Piège nuptial / L'homme qui voulait vivre sa vie (Douglas Kennedy)

samedi 21 octobre 2017

CoupDeCoeur2016.pngAu détour d'une discussion avec mon neveu sur nos lectures, il m'a chaudement recommandé Piège Nuptial de Douglas Kennedy, un auteur que je n'avais encore jamais lu. Quelques temps après j'ai donc décidé de découvrir ce roman et ce fut un coup de cœur. Puis j'ai eu envie de lire un autre roman de Douglas Kennedy et j'ai jeté mon dévolu sur L'homme qui voulait vivre sa vie, conseillé également, cette fois par une amie. Re-coup de cœur !

* * *

9782356410498-T.jpgPiège nuptial

Initialement paru sous le titre Cul de sac, ce roman a bénéficié d'une nouvelle traduction et été réédité sous le nouveau titre Piège nuptial. C'est cette nouvelle traduction que j'ai "lue".

Nick, un journaliste américain un peu désabusé par la vie a récemment plaqué son job et décidé de partir en Australie pour découvrir ce pays qui le fascine. Il atterrit d'abord à Darwin, une ville qui lui déplaît, avant de mettre une nouvelle fois les voiles. Cette fois, après avoir acheté d'occase un combi Volkswagen, il prend la route du bush. Malheureusement, une nuit il percute un kangourou, et cet événement va marquer un point de non retour dans cet étrange voyage.

Avant toute chose, si vous avez l'intention de plonger dans ce roman, je vous déconseille fortement de lire la présentation de l'éditeur qui en dévoile beaucoup trop sur l'intrigue. Pour ma part je ne l'avais pas lue et c'est tant mieux, ainsi ma surprise a été totale.
Ce roman, que l'on pourrait qualifier de "noir" m'a tenue en haleine du début à la fin. Ce que vit Nick au cours de ce voyage est tout bonnement hallucinant et l'auteur parvient à nous faire ressentir les choses à sa place, comme si on y était. L'atmosphère est oppressante, la tension palpable, la situation s'enlise et Nick se retrouve dans une impasse, bref, le récit est proprement stupéfiant. Avis aux amateurs de voyages et de contrées étrangères, si vous choisissez de lire ce livre pour son contexte - l'Australie -, vous risquez d'être déçus ! Après cette lecture, je peux vous garantir que vous aurez une sainte horreur des kangourous ! Redoutablement efficace.

Texte intégral lu par Tony Joudrier
Traduit par Bernard Cohen
Durée totale d'écoute : 6h00
Audiolib, 2009

9782714442017FS.gifL'homme qui voulait vivre sa vie

Dans un tout autre style, mais non moins efficace, L'homme qui voulait vivre sa vie raconte l'histoire d'un golden boy dont la vie va peu à peu tourner au cauchemar. Ben Bradford a réussi professionnellement (avocat dans l'un des plus grands cabinets de Wall Street) et sentimentalement (marié et heureux père de deux magnifiques garçons). Sa vie trop parfaite ne le comble pourtant pas. Sa véritable ambition était de devenir photographe, alors à défaut d'exercer ce métier, il collectionne les appareils hors de prix qu'il peut s'offrir grâce à son gros salaire. Question couple, ce n'est pas non plus la joie, depuis quelques temps sa femme s'éloigne de lui, pire, il la soupçonne d'avoir un amant.

Là aussi, l'histoire est vertigineuse. Passé le premier tiers du roman, peut-être un peu long mais sans doute nécessaire pour planter le décor, le récit prend un virage à 180 degrés et la suite est juste hypnotique. On ressent de l'empathie et l'on tremble pour Ben qui a pourtant fait une belle connerie. On croirait un scénario de film, chaque scène est admirablement ficelée et les rebondissements multiples. J'ai adoré !

Titre original : The big picture
Traduit de l'américain par Bernard Cohen
Belfond, 353 pages, 1997 pour l'édition originale et 1998 pour la traduction française

La vague des albums #119

mercredi 18 octobre 2017

136083_couverture_Hres_0.jpg

Un grand format et des illustrations pleine page confèrent toute la beauté à cet album étonnant. Un enfant, jouet des vents, qui voyage selon leur bon plaisir, parfois se pose, puis de nouveau, est emporté pour d'autres contrées. Pas vraiment une histoire, plutôt un rêve servi par un texte poétique et des dessins sublimes. Il faut juste se laisser porter par les mots et les couleurs, remplir ses yeux. Somptueux. 

Le jouet des vents
Eric Puybaret
De La Martinière Jeunesse, 2017

9782211234603FS.gif

Les trois petits casse-pieds sont vraiment très casse-pieds ! Ils voudraient bien regarder la télévision, mais leur grand-père leur propose une histoire à la place. Seulement les chatons ont décidé d'adapter le récit à leur façon... 
Une histoire toute mignonne et rigolote qui nous rappelle que les vrais rapports humains valent toujours mieux que les écrans. Une morale peut-être un peu facile, mais un joli message illustré tendrement par Matthieu Maudet.

Les trois petits casse-pieds
Jean Leroy, Matthieu Maudet
L'école des loisirs, 2017

9782092563991FS.gif

Un album qui pourrait tout aussi bien être classé au rayon documentaire si l'on y songe, car il donne au lecteur de vraies informations sur des caractéristiques animales. Un récit bourré d'humour dont le héros, Pierrot le manchot, en a assez qu'on le prenne pour un pingouin !!! Après une interview télévisée, les animaux qui se sentent eux aussi incompris défilent à sa porte.
Des dessins au style naïf qui m'ont beaucoup plu et une idée originale traitée avec malice.

Le manchot qui en avait marre d'être pris pour un pingouin
Nicolas Digard, Christine Roussey
Nathan, 2017

9791023508741FS.gif

A la frontière entre rêve et réalité, A pas de loup... est l'histoire de deux enfants qui dorment chez leurs grands-parents. La nuit, une petite faim les sort du lit et va leur faire vivre une curieuse aventure. Bien que graphiquement différent, cet album m'a fait penser à ceux de Chris Van Allsburg avec son côté fantastique et onirique à la fois. Chaque illustration est saisissante et donne l'impression d'un plan de cinéma. 
Mystérieux et beau.

A pas de loup...
Christine Schneider, Hervé Pinel
Seuil Jeunesse, 2017

Le chant des esprits / Le cri de la terre (Sarah Lark)

samedi 14 octobre 2017

L'été dernier, j'ai lu la superbe trilogie de Sarak Lark qui débute avec Le pays du nuage blanc. Pour moi, qui habituellement n'aime pas les pavés, c'est bien le signe que cette série m'a énormément plu. Voici mes impressions au sujet des tomes 2 et 3.


9782352878032FS.gifLe chant des esprits

Le chant des esprits nous fait faire un bond d'une génération puisque nous retrouvons Gwyneira quelques années après la fin du Pays du nuage blanc en compagnie de sa petite-fille Kura, déjà âgée de quinze ans. La jeune fille a un physique et une voix magnifiques, mais un caractère peu amène. Kura qui est l'héritière du domaine familial Kiward Station n'a nullement l'intention d'assumer ce rôle. Ce qui l'intéresse, c'est la musique, le reste lui importe peu.

Dans ce second tome, les héroïnes du Pays du nuage blanc, à savoir Gwyneira et Helen, passent à l'arrière plan et l'histoire tourne principalement autour du personnage de Kura. Un personnage fascinant mais pas très attachant, il faut bien le dire. Une jeune femme capricieuse, fore tête et dépourvue d'empathie. Difficile de l'apprécier, pourtant elle suscite l'admiration et le lecteur est forcé de reconnaître qu'il se dégage d'elle une force inouïe et une volonté inébranlable. Kura choisit son destin et met tout en oeuvre pour parvenir à ses fins, quitte à blesser son entourage au passage. 

A l'instar du premier tome, on est emporté dans le tourbillon de cette saga passionnante qui connaît de nombreux revirements de situation. 

Titre original : Das Lied der Maori
Traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès
Archipoche, 670 pages, 2008 pour l'édition originale et 2014 pour la traduction française

9782352878810FS.gifLe cri de la terre

Troisième tome et troisième génération, cette fois l'héroïne du roman est Gloria, l’arrière-petite-fille de Gwyneira et fille de Kura. La jeune fille a passé son enfance à Kiward Station, choyée par ses grands-parents et son grand oncle Jack, jusqu'à ce que ses parents décident qu'il est temps pour elle de quitter la Nouvelle-Zélande pour aller étudier en Angleterre. De la ferme familiale au strict pensionnat, il y a comme un gouffre, et Gloria va y passer de tristes années tandis que ses parents sont perpétuellement en voyage pour la carrière de sa mère.
Gloria, quant à elle, n'a qu'une idée en tête : retrouver son pays et sa famille. Mais pour revenir au bercail, la route est longue et semée d’embûches. 

Cette saga familiale n'est certes pas légère et sucrée, mais ce dernier tome se révèle bien plus dur que les précédents. Gloria est un personnage qui n'est pas épargné par son auteur, et son parcours d'une violence qui va parfois jusqu'à provoquer la nausée chez le lecteur. A la souffrance de Gloria s'ajoute aussi l'avènement de la première guerre mondiale. La Nouvelle-Zélande, bien qu'éloignée géographiquement du cœur du conflit, va y prendre part, et la famille de Gloria s'y trouver mêlée comme beaucoup d'autres.

Cet excellent tome clôt en beauté cette superbe série qui m'aura fait voyager et passer par tout un panel d'émotions.

Titre original : Der Ruf des Kiwis
Traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès
Archipoche, 701 pages, 2009 pour l'édition originale et 2015 pour la traduction française

Billet 100% Cathy Cassidy !

mercredi 4 octobre 2017

Après une assez longue pause avec cet auteur, j'ai lu dans la foulée ses deux derniers romans traduits en français. Au passage, j'en profite pour souligner l'excellence de la traduction d'Anne Guitton qui a jusque-là traduit  tous les titres de Cathy Cassidy sortis en français. Mine de rien, quand on a la chance d'avoir un même traducteur pour une série ou l'oeuvre d'un auteur, les traductions sont toujours meilleures.

9782092573921.jpgJude est une discrète jeune fille de treize ans qui a parfois honte de sa famille un peu "hors normes". Entre son père qui se prend pour Elvis Presley et sa mère qui a un penchant pour la boisson, le quotidien de Jude est quelque peu mouvementé.
Elle essaie donc de se protéger en cachant au collège ce qui se passe dans sa vie privée. Pourtant, quand les événements vont prendre une tournure délicate, elle sera bien forcée de se reposer sur des épaules amies...

Je crois que je pourrais redire à l'identique ce que j'ai déjà dit précédemment, car décidément, les romans de Cathy Cassidy me procurent toujours les mêmes sensations.
On a affaire à une histoire sans prétention mais qui tient la route, avec des personnages attachants, beaucoup de douceur malgré la dureté des thèmes traités, et une ambiance un peu "doudou". C'est typiquement le genre de roman à lire quand on se sent un peu fatigué/déprimé, ou pour faire une transition entre deux lectures "fortes". Bref, c'est une valeur sure. 

Rose givrée
Titre original : Sundae girl
Traduit de l'anglais par Anne Guitton
Nathan, 240 pages, 2011 pour l'édition originale, 2017 pour la traduction française

les-5-lettres-du-mot-coeur-956767-264-432.jpgLes 5 lettres du mot cœur, en revanche, est légèrement différent des romans que j'ai pu lire jusqu'à présent de Cathy Cassidy. Attention toutefois, quand je dis différent, c'est vraiment une question de nuance, car on retrouve les éléments essentiels communs présents dans l'ensemble de ses livres. Sauf qu'ici, l'écriture est plus introspective, les relations entre les personnages plus dures.
C'est l'histoire de cinq adolescents qui formaient autrefois un groupe soudé, comme les initiales de leurs prénoms forment le mot "COEUR". Depuis le plus jeune âge, ils ont grandi ensemble, partagé une amitié indéfectible, jusqu'au jour où un clash a brisé ces liens.
Depuis deux ans, ils ne se voient plus mais peut-être n'est-il pas trop tard pour recoller les morceaux ?

Je dois dire que la fin du roman m'a prise par surprise et que je n'avais rien vu venir ! C'est aussi en cela que j'ai trouvé ce titre décalé par rapport aux autres car il plonge le lecteur dans le malaise et l'incompréhension par moments. Cela ne m'a pas empêché d'aimer cette lecture, mais un peu moins que les précédentes.

Les 5 lettres du mot cœur
Titre original : Broken Heart Club
Traduit de l'anglais par Anne Guitton
Nathan, 312 pages, 2016 pour l'édition originale, 2017 pour la traduction française

Le jour où les lions mangeront de la salade verte (Raphaëlle Giordano)

samedi 30 septembre 2017

9782367624457-001-T.jpegBien que voyant régulièrement son premier roman Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une sur les présentoirs des librairies, je ne l'ai pas lu et ne connaissais pas encore la plume de Raphaëlle Giordano. 
Comme j'écoute quotidiennement des livres audio, c'est souvent par ce biais-là que je découvre de nouveaux auteurs. Ce fut le cas avec ce roman.

Romane, la trentaine, travaille dans le domaine du développement personnel. Elle a monté sa propre boîte spécialisée dans la lutte contre la "burnerie", cette maladie qui rend certaines personnes imbues de leur pouvoir, condescendantes vis-à-vis d'autrui et égocentriques. Grâce à un programme innovant, elle parvient à guérir les clients de ces vilains défauts en transformant leur mentalité.
Parmi eux, un nouveau, Maximilien Vogue, PDG d'un grand groupe de cosmétiques et homme d'affaires célèbre.

Si j'ai trouvé l'idée de départ drôle et originale, la façon dont l'histoire évolue m'a, je dois l'avouer, un peu lassée et déçue. La vision de Romane est charmante et grinçante à souhait, elle ne mâche pas ses mots et c'est assez jouissif. Malheureusement, face au charismatique Maximilien, elle redevient une faible femme, et finalement on a là un roman qui tourne à la romance façon chick lit. Les clichés ne nous sont pas épargnés, hélas.
J'ai donc passé un moment de lecture sympathique mais sans plus.

Texte intégral lu par Léovanie Raud
Durée totale d'écoute : 8h55
Audiolib, 2017

10 ans Oceanicus, suite et fin !!!

Oyez ! Oyez !

Je viens de procéder au tirage au sort concernant les livres offerts pour les 10 ans d'Oceanicus.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas, mais je vais me "contenter" d'envoyer un mail aux heureux gagnants, pas le courage de faire un billet récap...

Par contre, juste pour info, 3 titres sont encore à gagner étant donné que personne n'a "joué" pour eux.

Donc, si l'un de vous est intéressé, faites-moi signe (premier arrivé, premier servi).

Il s'agit de :

laballadedemulan.jpg

La ballade de Mulan de Chun-Liang Yeh et Clémence Pollet (album) chez Hongfei Editions

Couv_Recueil_10_ans_Exprim_web.jpg

10 ans d'émotions fortes - Exprim' (recueil) chez Sarbacane

Les-regles-du-jeu.jpg

Endgame, tome 3 de James Frey (roman) chez J'ai lu

La soupe de poissons rouges (Jean-Philippe Arrou-Vignod)

mercredi 27 septembre 2017

J00381.jpgDepuis le temps que mon petit matelot me parle de cet auteur et de ses histoires tellement drôles, il fallait que je fasse enfin sa connaissance !

La soupe de poissons rouges est un troisième tome dans la série des Jean-Quelque-Chose après L'omelette au sucre et Le camembert volant. Toutefois, sachez qu'il est possible de lire les titres de cette saga enfantine indépendamment les uns des autres. 
Chaque tome est consacré à la famille des six Jean-Quelque-Chose, six garçons qui s'appellent tous Jean pour plus de facilité, et que l'on distingue par une lettre, F étant celle du dernier-né et A celle de l'aîné ! Cette série qui a des airs d'autobiographie raconte donc la vie de cette famille au quotidien avec les bêtises, les joies et les pleurs de cette tribu dynamique. 
Evidemment, on ne peut s'empêcher, en lisant La soupe de poissons rouges, de penser au Petit Nicolas. Les deux séries s'appuient en effet sur les mêmes éléments, à savoir un ton léger, beaucoup d'humour et de dérision.
Pour le présent tome, l'action se déroule en 1969 et la famille des Jean-Quelque-Chose a quitté Cherbourg pour s'installer à Toulon. La rentrée des classes est là, une nouvelle école et de nouveaux copains attendent les enfants. Un sacré bouleversement qui va être vécu non sans peine !

Je comprends mieux, à présent, l'engouement de mon fils pour ces héros fort drôles auxquels tout enfant peut aisément s'identifier malgré la différence d'époque. Un tome plaisant à écouter (découvert dans sa version audio) avec la formidable interprétation de Laurent Stocker.

Gallimard Jeunesse (Ecoutez lire), 2017
Texte intégral lu par Laurent Stocker
Durée de l'écoute : 3h

Billet 100% Pierre Bottero !

samedi 23 septembre 2017

Il y a quelques années de cela maintenant, je découvrais la merveilleuse plume de Pierre Bottero avec un énorme coup de cœur pour sa trilogie La quête d'Ewilan. Après cette lecture inoubliable j'ai lu quelques autres titres au compte-goutte, me forçant à faire durer le plaisir, à déguster son oeuvre en prenant mon temps. Finalement les années ont passé et je n'ai toujours pas lu la suite de La quête d'Ewilan ! Je pense avoir patienté assez et je me suis donc replongée dans ses écrits. Coïncidence, Flammarion Jeunesse a réédité dans une jolie collection aux couvertures colorées cinq de ses romans. Parfois le destin t'envoie des signes...!

Me voilà donc devant mon clavier, avec l'envie de vous présenter ces petits bijoux...

9782081410930FS.gif

Je commence par Zouck que j'avais déjà lu. Je ne vais donc pas m'attarder sur ce livre, je préfère vous renvoyer à la chronique de ma première lecture. Malgré le temps, cette deuxième lecture m'a autant émue que la première et ce que j'écrivais alors est encore valable aujourd'hui.

Zouck
156 pages
Flammarion Jeunesse, 2017 pour la présente édition

9782081410954FS.gif

C'est l'histoire de deux collégiennes, Brune et Sonia, qui deviennent amies dès le jour de leur rencontre. Seulement, Sonia manque parfois les cours et semble cacher quelque chose. Qu'importe, Brune veut être son amie et l'aider coûte que coûte, quitte à s'éloigner des ses autres copines.
Au début du roman, le personnage de Brune m'a légèrement agacée, je la trouvais égoïste de laisser tomber ses copines pour Sonia, je ne comprenais pas son choix. Elle m'apparaissait comme une enfant gâtée alors qu'en réalité le récit est bien plus profond que cela, et l'attitude de Brune va rapidement s'expliquer. J'ai toujours dit de l'écriture de Bottero qu'elle était généreuse, et je crois que dans Amies à vie on a le parfait exemple de cette générosité. Une belle histoire d'amitié qui remue un peu.

Amies à vie
135 pages
Flammarion Jeunesse, 2017 pour la présente édition

9782081410947FS.gif

Tristan est un jeune de la cité, aux fréquentations parfois douteuses. Pour autant, ce n'est pas un mauvais garçon, il tente d'aider sa mère qui l'élève seule, et de s'accrocher en cours, mais ce n'est pas toujours évident d'être un adolescent modèle... Et puis un beau jour, une nouvelle élève débarque au collège et c'est le coup de foudre pour Tristan.
Un livre court mais intense, empli d'émotions contradictoires. Deux magnifiques personnages qui se cherchent et peinent à se trouver en raison de leurs différences. 

Tour B2 mon amour
154 pages
Flammarion Jeunesse, 2017 pour la présente édition

9782081410923FS.gif

Encore un thème délicat pour ce roman qui met en scène  deux enfants : Agathe, collégienne, et Jules, son jeune frère, écolier. Depuis le décès accidentel de leur père l'été précédent, Jules s'est replié sur lui-même. Devenu mutique, il n'a plus qu'une obsession, courir vite. Seulement ses jambes ne lui répondent plus. 
La relation entre le frère et la sœur est assez bouleversante. Agathe voudrait protéger Jules mais elle est impuissante face à la violence et au regard des autres. On voudrait, comme elle, aider ce petit garçon, lui dire que la vie est belle même si son père n'est plus. Une galerie de personnages touchants qui servent une belle histoire.

Le garçon qui voulait courir vite
162 pages
Flammarion Jeunesse, 2017 pour la présente édition

Tsina.gif

Des cinq romans réédités, celui-ci est le plus long. A l'origine, il fut édité en deux parties rassemblées ici en un seul volume. Tsina, jeune collégienne de 12 ans originaire du Kazakhstan, vit en France avec sa famille depuis quelques années dans des conditions modestes. Un jour, tentant d'échapper à une bande qui veut l'intimider, elle se cache dans une ancienne et immense propriété. Dans le parc de cette dernière, elle découvre des chevaux dont un superbe étalon.
Il y toujours eu en littérature de jeunesse des séries qui tournent autour des chevaux, mais si, comme moi, vous vous dites "encore une histoire de chevaux", détrompez-vous, celle-ci est bien différente !
Il y a comme de la magie dans ce roman auréolé de mystère. Les origines de Tsina, ce beau cheval abandonné, le quotidien de cette famille pauvre... un ensemble d'éléments qui font penser à un conte. Lors de ma lecture, j'ai trouvé des ressemblances avec le style de Frances Hodgson Burnett dans des romans comme La petite princesse, par exemple. 
Une bien jolie découverte.

Tsina
309 pages
Flammarion Jeunesse, 2017 pour la présente édition

Parmi ces cinq romans, je n'ai pas vraiment de préférence, chacun m'ayant touchée à sa manière. Tous ont en commun de traiter de l'injustice au sens large (la maladie, le deuil, la pauvreté, la violence à l'école...)  tout en faisant la part belle à l'humanité des personnages. 

Une décennie pour Oceanicus !

jeudi 21 septembre 2017

images.jpgOyez, oyez, ce modeste salon fête aujourd'hui ses dix automnes ! 

Pour la petite histoire, j'ai créé ce blog peu de temps après la naissance de mon petit matelot parce que j'étais en congés et que j'avais envie, moi aussi, de partager mon amour des livres avec le plus grand nombre. Je venais en effet de découvrir, émerveillée, le monde des blogs littéraires dont je ne soupçonnais pas l'existence.
Une révélation qui m'amena à ouvrir mon propre blog dans sa première version sous le nom de Bladelire.
Quelques années plus tard, j'ai changé son nom et acheté le nom de domaine correspondant pour poursuivre désormais l'aventure avec Oceanicus in folio.
J'ai traversé les ans, plus ou moins bavarde en ces lieux, alternant des périodes de quasi silence avec d'autres plus actives.
Mon seul but durant tout ce temps a été de partager mes lectures.
Dix ans après, cette activité me comble toujours et je mesure à présent tout ce qu'elle m'a apporté en parallèle. Rencontres avec des lecteurs, des auteurs, naissances d'amitiés, échanges... et puis, bien sûr, toujours plus de belles découvertes et un horizon livresque qui continue de s'élargir.
Comme disait Jules Renard : " Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux. " Voilà, je crois, qui résume parfaitement mon état d'esprit. Parce qu'aujourd'hui, plus que jamais, je pense que la lecture et les livres rendent heureux. 

Comme on n'a pas tous les jours 10 ans, je voulais faire de ce jour un jour spécial pour le partager avec vous.
J'ai donc sollicité des éditeurs qui se joignent à moi en ce jour pour vous gâter en vous offrant des livres (mais pas que, vous verrez...!). 
Vous trouverez donc ci-dessous la liste de tous les ouvrages offerts par les maisons d'éditions et moi-même. 

Pour tenter votre chance d'en gagner un, il vous suffit de m'envoyer un email à bladelor@oceanicus-in-folio.fr en indiquant en objet du message "10 ans" et en me précisant le ou les titres qui vous intéressent ainsi que vos nom et prénom ou pseudo si vous préférez.
Vous pouvez "jouer" pour autant de titres que vous le souhaitez mais chaque gagnant ne recevra qu'un seul livre pour permettre de gâter davantage de personnes.
Seule condition pour jouer, être "connu" de ce blog et avoir commenté ici au moins une fois, même si c'était il y a longtemps !
ATTENTION, si vous résidez hors France, vous ne pouvez jouer que pour les ouvrages dont les titres sont indiqués en gras. 
La participation est ouverte une semaine à compter d'aujourd'hui, soit jusqu'au jeudi 28 septembre minuit. Je procéderai ensuite au tirage au sort et vous aurez les résultats ici-même et sur la page Facebook du blog dans le courant du week-end. 

Et maintenant, sans plus attendre, voici la liste des cadeaux !!! 

OFFERT PAR L'ECOLE DES LOISIRS

3d_haut_les_pattes.jpg
Hauts les pattes (jeu de société)

3d_chat_assasin.png

Le chat assassin (jeu de société) 

* * * 
OFFERT PAR LES EDITIONS DES ELEPHANTS

Le-noir-de-la-nuit.jpg
Le noir de la nuit de Chris Hadfield, Kate Fillion et The fan brothers (album)

* * * 
OFFERT PAR HONGFEI

laballadedemulan.jpg
La ballade de Mulan de Chun-Liang Yeh et Clémence Pollet (album)

* * *
 OFFERT PAR LE ROUERGUE JEUNESSE

CommentBienRaterSesVacances.jpg
Comment (bien) rater ses vacances d'Anne Percin (roman)

517pjwwzS4L._SX195_.jpg

Le royaume des cercueils suspendus de Florence Aubry (roman)

* * * 
OFFERT PAR LE ROUERGUE

defense.jpg
Défense légitime de Véronique Sousset (récit)

9782812610417.jpg

L'île au rébus de Peter May (roman policier)

41QGM0zR-cL._SX210_.jpg

 Seules les bêtes de Colin Niel (roman policier)

41BYYEhc9OL._SX195_.jpg
 Ainsi débute la chasse de David Patsouris (roman policier)

9782812610011.jpg
 Au feu, Gilda ! de Géraldine Barbe (roman)

9782812610387.jpg
 Histoires et géographies de Antoine Piazza (roman)

Prince-fragments-d-un-discours-de-fan.jpg
 Prince, fragments d'un discours de fan de Fanny Capel (récit)


* * * 
OFFERT PAR HACHETTE JEUNESSE

71OcJzZlpmL.jpg

Destiny, tome 1 de Cecelia Ahern (roman)

Couverture-Delirium.jpg
Delirium de Lauren Oliver (roman)

* * * 
OFFERT PAR SARBACANE 

Couv_Recueil_10_ans_Exprim_web.jpg
 10 ans d'émotions fortes - Exprim' (recueil)

* * * 
OFFERT PAR GULF STREAM EDITEUR

couv_detroit.jpg

 Detroit de Fabien Fernandez (roman noir)

* * * 
OFFERT PAR J'AI LU

Le-premier-miracle.jpg
 Le premier miracle de Gilles Legardinier (roman)

La-patiiere-de-Long-Island.jpg

La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott (roman)

Les-regles-du-jeu.jpg
Endgame, tome 3 de James Frey (roman)

* * * 
OFFERT PAR MOI-MEME 

Surprise.png
L'ouvrage de votre choix (BD, roman, album...) à piocher parmi mes coups de cœur (en cliquant sur le lien en haut à droite). Si vous jouez pour ce lot, n'oubliez pas de m'indiquer le titre de l'ouvrage que vous souhaiteriez gagner !!! 

La vague des albums #118

mercredi 20 septembre 2017

Vague de documentaires... avec un intrus !

9791023508147FS.gif

Je découvre avec cet album la collection intitulée Les sciences naturelles de Tatsu Nagata. Ce scientifique japonais reconnu, livre ses observations sur les animaux avec humour et tendresse. 
Ce titre, donc, consacré à la chauve-souris, nous apprendra, entre autre, que cet animal est le seul mammifère volant, ou encore que sa main est cachée dans son aile...
J'ai trouvé formidable l'idée de présenter un ouvrage "scientifique" sous les traits d'un "simple" album illustré accessible dès le plus jeune âge. Une entrée en matière idéale pour les petits curieux.

La chauve-souris
Tatsu Nagata
Seuil Jeunesse, 2017

9782732484013FS.gif

Cet album, en revanche, s'adresse aux lecteurs plus aguerris avec ses textes assez denses. Un ouvrage superbe pour découvrir ou redécouvrir la mythologie égyptienne. Les illustrations sont magnifiques et l'objet-livre soigné et élégant dans sa mise en page. Chacun des onze principaux dieux (Rê, Osiris, Isis, Seth, Horus, Thot, Hathor, Sobek, Anubis, Bastet et Ptah) est présenté en deux doubles pages. Leur histoire, leurs points forts et points faibles, les mythes qui les entourent... ce sont autant de détails qui composent ces portraits passionnants. A la toute fin de l'ouvrage, un dernier chapitre est consacré aux "autres dieux" moins connus.
Un très beau documentaire.

Les dieux de l'Egypte
Raphaël Martin, Jean-Christophe Piot, Djilian Deroche
De La Martinière Jeunesse, 2017

9791023508925FS.gif

L'intrus, donc, de cette vague de documentaires, puisqu'en réalité, celui-ci est plutôt un album qui se raconte.... Une histoire très drôle sous la forme d'un dialogue entre un jeune lapin un tantinet prétentieux et une voix off qui a pour mission de lui apprendre à dessiner. Des échanges pour le moins cocasses appuyés par les dessins malicieux d'Antonin Louchard. La morale de l'histoire, c'est que parfois, un peu d'humilité ne nuit pas !!

Le pire livre pour apprendre le dessin
Antonin Louchard
Seuil Jeunesse, 2017

9782092573686FS.gif

Un grand format pour cet album à compter aux belles illustrations. On passe en revue les nombres de 1 à 10, puis les dizaines et la centaine. A chaque page, l'enfant doit trouver l'image intruse qui ne colle pas avec le nombre annoncé. En fin d'ouvrage, une familiarisation avec les premières additions vient compléter ce livre qui me semble être un excellent support pour des élèves en CP. Ses couleurs vives et son aspect ludique en séduiront plus d'un !

3 font la paire
Delphine Chedru
Nathan, 2017

9791023508703FS.gif

Un album qui n'est pas sans rappeler Merveilleux voisins des mêmes auteurs. Format tout en hauteur, douceur des illustrations... il y a une vraie ressemblance entre les deux, du moins pour ce qui est de la forme. L'idée est de suivre une famille et la maison dans laquelle elle vit au fil du temps, à travers l'Histoire. Plusieurs décennies sont passées en revue et chaque nouvelle double page regorge de détails. Il y a énormément d'éléments à observer dans ce livre qui propose une façon détournée et intéressante de vivre l'Histoire.

Merveilleuse histoire
Gilles Bonotaux, Hélène Lasserre 
Seuil Jeunesse, 2017

- page 1 de 151