fort, c'est au niveau de l'univers qu'elle construit. Particulièrement riche et original, très visuel aussi, il enveloppe le lecteur dès les premiers mots et le plonge dans l'inconnu. Effet d'immersion et de dépaysement garantis. J'ai adoré y séjourner auprès de ces personnages mystérieux et dotés de dons étranges. 
Ceci étant, j'espère que le deuxième tome fera évoluer le récit plus rapidement, car l'effet de surprise ne sera plus, l'étrangeté de l'univers ne suffira pas à bâtir une histoire qui tienne la route.

Un bon premier tome.

Titre original : Carve the mark Volume 1
Traduit de l'anglais par Anne Delcourt
Nathan, 478 pages pages, 2017 pour l'édition française et originale

L'épreuve #1 - Le labyrinthe (James Dashner)

mercredi 17 mai 2017

9782367622972-001-X_0.jpegEt voilà, j'ai enfin fait mes premiers pas dans la nouvelle collection jeunesse chez Audiolib !
Je connaissais déjà l'histoire du Labyrinthe pour avoir vu son adaptation en film, mais je voulais aussi découvrir le roman. 
Pour celles et ceux qui ne savent pas de quoi il retourne, c'est donc le premier tome d'une série de science fiction qui a pour héros Thomas. Dans la première scène du livre, l'adolescent est plongé dans le noir; à bord d'un monte-charge il remonte vers la surface pour déboucher sur un espace encerclé de hauts murs, dans lequel vit une communauté de jeunes garçons. Chacun d'eux est arrivé de la même manière que Thomas, amnésique, tout comme lui, se rappelant seulement son nom. Pourquoi sont-ils là, et qui étaient-ils avant, c'est justement ce que l'histoire va révéler au fur et à mesure.
Sans aller jusqu'à dire que c'est un roman génial, il faut lui reconnaître certaines qualités.
Déjà le rythme. Il n'y a pas de temps mort dans ce premier tome, les chapitres se succèdent rapidement et l'action est présente. L'écriture directe et sans fioritures va dans ce sens, tout dans ce livre entraîne le lecteur vers la suite pour savoir ce qui va se passer.
Ensuite, l'idée de départ. Un espace clos bordé par un labyrinthe mystérieux et dangereux, une communauté exclusivement masculine et jeune, une amnésie générale... Le secret est bien gardé et le suspense alimente ce début de série. On a envie d'en savoir plus, on veut comprendre, et donc on avance dans la lecture. C'est efficace et bien fait.
Résultat, on a entre les mains un roman addictif avec une bonne histoire et un excellent potentiel. Reste à savoir si la suite est à la hauteur...
Côté audio, cette version est tout bonnement excellente, la voix d'Adrien Larmande est très agréable à écouter et correspond parfaitement à l'esprit du livre. 

Texte intégral lu par Adrien Larmande
Durée totale d'écoute : 8h59
Audiolib, 2017

La grande épopée des chevaliers de la table ronde #1 - Arthur et Merlin (Sophie Lamoureux)

mercredi 22 mars 2017

9782330068998FS.gifLa légende du roi Arthur me passionne et j'avais présenté ici il y a une dizaine d'années la version de Xavier de Langlais qui est vraiment superbe.
Avec celle de Sophie Lamoureux, j'en ai trouvé une parfaitement adaptée aux enfants et j'en suis ravie. A la manière d'un feuilleton, en une succession de cinquante épisodes très courts, elle relate une période qui démarre quelques temps avant le couronnement d'Arthur et s'achève avec la création de la table ronde. Entre ces deux événements-clés de la légende, Arthur va vivre de nombreuses aventures et croiser autant de personnages. C'est un univers foisonnant, mais l'auteur a su en proposer une version à la fois riche et accessible. Dans une belle écriture, elle redonne vie à ce héros fascinant et tient le lecteur en haleine.
J'ai partagé cette histoire avec mes fils, leur faisant la lecture à voix haute de quelques épisodes chaque soir, et nous avons tous les trois pris un vif plaisir à découvrir ce premier tome. 
Un livre qui m'a rappelé l'excellent feuilleton d'Hermès par la forme et la qualité.
Bien écrit et passionnant. Vivement la suite !

A noter que c'est un ouvrage illustré (Olivier Charpentier).

Actes Sud Junior, 202 pages, 2016

The book of Ivy - The revolution of Ivy (Amy Engel)

samedi 4 mars 2017

51iWgy5AGHL.jpgCoupDeCoeur2016.pngCoup de cœur pour cette dystopie en seulement deux tomes, parce que les séries courtes, c'est bien aussi ! Je l'ai découverte après tout le monde mais sans en savoir grand chose, avec juste l'intuition que j'allais aimer, et c'était vrai !! L'avantage, c'est que j'ai pu enchaîner avec le second tome à peine le premier terminé, ce qui m'a évité une trop grande frustration. J'ai pensé aux lecteurs qui avaient dû attendre la sortie de la suite, ça a dû être terrible !

Dans un monde post-apocalyptique, nous découvrons une société divisée en deux camps, celui du président et celui de ses opposants. Depuis deux générations, chaque année des mariages arrangés ont lieu entre les jeunes gens issus des deux grandes familles, la famille du Président, les Lattimer, et celle des "perdants", les Westfall, dans une tentative de ramener la paix sur ce qu'il reste de la nation. Ivy quant à elle, est une Westfall et doit prochainement épouser le fils du Président, Bishop. Depuis l'enfance, elle a été élevée dans une haine viscérale vis-à-vis de la famille présidentielle, pis, depuis qu'elle est promise à son fils on lui a confié la mission de le tuer. Ce geste, si elle parvient à le faire, permettra de renverser enfin le pouvoir.

Le premier tome débute donc avec le mariage de Ivy et Bishop. Très vite, le jeune couple s'installe dans un pavillon indépendant, pas trop loin des parents de Bishop. Ivy garde de loin en loin des contacts furtifs avec son père et sa sœur51ySeeEbG0L.jpg aînée, Callie, qui ne se soucient que d'une chose, optimiser ses chances de mener à bien la difficile mission qui lui a été confiée. Avant d'assassiner son époux, Ivy doit d'abord obtenir sa confiance et dénicher quelques informations cruciales pour la suite des événements. En attendant le moment fatal, comment s'y prendre pour vivre avec ce jeune homme qu'elle ne connaît pas ?... Elle s'imaginait avoir affaire à une brute, or Bishop semble aussi désemparé qu'elle et au lieu de lui compliquer les choses, il tente d'adoucir son quotidien.
Ivy ne s'attendait pas à ce que Bishop se comporte comme un allié...

Certes, l'idée de départ et le déroulement de l'histoire ne présentent rien qui n'ait déjà été proposé dans ce genre littéraire. Et pourtant, quel page-turner ! J'ai lu les deux tomes d'affilée et d'une traite, avide de découvrir comment tout cela allait se terminer. L'intrigue est bien ficelée, bien pensée, et réserve quelques surprises malgré tout. Mais surtout, ce qui m'a séduite ici dans cette série, c'est le rapport au bien et au mal. Les deux personnages centraux, Ivy et Bishop, se posent de réelles questions, et à travers eux, le lecteur. Quelle est la part de l'acquis et de l'inné ? Sommes-nous le produit formaté de nos parents ? Ne pouvons-nous pas penser par nous mêmes et parfois nous élever contre leurs idées ? Ivy et Bishop grandissent et mûrissent au cours du récit, et c'est cette évolution de leurs caractères qui est passionnante. Sans compter que l'auteur a construit autour d'eux un univers à la fois crédible et mystérieux qui achève de capter totalement l'attention du lecteur.

Une lecture hautement addictive qui vous plonge dans un monde dont on ne ressort pas indemne.

Tome 1 : The book of Ivy
Titre original : The book of Ivy
Traduit de l'anglais par Anaïs Goacolou
Lumen, 342 pages, 2015 pour l'édition française et 2014 pour l'édition originale

Tome 2 : The revolution of Ivy
Titre original : The revolution of Ivy
Traduit de l'anglais par Anaïs Goacolou
Lumen,322 pages, 2015 pour l'édition française et l'édition originale

Les secrets de Nil (Lynne Matson)

mercredi 22 février 2017

e5b76822-b700-415f-b9f9-f91e86738b26.jpgJ'ai tardé un peu à lire cette suite, craignant, comme toujours, d'être déçue, d'autant que le premier tome de cette série avait été un coup de cœur.
Encore une fois, l'effet de surprise en moins, Les secrets de Nil n'est pas un coup de cœur mais se révèle toutefois être un très bon tome.
Je me demandais comment l'auteur allait pouvoir rebondir après Nil, dont l'histoire est parfaitement bouclée.

Pour ce deuxième opus, il ne s'agit pas uniquement de Nil puisque une petite partie de l'histoire se déroule en dehors. 
Depuis des années, le père de Skye, un scientifique, enquête sur Nil et tente de localiser cette île mystérieuse. Depuis que son frère y a séjourné et réussi à en revenir, laissant un journal dans lequel il a consigné cette expérience, trouver Nil est devenu pour lui une obsession. C'est donc dans ce contexte que sa fille a été élevée, préparée, au cas où, à survivre si d'aventure elle se retrouvait là-bas un jour.
Du côté de Nil, Rives qui est à présent le leader de la cité, trouve que l'île a changé et que les règles semblent différentes. Quand Skye fait son apparition, un vent d'espoir souffle à nouveau.

On retrouve dans cette suite le même style narratif avec une écriture rythmée et addictive. L'idée d'introduire en la personne de Skye un personnage qui est venu sur Nil en en connaissant déjà l'existence et les principes crée une nouvelle dynamique dans l'histoire et relance l'intrigue. Habituellement les nouveaux sont timorés et perdus, cette fois avec Skye c'est l'inverse, elle incarne le savoir et l'espérance de sortir de cet enfer grâce aux informations qu'elle détient.
C'est donc un bon roman dans la continuité du premier, même s'il est un peu moins prenant.

Titre original : Nil unlocked
Traduit de l'anglais par Guillaume François
Pocket Jeunesse, 506 pages, 2016 pour l'édition française et 2015 pour l'édition originale

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Ransom Riggs)

mercredi 1 février 2017

15723988.jpgÇa a été une étrange expérience de lecture que celle de ce roman, non pas en raison de son format singulier, mais parce que lorsque je l'ai entamé, je venais de voir le film. Habituellement, voir le film avant de lire le livre ne me gêne pas même si je préfère procéder à l'inverse. Cette fois-ci, cela m'a perturbée, car durant la première moitié de ma lecture, j'ai mélangé livre et film et ai eu bien du mal à les séparer ; les images du film étaient omniprésentes dans ma tête et ont un peu "pollué" ma lecture. Comme par ailleurs l'adaptation cinématographique diffère quelque peu de l'histoire originale, imaginez un peu l'imbroglio dans mon cerveau ! Je pense que j'aurais davantage apprécié ma lecture si elle avait précédé le film ou au moins été faite à distance dans le temps.

Ceci étant, j'ai aimé ce premier tome qui pose les jalons de cette histoire étonnante et particulière. A celles et ceux qui ne connaîtraient pas le livre, il faut savoir que c'est un roman parsemé de photographies étranges à partir desquelles est construite l'intrigue. Texte et photos se complètent donc et l'un ne va pas pas sans l'autre. 
Jacob Portman est très proche de son grand-père qui lui raconte des histoires fabuleuses depuis sa plus tendre enfance. Des récits fantastiques qui fascinent Jacob et l'intriguent d'autant plus depuis que le vieil homme est mort. Il décide ainsi de remonter dans le passé de son grand-père pour tenter de démêler le vrai du faux et il va découvrir un monde très particulier.

Pour une fois, comme cela est lié directement au contenu, je précise que l'objet-livre est de toute beauté et place le lecteur dans une ambiance étrange. Les photos choisies sont vraiment étonnantes et trouvent leur place de manière naturelle dans le récit. J'ai trouvé que c'était un bon premier tome avec une histoire intéressante et une écriture très fluide. Cependant, les choses se mettent en place trop lentement et le roman souffre de quelques longueurs. Je suis curieuse de voir comment évoluera l'histoire par la suite, maintenant que l'introduction à l'univers des enfants particuliers est faite.
Un début de série agréable et prometteur.

Titre original : Miss Peregrine's Home for Peculiar Children
Traduit de l'anglais par Sidonie Van den Dries
Bayard Jeunesse, 431 pages, 2016 pour la présente édition française et 2011 pour l'édition originale

Faux frère, vrai secret (Olivier Gay)

mercredi 25 janvier 2017

9782362311925FS.gifJ'ai découvert la plume d'Olivier Gay avec sa géniale série Le noir est ma couleur
Cette fois, il s'agit a priori d'un one-shot. 

Léa mène une vie tranquille jusqu'au jour où Mike débarque dans sa famille et dans sa vie. Fils d'amis de son père qui viennent de périr dans un accident de voiture, il se retrouve orphelin et vivra désormais sous le même toit qu'elle.
Pas facile pour la jeune fille de devoir du jour au lendemain partager son quotidien avec un parfait et étrange inconnu... Car il s'avère que Mike n'est pas vraiment un lycéen ordinaire.

Disons-le tout de go, ce roman laisse un peu le lecteur sur sa faim. J'aurais aimé davantage de développements, creuser un peu plus l'histoire. Je peux vous dire que les pages se tournent très (trop !) vite et que si j'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce roman, j'aurais voulu y rester plus longtemps. Dès les premiers mots j'ai retrouvé ce que j'aime dans le style d'Olivier Gay, à savoir une écriture rythmée, visuelle, sans fioritures. Un style très efficace qui rend la lecture addictive.
Un super moment.

Merci Claicile !

Castelmore, 282 pages, 2016

- page 1 de 29