BIBLIOTHEQUE › Essais, Documentaires

Fil des billets - Fil des commentaires

L'amour au jardin (Jean-Pierre Otte)

lundi 15 juin 2009

J'avais une légère appréhension en recevant ce livre, et au final il s'est révélé être une fort jolie surprise.

Dans cet ouvrage qui mêle les genres, l'auteur raconte en quelques très courts chapitres comment les plantes et les petites bêtes des jardins se reproduisent. Tantôt timide, tantôt vorace, c'est la description d'un monde microscopique qui s'offre au lecteur. Le récit qui se révèle instructif est très agréable à lire. L'écriture poétique de Jean-Pierre Otte est absolument magnifique et hautement érotique.

Un texte à lire par bribes pour mieux l'apprécier.

Mon seul regret : l'absence d'illustrations qui m'a profondément frustrée pendant cette lecture.


Un morceau choisi ; il s'agit de la description (superbe !) d'une fleur que j'aime particulièrement :

L'architecture est d'une découpe extravagante. Elle semble un éclatement délicat, aérien, fragile. C'est un envol figé avec ses foulards, un temple éthéré aux entrées trop nombreuses pour ne pas être dérobées. Ou encore, un pavillon baroque aux pans relevés sans supports rigides et dont les couleurs, selon les espèces, sont bleu pâle, bleu violacé, blanches, tigrées, bleues à fond jaunâtre, ou encore plus richement parées de rouge ardoisé à veines bleu foncé. On dirait que la fleur sur sa tige creuse est le résultat excentrique d'un soufflage à la canne.

Les avis des précédents maillons de la chaîne : Virginie, Ys, Lau, Lune, Bookomaton, Karine et Yohan qui est à l'origine de ce voyage.

Lu dans le cadre de la chaîne des livres

Phébus (collection Libretto) - 151 pages

Des bibliothèques pleines de fantômes (Jacques Bonnet)

lundi 16 mars 2009

Emprunté par simple curiosité, ce petit livre s'est révélé être une pépite.

Des bibliothèques pleines de fantômes est un essai sur la lecture et ses pratiques, ou plus précisément sur la gestion des bibliothèques de grande taille. Déjà, premier bon point, Jacques Bonnet m'a définitivement décomplexée avec ma bibliothèque miniature, puisque lorsqu'il nous parle de bibliothèques, c'est non pas en centaines ni même en milliers, mais en dizaines de milliers d'ouvrages ! Ca calme, hein ?!
Cet essai se lit comme on boit du petit lait. Il regorge de détails et de citations, à tel point qu'à presque chaque page, un extrait attirait plus particulièrement mon attention, et qu'à la fin de ma lecture, l'ouvrage était truffé de nombreux signets.
Malgré cette densité, la lecture n'en est pas ardue, même pour un lecteur manquant comme moi de culture littéraire. J'étais néanmoins heureuse d'avoir déjà lu La maison en papier car l'auteur y fait référence tout au long de son essai.

Le message qui ressort de ce livre, c'est que la lecture, bien plus qu'une passion, est un mode de vie à elle seule.
L'auteur fait un tour d'horizon des bibliothèques en analysant les manies de bibliomanes, les différentes façons de classer et trier des ouvrages. Il démontre dans un paragraphe passionnant qu'un auteur est bien moins réel que ses personnages supposés fictifs ; contrairement à ce que l'on pourrait croire, les livres ne sont pas des objets inanimés...

Un livre très dense et riche que tout amoureux des livres se devrait de posséder et de relire de temps en temps. Pour ma part je compte bien me l'offrir un jour !

Les livres sont coûteux à l'achat, ne valent rien à la revente, sont hors de prix lorsqu'ils faut les retrouver une fois épuisés, sont lourds à porter, prennent la poussière, craignent l'humidité et les souris, sont à partir d'une certaine quantité quasi impossibles à déménager, nécessitent un classement précis pour pouvoir être utilisés et, surtout, dévorent l'espace.

* * *

Aucune bibliothèque d'une certaine importance ne ressemble à une autre, ne possède la même personnalité.

* * *

Non lu, un livre n'est au pire qu'un ensemble de lettres, au mieux une vague, et souvent fausse, image née de ce que l'on en a entendu dire. Prendre un livre en main et découvrir ce qu'il contient vraiment revient à donner de la chair, c'est-à-dire une épaisseur et une densité qu'il ne perdra plus jamais, à ce qui jusque-là n'était qu'un mot.

* * *

La lecture m'a permis de raccourcir les voyages les plus longs, de ne pas voir passer les heures d'attente dans un aéroport, et de supporter pendant deux décennies les réunions aussi inutilses qu'interminables auxquelles je ne pouvais échapper.

* * *

Une extravagance est réservée aux auteurs, qui d'ailleurs rajoute à leur nature fictive : le choix d'un pseudonyme.

L'avis de Leiloona qui, elle, a été déçue

Denoël - 138  pages

Lamelles (Christophe Till Geissler)

mercredi 10 septembre 2008

Décider de lire cet ouvrage alors que je n'aime pas et ne mange donc jamais de champignons était un pari risqué. J'étais intriguée par ce livre, curieuse de savoir comment l'auteur parvenait à causer champignons pendant plus de deux cents pages.
Contre toute attente, alors qu'a priori ce n'était pas du tout ma tasse de thé, j'ai véritablement apprécié ces Lamelles.

L'auteur, fasciné depuis la plus tendre enfance par les champignons décide de leur consacrer un livre en proposant des "vues instantanées", fragments de sa vie de mycologue.Lamelles, ce sont des récits de cueillettes inoubliables, des rencontres avec des spécimens rares,  des descriptions de toute beauté, mais aussi des recettes et des précisions d'ordre biologique. Lamelles, c'est un peu comme un chapitre d'une encyclopédie romancée des champignons.

La première chose qui m'a marquée en ouvrant ce livre, et qui m'a incitée à en poursuivre la lecture, c'est la qualité de son écriture. Une écriture soignée avec de superbes descriptions regorgeant de senteurs et de couleurs. Sans aucun doute, Christophe Till Geissler a su transposer à l'écrit et communiquer son amour des champignons. Cette lecture ne m'a pas ennuyée un instant comme je le craignais au départ. Bien au contraire, elle m'a intéressée, divertie, intriguée, et même instruite.

Lorsqu'un auteur est capable de garder l'attention de son lecteur sur un thème a priori à l'opposé des centres d'intérêt de ce dernier, c'est assurément qu'il a du talent.
Avis, donc, aux amateurs de champignons et aux lecteurs curieux, ruez-vous sur ce livre d'un autre genre mais qui vaut le détour !

Je remercie les Editions du Serpent à plume de m'avoir permis de faire cette jolie découverte.

L'avis également enthousiaste de Cathulu

Serpent à plumes - 237 pages

Le petit livre des couleurs (Michel Pastoureau - Dominique Simonnet)

dimanche 20 juillet 2008

J'ai ouvert avec curiosité cet ouvrage consacré aux couleurs, me demandant ce que j'allais bien y apprendre...
En une centaine de pages, l'historien Michel Pastoureau revient sur la symbolique attachée à chacune des couleurs et nous explique son évolution dans le temps.
Cet essai se lit très vite, ce qui ne signifie pas qu'il soit inintéressant, mais que son écriture est limpide et qu'il est agréable à lire.
Le livre est divisé en autant de parties que de couleurs traitées (bleu, rouge, blanc, vert, jaune, noir) et se termine par un chapitre consacré aux demi-couleurs qui sert en même temps de conclusion à l'ouvrage.

J'ai apprécié :

- la mise en page sympathique où chaque chapitre est annoncé par une page de couleur
- la forme du texte qui est en réalité une sorte d'interview (publiée d'abord dans le magasine L'express au cours de l'été 2004 avant de connaître le format livre) et rend l'ensemble plus "vivant"
- les sous-titres des chapitres qui résument parfaitement les idées développées et m'ont permis de me remettre en mémoire ce que je venais de lire (avec une mémoire déplorable comme la mienne c'est un point très positif !)
- l'approche historique des couleurs qui m'a surprise au départ et m'a finalement intéressée


J'ai regretté :

- que l'essai reste un peu superficiel, dans le sens où il m'a semblé que chaque chapitre (autrement dit chaque couleur) aurait nécessité à lui seul un ouvrage complet... mais en même temps, aurais-je lu un essai sur les couleurs de 2000 pages ? Probablement que non !
- que cette étude des couleurs porte principalement sur l'occident... j'aurais aimé un peu plus d'incursions dans les autres pays/cultures
- qu'il n'y ait pas au moins un chapitre un peu plus "léger" consacré à des annecdotes, des expressions, etc.

Au final, c'est un livre intéressant, une excellente entrée en matière pour qui s'intéresse aux couleurs.

L'avis de Cathulu et celui de Lune de pluie (merci à elles de m'avoir suggéré cette lecture).

Panama (collection Essai) - 107 pages

Le Puy de Dôme et puis... en aquarelles (Laurence Salomé)

vendredi 9 mai 2008

Voici ce que l'on pourrait qualifier de "beau livre", découvert par hasard en lisant un billet sur le blog de Sébastien Fritsch. J'avais alors acheté cet ouvrage en vue de l'offrir à des amis qui vivent à Clermont Ferrand. Et comme je ne suis pas à moitié curieuse, je l'ai lu avant (oui je sais, c'est maaaal !). Alors, évidemment, moi qui ne suis pas de cette région, je n'ai pas eu un vrai coup de cœur, mais j'ai fait une bien jolie balade en aquarelles autour du Puy de Dôme. L'auteur, qui, nous dit-on, illustre la revue Eruption, volcans et nature, nous propose une visite de cette région en images. Le voyage commence à Clermont Ferrand, puis suit les Monts Dôme, pour s'achever au Puy de Dôme. En chemin, elle croque les paysages, mais aussi l'architecture des villes, les fermes de villages... Chaque aquarelle est accompagnée d'une légende qui nous donne des indications, nous raconte une anecdote, apporte une précision. J'ai regretté que le texte ne soit pas plus important, mais là n'était pas, sans-doute, le propos de cet ouvrage. Les peintures sont vraiment belles ; ce n'est que mon avis subjectif mais elles m'ont touchée et donné l'envie d'aller faire cette balade... en vrai !
Pour les amoureux de l'Auvergne, des régions de France, de paysages... et les curieux !

Créer - 104 pages

Monts d'Arrée (Patrik Ewen)

jeudi 27 décembre 2007

J'ai hésité à mettre un coup de cœur pour ce petit livre mais il faut que je devienne raisonnable, je ne peux pas mettre que des coups de cœur sur ce blog, sinon on va croire que j'aime tout ce que je lis, ce qui est faux !

Néanmoins, j'aime particulièrement Monts d'Arrée, et ce, pour plusieurs raisons.
D'abord parce que j'ai un immense coup de cœur (oui, je suis incorrigible) pour l'auteur, Patrik Ewen, qui est un merveilleux conteur. Je l'ai rencontré une fois à la faculté des lettres de Brest et j'ai gardé un souvenir magique de cette soirée à l'écouter nous parler de la Bretagne.
Ensuite parce que ce livre parle de ma région.
Enfin parce que j'aime le livre en lui-même ; un mini format cartonné, de sublimes photographies qui accompagnent le délicieux texte de Patrik Ewen.
Bon normalement, si vous êtes entrain de me lire, arrivés à ce stade vous vous apprêtez à vous ruer en librairie pour dénicher cette perle ... Non ?! Bon alors je continue...

Dans cet ouvrage, l'auteur nous raconte sa découverte des Monts d'Arrée et son coup de foudre pour ces paysages où il s'est par la suite installé. Un texte court et poétique avec des notes d'humour ça et là, un véritable hymne à ce morceau de Bretagne.

Mon seul regret, c'est que Patrik Ewen n'ait (à ma connaissance, mais je peux me tromper, et si c'est le cas, j'en serais ravie !) rien écrit d'autre ...

A découvrir pour tous les amoureux de cette région... et les autres aussi bien sûr, pour leur donner envie.

Apogée (collection Terre celte) - 47 pages

Les miscellanées de Mr. Schott (Ben Schott)

samedi 22 septembre 2007

Extrait de la préface :

" Les miscellanées de Mr. Schott sont une collection de notations utiles ou futiles. Elles se proposent de recueillir tous ces petits riens emportés dans le flux et le reflux des conversations. Les miscellanées de Mr. Schott n'ont certes pas la prétention de faire autorité, d'être exhaustives ni même pratiques. Elles prétendent néanmoins être indispensables. Sans-doute est-il possible de vivre toute sa vie sans Les miscellanées de Mr. Schott : mais cela semble une entreprise bien étrange, et bien téméraire. "


C'est un livre à offrir, c'est aussi un livre à garder dans son sac ou sur sa table de chevet pour en découvrir régulièrement des bribes. C'est un contenu des plus inattendus qui met le sourire aux lèvres et l'on se surprend à lire avec intérêt. Dans ce beau livre (papier épais, couverture cartonnée, signet...) format poche on y trouve des informations telles que la devise officielle de la poste américaine, l'échelle de Turin (si vous voulez savoir ce que c'est regardez page 78 !), un glossaire philatélique, ou encore la liste des pays dans lesquels la conduite se fait à gauche...

Bref, un livre déjanté mais très instructif. Avec lui vous brillerez dans les salons, assurément !!

L'avis de Laurence

Allia - 158 pages

page 2 de 2 -