BIBLIOTHEQUE › Fantasy, Fantastique, SF

Fil des billets - Fil des commentaires

Short stories from Hogwarts (J. K. Rowling)

lundi 11 juin 2018

En 2016, sont sortis simultanément en plusieurs langues sur le site Pottermore trois recueils (seulement disponibles en version électronique) d'histoires sur l'univers d'Harry Potter. 
Ces textes consacrés à des personnages et des lieux de la série apportent des informations complémentaires à leur sujet.

004448494.jpg

Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies  est divisé en quatre parties dédiées respectivement aux personnages de Minerva McGonagall, Remus Lupin, Sybill Trelawney et Silvanus Kettleburn.
Chaque histoire remonte à la genèse du personnage qu'elle présente, depuis la rencontre de ses parents jusqu'à son apparition dans la série Harry Potter. Lorsqu'on a lu la série, on connaît certains éléments de leur biographie, mais ces textes s'avèrent vraiment intéressants pour tout fan de la célèbre saga. Qui plus est, on retrouve le talent de conteuse de Rowling, même en peu de pages. 
J'ai trouvé passionnant de remonter aux sources pour découvrir d'où venaient ces personnages, et ce qu'ils étaient avant d'arriver à Poudlard.

Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter Heroism, Hardship and Dangerous Hobbies sur Pottermore (en anglais)

9781781106297_28c805ed-1079-4a5b-a6af-e464cf97cf5f_large.jpg

Ce tome-ci, également consacré à des personnages, se présente en cinq parties : Dolores Ombrage, Horace Slughorn, Quirinus Quirrell, Peeves et les ministres de la magie. Des figures un peu dérangeantes dans la série, certaines ayant basculé du côté obscur. En complément des textes sur les personnages, on trouvera également dans ces pages des informations sur des éléments tels que les potions ou encore la prison d'Azkaban. Là encore, on découvre des faces cachées de la saga et l'on aborde même un peu son écriture, notamment les raisons des choix effectués par l'auteur.

Power, Politics and Pesky Poltergeists 
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter Power, Politics and Pesky Poltergeists sur Pottermore (en anglais)

9781781106273_f71a242b-9d49-4b2f-86ff-f841aafedd46_large.jpg

Des trois livres, c'est à la fois le plus long et le plus riche en contenu puisqu'il aborde de multiples sujets. Ici, excepté dans un chapitre consacré aux habitants du château de Poudlard (les fantômes, les portraits...), il s'agit d'explorer des lieux et des objets. Quelques exemples de ce que vous trouverez dans ces pages : le choipeaux magique, la carte du maraudeur, le retourneur de temps ou encore la pensine. C'est assez grisant d'en apprendre davantage à propos de ces objets magiques qui font tout le sel de cette histoire. De nombreuses anecdotes, des confessions de l'auteur, encore une fois, qui explique comment elle a construit son récit.

An Incomplete and Unreliable Guide 
Pottermore, 75 pages électroniques, 2016

Acheter An Incomplete and Unreliable Guide sur Pottermore (en anglais)

Ces trois courts textes permettent de replonger quelques instants avec délice dans cette série géniale, si vous êtes fans d'Harry Potter, je vous les recommande chaudement.

Lili Goth #4 - La symphonie sinistre (Chris Riddell)

vendredi 8 juin 2018

005436755.jpgLe quatrième opus de la série Lili Goth est sorti en français et je me suis empressée de le lire ! Après un troisième tome brillant consacré à la littérature, Chris Riddell nous embarque dans une nouvelle aventure, cette fois dans l'univers de la musique. 
Lord Goth a en effet décidé de lancer son propre festival auquel il a convié des groupes pour le moins étranges.
Dans La symphonie sinistre, on fait connaissance avec l'adorable faune Shaun ainsi qu'avec la célèbre styliste Taylor Swiffer, on explore encore et toujours le manoir en compagnie de Lili et ses amis, on rit face aux caricatures plus comiques les unes que les autres, on admire (et on ne se lasse pas de le faire) les illustrations... bref on passe un agréable moment. 
Pour autant, ce tome m'a semblé moins bon que les précédents, l'histoire est un peu brouillon, il ne se passe finalement pas grand chose et le contenant, certes sublime, ne comble pas tout-à-fait le contenu, un peu creux. Ceci étant, même si elle n'est pas extraordinaire, la lecture reste plaisante.

Titre original : Goth girl and the Sinister Symphony
Traduit de l'anglais par Amélie Sarn
Milan jeunesse, 217 pages, 2017 pour l'édition originale, 2018 pour la traduction française

Acheter La symphonie sinistre sur Les Libraires.fr

La magie de Paris #3 - Ici et ailleurs (Olivier Gay)

vendredi 1 juin 2018

9782362313295_org.jpgDernier tome de la trilogie de La magie de Paris, un roman légèrement plus court que les précédents. Après la fin ouverte du tome deux qui propulsait les personnages dans un autre monde, je me demandais comment l'auteur allait orienter l'histoire, et si cette dernière allait tout de même se dérouler dans la capitale française. Les premiers chapitres m'ont un peu déroutée car l'intrigue prend clairement une autre direction qui, de prime abord, ne m'a pas convaincue. Puis, au fil des pages, j'ai accepté de me laisser porter par la vague, et j'ai apprécié de retrouver nos héros. J'aime particulièrement les relations qui se tissent entre eux, et surtout, le fait qu'ils soient, au bout du compte, des personnages ordinaires et imparfaits. L'humour d'Olivier Gay et les références qu'il glisse ça et là ont fait de ce roman une lecture légère et plaisante. 
C'est confirmé, j'aime vraiment la plume d'Olivier Gay et je vous recommande cette série ainsi que celle du Noir est ma couleur.

Castelmore, 276 pages, 2018 

Acheter Ici et ailleurs sur Les Libraires.fr 

La magie de Paris #2 - Le calme et la tempête (Olivier Gay)

lundi 21 mai 2018

005244886.jpgCe deuxième tome de La magie de Paris confirme le formidable potentiel de la série. 
Nous retrouvons Thomas et Chloé dans une situation relativement inconfortable. Thomas a perdu de sa puissance depuis que Chloé est devenue son chevalier sa mousquetaire (clin d’œil à ceux qui connaissent la série, ça me fait marrer !), il n'est plus qu'un mage assez faiblard et devient donc une proie facile pour les goules et autres êtres maléfiques qui envahissent la capitale. Chloé doit donc le protéger, mais étant novice, elle-même n'est pas toujours prête à remplir ce rôle. Sur l'ordre du chef de la confrérie, un second chevalier est donc venu en renfort et les suit désormais partout. Cloé, quant à elle, voudrait bien retrouver un rythme de vie normal entre lycée et escrime, mais son quotidien est mouvementé. Elle doit jongler entre les exigences de ses amies et les besoins des mages, tout en se protégeant elle-même.
On sent que la relation entre Thomas et Chloé s'étoffe, on découvre un peu plus leurs personnalités et on passe de supers moments en compagnie de ce binôme étonnant. Le ton est toujours délicieusement mordant, c'est drôle et enlevé, le récit est rythmé, on ne s'ennuie pas un instant. Si l'on ajoute à cela que l'univers est intéressant, on a donc ici une suite à la hauteur du début.
Une série très plaisante dans le genre. Vivement le tome 3 !

Castelmore, 312 pages, 2018 

Acheter La magie de Paris #2 sur Les Libraires.fr

Angelica Varinen #2 - L'affaire de la licorne (N. M. Zimmermann)

vendredi 18 mai 2018

005459499.jpgL'affaire de la licorne est le deuxième tome de la série Angelica Varinen, découverte en janvier dernier. Pour ce qui est de l'aspect esthétique, il est conçu à l'identique du premier tome. Une couverture glacée, des illustrations intérieures, un signet, bref, un joli travail d'édition qui concourt aussi à la qualité de cette lecture.
Côté histoire, nous retrouvons donc l'héroïne dans une nouvelle enquête. Angelica est partie passer quelques jours avec son amie Lisobel dans la famille de Mina (elle-même amie de Lisobel). Cette dernière possède un charmant animal de compagnie, une licorne naine de couleur noire. Malheureusement, lors du séjour d'Angelica et Lisobel, le précieux animal disparaît. Angelica va suivre une piste pour tenter de retrouver la licorne.
On sent que l'auteur s'est fait plaisir dans ce deuxième tome qui affiche quelques pages de plus que le précédent. Ce fut un plaisir de retrouver Angelica, une jeune fille attachante, passionnée de mystères. C'est typiquement le genre d'héroïne qui plaît aux jeunes (et moins jeunes !) lecteurs parce qu'elle se démarque des autres personnages : aventurière, peu soucieuse de son apparence, curieuse, intelligente et dégourdie. 
Un nouvel opus qui confirme la qualité de cette série destinée aux premiers lecteurs.

Flammarion Jeunesse, 221pages, 2018
Illustrations de Noémie Chevalier

Acheter L'affaire de la licorne sur Les Libraires.fr

Ça (Stephen King)

lundi 7 mai 2018

51QgeRuyklL._SL500_.jpgToujours dans l'optique de poursuivre ma découverte de l'oeuvre de Stephen King, j'ai décidé de m'intéresser à l'un de ses romans les plus célèbres, le fameux Ça.
Comme c'est un joli pavé, j'ai opté pour la version audio et j'ai écouté cette histoire lors de mes trajets maison-travail. De Ça, je savais juste qu'il était question d'une histoire d'horreur et d'un clown maléfique. 

Le récit débute à la fin des années 50 à Derry, une ville fictive créée par l'auteur et située dans le Maine. Un garçonnet de six ans, George, va être sauvagement tué par un clown maléfique dans les égouts. Quelques mois plus tard, son frère Bill et d'autres enfants vont vivre des événements surnaturels terrifiants, à la suite de quoi ils vont former le " Club des ratés " pour tenter de combattre le monstre.
Vingt-sept années plus tard, une nouvelle vague d'horreur va frapper la ville, et les membres du Club des ratés vont se réunir sur les lieux de leur enfance.

Déjà, première chose, je n'ai pas eu peur en écoutant ce livre, et c'est un bon point me concernant, car je craignais de ne pas être capable de lire l'histoire en entier pour cette raison. Pour autant, ce n'est pas un récit exempt de scènes sanglantes et atroces, mais dans l'ensemble j'ai trouvé que cela restait dans des limites supportables. 
Autre point, j'ai découvert en Ça un roman extrêmement dense et riche. Je me doutais bien, pour avoir lu d'autres textes de l'auteur, que le livre ne reposerait pas uniquement sur l'horreur et la disparition brutale d'enfants, cependant Ça a dépassé toutes mes espérances. Stephen King, à travers ses personnages hyper travaillés, emmène le lecteur dans une sorte de récit quasi initiatique et aborde de nombreux thèmes. Ça est en effet avant tout un livre sur l'enfance et sur le passage à l'âge adulte, d'ailleurs l'intrigue repose sur l'idée que seules les personnes ayant gardé une âme d'enfant peuvent voir et lutter contre Ça. C'est justement l'histoire de ce groupe d'enfants, de leur amitié indéfectible, de leur solidarité, qui m'a plu dans ce roman. L'aspect horrifique n'est finalement qu'un prétexte pour confronter les personnages à l'impossible, et les mettre dans des situations extrêmes face auxquelles ils sont contraints de se révéler. 
L'histoire est longue et complexe, pleine de méandres, de va-et-vient entre passé et présent, et il est parfois difficile de ne pas s'y perdre. Bien que quelques passages m'aient semblé longs, j'ai pourtant trouvé ce roman passionnant de bout en bout.
On pourrait parler pendant des heures de cette oeuvre, tant il y a de choses à en dire, mais je ne me sens pas capable de vous en faire une analyse détaillée. Sachez simplement que c'est un magnifique roman, certes sombre, mais avec malgré tout des moments de beauté. Une formidable histoire d'amitié et d'enfance. Stephen King est vraiment un virtuose de l'écriture, il nous emmène très loin avec ce livre. 

Ça (tome 1)
Texte intégral lu par Arnaud Romain
Durée totale d'écoute : 26h26
Audible, 2016

Acheter Ça Tome 1 sur Les Libraires.fr 

Ça (tome 2)
Texte intégral lu par Arnaud Romain
Durée totale d'écoute : 21h38
Audible, 2016

Acheter Ça Tome 2 sur Les Libraires.fr 

Acheter le coffret Ça sur Les Libraires.fr 

Les filles de la pluie (Jérôme Leroy)

lundi 30 avril 2018

9782748524789FS.gifPour rappel, la collection Mini Syros Soon dont j'ai déjà présenté ici différents titres,  propose des romans d'anticipation à partir de neuf ans. Je trouve totalement géniale l'idée de pouvoir faire découvrir différents genres littéraires aux premiers lecteurs, et notamment de la science fiction. 

Dans V-341, le soleil n'existe plus et a été remplacé par des pluies continuelles. Malika, bien qu'ayant grandi dans ce monde, rêve souvent du soleil alors qu'elle ne l'a jamais vu de ses propres yeux. Elle rêve de cela et de plus de liberté car V-341 est un monde très (trop) réglementé dans lequel il n'est jamais bon de poser trop de questions...

Le point de départ de cette histoire est originale et le monde de V-341 bien campé. Malgré la brièveté du roman (pourtant il s'agit d'un texte plus long que ceux que j'ai lus jusque-là dans cette collection, habituellement ce sont des textes très courts d'une quarantaine de pages), on a le temps de s'immerger dans le récit et de se projeter dans cette société où tout est contrôlé, dans laquelle l'humain a perdu contact avec la nature.
De Jérôme Leroy, je n'avais lu jusque-là qu'un seul roman, Norlande que j'avais beaucoup aimé.
J'ai également apprécié Les filles de la pluie et je trouve formidable quand un écrivain est capable de changer ainsi de registre et de genre. 

Syros (Mini Syros Soon), 137 pages, 2018

Acheter Les filles de la pluie sur Les Libraires.fr 

Jefferson (Jean-Claude Mourlevat)

mercredi 18 avril 2018

005357307.jpgJe ne rate jamais une nouveauté de l'un des mes auteurs chouchous, Monsieur (avec un grand M) Jean-Claude Mourlevat.
Aucun de ses textes ne m'a  jusqu'à présent déçue, et chacun d'entre eux m'a apporté quelque chose. Cet auteur est un virtuose de l'écriture, capable de passer d'un genre à l'autre tout en conservant son propre style.

Avec Jefferson, il repart explorer les terres de la littérature de jeunesse en offrant aux jeunes lecteurs un livre sensible et intelligent. Comme dans La ballade de Cornebique (je m'aperçois que je n'ai pas chroniqué ce merveilleux livre, quel dommage !), les personnages de l'histoire sont des animaux, mais la comparaison s'arrête là, car les deux histoires n'ont rien d'autre en commun. Ici, l'auteur puise dans les codes du roman policier, mais l'on s'aperçoit rapidement que c'est un roman multiple qui ne se réduit pas à une simple enquête (afin que mes propos ne soient pas mal interprétés, je précise que je ne réduis évidemment pas le genre policier à des romans construits uniquement sur une enquête !). L'histoire, qui, au départ, semble assez légère, prend une direction pour le moins inattendue. A travers ces personnages mignons et candides, l'auteur fait passer des messages importants, notamment sur la cause animale, en particulier sur le traitement des animaux dans les abattoirs. Si Jefferson est donc un roman que l'on peut qualifier d'engagé, il n'en demeure pas moins que l'écriture est résolument orientée jeunesse et que l'histoire reste à la portée de ce lectorat. Pour ma part, bien qu'étant adulte, j'ai adoré ce texte que j'ai trouvé remarquablement écrit. Rien que pour cela, j'aime la plume de cet auteur qui ne prend pas les enfants pour des êtres idiots et incultes et leur offre de la vraie littérature. Le ton est malicieux et tendre en surface, mais la teneur des messages portés par ce roman n'en est que plus sérieuse. On passe un superbe moment en compagnie de Jefferson le hérisson et des ses acolytes, on est diverti tout en réfléchissant à un sujet grave.
Un magnifique roman illustré avec talent par Antoine Ronzon, presque un coup de coeur.
Et, cerise sur le gâteau, une sublime couverture réalisée par Lisa D'Andrea (avec des effets de brillance pour représenter la pluie qui tombe).

Ils remontaient dans leur chambre quand l'employé de la réception les interpella, le sourire aux lèvres et l’œil rigolard :
- Alors, cette soirée Scrabble ?
Peut-être pensait-il que ces drôles de clients savaient à peine lire et écrire.
- C'était très bien, répondit Jefferson, merci.
- Vous avez trouvé des mots très longs ?
- Oui, j'ai trouvé SOLIDARITÉ.
- Ah, pas de Z, pas de W, ça ne doit pas rapporter des masses.
- Si, fit Jefferson, ça peut rapporter beaucoup. Bonne nuit, monsieur.

Gallimard Jeunesse, 263 pages, 2018

Acheter Jefferson sur Les Libraires.fr 

Un palais de colère et de brume (Sarah J. Maas)

samedi 14 avril 2018

005323001.jpgUne fois passée la surprise du premier tome qui a été un coup de cœur pour son côté addictif, la lecture de cette suite s'est révélée moins enthousiasmante. 

L'histoire évolue dans une toute nouvelle direction, ma foi plutôt intéressante, et nous retrouvons ainsi l'héroïne dans un autre univers. Conséquence du marché qu'elle a été contrainte de faire avec le grand seigneur Rhysand, elle doit passer une semaine par mois à la Cour de la Nuit. Là-bas, elle va vivre dans un pays aux mœurs différentes de celles de la Cour du Printemps et, progressivement, se découvrir elle-même. Ce revirement dans l'intrigue relativement inattendu permet de poursuivre l'histoire en lui donnant un nouveau souffle. Et qui dit nouvel univers, dit nouveaux personnages également, d'ailleurs plus attachants que ceux du précédent tome. 
Malgré ces points positifs, j'ai trouvé cette suite trop longue et moins bien rythmée qu'Un palais d'épines et de roses. Certains passages m'ont semblé de trop et j'ai parfois frôlé l'ennui. Un autre défaut m'a également gênée dans ce roman, il concerne l'écriture elle-même. L'auteur se répète énormément, comme dans un souci de bien se faire comprendre du lecteur. Cette lourdeur déjà présente dans le tome un devient vraiment pesante ici. Le style manque clairement de finesse et se subtilité, chaque élément important est rabâché à de nombreuses reprises et l'on finit par avoir la sensation d'être pris pour un imbécile qui ne capterait que le premier degré de l'histoire. 

Au final, c'est un sentiment mitigé que j'éprouve à l'égard de cette lecture. Si j'ai passé un bon moment et aimé la tournure que prenaient les événements, j'ai trouvé la forme de l'histoire trop grossière et poussive. Je lirai tout de même la suite parce que je suis curieuse de découvrir comment tout cela va évoluer et que j'ai adoré Un palais d'épines et de roses

Titre original : A Court of Mist and Fury
Traduit de l'anglais par Anne-Judith Descombey
De la Martinière Jeunesse, 718 pages, 2016 pour l'édition originale, 2018 pour l'édition française

Acheter Un palais de colère et de brume sur Les Libraires.fr

Outlander #4 - Les tambours de l'automne (Diana Gabaldon)

samedi 7 avril 2018

9782290099612FS.gifCoupDeCoeur2016.pngSi j'ai attendu longtemps pour lire le troisième tome de cette saga, en revanche je n'ai guère tardé pour enchaîner avec le quatrième. Alors que j'avais passé beaucoup de temps sur le précédent tome, en faisant une lecture feuilleton avec de nombreuses pauses pour lire autre chose, j'ai lu celui-ci rapidement. Au début, je ne pensais pas que ce serait le cas, et puis je me suis faite happer par l'histoire et pendant plusieurs jours, je n'avais de cesse de la retrouver.
Bien que les tomes d'Outlander soient des pavés, l'auteur a toujours une imagination débordante et parvient à nous entraîner dans de nouvelles aventures aux côtés des protagonistes. En près de 1200 pages, je ne me suis pas ennuyée un instant, c'est dire !
L'histoire connaît encore de nouveaux rebondissements, dont certains imprévisibles. Une fois encore Diana Gabaldon ne ménage pas ses personnages et leur mène même la vie dure. 
J'ai adoré ce nouvel opus, j'ai aimé la façon dont les choses évoluent, le fait que l'intrigue ne soit pas uniquement centrée sur Claire et Jamie et que l'on découvre de nouveaux territoires à travers leurs yeux.
L'écriture (et la traduction, encore une fois Philippe Safavi a fait un travail inroyable) est vraiment superbe, le récit passionnant, la psychologie des personnages étudiée en profondeur. Après quatre tomes, on en apprend encore sur les héros de l'histoire, et je ne les en aime que davantage.
Si vous avez envie d'un roman qui mêle les genres entre aventure et historique (et un soupçon de fantastique) avec du rythme, des personnages forts et pas stéréotypés, des émotions, du dépaysement, ne cherchez plus, Outlander est fait pour vous ! Pour le moment, cette série m'enthousiasme un peu plus à chaque tome.
Géniale et incontournable.

Titre original : Drums of Automn
Traduit de l'anglais par Philippe Safavi
J'ai lu, 1144 pages, 2013 pour la présente édition, 1997 pour l'édition originale

Acheter Outlander #4 - Les tambours de l'automne sur Les Libraires.fr

- page 1 de 31